Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 15e journée
  3. // Juventus/Sampdoria

Alors, ça vaut vraiment 20 millions, un Álvaro Morata ?

Álvaro Morata est la recrue phare du mercato estival de la Juve. Après quatre mois de compétition, le joueur arrivé en provenance du Real pour 20 millions d'euros justifie-t-il cet investissement ?

Modififié
Le 19 juillet 2014, Álvaro Morata débarque à Turin pour 20 millions d'euros. Une sacrée somme, pour un attaquant qui fait banquette au Real Madrid. Pourtant, dès son transfert, des interrogations sont posées sur la table. En effet, il n'est pas forcément question de savoir si Morata vaut réellement 20 millions, mais plutôt d'éviter qu'il en vaille plus de 30 d'ici deux ans. Pourquoi ? Tout simplement parce que le Real Madrid et la Juventus ont fait dans l'innovation avec son transfert. L'attaquant ibérique est bien arrivé en Italie contre 20 millions, mais il pourra faire le chemin inverse en juin 2016 ou 2017 pour 30 millions, maximum. « Cela dépendra tout de même de la volonté du joueur  » , tente de se rassurer Giuseppe Morata, directeur sportif bianconero. Mais si son quasi-homonyme décide de rentrer chez lui, la Juve devra encaisser son chèque sans sourciller. Et ce, même s'il aura explosé entre-temps en marquant 40 buts par saison. Ce sera 300 briques et pas un centime de plus ! Voir une institution comme la Vieille Dame réduite à faire de la post-formation au Real pour 10 millions d'euros est finalement assez symptomatique de l'état actuel du football italien. Néanmoins, nous sommes encore loin de 2016. Débarqué dans le Piémont depuis quelques mois, Morata a pointé le bout de son nez et fait entrevoir ses qualités. L'adaptation à sa nouvelle équipe se passe doucement, mais sûrement. Peut-être trop, même.

Entorse, expulsion et percussion


La formule et le montant de son transfert laissent évidemment beaucoup de monde sceptique de l'autre côté des Alpes. Avec les caisses exsangues des clubs italiens, 20 millions suffisent pour finir parmi les recrues les plus onéreuses du dernier mercato estival transalpin. Qui plus est, on parle là d'un joueur qui, avant d'arriver, n'avait disputé que 37 (bouts de) matchs en quatre saisons de Liga. Ce qui n'a rien de déshonorant, en soi, quand on connaît les titulaires merengues. Mais malgré son indiscutable redimensionnement, l'Italie se voile la face et conserve ce degré d'exigence clairement en décalage avec la nouvelle réalité. Morata n'arrivait donc pas en terrain conquis. Et la malchance s'y est mise. Présenté le 20 juillet à la presse, il se fait une entorse au genou le lendemain lors de l'un de ses premiers entraînements. Résultat, un mois et demi d'indisponibilité et préparation estivale loupée.

Morata fait finalement ses débuts à la mi-septembre, en partant du banc de touche. C'est progressif, une minute contre l'Udinese, quatre contre Malmö, sept contre l'Atlético Madrid. Point trop n'en faut. Suffisant toutefois pour discerner quelques bribes de son talent. Contre les Suédois, il hérite d'un ballon au milieu de terrain, part en percussion jusqu'à la limite de la surface adverse, se fait faucher et obtient le coup franc du 2-0 de Tévez. Jolie carte de visite. Son premier but arrive contre l'Atalanta suite à une énième entrée en jeu. Un rôle de joker qu'il met à profit lors du choc contre la Roma. Morata pose un tacle musclé provoquant ainsi la réaction et l'expulsion de Manolas. Mais aussi la sienne. Toutefois, le petit fait preuve de caractère, ce qui n'est pas pour déplaire dans les travées du Juventus Stadium.

Concurrence, schéma tactique et Selección


Cela sent donc la montée en puissance. Après deux mois d'apprentissage, arrivent novembre et trois buts inscrits en championnat, dont un doublé lors de la démonstration contre Parme, 7-0. Des prestations crescendo qui n'ont pas échappé à Del Bosque. Le moustachu le fait ainsi débuter dans la foulée avec la Roja. Une marque d'estime qui ne va cependant pas émouvoir plus que ça son entraîneur en club. En fait, on a beau retourner le problème dans tous les sens, Morata est de trop dans l'équipe type. Le duo d'attaquants n'a pas changé sous la houlette d'Allegri. Ce qui se comprend concernant Tévez qui marche sur l'eau depuis un an et demi. Un peu moins pour Llorente. Le Basque est un vrai diesel et a une nouvelle fois eu du mal à mettre le moteur en route. Mais une fois que ça a suffisamment chauffé, difficile de l'arrêter : 4 buts sur ses 8 derniers matchs et cette entrée salvatrice contre l'Olympiakos à la place de... Morata. Ce dernier ronge donc son frein sur le banc, pas d'entrée en jeu contre la Fiorentina (où on lui préfère Coman) et l'Atlético, alors que la physionomie des rencontres auraient laissé à penser que…


Llorente reste surtout un point d'ancrage important dans la tactique d'Allegri qui s'en sert un peu comme il utilisait Zlatan au Milan, dans le 4-3-1-2 qu'il a récemment et définitivement mis en place, mais qui est en fait un sapin de Noël à la Ancelotti. L'Espagnol devant, épaulé par Tévez, et en plus, un milieu de terrain avancé. Pas de place pour trois avants-centres. Ce sont Pereyra et Vidal qui sont associés avec l'Apache pour combiner phases offensive et défensive. Un travail pas vraiment fait pour Morata. On ne plaisante pas avec l'équilibre en Italie. Ce n'est donc pas encore gagné pour le Madrilène. Certes, rien ne presse, la saison est encore longue, mais il ne faudrait pas que cette situation bancale ne s'éternise trop longtemps. Son étrange situation contractuelle pourrait vite créer des complications de son point de vue, mais aussi de celui des dirigeants. Faut-il miser coûte que coûte sur lui ou endiguer sa progression pour éviter un retour à la Maison Blanche ? Une équation compliquée et un précédent presque similaire qu'a connu Bojan Krkić entre le Barça, le Milan et la Roma. Le voilà aujourd'hui à Stoke City.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3