1. // Balázs Dzsudzsák porté disparu

Alerte enlèvement : on a perdu Dzsudzsák

BA-LAZ DSU-DSAK. C'est un peu compliqué à prononcer, mais c'est le nom du footballeur hongrois le plus cher de l'histoire. Annoncé il y a quatre ans comme LA future star européenne, l'ancien pensionnaire du PSV Eindhoven tarde pourtant à confirmer son statut.

Modififié
2k 18
« Il a un talent incroyable. Il est rapide, fait de bonnes combinaisons, il peut passer son adversaire et finir sur un bon centre. On ne voit pas souvent des joueurs comme lui. Il a tout d'un ailier moderne. » Piet de Visser, le recruteur du PSV qui est venu le chercher dans le championnat hongrois, se souvient de la pépite qu'était Balázs Dzsudzsák. En 2007, le profil de ce gaucher avait totalement séduit le club hollandais. Passeur et buteur, les Hongrois espèraient grâce à lui revivre les plus belles heures de leur football national. On le disait même héritier d'un certain Ferenc Puskás...

Youtube

Après cinq mois d'adaptation chez les Boeren, le capitaine de la sélection hongroise remporte le championnat hollandais et le trophée Johan Cruijff à titre personnel. Cette saison-là, le discret Dzsudzsák confirme son statut de grand espoir et explose les compteurs : 157 apparitions en Eredivisie et 54 buts. C'est bien au sein des Rood-witten qu'il gagne sa renommée, mais à l'été 2011, le PSV semble déjà trop petit pour lui. Sa puissance de frappe et sa qualité technique séduisent les plus grandes écuries européennes. C'est là précisément que tout bascule. Dans la catégorie des choix de carrière foireux, Dzsudzsák a fait fort. Un temps annoncé au Paris Saint-Germain, à l'AS Rome ou encore du côté de la Liga, Dzsudzsák choisit finalement... l'Anji Makhatchkala. Angie quoi ?

Exil russe raté


En juillet 2011, le petit prodige hongrois s'engage donc quatre ans avec le nouveau riche du football russe. À l'instar de Samuel Eto'o ou de Roberto Carlos, Balázs Dzsudzsák s'inscrit dans la liste de ces joueurs séduits par l'ambitieux projet de l'Anji Makhatchkala. Sauf... qu'ils n'ont pas du tout le même âge ! Lorsqu'il rejoint le club du Nord-Caucase, le Hongrois n'a alors que 24 ans et est en pleine ascension. Tout reste à faire. Une fois arrivé en Russie, c'est la déconvenue. Une demi-saison, huit petits matchs seulement et zéro but marqué plus tard, Dzsudzsák quitte le club en janvier 2012. Il s'envole alors pour la capitale russe et devient le joueur hongrois le plus cher de l'histoire en rejoignant le Dynamo Moscou pour la somme de 19 millions d'euros ! Le bonhomme s'affiche aux côtés d'une jolie blonde, une top-model hongroise, Linda Zimány, et apparait même aux côtés de Lionel Messi sur la jaquette de FIFA 2014... Le retour est annoncé.

Au Dynamo, on le croit revenu à son meilleur niveau. Et puis non : une passe décisive pour son premier match sous les couleurs du Dynamo, une autre la semaine suivante contre le Zénith. Puis plus rien ou presque, 6 buts seulement en deux ans et demi. De moins en moins régulier, l'effet Dzsudzsák retombe très vite. Finalement, les statistiques du jeune Hongrois auraient-elles été gonflées par le moindre niveau de l'Eredivisie et de ses défenseurs ? Comme bon nombre d'attaquants du championnat néerlandais partis s'exiler, à l'instar de Kuyt ou Luuk de Jong, ses buts se font beaucoup plus rares. Malgré une place de titulaire indiscutable , Dzsudzsák ne fait plus parler de lui, les têtes d'affiche de l'effectif moscovite étant plutôt Mathieu Valbuena, 30 ans, ou l'Allemand Kevin Kurányi.

En Turquie pour se relancer ?


Sous contrat jusqu'au 31 décembre 2015, Balázs Dzsudzsák pourrait pourtant quitter le Dynamo dès cet été selon le média hongrois Sport24. Bien loin des 19 millions d'euros exigés en janvier 2012, la valeur du Hongrois sur le marché des transferts est aujourd'hui estimée à... deux millions d'euros. À Moscou, les dirigeants du Dynamo auraient déjà rencontré ceux du club turc du Beşiktaş et seraient également en contact avec ceux du Galatasaray. Des options qui ressemblent de toute façon plus à une retraite anticipée qu'à un nouvel élan.

Par Sara Menai
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le but d'un joueur comme ça est de conserver un niveau satisfaisant en évitant les championnats exotiques nuls à chier type Chine-Emirats-Qatar (coucou Stoch et Weiss) afin de rester performant en sélection.

Un mec en confiance à Galatasaray parce qu'il joue et que l'équipe gagne, c'est souvent plus utile à une sélection qu'un mec qui a fait toute l'année à 120% à Liverpool, Everton ou Aston Villa et qui arrive complètement cramé en équipe nat.

Avec l'euro à 24, la Hongrie a de nouveau une chance de participer à une phase finale, je pense que si c'est lui qui les y emmène, il aura justifié déjà beaucoup d'espoirs...
Je me souviens de lui du temps du PSV , un joueur très doué et prometteur , qui a peut etre pas eu l'aura médiatique des autres très bons attaquants de ce club ( il est Hongrois .. ) devenu des grands , Romario , Ronaldo , Rooben , Nilis , Ruud VN .
Mais qui en contrepartie récupère un compte en banque bien fournit , ce qui est sans hypocrisie l'objectif de chaque footballeur dans une carrière !
Les championnats Russe comme Turque , ce ne sont pas des championnats de fin de carrière a l'instar des Qatar-Chine , car en dehors du faite que certains clubs payes très bien , il y a un minimum de culture footballistique las bas , voir de défiance fanatique .
Il aurait était Hollandais , ce joueur aurait était sans doute recruter par un club Anglais , ou peut etre Allemand !
Perceval de Galles Niveau : Loisir
Ca se prononce "Balaj Djoudjak" par contre.
Pourquoi essayer de rajouter cette précision si vous ne faites meme pas un travail de recherche ou de vérification...

Le nombre de corrections qu'on voit dans les commentaires est affligeant chers auteurs. Faudrait penser á se remettre en question.
Perceval de Galles Niveau : Loisir
Message posté par El Xeneize
Il aurait était Hollandais , ce joueur aurait était sans doute recruter par un club Anglais , ou peut etre Allemand !


Chers auteurs, veuillez oublier mon précédent commentaire, je n'ai rien dit...
rolls-reus Niveau : DHR
A deux millions, il serait peut-être intéressant qu'un club francais se penche dessus non? Même si son salaire doit être assez lourd..
Message posté par Perceval de Galles
Ca se prononce "Balaj Djoudjak" par contre.
Pourquoi essayer de rajouter cette précision si vous ne faites meme pas un travail de recherche ou de vérification...

Le nombre de corrections qu'on voit dans les commentaires est affligeant chers auteurs. Faudrait penser á se remettre en question.


Seuls des personnes de qualité peuvent percevoir la richesse de la phonétique hongroise
Je pense que son coup de moins bien est lié à la philosophie de jeu qui est différente du PSV.

Le PSV de par son modèle de fonctionnement,ne s'attache pas à des individualités.
Il assigne des rôles précis à des joueurs d'un temps qui collent à ce qu'ils recherchent.
Dzsudzsak apportait sa pierre à l'édifice du PSV dans un bon collectif,et avec ses qualités il pouvait se mettre en avant.
C'est pour cela que son passage s'est bien passé, que ce soit lui ou un autre, le jeu continuera de se faire comme le PSV l'aura décidé.

En Russie je pense que son rôle n'a plus rien à voir, on attend de lui qu'il soit une star, et qu'il brille individuellement, et je crois que ça ne lui va tout simplement pas.
J'ai compris que le but c'était de donner des exemples de joueurs qui ont beaucoup moins marqué une fois sortis des Pays-Bas, mais voir Kuyt au milieu de Luuk De Jong Et Dzsudzsák ça fait très très mal aux yeux. Contrairement aux deux autres, Kuyt a été une réussite absolue et a pris une autre dimension à Liverpool et le nombre de buts s'explique avant tout par le fait qu'il ne jouait plus en pointe ou très peu. Alors que les deux autres se sont vautrés lamentablement.
MagicMagyar Niveau : Loisir
C'est tout e drame de la Hongrie, une ribambelle de gagne-petit, qui cherche l'argent facile et se contente de peu.

Ceci explique pourquoi, elle ne s'est plus qualifiée pour une compétition majeure depuis 1986....86 putain!!

Alors que TOUS les autres pays du bloc communiste on tous briller une fois ou l'autre durant ces 30 dernières années et on eu des superstars dans leurs rangs : Nedved, Stoichov, Haggi, Hamsik, Lewandowski et cie...

Mais la Hongrie rien..depuis Puskas en noir et blanc!!!

We stink!!!

Jean-Luc Pontère
Message posté par Perceval de Galles
Ca se prononce "Balaj Djoudjak" par contre.
Pourquoi essayer de rajouter cette précision si vous ne faites meme pas un travail de recherche ou de vérification...

Le nombre de corrections qu'on voit dans les commentaires est affligeant chers auteurs. Faudrait penser á se remettre en question.


C'est pas faux.
gwynplaine76 Niveau : CFA2
par contre, y a du retard à l'allumage, les gars: http://www.lazygirls.info/Zimany_Linda
Redondo minot Niveau : Loisir
L'effondrement historique de la Hongrie en matière de football est quelquechose que je m'explique difficilement.
Syr_Odanus Niveau : CFA
Message posté par Redondo minot
L'effondrement historique de la Hongrie en matière de football est quelquechose que je m'explique difficilement.


Le pognon peut-être ?
Redondo minot Niveau : Loisir
Ultra simpliste comme analyse, compare avec l'ancienne Tchecoslovaquie devenue République Tcheque et Slovaquie par exemple, qui même si elle a décliné existe encore et a même des fulgurances de temps à autres.

C'est le seul pays dans le monde du foot à avoir subi une telle dégringolade, c'est pas le seul à pas rouler sur l'or.

Mais comment un pays qui sortait autant de joyaux a pu s'arranger pour ne plus en sortir un seul quasi du jour au lendemain, après Florian Albert en gros?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Muntari, le Milan aussi
2k 18