Algérie : l'après-Gourcuff, c'est maintenant

Bye-Bye Christian Gourcuff, bonjour Milovan Rajevac. L’Algérie fait ses débuts avec son nouveau sélectionneur serbe, ce dimanche face au Lesotho en éliminatoires de la CAN. Les Fennecs ont beau déjà être qualifiés, il n'y a aucune raison de prendre ce match à la légère. Pour au moins trois bonnes raisons.

2k 17

Milovan Rajevac doit réussir ses débuts


Christian Gourcuff parti fin mars après avoir résilié son contrat, la Fédération algérienne s’est tournée vers Milovan Rajevac pour diriger les Fennecs. Le CV du sélectionneur serbe tient pour l'instant sur un post-it : un quart de finale de Mondial 2010 contre l'Uruguay. À part ça ? Des passages express à la tête de la sélection du Qatar, du club saoudien d’Al-Alhy ou encore du célèbre FK Borac Čačak, finaliste de la Coupe de Serbie 2012. L’homme n’est pas du genre à rester en poste très longtemps. Sa pige la plus longue est de deux ans chez les Black Stars. C’est d’ailleurs cette expérience qui a poussé le président de la FAF à nommer l’entraîneur de soixante-deux ans à la tête de sa sélection.

Lors de sa conférence de presse d’intronisation en juillet, l’ancien joueur de l’Étoile rouge de Belgrade (il y a quand même joué treize matchs) a confié avoir confiance en sa nouvelle sélection pour aller loin : « J’estime que nous avons les moyens de réussir de bonnes choses avec la sélection algérienne. » Fort de son succès à la tête du Ghana, Rajevac ambitionne de faire mieux avec l’Algérie en Russie en 2018. Mais pour cela, il faut d’abord valider son ticket pour le Mondial russe.

Les Fennecs doivent faire le plein de confiance


La sélection algérienne n’a pas été gâtée par le tirage au sort du troisième tour de qualification à la Coupe du monde. Tombée dans le groupe de la mort, elle devra affronter le Cameroun, le Nigeria et la Zambie pour espérer se qualifier. Ce match contre le Lesotho est l’occasion de faire le plein de confiance, avant le premier match face aux Lions indomptables le 9 octobre prochain. « Le football se développe de jour en jour en Afrique et nos adversaires sont forts. Nous devrons prouver à chaque match que nous sommes la meilleure équipe du continent » , a souligné le nouveau sélectionneur dès son arrivée. Si Milovan Rajevac ne considère pas cette confrontation de dimanche comme une répétition générale, elle est l’occasion de préparer le premier choc des qualifs. « Pour moi, chaque match a son importance. Ce sera le cas contre le Lesotho, dans la mesure où il s'agira de ma première sortie avec les Verts. J'espère réaliser une belle victoire. » Les Fennecs entendent bien se qualifier pour leur troisième Coupe du monde d’affilée. Ce qui serait une grande première dans l’histoire du football algérien. En plus de cette qualification à décrocher, l’Algérie a une deuxième mission : réussir la CAN 2017.

La charnière centrale doit se mettre au niveau


Pour espérer remporter la Coupe d’Afrique des nations qui les fuit depuis vingt-six ans, Mahrez, Slimani and co doivent encore régler quelques problèmes dans le jeu. Notamment dans le secteur défensif, où le bât blesse. Le nouveau sélectionneur, conscient des difficultés de son équipe dans ce domaine, compte travailler dessus : « Je suis là pour améliorer le jeu des Algériens, à commencer par une meilleure organisation défensive.  » Les problèmes ne viennent pas des latéraux où Faouzi Ghoulam et Mehdi Zeffane ont jusqu’à présent donné satisfaction. C’est au niveau de la charnière centrale que le gros du travail doit être fait. Milovan Rajevac dispose de cinq joueurs pour trouver la bonne formule : Aïssa Mandi, Hichem Belkraoui, Liassine Cadamuro, Mehdi Tahrat et Carl Medjani. Face au Lesotho, les Fennecs comptent bien continuer leur série de six matchs sans défaite (quatre victoires, deux nuls). L'Algérie, qui s'est imposée dans la douleur à l'aller au Lesotho (1-3, doublé de Soudani aux 85e et 90e), passe finalement un vrai petit test à Blida.

Par Maeva Alliche

Dans cet article

Je sais pas quel est le niveau des défenseurs centraux en dehors de Mandi mais notre Bensebaini est pour le moment le meilleur rennais depuis le début de saison. Il y a vraiment du talent à tous les postes dans cette équipe et c'est potentiel quart de finaliste en 2018 pour moi
Note : -1
Encore un.mauvais choix de la part des dirigeants algériens. Ce pays est mon pays et c'est de la merde. La mentalité est de la merde et peut-être même le QI!
Peñarol mi Amor Niveau : National
Message posté par at51
Encore un.mauvais choix de la part des dirigeants algériens. Ce pays est mon pays et c'est de la merde. La mentalité est de la merde et peut-être même le QI!


Tu peux argumenter ou c'est trop compliqué ?
PierreFanFanJoséKarl Niveau : DHR
Note : 1
Je ne connais pas grand chose au foot africain. Mais je suis toujours surpris que les fédérations de ce continent privilégient quasi systématiquement des coachs européens à des coachs africains. Ca peut se comprendre si c'est des cadors, des super formateurs ou des mecs qui ont fait leur preuve en Afrique (Renard, Gourcuff, Le Roy, Vahid...).

Mais bien souvent, j'ai l'impression que les mecs qui coachent là bas, c'est quand même des beaux tocards : Giresse, le mec de l'Algérie, Hugo Broos, Luis Fernandez...

Comment ça se fait ? J'ai plusieurs hypothèses

- Comme les pays africains sont souvent multiethniques on a peur qu'un local favorise sa propre ethnie au moment de choisir les joueurs ?

- Comme les responsables des fédérations sont des vieux tout pourris accrochés à leur pouvoir et à leurs dollars ils ont peur qu'un local qui fasse du bon boulot prenne la tête de la fédération ?

- On arrête pas de dire depuis la colonisation que les noirs sont physiques mais con. Du coup, le préjugé reste fort et ils n'arrivent pas à trouver des postes de coachs et à monter en compétence ?

J'en ai aucune idée. Mais on ne va pas me faire croire qu'il n'y a pas d'entraineurs algériens...

Au passage, je félicite Maeva Alliche pour ce premier article d'elle que je découvre sur So Foot. En espérant en voir d'autres.
Je peux te répondre pour l'Algérie, il n'y a pratiquement (et je mets le pratiquement juste au cas où) aucun entraîneur algérien qui a réussi à s'exporter et à faire ses preuves en Europe où le niveau est plus relevé. Quelque joueurs ont réussi, je crois que ça va suivre dans quelque années pour les entraîneurs. A noter que la doublette d'adjoints Nabil Neghiz et Yazid Mansouri est en apprentissage avec Gourcuff et Rajevac.
Cet ancien coach du Ghana est une très mauvaise idée .Le foot algérien repart dans ses travers comme dans les années 2000 avec des coachs européens en fin de carrière comme Leekens , Waseige ou des coach de faible calibre comme Cavalli.

Le grand défaut de la Khadra est l'interference des ministres et généraux qui placaient des joueurs de leurs régions ou de leur entourage dans la sélection.

C'est une des raisons pour lesquels l'Algerie a eu un piètre niveau du millieu des années 90 à la fin des années 2000.Les entraîneurs algériens choisis n'étaient pas des forts caractères mais totalement malléable ...

Les vrais raisons du départ de Halilihodzic et Gourcuff sont surtout dû à des conflits avec la fédérations algériennes qui voulaient leur imposer certaines décisions au niveau des compositions de joueurs et de la méthode de travail à adopter

Coach Vahid a dû se battre au début de son mandat pour imposer un certain professionnalisme au niveau de l'organisation des mises au vert et du déroulement des rassemblements de la sélection

Si les joueurs ne sont pas receptifs à ce nouvel entraîneur , l'Algerie risque de vivre une nouvelle traversée du désert
saddam_usain_bolt Niveau : DHR
L'article souligne très bien les défis qui attendent l'Algérie pour Russie 2018. Selon moi, Rajevac est un infiniment meilleur choix que Gourcuff, qui s'est montré tactiquement borné (suicidaire de jouer en 4-4-2 sans sentinelle quand en Afrique, le combat physique au milieu de terrain est primordial), et peu diplomate, privilégiant des francophones qui n'ont rien prouvé au niveau national (Belfodil, Tahrat) à des "locaux" qui ont pourtant contribué au bon parcours en 2014 (Soudani, Djabou). Rajevac a son CV qui parle pour lui. Expérience africaine, une finale de CAN, et à un péno près, une demi-finale de CDM, en seulement 2 ans.

Et en effet, depuis les retraites de Bougherra et Yahia, on est dans la merde en défense centrale. Mandi jouait d'ailleurs arrière droit au début de sa carrière, avant de se repositionner au centre à cause de la pénurie de bons centraux. Medjani et Belkalem sont trop lents, Cadamuro et Tahrat jouent en D2. Reste Belkaroui, et Bensebaini, sur lequel on finira par compter énormément.
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par yosilo
Cet ancien coach du Ghana est une très mauvaise idée .Le foot algérien repart dans ses travers comme dans les années 2000 avec des coachs européens en fin de carrière comme Leekens , Waseige ou des coach de faible calibre comme Cavalli.

Le grand défaut de la Khadra est l'interference des ministres et généraux qui placaient des joueurs de leurs régions ou de leur entourage dans la sélection.

C'est une des raisons pour lesquels l'Algerie a eu un piètre niveau du millieu des années 90 à la fin des années 2000.Les entraîneurs algériens choisis n'étaient pas des forts caractères mais totalement malléable ...

Les vrais raisons du départ de Halilihodzic et Gourcuff sont surtout dû à des conflits avec la fédérations algériennes qui voulaient leur imposer certaines décisions au niveau des compositions de joueurs et de la méthode de travail à adopter

Coach Vahid a dû se battre au début de son mandat pour imposer un certain professionnalisme au niveau de l'organisation des mises au vert et du déroulement des rassemblements de la sélection

Si les joueurs ne sont pas receptifs à ce nouvel entraîneur , l'Algerie risque de vivre une nouvelle traversée du désert


Je ne suis pas complètement d'accord.

La raison de la faiblesse de L'algérie durans les années 2000 est tout simplement un immense creux.
Pourquoi ? car la formation était quasi inexistante. La raison pour laquelle l'Algérie est revenue sur le devant de la scène ? le duo Raouraoua-FIFA. En autorisant les joueurs ayant eu des sélections en jeunes à changer de sélection, ça a caché la misère de la formation locale.

Ce qui est bien c'est que maintenant, y a des jeunes Algériens qui sortent, notamment du NAHD, et l'USMA (et dieu sait que je les deteste ceux-là). et aussi, y a toujours quleques petites perles une fois de temps en temsps (Slimani, Soudani)

Pourquoi Vahid et Gourcuff sont parties ? Les pseudo journalistes. On a la pire presse sportive au monde. Les campagnes de dénigrement...
A croie l
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
Pour les coachs Algériens, Il y en a des potables/bons. Mais, on ne sait pas ce que ça va donner, car il y en a aucun qui a eu une expérience à l'international.

Moi je pense à Amrani par exemple qui a réussi à amener le MOBéjaia d'un club promu qui joue la relégation à (presque) la demi de CAF en glanant au passage une coupe d'Algérie.
saddam_usain_bolt Niveau : DHR
Message posté par crabunjourcrabtoujours
Pour les coachs Algériens, Il y en a des potables/bons. Mais, on ne sait pas ce que ça va donner, car il y en a aucun qui a eu une expérience à l'international.

Moi je pense à Amrani par exemple qui a réussi à amener le MOBéjaia d'un club promu qui joue la relégation à (presque) la demi de CAF en glanant au passage une coupe d'Algérie.


J'ajoute aussi Madoui, qui vainqueur d'une Champions League africaine et qui a tapé un triplé en 2015 avec Sétif, voire Belmadi, qui a eu de bons résultats comme entraineur au Qatar.
Message posté par PierreFanFanJoséKarl
Je ne connais pas grand chose au foot africain. Mais je suis toujours surpris que les fédérations de ce continent privilégient quasi systématiquement des coachs européens à des coachs africains. Ca peut se comprendre si c'est des cadors, des super formateurs ou des mecs qui ont fait leur preuve en Afrique (Renard, Gourcuff, Le Roy, Vahid...).

Mais bien souvent, j'ai l'impression que les mecs qui coachent là bas, c'est quand même des beaux tocards : Giresse, le mec de l'Algérie, Hugo Broos, Luis Fernandez...

Comment ça se fait ? J'ai plusieurs hypothèses

- Comme les pays africains sont souvent multiethniques on a peur qu'un local favorise sa propre ethnie au moment de choisir les joueurs ?

- Comme les responsables des fédérations sont des vieux tout pourris accrochés à leur pouvoir et à leurs dollars ils ont peur qu'un local qui fasse du bon boulot prenne la tête de la fédération ?

- On arrête pas de dire depuis la colonisation que les noirs sont physiques mais con. Du coup, le préjugé reste fort et ils n'arrivent pas à trouver des postes de coachs et à monter en compétence ?

J'en ai aucune idée. Mais on ne va pas me faire croire qu'il n'y a pas d'entraineurs algériens...

Au passage, je félicite Maeva Alliche pour ce premier article d'elle que je découvre sur So Foot. En espérant en voir d'autres.


Alors c'est un problème assez compliqué, tout d'abord il faut comprendre que l'écart de niveau entre le football européen et le football africain ne fait que croître depuis au moins 15/20 ans, du coup même un entraîneur européen moyen se trouve souvent être plus qualifié et plus compétent qu'un entraîneur d'Afrique.

Ensuite, étant un grand suiveur du championnat marocain je peux te dire que les entraîneurs marocains sont, en plus d'être pour la plupart mauvais, très limités dans leur champs d'action.
Je m'explique, ici au Maroc les présidents de club sont tout puissants, c'est à dire que les entraîneurs sont très souvent sur un siège éjectable il n'est pas rare de voir certaines équipes avoir 3 voire 4 entraîneurs au cours d'une année. Ce phénomène a pour conséquence que les entraîneurs ici sont incapables de mettre en place des projets de jeu à moyen/long terme et se contentent donc logiquement de bétonner derrière, en espérant marquer sur une contre attaque ou un vulgaire CPA sorti de nul part.
On peut ajouter à ça le fait que les entraîneurs ne sont souvent pas diplômés, ils profitent de leurs relations avec les médias ou dans le milieu du football pour toujours dénicher des postes ce qui fait qu'il y a une petite caste d'entraîneurs assez vieux et souvent dépassés par le football moderne qui tourne dans les clubs au Maroc, c'est un phénomène un peu comparable à ce qui se fait en ligue 1 avec les Courbis/Antonetti et co.
Ensuite, pour connaître personnellement quelques entraîneurs ici et pour avoir assisté à pas mal d'entraînements, la façon de faire ici est incohérente et souvent dépassé. Il n'y a peu voire pas d'utilisation de replay vidéos pour analyser les erreurs faites lors des matchs précédents et les corriger, les entraînements sont grotesques et ça se ressent en match, on a l'impression qu'il n'y pas de schéma de jeu bien défini en fonction de certaines situations de matchs, c'est vraiment flagrant, la manière de tirer les CPA est souvent la même et il n'y a pas ou peu de combinaisons appliquées en matchs.
Après, au Maroc l'utilisation d'entraîneurs marocain ces dernières années s'est révélés être un désastre, il y a bien la finale de la CAN 2004 avec Zaki (typiquement le genre d'entraîneurs au Maroc à n'avoir jamais rien gagné mais qui continue d'exercer grâce à ses relations et à son passé de grand joueur) qui est un pur coup de chance, sinon les mandats de Taoussi et Fakher ont tous les deux été des fiascos ce qui n'incite pas à continuer à faire confiance aux entraîneurs issue du "bled".

Voilà, après je n'ai pris que le modèle du Maroc mais je pense que ce modèle se transpose avec plus ou moins de nuance aux autres pays d'Afrique, cependant un petit espoir au Maroc est en train de naître et il vient d'un ancien pensionnaire de ligue 1 qui est Walid Regragui il a passé ses diplômes en France et a été champion du Maroc dès sa première année en tant que coach (avec beaucoup de chance certes) mais le modèle est là et il faudrait prendre exemple, les marocains formés en France doivent être à mon avis ceux qui feront avancer ce pays que ce soit dans le foot ou dans les autres domaines.
Mandi défenseur central. C'est une bonne chose pour augmenter le niveau de la charnière, surtout s'il devient complémentaire avec Medjani ou Cadamuro. Mais j'préfère quand même Mandi sur un côté putain.
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
Message posté par Charrua
Mandi défenseur central. C'est une bonne chose pour augmenter le niveau de la charnière, surtout s'il devient complémentaire avec Medjani ou Cadamuro. Mais j'préfère quand même Mandi sur un côté putain.


JE dis que c'est le moment de mettre Bensabaini et de ne plus l'enlever, de toute manière ce poste là lui reviendra un jour ou l'autre, autant l'y mettre dès maintenant.
Restera à trouver un autre def central qui l'accompagnera.
Payetazo>>>ElFiasco Niveau : Loisir
Assez dingue le groupe sur lequel l'Algérie est tombé.

Y'a pas de systèmes de têtes de séries pour protéger les grosses nations en Afrique ? Ca me parait bizarre de voir le Cameroun, l'Algérie et le Nigeria dans le même groupe.


Ou alors le Nigeria et le Cameroun ont chuté si bas au classement FIFA ?


D'ailleurs si je dis pas de bêtises, seul le premier de chaque groupe sort du groupe c'est ça?
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
Message posté par Payetazo>>>ElFiasco
Assez dingue le groupe sur lequel l'Algérie est tombé.

Y'a pas de systèmes de têtes de séries pour protéger les grosses nations en Afrique ? Ca me parait bizarre de voir le Cameroun, l'Algérie et le Nigeria dans le même groupe.


Ou alors le Nigeria et le Cameroun ont chuté si bas au classement FIFA ?


D'ailleurs si je dis pas de bêtises, seul le premier de chaque groupe sort du groupe c'est ça?


Ouais. Le Cameroon et le Nigeria (même la zambie) ont chuté au classement FIFA.

Et oui. Le premier est qualifié à la coupe du monde

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 17