1. // France – Ligue 1 – 24e journée – Rennes/Toulouse

Alou Diarra la dépanneuse

L’Angleterre, il est en déjà revenu. Une demi-saison après avoir quitté l’OM, Alou Diarra est déjà de retour en L1. Rennes a récupéré l’ex international pour compenser le départ en Russie de Yann M’Vila. Un prêt sec de cinq mois où les deux parties ont à y gagner. Explications.

4 7
Les clichés ont la vie dure. Pensez à l’équipe rennaise par exemple et instinctivement, dans la tête de beaucoup d’entre vous, va s’inscrire l’image d’une équipe de bourrins. Chez les consultants télé et radio, ce n’est pas tellement différent : Rennes forme des bons gros joueurs physiques et recrute pareillement, Rennes joue dur, Rennes joue sale. Et il a bien existé une époque relativement récente où la vérité n’était pas loin d’être celle-là. L’époque des Mangane, Mbia, Hansson ou Doumbia et Mandjeck encore plus récemment. Là c’est vrai, ce n’était pas tous les soirs atelier dentelle Route de Lorient. Les adversaires pouvaient repartir de Bretagne avec des bleus et des bosses.
Sauf que tous les joueurs qu’on vient de citer ne font plus partie aujourd’hui de l’effectif rennais. Et croyez-le ou non, mais s’il y a un secteur dans lequel les hommes d’Antonetti ont souffert dans la première moitié de saison, c’est bien au niveau de l’impact physique. Derrière les techniciens Pitroipa, Alessandrini et Féret, il a souvent manqué de muscles à la récupération. Un « gros » , pour emprunter le langage rugbystique. Makoun n’en est assurément pas un, Pajot non plus, ni Danzé quand il lui a fallu dépanner à ce poste. Et si M’Vila n’a jamais été un monstre de puissance, au moins réussissait-il à imposer un gros volume de jeu pour compenser lorsqu’il était au top de sa forme.

Profil « grande saucisse »

Mais voilà, Yann M’Vila aussi a fini par quitter les lieux, direction le Rubin Kazan en Russie. Déplumé dans l’entrejeu mais les caisses bien remplumées par l’indemnité de transfert – autour de 12 millions d’euros – le club rouge et nNoir a décidé de recruter malin. Comme ce n’est pas le genre de la maison, il n’a pas été question de lâcher beaucoup de thunes pour, par exemple, arracher l’espoir Giannelli Imbula au voisin guingampais. On a d’abord fait appel à la filière scandinave en allant chercher Anders Konradsen, néo-international norvégien, révélé avec les Espoirs lors de la double confrontation d’octobre face aux Bleuets de France. Konradsen débarque en Bretagne quasiment à l’âge qu’avait Kim Källström lorsqu’il est arrivé en 2004. Källström, incontestablement la plus belle réussite de cette filière du nord de l’Europe, l’exemple à suivre.

Mais comme il n’est pas certain que le Norvégien saura tout de suite s’imposer à Rennes, il fallait encore recruter. Le profil ciblé : un gars avec suffisamment de bouteille et de connaissance du championnat français pour ne pas mettre longtemps à prendre ses marques ; si possible pas cher ; et bien évidemment un mec plutôt baraqué pour combler le déficit physique des Bretons. Vu comme ça, clairement, Alou Diarra correspond pile poil à ce qui était souhaité. D’abord parce qu’il « pèse » plus de 300 matchs en L1, près de 40 en coupe d’Europe et 44 sélections chez les Bleus. Ensuite parce que financièrement, il ne coûte pas grand-chose : il est arrivé en prêt sec sans option d’achat et avec une bonne partie de son gros salaire laissé à la charge de son club West Ham. Enfin, c’est incontestablement un profil de joueur costaud juste comme il fallait. Un style « grande saucisse » (sans la galette) façon Vieira, qui paraît complémentaire avec Makoun en sentinelle devant la défense.


Une politique du court terme


Alors que le Stade Rennais est toujours à la chasse aux premières places en L1 et souhaite profiter de la finale de la Coupe de la Ligue pour enfin glaner un trophée, ça paraît plutôt malin comme recrutement. Un des effectifs les plus jeunes du championnat a décidé de grisonner ses tempes et de rider du front cet hiver, avec l’arrivée d’Alou Diarra donc, mais également celles de John Mensah et Herita Ilunga, âgés respectivement de 31, 30 et 30 ans. Et puis s’il est entendu qu’Alou Diarra n’a pas la qualité de passe de Yann M’Vila, au moins a-t-il l’intelligence de le reconnaitre. Lors du dernier Euro par exemple, où il a été amené à combler l’absence de… M’Vila, on l’a vu plutôt bon, jouant dans un registre très sobre : petites passes latérales, zéro prise de risque. Pas spectaculaire, mais Rennes n’a pas forcément besoin d’un récupérateur cherchant systématiquement la profondeur comme avait tendance à le faire M’Vila. Chacun son boulot, c’est à Pitroipa, Alessandrini et Féret de se charger de l’animation offensive, et ils le font plutôt bien jusqu’à présent.

Enfin niveau mentalité, Rennes récupère un joueur ultra-revanchard, qui doit prouver qu’il n’est pas fini, après un épisode mitigé à Marseille et carrément foireux à West Ham. Route de Lorient, on veut voir le Diarra de Bordeaux qui doit se montrer, percutant, qui fait mal à l’adversaire et qui place sa tête dès que c’est possible. Ce qu’il a déjà fait d’ailleurs, son coup de crâne ayant été décisif pour la remise vers Axel N’Gando, samedi à Lorient en toute fin de match. Entre un Diarra qui a la dalle et un M’Vila avec le moral dans les chaussettes, Antonetti n’a peut-être pas perdu au change. Et puis si ce n’est pas le cas, il n’y a pas drame : Diarra se barre quoi qu’il arrive au printemps et on n’en parle plus. C’est d’ailleurs un peu la limite de la politique du club cette saison : Rennes a décidé de jouer plus sur le court terme que d’ordinaire, avec notamment ce milieu récupérateur d’intérimaires Makoun/Diarra. Ce n’est qu’en fin de saison qu’on pourra juger de l’efficacité de cette stratégie.

Par Régis Delanoë, à Rennes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Recrutement intelligent. La moyenne d'âge des joueurs en prend un sacré coup (Makoun, Diarra, Mensah,Illunga). Une mini révolution pour le stade rennais. Esperons que cela paye le 20 avril !
superslash Niveau : CFA2
recruter intelligent ? Rien de plus simple, jouez à FM ! bon ok Sigborsson ca aurait été un flop ...
Kallstrom la plus belle des réussite c'est un peu frustrant.
Je ne sais pas ce qu'en pense Cech aujourd'hui ...
Ok, je crois que l'auteur de l'article veut dire Scandinavie. Tssssssss
Källström, incontestablement la plus belle réussite de cette filière du nord de l’Europe, l’exemple à suivre.

Aeyron Sk, la République Tchèque, c'est pas encore le Nord de l'Europe, hein.
momoyouth Niveau : DHR
"Un mec plutôt baraqué"

Diarra? A la limite M'vila ok. En tout cas on a pas gagné au change...
Quel chèvre ce gars
ouais mais j'ai toujours pensé qu'en football, l'expérience était un peigne pour les chauves et que les médias nous survendaient cette caractéristique comme critère d'analyse. selon moi l'expérience a peut être une influence sur l'issue d'un match mais elle reste infime. ce qui fait vraiment gagner les matchs, c'est le talent.

Rennes, en cette année décisive (finale de coupe de la ligue), mise clairement sur l'expérience pour briser définitivement leur réputation de losers. ils ont fait le choix d'enrôler diarra dans l'espoir qu'un finaliste de coupe du monde, un joueur habitué à jouer des grands matchs et à gagner des titres déteigne sur le reste de l'équipe et inculque cette culture de la gagne à nos petits puceaux.

c'est clair que j'aurais préféré un imbula dans l'entrejeu rennais, mais cette stratégie est un pari à court terme, elle s'inscrit dans le sens du recrutement de makoun du début de saison. c'est la première fois que le club embauche de tels joueurs (à l'exception de quelques recrutements parsemés comme celui de bernard lama par exemple). les dirigeants tentent une mini expérience et je dois avouer que je suis curieux d'en connaître le dénouement. force est de constater que jusqu'ici la stratégie du club n'a jamais fonctionné. peut être, est ce moi qui me trompe finalement...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 7