En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 25e journée
  3. // AS Roma/Juventus

Álvaro Morata, le jeune homme qui excite la Vieille Dame

Élu homme du match face à l'AC Milan le 7 février dernier, l'Espagnol de 22 ans a remis le couvert face au BVB en offrant à la Vieille Dame le but de la victoire il y a six jours en Ligue des champions. Après une première partie de saison discrète, Morata semble enfin justifier ses honoraires.

Modififié
42e minute de jeu au Juventus Stadium. Profitant d'une longue transversale de Bonucci, Carlos Tévez décale Pogba côté gauche qui centre en première intention pour Álvaro Morata, esseulé à huit mètres des cages de Weidenfeller. Le jeune Espagnol ouvre parfaitement son pied droit et ajuste en toute sérénité un portier teuton abandonné par sa défense centrale. La Vieille Dame mène 2-1 face au Borussia Dortmund à la pause, plus rien ne bougera par la suite. En choisissant de titulariser son joker madrilène aux côtés de l'Apache ce soir-là, Max Allegri sentait probablement qu'il y avait un coup à jouer. Grand bien lui en a pris, Morata termine la rencontre en roue libre après avoir marqué et (pratiquement) offert le premier but à Carlos Tévez. La presse et les spectateurs sont unanimes : l'homme du huitième de finale de Ligue des champions, c'est lui. Si la Juventus ne part pas forcément favorite pour le match retour vu le regain de forme des Allemands, elle peut néanmoins se satisfaire d'avoir trouvé en la personne d'Álvaro Morata un homme de confiance capable de briller dans les grands rendez-vous. Car oui, mardi dernier, le gamin espagnol a réalisé son meilleur match sous le maillot bianconero qu'il arbore depuis sept mois maintenant. Trois jours plus tard, l'UEFA ne s'y trompe pas et place l'ancien Madridista dans son équipe type des huitièmes de finale, quelque part entre Suárez et Cristiano Ronaldo.

Actions discrètes


Si la saison du jeune attaquant semble enfin avoir démarré, son acclimatation dans le Piémont ne fut pas toujours une partie de plaisir. Débarqué mi-juillet en provenance de la capitale espagnole, Morata se blesse au genou le lendemain de sa présentation à la presse. Première désillusion pour les dirigeants turinois, et premier coup dur pour le gamin formé entre l'Atlético Madrid et Getafe. En signant chez le triple champion d'Italie, Álvaro Morata espère récupérer le temps de jeu que le Real n'a jamais vraiment su lui offrir. Raté, la Vieille Dame lance sa saison sans lui et avec un autre Espagnol aux avant-postes, Fernando Llorente, confortablement installé dans le onze type de la Juve depuis l'été 2013.

En retard physiquement sur le reste du groupe, Morata avance à petits pas jusqu'au mois de décembre, se contentant des bouts de match que Tévez et Llorente veulent bien lui laisser. Pour voir sa première titularisation, il faut attendre le 22 octobre et le déplacement en Grèce sur la pelouse de l'Olympiakos. La Juve est défaite 1-0, Morata dispute l'intégralité du match, mais n'empêche pas l'hémorragie. Alors que l'équipe n'est pas au meilleur de sa forme, les tifosi commencent à s'impatienter. En huit apparitions, l'Espagnol, acheté 20 millions d'euros au Real Madrid quelques mois plus tôt, n'a inscrit qu'un petit but sans délivrer la moindre passe décisive. Par chance, son compatriote et ami Fernando Llorente n'est guère plus efficace. Sauf que lui est titulaire à tous les matchs et que son inefficacité commence sacrément à se voir. Au soir de la trêve, Llorente a marqué 5 buts en 1465 minutes (toutes compétitions confondues) et délivré deux assists. Alors forcément, quand on cherche du temps de jeu, ce genre de statistique a tendance à aider.

Tout vient à point à qui sait attendre


À vrai dire, le match référence d'Álvaro Morata contre Dortmund était à prévoir. Depuis le début de l'année et la reprise du championnat, l'Espagnol ne cesse de monter en puissance et pèse de plus en plus sur le front de l'attaque turinoise. Au point d'avoir convaincu Massimiliano Allegri de le titulariser en lieu et place d'un Llorente très loin de son rendement de l'année dernière. C'est simple, sur les six derniers matchs de la Vieille Dame en Serie A, Morata a joué autant que lors des dix-huit précédents. Sans parler des deux rencontres de Coupe d'Italie contre Parme et le Hellas Vérone où l'ex-Madrilène a marqué à chaque fois (Morata qualifie la Juve face à Parme douze minutes après son entrée en jeu). Décisif, rapide, percutant, disponible, intelligent dans son placement, l'Espagnol a toutes les qualités requises pour s'imposer dans un club comme la Juventus. Et y rester ? En signant à Turin l'été dernier, Álvaro Morata a accepté d'être racheté par le Real Madrid en juin 2016 pour 30 millions d'euros s'il souhaite rejoindre le pays qui l'a vu naître. Interrogé la semaine passée par la Gazzetta dello Sport, Carlo Ancelotti s'est montré pessimiste quant à un retour du jeunot : « Álvaro avait besoin de jouer. C'est un jeune garçon, et c'est lui qui a exprimé le désir de s'en aller pour trouver plus d'espace et de continuité. Nous n'avons pas de regrets. Son départ était un choix bien réfléchi, également parce que nous avons des jeunes joueurs tout aussi intéressants. Dans le contrat de Morata, il y a également une clause de rachat pour le Real, mais je crois qu'il va rester à la Juve... »


Avec un Coman encore fragile pour le très haut niveau, un Llorente à l'arrêt, un Pepe rongé par les blessures et un Matri dont on a déjà oublié le retour en janvier, Morata a effectivement toutes les cartes en main pour devenir le nouvel homme fort du onze d'Allegri. Et ainsi former avec Carlos Tévez le duo d'attaque le plus couru d'Italie. Il y a quelques semaines, lors d'une interview avec une radio espagnole, le joueur évoquait son avenir en ces termes : « Quand je peux le faire, j'essaye de suivre les matchs du Real d'ici. J'espère qu'ils gagneront tout en Espagne, mais si nous les rencontrons en Ligue des champions, j'espère que nous passerons. J'ai un contrat avec la Juventus, je suis heureux ici et je ne pense à rien d'autre qu'au blanc et noir. Penser à autre chose ne m'intéresse pas. » Ça tombe bien, les Vieilles Dames aiment généralement beaucoup les petits jeunes.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
il y a 5 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 44 il y a 6 heures Dupraz quitte le TFC 123 il y a 7 heures Robinho en route vers Sivasspor 54 il y a 10 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7