1. //
  2. // 6e journée
  3. // Villarreal/Real Madrid

Ancelotti, l'entraîneur en plastique

Il aurait pu hurler, partir, claquer la porte, écrire un livre et en vouloir au monde entier. Mais plutôt que de faire un scandale à la fin de l'été, Carlo Ancelotti a préféré se taire et s'adapter. Mais de quel bois est fait Ancelotti ?

Modififié
35 23
Voyez comme ils crient, comme ils font de grands gestes et comme ils sifflent dans leur doigts. À leurs visages rougis et à la forme des auréoles qui se dessinent sous leurs bras, on devine un fossé toujours plus profond entre ce qu'ils voient et ce qu'ils auraient voulu voir. Seuls dans leur zone technique, c'est-à-dire seuls au monde, ils font des dizaines de pas pour aller hurler des consignes inaudibles à un milieu de terrain trop dispersé, à un attaquant trop désinvolte. La cravate dénouée, et devant le peu de cas que font d'eux leurs soldats, ils se rabattent finalement sur leur aide de camp, le latéral droit, le seul soldat qui est toujours à portée de voix, à portée de balle. Tant pis pour lui, il souffrira pour les autres. Si aucun entraîneur n'a jamais gagné un match seul, c'est parce qu'aucun entraîneur n'aura jamais le droit d'enfiler un maillot pour aller lui-même se substituer à ce pivot défaillant, à cet ailier étourdi. Quand les lumières des caméras sont sur eux, ils ressemblent à ces insectes nocturnes qui prennent la lumière des néons pour celle de la Lune. Et la lumière une fois éteinte, ils font semblant de tout contrôler et nous de tout comprendre. Nos ampoules sont leur clarté, leurs vessies sont nos lanternes.

Polysémie et polyuréthane


Bien sûr, parfois, ils gagnent, alors on se dit qu'ils doivent bien y être pour quelque chose, les moustiques. Maintenant qu'on vit au temps des entraînements à huis clos et des murs de béton autour des terrains d'exercices, il ne nous reste que des matchs en replay et quelques conférences de presse pour séparer le bon grain de l'ivraie, pour tâcher de comprendre quelque chose aux énigmes tactiques proposées tous les trois jours, pour confondre le héros et le charlatan. Avec Carlo Ancelotti, tout est plus compliqué. Il fait si peu de gestes au bord de la pelouse qu'on se demande réellement ce qu'il dirige. Comment ? Un entraîneur qui ne sait même pas siffler ? Qui reste les mains dans les poches ? Qui discute avec ses voisins, bien installé dans son siège baquet au lieu de s'en prendre au quatrième arbitre ? Même Sacchi parfois s'énervait, même Mourinho, même Guardiola, tous communiquent avec le terrain, tous gigotent, tous finissent toujours par s'énerver. S'ils ne dirigent pas, au moins, ils ont l'air de diriger et ça nous suffit largement. Pire encore, quand on lui supprime Özil, qu'on lui colle Bale, qu'on lui enlève Alonso ou qu'on lui administre un James Rodríguez ou un Navas, il ne se plaint même pas. Quand, par hasard, il prévient qu'il n'a pas besoin d'un attaquant supplémentaire (pour ne pas vexer le chat Benzema), on lui colle un Chicharito dans les pattes. Et lui ne dit rien, encaisse, réfléchit, s'adapte. Et à la fin de la saison, gagne la Ligue des champions.

Polyvalence et polystyrène


Au lieu de s'énerver quand les chiens en veulent à l'absence totale de logique sportive du recrutement du Real et qu'ils agitent le foulard de Makelele en 2003 pour dire adieu à Özil ou à Xabi Alonso, il préfère inventer lui-même le joueur dont il a besoin. Ainsi l'an passé, le petit ailier foufou Ángel Di María qui, par miracle, n'avait pas quitté le club, se transforma tout à coup en cet intérieur génial qui manquait à l'effectif. Aux côtés de Modrić et Alonso, on n'avait pas vu milieu plus intelligent depuis la Quinta. Quand les imbéciles s'imaginent que dans les grands clubs il faut « doubler tous les postes » , comme si un joueur professionnel était un ouvrier spécialisé enchaîné à sa chaîne de montage, Carlo (et Guardiola, et Sacchi, et Michels, et Van Gaal), lui, fait exactement l'inverse. Plutôt que de rendre tous les joueurs substituables, ils les rend tous indispensables. Il leur apprend à aimer d'autres responsabilités. Voilà comment Di María put évoluer à la fois ailier gauche, intérieur ou même « mediapunta » comme ils disent en Espagne, c'est-à-dire dans l'axe, juste derrière le ou les attaquants. Voilà comment Isco, l'enfant sauvage de Málaga, est en train de devenir le métronome du milieu madrilène. Certes contre Elche, mardi dernier, il perdit quelques ballons en tâchant d'accélérer le jeu à 40 mètres, mais il fut très rarement hors du tempo, rarement loin de Cristiano. Il sut donner parfois de la pause, parfois de l'accélération et puis créer de l'espace devant lui. On aurait dit Maria.

Polymorphisme et polyéthylène


L'autre miracle de mardi, et peut-être le plus beau, ce fut Asier Illarramendi, joueur le plus influent du match selon Opta, mais aussi selon ceux qui l'avaient vu l'an passé se prendre les pieds dans Xabi Alonso. Le joueur qui a évolué hier en 4, c'est-à-dire en administrateur juste devant la défense, n'a plus rien à voir avec ce gamin angoissé qui ne donnait des ballons qu'aux latéraux il y a quelques mois. Mardi, on l'a vu réaliser ce qui est le plus difficile à ce poste : tirer des passes en diagonales à travers les lignes adverses (plus de 50 passes vers l'avant dont quelques vrais caviars vers James et Ronaldo). Modrić n'eut même pas besoin d'entrer faire le pompier au milieu, le grand Asier se débrouillait très bien tout seul. Alors on peut toujours continuer à dire qu'Ancelotti, en fait, n'est qu'un bon politique, que s'il a gagné trois Ligues des champions comme entraîneur, c'est surtout grâce à ses présidents, que s'il est encore là, c'est parce qu'il est aimé de ses joueurs. Mais si Ancelotti n'a pas de statue de cuivre à son effigie, ni de principes en marbre auxquels ne jamais déroger, c'est qu'il est fait d'une matière toute différente, plus souple, plus malléable. Il n'offre aucune recette, aucune méthode figée. Il est le spectacle de son propre aboutissement. Carlo fait mieux que la nature en accomplissant des alliages inattendus. Il est à la fois chêne et roseau, souple et résistant. Il est fait, comme dirait Roland Barthes, « essentiellement (d') une substance alchimique » . Mais Ancelotti, ce n'est ni de l'or ni du plomb. Ancelotti, c'est du plastique.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'ai pleuré.
Amen.
la montre Niveau : DHR
J'adore isco, mais malheureusement il risque d'être remplaçant, puisque le milieu titulaire c'est kroos, modric et james. Pour Illara, même problématique, cependant c'est notre seul vrai milieu défensif, ce qui peut lui permettre cette année de plus rentrer en jeu, le tout c'est de savoir si il est devenue capable de supporter la pression des gros match.

Pour en revenir a ancelloti, ça plus grande force c'est qu'il arrive a mettre en confiance tous ses joueurs par rapport à leur qualités, et sa capacité de gestion humaine et de groupes qui lui permettent d'obtenir ces résultats. Quand je pense qu'en ligue 1 certain lui ont craché dessus, les même qui le font avec bielsa d'ailleurs...
Branlette intellectuelle, la partie sur les insectes aurait du disparaitre a la bombe anti-moustique.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Ancelotti est le meilleur entraîneur d puis 10ans!! Ne fait pas de vagues ne capte pas l'attention mais fait un boulot extraordinaire !!
La dernière victoire en LdC l'a réhabilité aux yeux du grand public.
C'était hallucinant de voir à quel point il se faisait chier dessus en début de saison dernière quand le "nouveau" PSG de L. Blanc faisait enfin du "beau jeu".

Carlo c'est le talent et la classe.
DocteurHappy Niveau : CFA
Branlette intellectuelle , branlette intellectuelle qu'est ce que cela signifie réellement ? Pour moi , c'est quand un article est écrit avec une forme utilisant un langage soutenu mais que le fond est inexistant ( pas d'idée pertinente véritable , un texte qui est une sorte d'étalage de marché ou l'auteur expose son vocabulaire châtié pour mettre en exergue son pseudo savoir linguistique mais le fond sonne creux ). C'est un avis subjectif .
M Leplat a essayé de metaphorisé son idée , en trouvant une analogie entre les matériaux et la façon de coaché d'Ancelotti , je trouve ça intelligent , c'est pour ça aussi que je lis so Foot , ce type d'article y est récurent ( parfois c'est bien fait d'autre moins ) . C'est surprenant comme approche totalement décalé .

Donc non ce n'est pas de la branlette intellectuelle ( pour moi en tout cas ) et faudrait peut être arrêter de dégainer ce mot à tout va quand l'auteur s'essaye aux envolée lyrique ou aux explications plus pointus .
Si certains sont allergiques aux tentatives des auteurs so footien d'exprimer leur créativité qu'ils continuent à lire les brèves , ou on apprendra que Ballo encule son chien ou que Zlatan se fait une permanente , c'est peut être plus adapté à la valorisation de leur ego ( ça fait du bien l'ego de voir des millionnaires ce conduire comme le dernier des cons n'est ce pas ?) .
Ne tombons pas dans l'orgueil , en nous pensant juge de ce qui est intelligent ou non , c'est un frein au développement de soi .

Enfin bref , je vous soutient M Leplat ne perdez pas cet élan , même si parfois c'est pas du grand art , ça a au moins le mérite d'exister . C'est ce qui fait le charme de votre magazine avec ses anecdotes du temps passé et ces analyses tactiques ( pour moi )( et les notes du match bien entendu )
DocteurHappy Niveau : CFA
PS : pour certains commentaire des forumeurs so footien aussi , on est rarement déçu !
ValCurvaFiesole Niveau : DHR
Donc, Ancelotti est un iphone 6.
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 1
Par contre il y a un endroit en ce moment ou le nom d'Ancelotti (et celui du réal) est copieusement conchié c'est à Liverpool, en fait depuis (selon certaines sources) qu'il aurait placé sterling en tête de sa short list en vue du prochain mercato d'été..
rolls-reus Niveau : DHR
Le poste devant la défense de illara, c'est pas plutôt en 6?
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Message posté par la montre
J'adore isco, mais malheureusement il risque d'être remplaçant, puisque le milieu titulaire c'est kroos, modric et james. Pour Illara, même problématique, cependant c'est notre seul vrai milieu défensif, ce qui peut lui permettre cette année de plus rentrer en jeu, le tout c'est de savoir si il est devenue capable de supporter la pression des gros match.

Pour en revenir a ancelloti, ça plus grande force c'est qu'il arrive a mettre en confiance tous ses joueurs par rapport à leur qualités, et sa capacité de gestion humaine et de groupes qui lui permettent d'obtenir ces résultats. Quand je pense qu'en ligue 1 certain lui ont craché dessus, les même qui le font avec bielsa d'ailleurs...


N'oublie pas Khedira, actuellement blessé, et qui je pense, si le Real va encore subir quelques contre performances, Ancelotti le mettra titulaire sans se casser la tête.
"Au lieu de s'énerver quand les chiens en veulent à l'absence totale de logique sportive du recrutement du Real et qu'ils agitent le foulard de Makelele en 2003 pour dire adieu à Özil ou à Xabi Alonso, il préfère inventer lui-même le joueur dont il a besoin."

Encore une très jolie formule de Thibaud Leplat, propre et efficace, qui traduit totalement mon point de vue. Oui garder Di Maria aurait été le plus simple et logique sportivement mais le real ce n'est pas ça (malheureusement ou heureusement selon les points de vue) et Ancellotti s'adapte, c'est sûrement le plus difficile en football, quand tu vois Van Gaal qui semble gérer à peu prêt à 100% son recrutement (sauf les joueurs arrivés avant lui ce qui est logique) et qui démarre plus doucement qu'un gros diesel, avec énormément de mansuétude de la part des observateurs bizarrement, ça fait réfléchir. L'année dernière on lui promettait l'enfer car il avait perdu le "meilleur 10 du monde" "le vrai 10 moderne"… Puis pendant que que Bale cassait des reins et mettait des buts essentiels pour le Real, Ozil jouait la danseuse à Arsenal, et Di Maria jouait les 103SP au milieu, avec une technique superlative et 4 poumons en état de marche. Du coup le départ d'Ozil a libéré le Real, puisqu'il galvaudait à fond le jeu du milieu de terrain.

Là on va voir, moi aussi j'ai du mal à imaginer le grand Real sans Di Maria, mais Ancellotti est très très fort, et je suis curieux de voir ce qu'il va trouver, où au contraire si cette fois il va sécher… Mais en tous cas comme le dit Thibaud Leplat il ne sert à rien de s'énerver comme un chien ou de faire des projections. Ceux qui en ont fait l'année dernière se sont quasi tous plantés, et pourtant certains recommencent.

Bon après j'admire Ancelotti donc je suis pas 100% objectif, c'est le seul entraineur que j'ai jamais vu déraillé, être à ce point admiré de ses joueurs et qui ne fait pas de polémiques. Un des seuls qui a vraiment un comportement de patron, pas pour rien que ses joueurs l'appellent "le Mister" (d'ailleurs c'est intéressant de comparer les itw des joueurs du PSG par exemple, la façon dont ils parlaient d'Ancelotti et la façon dont ils parlent de Blanc).
En fait ancelotti est un pragmatique, quoi...
nicolino57 Niveau : CFA2
Je me souviens il y a 2/3 ans, je me moquais de cette manie de signer "Thibaud Leplat, à Madrid", comme si être à Madrid légitimait son analyse footballistique.
Mais il faut admettre que c'est un des meilleurs articles que j'ai eu l'occasion de lire sur Sofoot.
Une idée claire, une réflexion hors actualité, et une très jolie plume.

Bravo M. Leplat, et par pitié, continuez à ne plus nous informer d'où vous écrivez.

Nicolino57, à Paris.
Super article, bravo!

Ce n'est vraiment pas une surprise qu'Ancelotti ne laisse que des disciples sur son passage. Lorsque l'on voit Totti déclarer que le plus grand regret de sa carrière est de ne pas l'avoir eu comme entraineur, ça en dit long sur le bonhomme. Il faut vraiment ne rien comprendre au foot (hello Nasser/Roman) pour ne pas lui faire confiance. Qu'il est loin le temps où il déclarait vouloir devenir le Sir Alex du Milan! Si seulement Berlusconi ne l'avait pas abandonné avec le Milan...

D'ailleurs quand on voit ce qu'il a fait de di Maria, ou ce qu'il est en train de faire avec Isco ou Illa, ce n'est pas du nouveau - c'est lui qui a fait reculer Pirlo du poste de trequartista à regista.

Hâte qu'il entraine la Nazionale.
Quand on voit ce qu'il avait pu faire d'un joueur limité techniquement comme B Matuidi et ce que ce dernier est en train de redevenir avec un intérimaire comme L Blanc on voit tout de suite ce qui sépare un grand coach d'un autre de niveau très moyen
@ bartisol : La meilleure saison de Matudi , c'est la saison dernière . Donc , arrête de raconter de la merde uniquement pour troller sur le PSG . Merci d'avance.

C'est amusant . Amusant de voir comment on peut louer ( à juste titre ) , le niveau tactique d'un entraîneur dont la majorité des gens se foutaient de la gueule quand il était au PSG :
" .Le sapin de Noël ? Et elles sont où les boules ? Hu , hu , hu . .Jouer le contre à domicile contre un promu ? Quelle honte ! .Aller chercher Ancelotti alors que le PSG est en tête à la trève avec Kombouaré , c'est n'importe quoi !"

Ah oui ,et puis aussi , soi disant que Galthié était aussi bon que lui lors de la saison 2012-2013 ( élu " meilleur entraîneur de Ligue 1 avec Ancelotti , la bonne blague !).
@ EEES : " Mister " ,c'est la façon dont tous les joueurs appellent leur entraîneur en Italie ( même Rudi Garcia , ils l'appellent " Mister " à la Roma ) Rien à voir avec Ancelotti.
Ce qui me plaît chez Ancelotti c'est la manière qu'il a de chercher à aligner l'équipe la plus offensive, la plus créative possible. Dans une itw il parlait de son époque au milan où il alignait une équipe avec 5 mecs à vocations offensive dont 2 meneurs de jeu : rui costa et rivaldo, entourés de Shevchenko, Seedorf et Pirlo (gattuso étant la caution défensive assurant l'équilibre de l'équipe). C'est toute la question du profil des joueurs que tu alignes aux postes clefs du milieu de terrain. Est-ce qu'on préfère mettre ambrosini pour être solidifier la défense ou bien pirlo pour mieux maîtriser le jeu ? Faire reculer un mec comme seedorf, parce que d'une, il a le coffre pour défendre, et de deux il apporte une solution plus offensive au milieu de terrain.
J'ai envie de dire j'aime bien l'intention d'Ancelotti. L'audace qu'il a de chercher à multiplier les possibilités de marquer, sans trop s'attarder à éviter de prendre des buts.

J'ai l'impression qu'il faisait moins ça à Paris, qu'il y avait moins de recherche tactique.
Au Real, par contre, son équipe a d'énormes potentiels et il les met à profit. Il se fait plaisir avec un milieu ultra offensif. Alors certes, il ne pourra pas gagner la LDC avec Kroos, Modric et James au milieu, mais je trouve qu'il a raison de tenter des choses comme ça en championnat ; je ne vois pas comment on peut lui reprocher de prendre 2 buts quand son attaque est capable d'en marquer 8.
Après, voilà avec Khedira et Illara, il a la possibilité d'ajuster pour mieux équilibrer son équipe, mais encore une fois, j'aime cette manière de tenter toujours plus haut, toujours plus beau !
Le temps est bien souvent le meilleur allié.

On a prit Ancelotti pour une bille, on l'a dénigré, on ne l'a pas respecté.

Dugarry demandant des comptes à Ancelotti...Non mais on rigole quoi. Le mec qui a marqué 5 buts à Milan et à qui on a demandé bien gentiment au bout d'une saison de passer la porte et de ne plus jamais revenir.

Courbis qui se moque de son sapin de noel alors que son seul titre c'est un championnat de L2. Ah pardon, il y a une coupe d'Algérie, c'est vrai. Quelle vitrine !

Certains Présidents de club s'étaient offusqués de voir Kombouaré perdre sa place.

Oh oui, c'est d'ailleurs pour ça qu'il a signé dans un club de L2 des mois plus tards !
Ou étaient il tous les présidents effarés lorsqu'ils ont choisi un nouveau coach pour leur club ?

Le PSG est bien dans la merde à présent. Parce que des entraineurs de top niveau, il y en a pas 40.
Il y en a 3, Ancelotti, Mourinho et Guardiola.
Ancelotti, c'est trop tard, il en reste que 2 qui sont parti pour rester encore quelques années.
Virer Blanc, mais pour prendre qui ?
Ils sont dans l'impasse à présent parce qu'ils sont obligé de prendre un entraineur de haut niveau pour faire franchir un palier au club alors qu'ils avaient déjà un coach de top niveau.

N'empêche, en gagnant la LDC juste après avoir quitté la L1, Ancelotti a fait le plus gros doigt d'honneur qui était possible aux dirigeants et médias du football Français, et avec classe en plus.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
35 23