En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 15e journée
  3. // Almería/Real Madrid (1-4)

Almería chahute le Real

Le Real Madrid pousse sa série à 20 victoires consécutives. Contre Almería, la Maison Blanche s'est fait peur, mais en a mis quand même 4 pour assurer son fauteuil de leader de la Liga (1-4).

Modififié

Almería - R. Madrid
(1-4)

J. Verza (39') pour Almería , Isco (34'), G. Bale (42'), C. Ronaldo (81'), C. Ronaldo (88') pour Real Madrid.


On joue la 63e minute de jeu sur la pelouse d'Andalousie. Difficilement parvenu jusqu'à la surface du Real Madrid, Edgar Méndez arrive en bout de course et voit Marcelo se ruer vers lui. Malin, le milieu de terrain se jette et abuse de la naïveté de l'arbitre, Álvarez Izquierdo. C'est une balle de 2-2, et l'opportunité pour José Antonio García Rabasco, alias Verza, de devenir le héros de la rencontre. Stressé avant le coup de sifflet pour lancer sa course, le buteur de l'UDA s'est sûrement fait roder par Iker Casillas. Un regard jeté d'un côté du but, sûrement. Toujours est-il que San Iker part du bon côté de son but et stoppe la tentative. La série de victoires du Real aurait pu prendre fin ce soir, ce sera finalement reporté. Parce que le Real a gagné. Oui, pour la vingtième fois de suite.

Soirée d'Isco


Un massacre. Voilà clairement à quoi on pouvait s'attendre dans le stade des Jeux Méditerranéens. Dix-septième de Liga et donc au bord de la zone rouge, Almería voit arriver l'ogre du Real Madrid sur sa pelouse. Oui, celui entraîné par le Mister Ancelotti. Celui qui vient d'enchaîner dix-neuf victoires sur autant de rencontres. Du côté des Andalous, la défaite contre Elche la semaine dernière était celle de trop. L'ancien coach Francisco Rodríguez récemment viré du club, Miguel Rivera assure ce vendredi soir l'intérim, dans l'attente de l'arrivée définitive de Juan Igniacio Martinez. Bref, on avait clairement droit à un face-à-face comparable à un combat entre Wladimir Klitschko et Christophe Willem. La Tortue a-t-elle reculé pour autant ? Non, elle aura offert une belle résistance. Mais pas assez.

Pour l'ouverture de cette 15e journée de Liga, les Indalicos ne veulent pas servir de chair à canon à leur rival, armé comme à son habitude jusqu'aux dents. Dès lors, le capitaine Soriano, tardif sur le serrage de pince officiel avec les arbitres et Iker Casillas, décide de mettre le portier madrilène dans l'embarras dès le début du match. Attentif, Pepe contre la frappe, mais le ballon revient sur l'ancien Lorientais Dubarbier, lui aussi contré par le corps du hipster Carvajal (2e). La première action est donc locale, et c'est déjà une surprise. Voyant que le match ne sera pas si simple à remporter, la Maison Blanche se met à jouer. Après une première frappe de Kroos, CR7 commence à sentir les dribbles le démanger. Le Portugais provoque, mais ses tentatives restent pour l'instant vaines. En fait, on commence à peine à se dire que le Real galère, que d'un coup, Isco claque un éclair. Sur le côté gauche, le nouveau prodige de l'Espagne feinte son vis-à-vis Michel avant d'envoyer une frappe enroulée divine dans le petit filet opposé (34e). 1-0, le refrain semble déjà connu de tous. Et pourtant…

Verza, déjà


Et pourtant les Rojiblancos n'abdiquent pas. Sur un mouvement renvoyé péniblement au centre par la défense madrilène, Verza ne se pose pas de question et se dit qu'il a autant de talent que le premier buteur de la partie. Bien lui en prend : sa volée parfaite des 25 mètres trompe un Casillas surpris. Almería vient d'inscrire son premier but en championnat contre la Casa Blanca depuis 2011. Le buteur harangue la foule, et depuis le but de Neymar lors du Clásico, on constate quelques têtes baissées chez les Castillans. La bête est blessée, et forcément, ça ne lui plaît pas. Dès lors, la machine blanche se remet à faire du beau linge. D'un centre délicieux, Toni Kroos dépose le ballon sur la tête de Gareth Bale qui smashe proprement sa tête (42e). Le doute n'aura pas duré bien longtemps. Tant pis pour le suspense.

Avec désormais 54 buts en 15 matchs de Liga (un record, évidemment), les coéquipiers de CR7 veulent se mettre à l'abri dès le début du second acte. C'est le moment que choisit Bale pour activer son V12. Au terme d'une course avec excès de vitesse, le Gallois ne perd pas son permis, mais rate sa passe vers CR7. En face, La Union n'a frappé que deux fois au but. Vient alors le penalty, puis San Iker. Déçue de ne pas avoir vu son équipe égaliser, la foule almériane décide de pousser son équipe. Peine perdue. À dix minutes de la fin, le club royal met en avant sa traditionnelle BBC pour creuser l'écart. Lancé côté droit, Gareth Bale sert Cristiano Ronaldo au centre, qui décale à son tour Karim Benzema. Lucide, le Français fixe Rubén avant de permettre à la machine CR7 d'inscrire son vingt-quatrième but en 14 matchs de Liga (80e). Pas assez pour le double Ballon d'or, qui s'offrira même un doublé (88e), mais n'enlèvera pas l'étiquette du héros à Casillas. Le Real peut aller disputer sa Coupe du monde des clubs l'esprit léger.

⇒ Résultats et classement de Liga

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 29
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165
À lire ensuite
Lyon sans pitié