Amorrortu : « Nos joueurs ne sont pas des marchandises »

L'Athletic Bilbao est arrivé cette saison en finale de la Coupe du Roi et de l'Europa League avec sept joueurs issus de son centre de formation. Une bizarrerie loin d'être due au hasard, puisque le plus vieux club d'Espagne cultive avec soin sa différence et son attachement à la terre basque. Directeur de la Cantera du club depuis 1994, hormis un passage à l'Atletico Madrid entre 2006 et 2010, José Maria Amorrortu est à la fois le témoin du passé et le garant de l'avenir de la philosophie de l'Athletic. Un mec qui parle de vision sur le long terme, de fraternité et d'amour du maillot.

Modififié
L'Athletic Bilbao est-il un club unique ?
C'est certain. Tous les joueurs qui jouent chez nous sont formés au Pays basque, c'est quelque chose d'unique dans le panorama du football mondial. Contrairement à toutes les autres équipes, on ne dispose que d'un cadre restreint, le Pays basque, pour nourrir notre équipe première.

N'avez-vous pas un peu l'impression d'être une espèce en voie de disparition dans le football actuel, où l'on ne parle que d'individu et d'argent ?
Notre philosophie est particulière. Nos joueurs ne sont pas des marchandises, ils apportent quelque chose au club. Cette singularité ne nous empêche cependant pas d'être compétitifs. On l'a bien vu cette année. Donc on est différents, l'Athletic est un club qui marche un peu à contre-courant du foot business d'aujourd'hui, mais qui l'assume totalement, c'est même une revendication. Au club, tout le monde, des gamins de 10 ans aux dirigeants, en passant par l'équipe première, partage la même vision du football. Les joueurs savent qu’ils représentent quelque chose d'unique et de très fort. Notre modèle est atypique et isolé, mais tout le monde doit savoir que ça fonctionne sportivement. On peut tout à fait jouer au top niveau européen en formant la quasi-totalité de ses joueurs.

Est-ce que le club ne va pas un peu perdre de cette identité si particulière en remplaçant la légendaire Cathédrale par le nouveau San Mamés Barria ?
Je ne crois pas. Déjà, on ne déménage pas à l'autre bout de la ville puisque le nouveau stade va être construit au même endroit. Je suis certain que notre public va s'approprier la nouvelle enceinte. Ce qui fait l'incroyable ambiance de San Mamés, c'est avant tout nos supporters, et ces supporters seront là, je leur fais confiance. Nous avons des liens très étroits avec les supporters. Cette relation va perdurer et même se renforcer.

Comment fait-on pour monter une équipe compétitive quand on a seulement une centaine de jeunes dans le centre de formation comme base de recrutement ?
Le processus de formation n'est pas vraiment différent de celui qu'on retrouve dans les autres clubs. Ce qui est par contre différent, c'est l'environnement dans lequel les jeunes évoluent. L'ambiance, l'esprit qui règnent à Lezama (la Cantera de l'Athletic, ndlr) ne sont pas les mêmes que dans les autres centres de formation. Ils n'apprennent pas qu'à taper dans un ballon, on leur transmet des valeurs, celles du club. Ils s'approprient les idées d'effort, de dépassement de soi, de cohésion. Les gamins savent qu'ils ont une grande opportunité. S'ils se démènent pour donner le meilleur d'eux-mêmes, s'ils mouillent le maillot tous les jours à l'entraînement et s'ils représentent les valeurs de l'Athletic, ils savent qu'ils finiront sûrement par jouer en équipe première.

Pourquoi ne pas recruter des joueurs espagnols ou formés en Espagne, plutôt que des jeunes Basques ou formés au Pays basque ?
Ce qui fait notre force, c'est que nos joueurs sentent qu'ils participent à quelque chose qui les dépasse. Pour acquérir ce sentiment, il faut que les jeunes l'apprennent, qu'ils aient envie de porter ce maillot, qu'ils en soient fiers. Quand un enfant arrive à 10 ans à Lezama, qu'il est déjà supporter de l'équipe parce qu'il est né ici et qu'il grandit entre nos murs, il devient une partie de l'âme du club. C'est une valeur qui n'est pas quantifiable, mais qui, pour nous, est primordiale.

Mais Antoine Griezmann, par exemple, qui n'a pas de sang basque dans les veines, mais qui a été formé par la Real Sociedad, il pourrait jouer à l'Athletic ?
Ce n'est pas une question de sang. Il a été formé au Pays basque, donc, hypothétiquement, il pourrait un jour venir chez nous. Après, il faudrait qu'il en démontre l'envie. Nos joueurs ne sont pas interchangeables, c'est avant tout des hommes avec qui on crée des liens très forts.

Comment fonctionne la détection des jeunes talents ?
Les jeunes joueurs viennent chez nous de tout le Pays basque, y compris de sa partie française, lors de nos journées de détection. Ils commencent à s'entraîner à Lezama à partir de 10 ans et suivent le processus de formation pas à pas. On effectue un travail individuel sur le joueur pour l'aider à développer ses qualités initiales. Dans ce domaine-là, il n'y a pas de secret.

Vous savez que si vous « foirez le job » au niveau de la formation plusieurs années de suite, l'équipe première risque d'en prendre un sacré coup. C'est une grosse pression, non ?
Évidemment, c'est le genre de choses qui m'empêchent parfois de trouver le sommeil. Il peut y avoir des trous, plusieurs années de suite, où aucun jeune ne franchit le cap suffisant pour passer en équipe une, ça nous est déjà arrivé. Il faut essayer de faire avec, d'accepter que la formation n'est pas une science exacte. Ça n'empêche pas une certaine continuité. Le club côtoie l'élite du football espagnol depuis que la Liga a été créée en 1928. De temps en temps, on intègre également le top niveau européen. Ce n'est pas trop mal, non ? L'important, ce n'est pas le résultat d'un ou deux matchs, mais la tendance sur plusieurs années.

En tant que directeur sportif du centre de formation, est-ce que vous essayez d'inculquer aux jeunes que vous formez, en plus de l'esprit et de l'amour du club, une certaine philosophie de jeu ?
Bien sûr. Tout part d'une analyse du football actuel. Quelles sont les qualités qui sont mises en avant dans le jeu ? Qu'est-ce qui marche ? À partir de ces questions, on essaie de développer plus ou moins certains aspects tactiques et techniques dans la formation. On tente également de faire sortir des joueurs « intelligents » . Des garçons qui comprennent le football, qui savent voir le jeu et qui sont donc plus à même par la suite de développer quelque chose de performant et d'attractif à regarder.

Le football total de Marcelo Bielsa, c'est la suite logique de votre travail à la Cantera ?
Bielsa a fait un travail épatant. En une saison, il a réussi à s'approprier l'équipe, il l'a fait progresser, il l'a rendue plus complète. Les joueurs ont mûri avec lui. Le travail de Bielsa n'aurait cependant pas été aussi productif si les joueurs ne disposaient pas des qualités essentielles sur lesquelles il s'est basé pour construire sa philosophie de jeu. J'essaie de construire une base qui soit en adéquation avec les exigences du football actuel. Si on se met à regarder son travail en estimant qu'on est au top, on finit par prendre du retard sur les autres équipes.

Si vous ne deviez choisir qu'un joueur, que vous avez détecté, formé, vu grandir et dont vous êtes fier aujourd'hui…
Muniain, Amorebieta, Llorente, Susaeta, Aurtenetxe, Iturraspe, ce sont tous des garçons qui sont au club depuis qu'ils ont 10 ou 11 ans, ils ont joué deux finales cette saison, certains sont internationaux… Je ne voudrais pas, en en mettant un en avant, en le prenant comme modèle, dévaloriser les autres. Ce sont tous des vrais « Leones » (le surnom des joueurs de l'Athletic Bilbao, ndlr).

Vous avez porté les couleurs du club de 1973 à 1978, une période charnière avec la mort de Franco et le retour de la démocratie. Ça faisait quoi de jouer à Bilbao à ce moment-là ? Vous vous sentiez opposants politiques ?
Non, pas vraiment. Évidemment, en tant que personne, je faisais partie de la société et du changement qui était en cours, je l'appuyais. Pour autant, on a toujours essayé de sortir le football du contexte politique. La fierté de porter les couleurs du club était et reste au-dessus de n'importe quel engagement politique.

Vous aviez pourtant étendu l'ikurrina (le drapeau basque, ndlr) au milieu du terrain lors du premier match contre la Real Sociedad après la mort de Franco…
(Il coupe) J'étais de cette fameuse rencontre. Les deux équipes sont sorties du vestiaire avec le drapeau basque. Ce fut un événement qui a symbolisé beaucoup pour nombre de gens à l'époque. Je ne dirais pas qu'on a eu un rôle politique d'opposition. On a fait partie du mouvement, de cette époque de transition vers la démocratie et vers l'accès à des libertés nouvelles.

Avec la période noire que vit l'Espagne économiquement et socialement, les nationalismes régionaux doivent-ils être mis de côté ou, au contraire, s'exprimer plus haut et fort qu'en période de croissance économique ?
Comme en foot, le travail d'équipe est toujours plus efficace que le travail individuel. L'Espagne est face à une crise très profonde. Pas seulement économique. La crise économique est la conséquence d'une crise de valeurs, de l'individualisme croissant et des mouvements spéculatifs, pas seulement dans la finance. Les valeurs du football que nous défendons peuvent être une solution à cette crise. La cohésion, la fraternité, la participation coopérative, ce sont des idées que nous défendons ici, mais qui devraient s'appliquer à la politique du pays. Néanmoins, le football espagnol participe de la dérive actuelle. Beaucoup dépensent leurs millions au lieu de les investir et participent donc de la spéculation générale.

Pour revenir un peu au foot, en 1976/1977, votre génération était allée jusqu'en finale de Coupe UEFA et de la Coupe du Roi, deux finales perdues. Une histoire parfaitement répétée cette saison, puisque que l'équipe de Marcelo Bielsa a reproduit exactement le même scénario. Coïncidence ?
Justement non, c'est le signe que, 35 ans après ma génération, l'Athletic est de nouveau au sommet du football mondial. C'est réconfortant. J'espère simplement qu'on n'aura pas à attendre 35 autres années pour rééditer ce genre de performance.

Le club n'a plus rien gagné depuis 1984, et ce, malgré quatre finales disputées et une deuxième place de la Liga en 1997-1998. Vous êtes maudits ou quoi ?
Ce n'est pas une question de malédiction. Depuis l'arrivée de l'argent des droits télé en Espagne, la compétition est sans cesse plus difficile. Le duopole Real – Barça, qui truste l'immense majorité de cet argent, rafle quasiment tout chaque année, il ne nous reste plus que des miettes à récupérer.

Comment sera l'Athletic Bilbao dans 20 ou 30 ans ?
Sain, performant, basé sur notre jeunesse et soutenu par nos supporters. Je lui imagine un grand futur.

Propos recueillis par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Tres interessante interview!

Une question que j'aurai aimé poser:
le club parvient il à conserver ses jeunes pépites?

C'est le probleme de la plupart des clubs "formateurs" qui en gardent leurs futures star pas plus de 2-3 ans.
Y parviennent ils mieux que les autres ou font ils sans?

Un supporter du club qui traine par la pourrait peut etre répondre?
Enpannedinspirationpourlepseudo Niveau : DHR
C est bien beau tout ca, le monde des Bisounours toussa toussa.. Mais ce sont quand meme des dirigeants qui ont failli l un des meilleurs entraineurs du monde pour un différent de BTP ou il était dans son bon droit !
Athletictzale Niveau : Loisir
@The Pitt

Oui ils y parviennent. Rares sont les joueux a quitter ce club. Je citerais les cas récents de Julen Guerrero ou Joseba Etxeberria, 2 grands joueurs de l'Athletic que toute l'europe s'arrachait et qui ont passés l'ensemble de leur carrière dans ce club. (Etxeberria a même joué la dernière année de son contrat sans percevoir de salaire)

Encore plus recémment, cela fait des années que le Real souhaite acheter Iraola ou encore Llorente et ils sont encore là. et tout me porte a croire que eux aussi vont terminer leur carrière dans ce club
Interview super interessante, merci Sofoot.
J'espère qu'elle aidera les gens à faire la différence entre identitée culturelle forte et discrimination (pour répondre à certain commentaire plutot négatif qur j'ai lu sur l'article sur Javi Martinez à propos du modèle de l'Athletic).
The Pit, l'Athletic est un club historiquement peu vendeur (il y a des exceptions, comme Zubi), l'identitié culturelle joue justement assez fort sur la cohésion. A moins que le joueur ne soit en mesure de relever un défi sportif fort dans un autre club, ce que l'athletic ne peut pas toujours lui offrir. A conditions égale, il reste généralement aux club.
Le club vient de vivre quelques années de creux au début des années 2000, mais il s’en est sorti et peut de nouveau compter sur une génération jeune et talentueuse. J'espère vraiment qu'ils parviendront à décrocher un titre. Si ils pouvaient repècher Beñat, ça les y aiderait grandement.
Ce qui me fait penser qu'en match de prépa y a quelque jours, Lyon - Athlétic 1-2. Sans Javi Martinez, Llorente, Munian, Ander Herrera ...
Note : 2
Oui, j'ai vu le match contre Lyon. Et honnêtement, Lyon avait tout autant d'absents, mais a largement dominé au niveau du jeu. APrès L'OL n'a pas su tenir le résultat, en partie aussi à cause d'un pénalty qui n'aurait jamais du être sifflé.

Résultat plus que trompeur.
D'habitude je suis contre tout sectarisme, communautarisme ou repli sur soi, mais je dois dire que l'Athletic et sa philosophie me fascine pas mal: ils sont complètement à contre-courant des valeurs véhiculés par le football actuel et pour ça je dis bravo
C'est marrant le côté bobo (pourri) de l'interview, là où le gars explique par A+B qu'il n'y a pas de revendication politique (bon ça se discute côté "nationalisme") du type alter mondialiste du foot. Pour jouer à l'Athletic il faut avoir un parent Basque, y'a pas de côté grande partouze. Et ça c'est pas très bobo... Et c'est bien
Brice, je sais bien, c'était juste pour en remettre une couche.
Un match de prépa typique avec beaucoup d'absent des deux cotés, peu révélateur et malgré le score dominé par Lyon.
Sur FM ou Fifa, ça doit être sympa de recruter que des joueurs basques pour ceux qui sont motivés...

Par contre respect à eux. Ils arrivent a démontrer que le football n'est pas que celui qu'on veut nous montrer, du foot business. Il existe une autre façon de réussir. On oublie trop facilement que le football est avant tout un sport et non un emploi, ou un spectacle tel un concert d'AC/DC.

Qu'ils continuent comme ça, j'espère que Bielsa va rester, ainsi que tout les jeunes joueurs. Pour le bien du foot espagnols ...
simmarseille Niveau : District
Proposer du beau jeu comme ils le font, sortir des pépites comme Javi Martinez, Muniain et avoir des résultats plus que corrects, tout ça qu'avec des joueurs locaux moi, moi je dis Classe! Aux antipodes du foot-business et des ses valeurs (c'est a dire aucunes)..
Pourquoi ils ont pas un entraîneur basque?...

Sinon, en effet, itw intéressante avec quelques, euh, contradictions je suppose, que je n'arriverai pas à définir aussi bien que je le voudrais. Il arrive par exemple à démarquer l'idéologie Athletic de la sphère politique, allant en ceci à l'encontre d'un Barça où c'est un peu le contraire, mais sans connaître plus que cela le football basque ou le "problème basque", je me dis que c'est un peu facile de l'en dissocier au jour d'aujourd'hui, devant les médias par exemple. Mais peut-être que c'est plus facile simplement à cause du caractère violent qu'ont prises les revendications basques au cours des 30 dernières années : faut bien prendre ça en compte j'imagine, pour donner plus de relief et de crédibilité à son propos.
OuinOuinOuin Niveau : Ligue 1
Je comprends pas trop. Il n'y a pas de message politique mais tous les joueurs doivent être formés au pays basque? De plus, sauf erreur de ma part. Cette règle a changé car avant il fallait carrément être né au pays basque. Imahinez qu'Ajaccio ou Bastia fasse la même chose? C'est pas politique?

Déjà que le Barca a une image, vision, conception politique, que dire de Bilbao?

Sinon, simple question : du coup ils ne "recrutent" vraiment jamais?
le foot business ils y sont en plein dedans. Ils utilisent leur pouvoir financier pour piller les centres de formations des clubs voisins, Osasuna étant leur victime favorite. Ils ne forment pas la plupart de leurs pépites, ils les "chassent" dans tous le pays basque. La nouvelle proie arrachée à Osasuna cette saison, Alejandro Larrayoz, en attendant les possibles arrivées de Barja et Larriu en provenance du pauvre club navarrais.
L'histoire de la formation au Pays-Basque n'est pas totalement véridique puisqu'ils ont eu des argentins d'ascendance basque non formé sur le sol basque ou bien même Bixente Lizarazu, basque mais non formé au pays basque puisque formé footbalistiquement en Gironde.
En gros il faut être de Sang Basque OU être formé au pays basque (comme Llorente qui n'est pas basque). En gros, "droit du sang" et "droit du sol". Néanmoins, mais je ne doute pas que le droit du sang prime. On va dire en tout cas qu'il ne fera jamais débat. Ca reste à voir pour les "non-basques" quand ils deviendront majoritaire.

Club modèle de l'anti foot-business et de l'anti mondialisation actuelle.
Pour info la comparaison avec Bastia/Ajaccio est difficile à tenir, il n'y que 250 000 habitants en Corse.Bastia en tout cas renait de ses "presque" cendre en appliquant un modèle différent du marasme actuel: soutiens du public par le club dans les moments difficiles, recrutement de joueurs revanchards compatibles au niveau du caractère avec le respect du maillot et de la culture insulaire, cours de langue corse, simplicité, et ça a marché deux saisons d'affilée, ça promets d'être dur en L1 mais il faut y croire, pour l'amour du football populaire.
Un peu l'inverse du RC Lens quoi.
Ce club reste un exemple pour la formation en général et une voie à suivre pour les clubs Corses même si tout ne peut se faire en un jour. Le Sporting doit mixer la formation et les revanchards à l'état d'esprit en phase avec nos valeurs comme c'est le cas depuis deux ans.
Les meilleurs billets de Sofoot sont les interviews, de loin et quelque soit le journaliste.
Hier à 17:48 Le bilan de la saison est en kiosque ! Hier à 17:23 Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 110 Hier à 16:47 Un petit bijou en MLS 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 13:36 Trejo de retour au Rayo 17 Hier à 13:23 Oscar suspendu huit matchs 25 Hier à 11:38 Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 Hier à 10:40 Zlatan vers Los Angeles ? 37 Hier à 10:28 Parme va passer sous pavillon chinois 35
Hier à 09:11 La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 54 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11 dimanche 4 juin Suivre SO FOOT sur les réseaux sociaux 1 samedi 3 juin Combien le Real Madrid a dépensé pour gagner la Ligue des champions samedi 3 juin Asensio clôt le débat 3 samedi 3 juin Casemiro et Cristiano mettent le Real en orbite 1 samedi 3 juin Le sublime retourné de Mandžukić pour l'égalisation 5 samedi 3 juin CR7 ouvre le bal 1 samedi 3 juin Le tifo des supporters turinois lors de l'entrée des joueurs 2 samedi 3 juin Les anciens de la Juve à fond derrière les Bianconeri samedi 3 juin Del Piero débarque à Cardiff en roi 2 samedi 3 juin Des ultras parisiens taquinent une hôtesse de l'air 17