Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Le joueur de la 10e journée

Aliadière : même joueur, nouvelle partie

Une course, un saut et un sourire qui en disent long. Acteur principal du match totalement fou entre Lorient et Ajaccio hier (4-4), sur la pelouse du Moustoir, Jérémy Aliadière s’offre, à 29 ans, une nouvelle jeunesse. Sa première, en fait.

Modififié
On aime excuser les premières bêtises des joueurs qui ont passé leur jeunesse dans les centres de formation du fait qu’une adolescence passée à jouer à la Playstation et à s’entraîner n’épanouit pas vraiment. Jérémy Aliadière n’a pas eu le temps de faire ce genre de conneries. Sorti de Clairefontaine où il était la pépite de sa génération, le Lorientais fait partie de ces types qui ont grandi un peu trop vite et à qui la vie a décidé de mettre une grosse claque. Des sous, une reconnaissance du milieu footballistique et un exil précoce vers Arsenal, une trajectoire ascendante avant une chute vers les abysses, que Red Bull aurait très bien pu sponsoriser. Treize ans après son arrivée surprise chez les Gunners, c’est un peu plus au sud, en terres bretonnes, qu’Aliadière profite de sa première vraie jeunesse. Celle du plaisir, de l’insouciance et surtout, du football. Très loin des blessures et de cette éternelle poisse qui a miné la carrière d’un joueur brillant.

Une belle poisse

De la finesse sur le premier, une belle détente sur le second et toujours ces cris et ce regard de celui qui donne tout car il n’a plus rien à perdre. Hier, en scorant un doublé important lors d’un match fou fou fou face à Ajaccio, Jérémy Aliadière a rallumé le poste radio sur la fréquence 90.4 : Nostalgie raisonnait dans le Moustoir. L’histoire du natif de Rambouillet, c’est celle d’un type qui, par la force des choses, a appris à ne pas être pressé. Si tout est parti très vite dans la carrière de l’ancien de Clairefontaine, le destin s’est chargé d’appuyer sur le frein. Au final, à 29 ans, Aliadière compte moins de 200 matchs chez les professionnels. C’est peu, trop peu pour un type qui éclipsait ses jeunes partenaires sur le synthétique couvert du centre de formation situé dans les Yvelines. Mais c’est aussi logique quand on sait que la poisse a choisi d’épouser la courbe de progression d’un joueur fragile, qui ferait passer Abou Diaby pour monsieur Indestructible. En fait, cela fait à peine quatre ans qu’Aliadière a cessé d’être intermittent du spectacle. Trois saisons à Middlesbrough entre 2007 et 2010 – les premières de sa carrière où il dispute plus de 20 matchs – et enfin, un retour en France. Un retour qui sonne comme une arrivée, une découverte, pour un type qui n’a jamais foulé une pelouse française avant son transfert à Lorient. Un exotisme certain qu’il aurait pu découvrir avant quand, après des essais convaincants mais sans pouvoir décrocher de contrat, à West Ham et Blackpool notamment, on lui proposait d’exiler ses pansements en Iran, en MLS, en Thaïlande ou en Corée du Sud.

Son record de buts…


En bon père de famille, Jérémy a choisi la stabilité. L’Angleterre et donc la France, à Lorient où, en marquant ce doublé décisif, il atteint avec 5 buts en une saison, le plus haut total de sa carrière (à égalité avec la saison 2007-2008). S’il a déjà tiré un trait sur la possibilité de disputer pour la première fois de sa carrière une saison pleine, la faute à une blessure à la cuisse, Aliadière, 8 matchs cette saison, espère bien atteindre la barre des 30, à 29 ans. Un souhait que partagent nombre de ses coéquipiers, ravis d’avoir un attaquant mobile et adroit à qui filer des ballons. Car depuis le départ de Gameiro et malgré toute l’affection que l’on peut avoir pour les coups de pagaie de Marama Vahirua, cette équipe, que l’on a décidé de catalaniser, se cherche un type capable de conclure des actions et les temps forts. Et à vrai dire, ce n’est pas tous les jours qu’un type conquérant comme un jeune de 20 ans mais expérimenté comme un trentenaire a l’occasion d’écrire sa première vraie page sportive à la pointe de votre attaque.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 38
À lire ensuite
N°3 : Johan Cruijff