Alors, c’est comme ça qu’on se dit ciao ?

Del Piero, Inzaghi, Nesta, Gattuso, Di Vaio, Kaladze, Cordoba… La Serie A a, hier, salué une incroyable génération de champions. La fin d’une sacrée époque, qui coïncidence avec l’émergence de nouveaux talents.

Modififié
18 33
C’est une page qui se tourne. Mais quelle page, bordel ! Hier, ils ont été nombreux à pleurer. Pas seulement les joueurs qui disaient au revoir. Mais aussi les entraîneurs, les présidents, les supporters, les journalistes. Comme cet aveu très fort de Carlo Nesti, légende du journalisme italien et immense supporter du Torino devant l’éternel, qui admet ce matin qu’il a « pleuré lorsque Del Piero est sorti du terrain » . Oui, car les adieux des champions dépassent même les frontières des rivalités. Ceux de Del Piero, par-dessus tous, marquent véritablement la fin d’une époque. Le nom même de Del Piero, en plus d’être lié pour toujours à l’histoire de la Juve, évoque également l’histoire récente du football italien. Après Roberto Baggio, Alex est probablement le plus grand joueur italien des années 90, c’est un fait.

Symboliquement, son départ de la Juventus fait naître une putain de nostalgie. La nostalgie de l’époque des Ronaldo, Batistuta et Bierhoff. L'époque où l'Italie régnait sur l'Europe. Aujourd’hui, la Serie A compte d’autres champions. Les Zlatan, Cavani, Milito, Pirlo. Mais personne n’est dupe : ce n’est plus la même chose. Ceux qui ont décidé de partir, hier (ou qui ont été forcés à le faire), représentent ce qu’il reste de la notion de bandiera. Ces joueurs qui donnaient tout pour leur équipe et qui n’envisageaient rien d’autre que de jouer pour un seul et même club. Leur club de cœur. D’ailleurs, la blague de Del Piero, hier, résume parfaitement la situation : « Je ne sais pas comment je vais faire : cela fait 19 ans que je ne me suis pas intéressé au mercato.  » 19 ans de Juve, 13 d’Inter pour Cordoba, 13 de Milan AC pour Gattuso, 11 pour Inzaghi, 10 pour Nesta. Des chiffres qui, dans le football d’aujourd’hui, sonnent comme des exceptions. Voire des folies.


Voilà peut-être pourquoi, hier, tant de gens n'ont pas pu retenir leurs larmes. Ce ne sont pas seulement des joueurs qui nous quittent. C’est aussi un esprit, des chiffres, des buts, des chefs-d’œuvre, des déclarations d’amour, des titres en pagaille. En quittant le Milan AC, Inzaghi, Gattuso, Nesta et Seedorf emportent avec eux ces folles années où le Milan AC était souverain en Europe. Deux Ligues des Champions (2003 et 2007), deux Scudetti (2004, 2011) et même un Mondial des Clubs (2007). La fin d’une génération, dont il ne reste désormais que quelques survivants. Idem pour Cordoba, qui a connu les grandes Inter de Mancini et de Mourinho, reines d’Italie et d’Europe. Quant à Di Vaio, il quitte la Serie A après avoir écumé de nombreuses formations transalpines, de la Lazio à la Juventus, en passant par le Genoa, Parme et évidemment Bologne, son dernier amour. 142 buts en Serie A, que le buteur, passé aussi par Monaco, va désormais emporter dans ses valises à Montréal.


Alors voilà. Ces gars-là ont tout gagné, tout offert à leurs supporters. Ils laisseront forcément un grand vide derrière eux, qu’il sera compliqué de combler. Et c’est peut-être pour cela que Cesare Prandelli, hier, a inséré quelques surprises dans sa pré-liste de 32 joueurs pour l’Euro. Le sélectionneur azzurro a (intentionnellement ? ) convoqué plusieurs promesses du football italien. Parmi eux, Fabio Borini, 21 ans, Mattia Destro, 21 ans aussi, et surtout Marco Verratti, 19 ans, petite pépite de Pescara, actuel leader de Serie B. Un signal fort, comme pour dire que, si certains s’en vont, d’autres arrivent. Des jeunes qui n’en sont qu’aux balbutiements de leur carrière, mais qui ont toutes les cartes en règle pour prendre la relève de la génération qui part à la retraite. Cette "génération 90" conserve toutefois quelques ultimes rescapés. Si l’on ne pourra plus se délecter des coups-francs de Del Piero ou des interventions élégantes de Nesta, il faudra profiter, tant qu’il en est encore temps, des montées rageuses de Zanetti, et des frappes puissantes de Francesco Totti. Car bientôt, eux également tireront leur révérence. Et là aussi, ça chialera.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un très très gros article, grazie per tutto signor Maggiori! Anch'io ho pianto con l'uscita d'Alex...
J'aurais aimé qu'on parle plus de Cordoba. Quel joueur, avec Recoba c'était Magique.
Je n'ai pas particulierement d'atomes crochus avec la Serie A mais putain ca fait chier quand meme tous ces joueurs qui se retirent et qui emportent avec eux certaines valeurs comme l'amour du maillot qui devient de plus en plus rare. Bref, bonne retraite a vous messieurs. Ou bon dernier challenge. Del Piero a l'OM l'annee prochaine? putain ca serait bon.
C'est pas en répétant putain dans l'article que tu vas te trouver un style. Arrétez de vous copier dessus les gars de sofoot, "fucking disgrace " etc.. je sais pas qui vous a dit que ca collait à votre style sensé être un peu "rocknroll" mais il s'est trompé. Certains de la rédaction sont des vraies plumes, on aimerait que ce soit la règle plutôt que l'exception.
Le Milan a squatté les grands adieux cette année, l'année prochaine ca sera l'Inter avec les Zanetti, Cambiasso, Stankovic, Samuel...
Marco Verratti dans la liste élargie ??? Oh putain il est bon Prandelli
@ alouix

sur le fond je suis d'accord avec toi. En revanche, concernant Eric Maggiori, c'est un des seuls a avoir une constance dans ses articles qui sont, le plus souvent bons, voire tres bons.
C'est sans doute l'exception. Malheureusement.
Des noms qui sentent bon l'Equipe du Dimanche de la belle époque ...

Une certaine idée du foot qui s'endort, en même temps que ces joueurs tirent leurs révérence. Avec les Ronaldo, Nedved, Zidane, Baggio, Vieri, Cafu et tellement d'autres, ils SONT la Serie A !
Le Milan a quand même ce quelque chose d'exceptionnel de fidéliser ses joueurs et de les séduire plus qu'aucun autre...

Combien d'idole de Chelsea sont partis de Manchester en faisant l'unanimité de leur pays tout en affirmant être fou de Chelsea? Combien du Barca au Réal? De Dortmund au Bayern...

Les idoles milanaises étaient des monstres dans leur équipe... Et pourtant c'est leur période milanaise qu'ils retiendront.

Valable pour Inzaghi, Zambrotta, Seedorf, Nesta voire Van Bommel à un degré évidemment moindre.
Génération la plus classe qu'il m'ait été donnée de voir!
benitohermosodemendoza Niveau : Loisir
Del Piero était le dernier magicien qui me reliait à ma jeunesse. J'ai conscience d'avoir vécu une époque bénie des dieux du foot, j'ai vécuu des finales superbes en bleu, des balles en cloche giflées contre Leverkusen, des intérieurs du droit enroulés hebdomadaires en blanc et rouge, des boulets de canons juninesques, des transversales de pirate à Parme, des dents en avant et des pouces en l'air, l'éclosion de Ronaldo, la naissance de Rooney, même la jeunesse de Giggs, tout ça multidiffusé. Mes ainés n'ont pas eu cette chance (ils ont eu des grands joueurs mais juste Telefoot), je souhaite aux jeunes générations le même kif, mais ils n'y aura jamais q'un Zidane. Pour moi une page se tourne et j'ai le coeur bien gros.
Péché ! J'ai oublié de citer Batigol ! Sacrilège !

Niveau nombre de joueurs emblématiques et charismatiques, sur les 2/3 dernières décennies, je ne pense pas qu'il y ait une plus grande qu'en Série A.

Et à la différence des grandes stars actuelles, ces individualités étaient aussi bien performantes en club qu'en sélection ... Après, l'avenir leur appartient encore à ces 2 là.
 //  17:03  //  Amoureux de la Bolivie
Je ne peux qu'admirer et repsecter ces grand noms avec lesquelles j'ai grandit et qui ont laissé une trace dans l'histoire du foot à une période (milieu années 90-débuts années 00)où ce sport etait beaucoup plus passionnant !
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 1
merci monsieur Maggiori pour ce superbe article! C'est exactement ce que je voulais lire après l'adieu de la plupart de mes idoles de jeunesse. Inzaghi, Nesta, Del Piero qui s'en vont, c'est 20 ans d'histoire du Calcio qui s'évapore et surtout la plus belle décennie du foot, celle des 90's, quand la Coupe de l'Uefa était l'égale de la Ligue des Champions et la Coupe des Coupes était l'équivalent de notre pauvre Europa League... On y a beaucoup perdu avec la réforme de 99.C'est bien dommage!
Comment réagir devant cela.. Comment oser continuer d'insinuer que le football n'est qu'un milieu régit par l'argent..

Ces joueurs m'ont fait rêver et aimer ces clubs. Quelle joie de les voirs chaque dimanche donner pour leur club et leur club de leur rendre...

Chacun son joueur, chacun son poste, chacun son club mais tout le monde en avait un. Ces actions d'anthologies et ces milliers de buts. Ces moments où tu enfiles ton maillot et shoote ta balle au mur le plus proche en croyant recevoir une passe de Zidane et marquer sous les yeux ébahis de toute ton équipe et des supporters venus t'acclamer.

Merci pour tout !
benitohermosodemendoza Niveau : Loisir
Ce serait trop long vouloir tous leur rendre justice mais les Schevtchenko (une demi-douzaine d'orthographe possible), Zanetti, Rui Costa ont marqué Une histoire du calcio également. Quand Seedorf tirera sa révérence, ce sera la fin.
@ benitohermosodemendoza,

On est d'accord ! ;-)

Malheureusement on ne peut tous les énumérer ici ...

C'était l'époque où le barça, le real, manchester et le bayern faisaient office de résistants face à l'armada italienne. (purée, je suis grave nostalgique, j'ai jamais autant commenté sur sofoot avant aujourd'hui !!!)
benitohermosodemendoza Niveau : Loisir
@Nour

C'est normal d'être un peu nostalgique. Si tu dois pleurer un peu, laisse venir, ça fait du bien. :)

Abilbelnarqaw Niveau : DHR
C'est horrible de se dire qu'on les reverra plus jamais, ces mecs sont ce qui représentaient mon foot, les footballeurs idéaux des mecs à fond derrière leurs clubs et très bons en sélection (spéciale dédicace à CR7 et la Pulga). Quand tu compare au foot actuel, y en a plus aucun qui a leur classe et leur élégance ... Manque plus que Totti, Giggs, Scholes, Cambiasso, Zanetti ...
Serieux j'ai suivi les matchs hiers j'ai eu des frissons
et la j'ai les yeux tout rouge apres l'article du Sieur Maggiori (clairement meilleure plume de sofoot) et les posts.
Le foot est mort.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
18 33