En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // Watford/Crystal Palace

Alors, Cabaye, ça va mieux ?

Alors qu'il s'était embourbé à Paris, Yohan Cabaye a fait le choix de retrouver la Premier League cet été sous les couleurs de Crystal Palace. Un choix qui a pu surprendre, mais qui traduit avant tout un besoin du Français de se sentir « important » dans le club qu'il représente.

Modififié
« On n'a pas eu de joueur de cette qualité depuis Ian Wright. Les fans vont l'adorer, qu'il joue meneur de jeu ou devant la défense. Il peut tout faire. Il est excellent techniquement. Alan Pardew et lui se connaissent et ils se font confiance. » À l'annonce de la signature de Yohan Cabaye, Steve Parish, co-propriétaire de Crystal Palace, était dithyrambique sur le site officiel des Eagles. Il faut préciser que si vu de France, c'est un remplaçant du PSG qui ralliait Londres, vu d'Angleterre, l'arrivée de l'international français a été perçue comme l'une des plus grosses signatures estivales. « Je suis absolument ravi, si vous m'aviez dit cinq ans plus tôt que nous signerions un international français confirmé qui a joué en Ligue des champions, j'aurais dit : "Bonne chance, les hommes en blouse blanche viennent vous chercher" » , a de son côté lâché au Guardian Mark Bright, ancienne légende de Palace et désormais consultant foot de l'autre côté de la Manche. Pour lui, pas de doute, Yohan Cabaye « est peut-être la meilleure signature de l'histoire du club » . Une acquisition qui, en Premier League, a fait passer les Aigles dans une autre catégorie, celle d'outsider. L'ancien Gunner d'Arsenal et désormais consultant pour Sky Sports, Paul Merson, a même prévu une cinquième place en fin de saison pour la bande à Alan Pardew. Devant Tottenham ou Liverpool. « Ils ne sont pas en compétition européenne et ont de très bons joueurs » , s'est justifié l'ancien international pour qui « la moitié des joueurs (de Crystal Palace ndlr) a sa place à Tottenham ou Liverool. » En Angleterre, même Ian Wright a accueilli la nouvelle de l'arrivée de Cabaye avec un grand enthousiasme, quand Bright est persuadé que le Français va attirer d'autres grosses prises à Selhurst Park : « Je sais qu'en tant que joueur, si vous signez quelqu'un de cette qualité, cela vous motive, vous voulez faire partie du projet. » Et si l'ancien Lillois est aussi attractif aux yeux de la Premier League, c'est parce qu'elle a gardé de lui l'image d'un box-to-box ultra décisif sous la houlette d'Alan Pardew, entraîneur qu'il est venu rejoindre à Londres.

L'homme d'Alan Pardew


« Pour moi, la présence d'Alan Pardew a été très importante. À un an du championnat d'Europe, c'était important pour moi, si je devais changer, de ne pas partir dans l'inconnu à 100%. Là, je connais le coach, lui me connaît très bien depuis Newcastle. » Dans La Voix du Nord, Cabaye n'a d'ailleurs pas fait de mystère quant à la raison première de sa signature à Crystal Palace. S'il aurait pu rejoindre Rudi Garcia à la Roma, c'est à Londres qu'il a choisi de retrouver le technicien qui a fait de lui une référence en Angleterre. Essentiellement dans un rôle de milieu axial placé derrière l'attaquant, dans lequel le Français a excellé. À Londres, Pardew utilise désormais Cabaye dans un rôle plus en retrait, comme milieu relayeur aux côtés de l'Écossais James Mc Arthur, même si le Français est parfois autorisé à se projeter un peu plus vers l'avant, comme lors de la première journée contre Norwich, après la sortie du milieu offensif axial Jordon Mutch. Mais plus que son rôle sur le terrain, c'est son importance dans le projet de Crystal Palace qui révolutionne le quotidien de Cabaye : international parmi d'autres à Paris, son statut de remplaçant n'a jamais ému outre mesure. À Palace, il est la recrue la plus chère de l'histoire du club, l'un des piliers annoncés et surtout un symbole des nouvelles ambitions du club. Sa réussite sportive n'est pas qu'un souhait pour Alan Pardew, mais une nécessité, car elle pourrait enclencher une dynamique de nouvelles arrivées et faire progressivement de Palace une équipe prétendant aux places européennes. Autant dire que les Eagles vont bichonner leur Français et tout mettre en œuvre pour qu'il s'épanouisse à Selhurst Park.

Huit interceptions contre Tottenham


Un projet pour l'instant en bonne voie, même si Cabaye ne semble pas encore arrivé à 100% de ses capacités. Après son transfert début juillet, Darren Huckerby, ex-gloire de Norwich, avait plaisanté sur Twitter en disant espérer que le contrat du Français ne serait pas prêt pour la première journée de championnat entre les Aigles et ses Canaris. À son grand malheur, l'ancien Lillois a sorti une belle prestation ponctuée d'un but dans les arrêts de jeu (3-1). Depuis, Cabaye n'a plus marqué, mais disputé tous les matchs de son équipe comme titulaire - à l'exception du Premier tour de Capital One Cup contre Aston Villa ce mercredi - et affiche des statistiques valorisantes : 85% de passes réussies (plus de 36 par matchs), une moyenne de 5 interceptions par matchs, dont respectivement 7 et 8 contre Arsenal et Tottenham... Il ne manque plus au Français qu'à retrouver tout son coffre - contre Manchester City, il a souffert en fin de rencontre - et son impact offensif pour pouvoir affirmer qu'il est redevenu le joueur débarqué au PSG à l'hiver 2014. En ce début d'automne 2015, tout n'est pas encore parfait pour Yohan Cabaye, mais ce retour en Premier League s'annonce de bon augure.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 36
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165