Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ligue 2 – 5e journée
  3. // Niort/Clermont

Alors, Diacre à Clermont, ça donne quoi ?

Première femme à entraîner une équipe professionnelle en France, Corinne Diacre connaît des débuts très mitigés à la tête du Clermont Foot. Avant le déplacement sur le terrain du Niort de Régis Brouard, à qui elle a succédé sur le banc auvergnat, focus sur la méthode Diacre, entre paradoxe tactique et caractère bien trempé.

Modififié
Des caméras, des micros, un bouquet de fleurs, des moqueries, des bises ou des poignées de mains : Corinne Diacre en a déjà vu depuis qu'elle est devenue l'entraîneur du Clermont Foot, le 28 juin dernier. La seule chose qui lui manque pour le moment, c'est une victoire en championnat. Après quatre journées, le club auvergnat pointe à la 19e place, avec un seul petit point. Et les deux victoires en Coupe de la Ligue ne rattrapent pas ce début de saison catastrophique pour celle qui a succédé à Helena Costa, partie aussi vite qu'elle était arrivée. Mais au-delà d'un bilan comptable peu flatteur, comment travaille la première femme coach d'un club professionnel en France ?

Bon devant, catastrophique derrière


Tactiquement et malgré ces débuts poussifs, Diacre fait toujours confiance à un système en 4-1-4-1. Le but ? Répondre à un principe simple : être costaud derrière avant de se projeter le plus vite possible vers l'avant. En attaque, l'ancienne capitaine des Bleues mise ainsi sur des joueurs de couloirs très rapides (Sawadogo et Novillo) et un Idriss Saadi capable de prendre la profondeur en pointe. Ces trois joueurs ont déjà marqué en championnat et Saadi en est même déjà à trois buts en quatre matchs. Avec sept pions, les Auvergnats sont même la meilleure attaque du championnat. Une partie du contrat est donc remplie.

Pour la deuxième, en revanche, on est très loin. Avec dix buts encaissés, Clermont est la plus mauvaise défense (il n'en avait encaissé que 38 lors de la dernière saison). Difficile à digérer pour une ancienne libéro, qui assure pourtant qu'elle passe plus de temps à travailler l'aspect défensif qu'offensif à l'entraînement. Si le bloc est souvent en place, Diacre doit constamment composer avec des «  erreurs monumentales  » ou de «  débutants  » de son arrière-garde ou de son gardien. Le dernier match face au GFC Ajaccio en est le meilleur exemple. Après avoir mené 2-0 puis 3-2, Clermont a fini par perdre 4-3.

Gueulante, mise à l'écart et resserrage de boulons


Forcément, tout ça énerve. Et quand Corinne Diacre est chafouine, ça se voit, ça s'entend. Même si elle est encore loin des envolées lyrico-vulgaires d'un Pascal Dupraz, la coach clermontoise n'hésite pas à balancer quelques vérités en conférence de presse d'après-match. Phrases courtes, ton sec, regard noir, Diacre impressionne. «  Je vous rappelle quand même que je ne suis plus sur le terrain, donc à un moment donné, il va falloir que les mecs se rebiffent aussi, a-t-elle lâché après la défaite contre Ajaccio. Je veux bien expliquer ce que vous voulez, mais ce n'est pas moi qui cours. Il va falloir que les mecs s'y mettent ! Et je reste polie.  »


Ce caractère se traduit aussi dans la vie du groupe, puisqu'elle a récemment décidé la mise à pied de Yannis Salibur, l'un de ses meilleurs éléments offensifs, pour une altercation avec l'un de ses adjoints. Et comme les résultats ne tournent pas comme elle le voudrait, les séances d'entraînement ont déjà pris une autre dimension. «  Je sais ce que je vais faire à l'entraînement maintenant : on va resserrer les boulons, a-t-elle prévenu récemment. Je pense que je vais être plus dure. On joue comme on s'entraîne, donc vu comment on joue, on va mettre en place des choses psychologiques. (…) J'ai une poupée vaudou ou quelque chose, ce n'est pas possible autrement. C'est la guigne ! Je suis dans un rêve, je vais me réveiller bientôt.  » Le plus tôt serait le mieux si Diacre veut que son aventure sur un banc professionnel ne s'arrête pas brutalement. Et tant pis si ses homologues n'ont plus le sourire lorsqu'ils lui font la bise.

Par Axel Bougis
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25