En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Algérie : l'après-Gourcuff, c'est maintenant

Bye-Bye Christian Gourcuff, bonjour Milovan Rajevac. L’Algérie fait ses débuts avec son nouveau sélectionneur serbe, ce dimanche face au Lesotho en éliminatoires de la CAN. Les Fennecs ont beau déjà être qualifiés, il n'y a aucune raison de prendre ce match à la légère. Pour au moins trois bonnes raisons.

Modififié

Milovan Rajevac doit réussir ses débuts


Christian Gourcuff parti fin mars après avoir résilié son contrat, la Fédération algérienne s’est tournée vers Milovan Rajevac pour diriger les Fennecs. Le CV du sélectionneur serbe tient pour l'instant sur un post-it : un quart de finale de Mondial 2010 contre l'Uruguay. À part ça ? Des passages express à la tête de la sélection du Qatar, du club saoudien d’Al-Alhy ou encore du célèbre FK Borac Čačak, finaliste de la Coupe de Serbie 2012. L’homme n’est pas du genre à rester en poste très longtemps. Sa pige la plus longue est de deux ans chez les Black Stars. C’est d’ailleurs cette expérience qui a poussé le président de la FAF à nommer l’entraîneur de soixante-deux ans à la tête de sa sélection.

Lors de sa conférence de presse d’intronisation en juillet, l’ancien joueur de l’Étoile rouge de Belgrade (il y a quand même joué treize matchs) a confié avoir confiance en sa nouvelle sélection pour aller loin : « J’estime que nous avons les moyens de réussir de bonnes choses avec la sélection algérienne. » Fort de son succès à la tête du Ghana, Rajevac ambitionne de faire mieux avec l’Algérie en Russie en 2018. Mais pour cela, il faut d’abord valider son ticket pour le Mondial russe.

Les Fennecs doivent faire le plein de confiance


La sélection algérienne n’a pas été gâtée par le tirage au sort du troisième tour de qualification à la Coupe du monde. Tombée dans le groupe de la mort, elle devra affronter le Cameroun, le Nigeria et la Zambie pour espérer se qualifier. Ce match contre le Lesotho est l’occasion de faire le plein de confiance, avant le premier match face aux Lions indomptables le 9 octobre prochain. « Le football se développe de jour en jour en Afrique et nos adversaires sont forts. Nous devrons prouver à chaque match que nous sommes la meilleure équipe du continent » , a souligné le nouveau sélectionneur dès son arrivée. Si Milovan Rajevac ne considère pas cette confrontation de dimanche comme une répétition générale, elle est l’occasion de préparer le premier choc des qualifs. « Pour moi, chaque match a son importance. Ce sera le cas contre le Lesotho, dans la mesure où il s'agira de ma première sortie avec les Verts. J'espère réaliser une belle victoire. » Les Fennecs entendent bien se qualifier pour leur troisième Coupe du monde d’affilée. Ce qui serait une grande première dans l’histoire du football algérien. En plus de cette qualification à décrocher, l’Algérie a une deuxième mission : réussir la CAN 2017.


La charnière centrale doit se mettre au niveau


Pour espérer remporter la Coupe d’Afrique des nations qui les fuit depuis vingt-six ans, Mahrez, Slimani and co doivent encore régler quelques problèmes dans le jeu. Notamment dans le secteur défensif, où le bât blesse. Le nouveau sélectionneur, conscient des difficultés de son équipe dans ce domaine, compte travailler dessus : « Je suis là pour améliorer le jeu des Algériens, à commencer par une meilleure organisation défensive.  » Les problèmes ne viennent pas des latéraux où Faouzi Ghoulam et Mehdi Zeffane ont jusqu’à présent donné satisfaction. C’est au niveau de la charnière centrale que le gros du travail doit être fait. Milovan Rajevac dispose de cinq joueurs pour trouver la bonne formule : Aïssa Mandi, Hichem Belkraoui, Liassine Cadamuro, Mehdi Tahrat et Carl Medjani. Face au Lesotho, les Fennecs comptent bien continuer leur série de six matchs sans défaite (quatre victoires, deux nuls). L'Algérie, qui s'est imposée dans la douleur à l'aller au Lesotho (1-3, doublé de Soudani aux 85e et 90e), passe finalement un vrai petit test à Blida.

Par Maeva Alliche
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9