Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

And the Óscar goes to...

En désaccord avec ses dirigeants, Óscar García n’aura passé que cinq petits mois sur le banc de Saint-Étienne. Une décision qu’il a prise personnellement après avoir enchaîné les mauvais résultats avec les Verts.

Modififié

En général, c’est l’inverse qui se produit. Dans une période de crise sportive, et après une énième claque de trop, les dirigeants du club indiquent la porte de sortie à leur entraîneur. Souvent sans grande réflexion ni quelconque pitié. Là, c’est différent. Saint-Étienne connaît bien une série de mauvais résultats (quatre matchs sans victoire toutes compétitions confondues, un seul succès sur ses sept derniers rendez-vous), les Verts se sont bien cassé la gueule pour ajouter une goutte d’humiliation au fragile vase qui déborde déjà (5-0 encaissé contre le rival de l’Olympique lyonnais, raclée concédée devant son propre public), mais contre toute attente, c’est le coach qui a réclamé le divorce alors que sa hiérarchie voulait continuer avec lui.


Ainsi, Óscar García a décidé de partir. Comme cela. Cinq mois à peine après son arrivée en provenance du Red Bull Salzbourg, où il était confortablement installé depuis deux saisons. Certaines rumeurs indiquent cependant que l’Espagnol ne souhaiterait pas quitter les lieux sans indemnité et aurait carrément réclamé deux millions d’euros. Un comble pour Roland Romeyer, président du club, qui n’entendait pas rompre le mariage avec l’Hispanique, mais une information démentie par l’agent de ce dernier qui serait finalement prêt à renoncer à toute compensation.

Dur de faire mieux, difficile de faire pire


Retour au football. Évidemment, le bilan de García à la tête des Verts ne parle pas en sa faveur. Dans le cas contraire, cette situation n’existerait certainement pas. Après un début de championnat encourageant et neuf points pris sur neuf, son équipe a chuté et a récolté le même nombre d’unités en neuf journées. Sans compter une élimination en Coupe de la Ligue (par Strasbourg aux tirs au but). Surtout, si sa sixième position au classement est loin de s’avérer honteuse, l’ASSE ne s’est jamais approchée, de près ou de loin, de la philosophie de jeu « cruyfienne » revendiquée par le technicien. Question : à qui la faute ? À l’homme du banc, dont les aptitudes seraient encore limitées et dont le projet aurait été trop ambitieux ? À ceux qui l’ont recruté et qui ne lui auraient pas donné les armes promises pour mener à bien sa mission ? Aux deux parties ?


Il faut dire que l’effectif qui lui a été fourni n’est pas des plus qualitatifs. García a-t-il été sondé lors du mercato estival ? A-t-il pu choisir ses recrues ? A-t-il eu son mot à dire ? Savait-il dans quelle galère il s’embourbait ? Mystère. Toujours est-il que Sainté paye, comme cela a pu être le cas avec Christophe Galtier, des méthodes économiques qui ne peuvent plus faire avancer l’entité sur le plan sportif. En attirant essentiellement des joueurs moyens – capables, pour certains, de devenir de très bons éléments – depuis quelques années, les Verts ne parviennent plus à concurrencer les cylindrées du Top 5. Ça, le Catalan ne l’avait sans doute pas compris avant de signer pour l’un des clubs les plus titrés de l’Hexagone qui n’a remporté qu’un trophée majeur depuis 1981 (une Coupe de la Ligue en 2013). Et il a bien dû se rendre compte que rien ne changerait cet hiver, les dirigeants n’ayant pas forcément envie de taper dans les caisses.

Sablé pour se relever


Bien entendu, il ne faut pas sous-estimer la responsabilité d’Óscar. L’ex de Watford aurait sans doute dû se renseigner pour savoir où il mettait les pieds, ou se méfier de ce qu'on lui avançait à l'oral. Certaines de ses décisions tactiques ont pu poser question. Comme ses choix d’homme, d’ailleurs. (Que faisait Bryan Dabo sur la touche face à Lyon ? Pourquoi n'est-il jamais entré ?) Sa capacité à tirer le meilleur de ses poulains laisse également à désirer. Mais pour faire mieux que lui, il faudra jouer la carte du pragmatisme et oublier les envies rêveuses. Pour cela, les patrons stéphanois ont choisi Julien Sablé, jusque-là directeur du centre de formation. Un mec du cru, qui connaît parfaitement la maison et qui sait comment ses supérieurs fonctionnent. « Compétent, enfant du club, homme de valeurs, le choix de Julien Sablé entraîneur est le meilleur possible. Tout le peuple vert sera derrière lui » , a tweeté Jérémie Janot, l’ex-gardien historique des Verts. Une chose est sûre : il a du pain sur la planche. Et García, lui, préfère bosser avec une autre farine.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 15 heures Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 il y a 2 heures Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 il y a 3 heures Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 1
il y a 5 heures Lozano climatise l'Allemagne 4 il y a 6 heures Maradona, le cigare et les yeux tirés 37 il y a 7 heures Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 8 il y a 8 heures La liesse des supporters mexicains à Moscou 1
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
il y a 9 heures Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 il y a 12 heures Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 14 il y a 12 heures Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes Hier à 21:36 Le CSC malheureux d'Etebo 1 Hier à 19:20 Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 Hier à 18:47 Le penalty de Cueva qui s'envole 9 Hier à 16:24 Messi rate son penalty ! 18 Hier à 15:34 Finnbogason relance l'Islande ! 3 Hier à 15:22 Le premier but en Coupe du monde d'Agüero Hier à 15:15 Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 Hier à 13:38 Pogba délivre les Bleus 8 Hier à 13:28 La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 Hier à 13:12 L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 Hier à 11:46 Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien