Ancelotti et les ultras italiens

Modififié
1 7
Banderoles douteuses dans la Curva Sud de la Roma, expédition punitive à Cagliari, dégradations à Varese. L'Italie ne sait toujours pas comment faire pour apaiser ses supporters ultras.

Exilé depuis bientôt six ans, Carlo Ancelotti a été questionné sur le sujet par RadioRai : « Ce qui différencie le foot italien des autres pays est l'environnement. Les stades sont plus vides par rapport aux autres nations, et la violence continue d'être remarquée plus qu'ailleurs. Ici, au Real, les supporters contestent le jeu de l'équipe, mais les ultras, les banderoles n'existent plus. Un gros travail a été fait pour éliminer les franges les plus violentes. En Italie, je lis que des supporters envahissent les vestiaires et insultent les joueurs, ce n'est plus possible. Les joueurs se sentent otages des supporters sans cervelle. » De quoi l'éloigner de son pays ? : « Non, je suis à l'étranger pour le plaisir de vivre des nouvelles aventures et connaître des cultures différentes » .

Un Erasmus quoi.
VP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 2
Ouais enfin le Real n'est peut-être pas le bon exemple pour parler d'Ultras non plus. On ne peut pas dire que Bernabeu soit le stade où l'ambiance est la plus effrayante de la couronne quoi. De l'autre bord du Manzanares, une partie des imbéciles heureux fascistes n'ont pas été simples à foutre à la porte du Calderon, il a fallu attendre un drame pour qu'ils puissent le faire. Comme d'hab, c'est une majorité qui a payé pour une minorité d'enculés.

Séville, le Rayo, le Depor, Bilbao ou même Eibar ont des ambiances plus chaudes.
Le Mestalla semble assez bouillant aussi. Il est rarement rempli d'enfant de coeur.
MacchiaGobbo Niveau : CFA2
y a quand même eu un mort en espagne cette année aussi..
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1 7