Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Phase de poules
  3. // Bilan

Alors, on en retient quoi, de cette phase de poules de la C1 ?

Ça y est, c'est fini. Après quatre mois de compétition, la phase de poules de Ligue des champions a rendu son verdict définitif. Forcément, dans le lot, il y a des déceptions, des confirmations et des surprises. Bilan.

Modififié

GROUPE A

Atlético Madrid Juventus Olympiakos Malmö


Pas vraiment de surprise dans le groupe A. Si tout le monde misait sur la qualification de l'Atlético et de la Juventus, la vraie question était de savoir laquelle des deux équipes raflerait la première place du groupe. Au final, c'est l'Atlético qui remporte la mise, notamment grâce à sa victoire contre les Turinois, à domicile, 1-0. Juste derrière les deux cadors, on retrouve un Olympiakos qui aurait finalement pu espérer mieux dans ce groupe. Avec trois victoires en autant de rencontres à domicile, les Grecs ont raté la qualification loin de leurs terres où ils n'ont connu que des défaites, dont une fatale à Malmö. Les seuls points pris par les Suédois, d'ailleurs, qui terminent à la quatrième place. Celle qui les attendait dès le début.

GROUPE B

Real Madrid FC Bâle Liverpool Ludogorets


Tenant du titre, le Real Madrid fait clairement office de candidat à sa propre succession après la phase de poules. Le bilan des Madrilènes est sans appel : six matchs, six victoires, seize but marqués pour deux encaissés. Une putain de machine de guerre, quoi. Pour Liverpool, la folle épopée de 2005 n'est qu'un lointain souvenir. Suárez parti, Sturridge blessé et Balotelli tout nul (et blessé aussi) : c'est la catastrophe. Adieu la Ligue des champions, bonjour la Ligue Europa. En revanche, Bâle continue l'aventure et plutôt logiquement, d'ailleurs. Loin de jouer les timides, les Suisses n'ont pas fait de complexes, Liverpool s'en souviendra. Ça risque d'être tout de même extrêmement compliqué pour eux en huitièmes. Comme prévu, Ludogorets finit à la dernière place du groupe. Petite satisfaction tout de même pour les Bulgares, qui ont réussi à obtenir quatre points dans ce groupe assez relevé. Une mort, certes, mais les armes à la main.

GROUPE C

AS Monaco Bayer Leverkusen Zénith Benfica


Que dire du parcours de l'AS Monaco ? Six matchs, quatre buts marqués et une première place du groupe. Venez les chercher ! Avec trois buts de plus que Monaco, le Bayer Leverkusen finit pourtant à la deuxième place, à un petit point des joueurs de la Principauté. Le vrai échec de ce groupe C, c'est évidemment Benfica, qui est passé totalement au travers de sa Ligue des champions : une seule victoire, deux buts marqués, ils ne pouvaient pas espérer mieux que la dernière place. Cocorico : c'est une bonne nouvelle pour les rattraper au niveau du coefficient UEFA. Le Zénith chipe donc la troisième place qualificative pour la Ligue Europa. Une compétition qui leur conviendra mieux, indéniablement.

GROUPE D

Borussia Dortmund Arsenal Anderlecht Galatasaray


Terriblement fragile en championnat depuis le début de saison, Dortmund s'est servi de cette Ligue des champions pour se donner un peu d'air. Impeccables lors des quatre premiers matchs où ils ont enchaîné autant de victoires, les Allemands se sont relâchés lors des deux dernières journées. Pas de problème, ils finissent quand même premiers. Avec le même nombre de points, Arsenal s'empare de la deuxième place du groupe. Normal, quoi. Ce qui l'est un peu moins, en revanche, c'est le parcours de Galatasaray. Incroyablement faibles, les Turcs ont concédé 19 buts lors de cette phase de poules, pour un seul point obtenu à domicile face à Anderlecht. Une Ligue des champions assez gênante pour Sneijder et ses potes. De leurs côtés, les Belges d'Anderlecht ont plutôt fait bonne impression avec six points obtenus, et ce gros frisson à l'Emirates, où ils sont revenus de 3-0 à 3-3 en fin de match. De quoi s'offrir une Ligue Europa, pépouze.

GROUPE E

Bayern Munich Manchester City AS Roma CSKA


Dans ce groupe de la mort, on ne peut pas dire que le Bayern a réellement tremblé. Impressionnants d'efficacité, encore une fois, les Bavarois ont survolé ce groupe du début à la fin. Avec en prime une leçon de football donnée à la Roma, 7-1. Première place logique pour eux. Le vrai combat, c'est entre la Roma et City qu'il a eu lieu. Un combat que la Roma a définitivement perdu mercredi soir, lors de la finale du groupe face aux Citizens, 2-0. Des Anglais qui peuvent savourer une qualification inespérée, car oui, il y a quinze jours, à la 85e du match contre le Bayern, City était officiellement éliminé à 99%, avec deux points au compteur. Putain, c'est beau le football. Dans le groupe pour servir de sparring-partner, le CSKA Moscou aura finalement rendu quelques coups, mais finit tout de même à la dernière place du groupe. Logique, finalement.

GROUPE F

FC Barcelone PSG Ajax APOEL Nicosie


Un parcours en dents de scie pour les hommes de Laurent Blanc qui ont prouvé qu'ils pouvaient taper le Barça, certes, mais également galérer contre Nicosie. Mercredi, c'est en leader que le PSG s'est pointé sur la pelouse du Camp Nou et c'est en position de second qu'ils en sont partis, après leur défaite 3-1. Pas d'exploit pour les Parisiens, qui vont donc devoir se taper un gros en huitième. À moins de choper Porto, hein. De son côté, l'Ajax n'a pas su créer l'exploit, malgré un jeu parfois chatoyant, et devra se contenter de disputer la Ligue Europa. Pour Nicosie, cette compétition fut l'occasion de visiter quelques belles villes européennes et de donner du fil à retordre au PSG. Ce qui est déjà pas mal.

GROUPE G

Chelsea Schalke 04 Sporting Maribor


Leader en Premier League, Chelsea a également imposé sa loi dans le groupe G : quatre victoires, deux nuls et hop, une première place. Le 5-0 flanqué à Schalke chez lui avait bien mis la pression à tout le monde. Que les gros d'Europe se méfient, le Chelsea de Mourinho a le vent en poupe. Derrière l'écrasante domination anglaise, Schalke, malgré la rouste reçue, est parvenu à tirer in extremis son épingle du jeu pour rafler la deuxième place au Sporting, en profitant de la victoire des Blues face aux Portugais, ce mercredi. Les Slovènes de Maribor ont fêté leur saison européenne en obtenant trois nuls (dont un flatteur 1-1 contre Chelsea), pas de quoi éviter la dernière place, hein, mais de quoi sortir la tête haute.

GROUPE H

FC Porto Shakhtar Donetsk Athletic Bilbao BATE


L'indice UEFA du Portugal, c'est le FC Porto qui lui a fait du bien, cette saison. Avec notamment un Brahimi au top de sa forme, les Portistes se sont emparés du fauteuil de leader sans trop de difficulté. Derrière, le Shakhtar claque tranquillement sa deuxième place et se qualifie pour les huitièmes. En même temps, les gars de Lucescu font partie du paysage, maintenant. En bon diesel, les Basques de Bilbao se sont mis à gagner leurs matchs quand ils étaient déjà éliminés, c'est con. Quand au BATE Borisov, cette Ligue des champions fut un véritable chemin de croix : cinq défaites, un nul, deux buts marqués pour... 24 encaissés ! Un calvaire.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
À lire ensuite
Nasri, amor, amor