Alcácer à rien

Paco Alcácer était le symbole de la formation valencienne, le capitaine, le modèle. En l’espace de quelques jours, ce qui n’était qu’une rumeur farfelue est devenue le transfert star de la fin de mercato en Liga. L’enfant du pays a préféré quitter le Valencia CF pour devenir remplaçant au Barça. Le choix d’une vie.

Modififié
2k 19
«  Mieux vaut régner en Enfer que servir au Paradis  » , a écrit John Milton dans son poème Le Paradis perdu traduit en français par Chateaubriand. Le 30 août dernier, en guise de cadeau pour son 23e anniversaire, Paco Alcácer a signé un contrat de cinq ans avec le FC Barcelone. Les lumières du Camp Nou l’ont ébloui et il a abjuré sa foi valencianiste pour se vêtir d’azulgrana. Formé à la cantera du Valencia CF depuis ses huit ans, l’attaquant a franchi toutes les étapes, en club comme en sélections inférieures, pour devenir le titulaire chez les Blanquinegros. Mais outre le terrain, l’histoire personnelle d’Alcácer est intimement liée à Mestalla. En 2011, lors du Trofeo Naranja qui inaugure la saison, il inscrit son tout premier but avec l’équipe première. Une joie immense qui restera également sa plus grande peine. Alors qu’il prend sa douche, il est averti de la terrible nouvelle : submergé par l’émotion, son père, présent dans les tribunes, a fait une attaque cardiaque. Il a été secouru, mais n’a pu être sauvé. Depuis, Alcácer était le fils préféré, celui que l’on ne critiquait jamais, qui était toujours applaudi et encouragé. Cinq ans plus tard, alors que la rumeur d’un départ venait tout juste de sortir, Mestalla lui a de nouveau réservé le meilleur des accueils lors de la présentation de l’effectif. Alcácer au Barça ? Inconcevable !

Quatrième choix du quatrième choix


Au départ, les dirigeants che ont refusé de lâcher le joueur, craignant l’ire de supporters. Un temps, on a pensé que c’était un coup de pression de la part de Toldra, son représentant mais aussi celui de José Gayà, autre canterano qui tarde à prolonger. Mais en réalité, c’est bien Alcácer qui a demandé à partir. Il l’a avoué sitôt son contrat signé. Des paroles sans guère d’émotion. Un départ indigne, résumé par Kike Mateu, tertuliano pro-Valencia de l’émission El Chiringuito, l’équivalent espagnol de l’After : « Il parle comme cela à des supporters qui l’adorent et qui l’ont toujours soutenu et protégé. On ne note aucun sentiment valencianiste, alors qu’il l’est, c’est une évidence. Il part sans expliquer son choix, la tête basse, sans donner une conférence de presse, sans jamais dire clairement qu’il voulait partir. Ce n’est pas un comportement de capitaine. » Un transfert qui, selon lui, a une portée symbolique bien plus importante que le choix de renforcer un rival. « Ce n’est pas une question de club. David Villa, Jordi Alba et Jérémy Mathieu sont allés au Barça. La question, c’est : "Comment part le joueur et que représente-t-il ?" Imaginons que Xavi Hernández ait signé au Real Madrid et qu’il parte de la même manière. Tout le monde dirait : "Eh ! Mais c’est ça le capitaine du Barça ?" » La nouvelle est d’autant plus amère à encaisser pour l’aficion que le buteur était la figure de proue de la campagne d’abonnement intitulée : « Que tes rêves deviennent plus grands que tes peurs. » Une trahison dans les grandes largeurs. Le pire, c’est qu’Alcácer n’est en réalité que le quatrième choix du quatrième choix puisqu’avant sa signature, le FCB a essuyé les refus de Kevin Gameiro, Hatem Ben Arfa et Luciano Vietto. D’ailleurs, les supporters n’ont pas manqué de se moquer du choix du fils prodigue via le hashtag #PipesPaAlcácer (des graines de tournesol pour Alcácer en valencien, rien à voir avec des rapports buccaux).

Son absence à l’Euro, l’élément déclencheur ?


Le début de la réflexion de Paco Alcácer a peut-être débuté le jour de la liste pour l’Euro de Vicente del Bosque. Sur le plan comptable, le xic (le gamin) a sorti sa meilleure saison avec 13 buts en Liga. Le problème, c’est qu’il a Álvaro Negredo dans les pattes depuis un an et demi et qu’aucun technicien, de Nuno Espirito Santo à Pako Ayestarán en passant par Gary Neville, n’a réussi à trancher. Il faut dire que Negredo, c’est un transfert de 30 barres et un salaire de 6,5 millions d’euros par an. Peu importe qu’il ne mette pas un nougat devant l’autre, il doit jouer, ne serait-ce que dans l’espoir de le refourguer au mercato. Les deux internationaux se partagent la pointe, évoluent parfois tous les deux, sans convaincre. La saison canon d’Aduriz, la hype Morata : Alcácer a beau être le meilleur buteur des éliminatoires, celui qui compensait les errances de l’erreur de casting Diego Costa, c’est lui le sacrifié. Pour revenir en sélection, devenir le titulaire, mieux vaut-il être au Barça, quoique remplaçant ? Peut-être bien au final.

« Alcácer est mentalement prêt à être remplaçant »


Tout le monde n'a pas le même sens de la fidélité que Francesco Totti et Alcácer a peut-être tout simplement senti qu'il était l'heure de grandir. Quitte à le faire les fesses posées sur un banc. Pour Robert Fernandez, le directeur sportif du Barça, «  Alcácer est mentalement préparé à être remplaçant. Il apportera des choses, mais il doit en apprendre d’autres. Il aura le temps de le faire.  » Même dans la peau du back up de Luis Suárez, il a évidemment plus de chance de garnir son armoire à trophées qu’en restant à Valencia, certes ambitieux depuis l’arrivée de Peter Lim, mais qui navigue à vue depuis deux ans. Le départ d’Alcácer n’est clairement pas un bon signe pour les Murciélagos. L’image renvoyée est trouble. Si le symbole du club préfère partir faire le second couteau, que feront les autres ? Valencia semble être un club de transit, notamment pour les joueurs estampillés Jorge Mendes. Malgré tout, le tableau n’est pas noir à 100%. Les accointances de Lim avec le boss de la Gestifute peuvent sortir de sacrées épines du pied, en attestent les arrivés d’Ezequiel Garay et Eliaquim Mangala le 31 août. Mais si ce départ est douloureux, il doit aussi servir de signal d’alarme pour le club, sur ses aspirations et sur le chemin qu’il veut emprunter dans les années à venir.

Cirage de pompes


Dans le même temps, Munir El Haddadi (vingt et un ans) a réalisé le chemin inverse. Le départ d’Alcácer étant conditionné à l’arrivée d’un remplaçant, le Barça a fait d’une pierre deux coups avec ce prêt d’une saison avec option d’achat fixée à 12 millions d’euros, assorti d’une clause de rachat prioritaire de 16 ou d’un pourcentage à la revente si ladite clause n’est pas activée. Une chose est certaine, Munir bénéficiera de l’appui de la grada qui meurt d’envie de le voir meilleur que celui qui a trahi. Dans un sondage réalisé par SuperDeporte, 89% des internautes pensent que Munir marquera plus de buts que « Paquito » . L’ironie du sort serait que Munir revienne en sélection, lui qui avait été appelé illico presto par Del Bosque en 2014, alors que le Maroc lorgnait de près sur la pépite de La Masia. Avec les U21, il côtoie notamment Santi Mina, et leur entente au sein de la Rojita augure du meilleur avec le VCF. L’avenir dira si les Blanquinegros ont réalisé une affaire.

En attendant, à Valence, on refuse de donner de la raison à ce transfert. Le journaliste pro-Culé Quim Domenech a par exemple déclaré samedi soir dans El Chiringuito qu’ «  être remplaçant au Barça et cirer les chaussures de Messi, Suárez et Neymar valait plus que marquer 50 buts avec Valencia  » . Voilà comment on dit je t'aime en catalan.

Par FM Boudet
Modifié

Dans cet article

bah Negredo est parti aussi, à Boro. Ce n'était plus une question d'avoir ou non quelqu'un dans les pattes, mais de choix de carrière. Il a 23 ans, ne croyait plus dans le projet sportif de Valence (Gestifute power) et avait l'opportunité d'aller dans un grand club.
qui plus est, que le Barça ait raté Gameiro et Vietto ok, mais ils n'ont jamais tenté Ben Arfa qui n'aurait certainement pas refusé!!
Avec Messi Suarez et Neymar, c'est dur de trouver un remplaçant de qualité car le gars il sait qu'il sera pas titulaire et quand t'es un bon/très bon joueur tu veux jouer !
Là, le Barça à trouver un bon remplacant mais dommage pour lui... une carrière à la chicharito risque de l'attendre et c'est regrettable.
Note : 1
Ca ressemble à un truc vu et revu des dizaines et des dizaines de fois : après avoir joué 10 matchs en 2 ans, il retournera dans un club d'un standing inférieur, Villareal, Seville, voir même un retour à Valence.
clement6628 Niveau : CFA2
Ce qui est déjà certain, c'est que c'est un gros coup pour le Barca et un coup dur pour Valencia.
Concernant Alcacer, c'est plus compliqué. Pour la sélection, à l'image de Varane et Umtiti chez nous, je pense que ce n'est pas rédhibitoire d'être remplaçant au Barca ou au Real. Bartra, Nacho, Isco, Vazquez... ont été appelés alors qu'ils étaient remplaçants. En plus, vu la supériorité du Barca, un remplaçant devant peut s'en sortir avec 10 ou 15 buts. Après le soucis, c'est qu'il n'est pas le 4e membre de la MSN comme on aurait pu l'imaginer au départ. Sur les ailes, il y a de nombreuses solutions et lui apparaît comme le remplaçant de Suarez et c'est tout.
Enfin, il y a quelque chose dont on parle peu. Suarez va sur ses 30 ans, alors que lui en a 23 ou 24 ans. S'il est très bon et patient, rien ne dit qu'il ne pourra pas prendre la relève de Suarez d'ici deux ou trois saisons.
Note : 1
Vous êtes extrêmement dur, le mec signe dans un des plus grands clubs du monde et il sera dans la rotation donc il va jouer.

A titre de comparaison, Munir a fait 24 matchs l'an dernier
Message posté par momobarca
bah Negredo est parti aussi, à Boro. Ce n'était plus une question d'avoir ou non quelqu'un dans les pattes, mais de choix de carrière. Il a 23 ans, ne croyait plus dans le projet sportif de Valence (Gestifute power) et avait l'opportunité d'aller dans un grand club.
qui plus est, que le Barça ait raté Gameiro et Vietto ok, mais ils n'ont jamais tenté Ben Arfa qui n'aurait certainement pas refusé!!


Il me semble que lors de sa présentation au PSG, Ben Arfa avait affirmé être en contact avec le Barça mais la perspective de beaucoup moins jouer l'a incité de pas rejoindre les rangs Blaugrana.
Note : 2
Je commence à avoir de sérieux problèmes avec le vocabulaire footballistique.
J'ai l'impression que tout transfert, quel qu'il soit, doit maintenant être qualifié de "trahison".
Note : 1
Message posté par Phil...
Je commence à avoir de sérieux problèmes avec le vocabulaire footballistique.
J'ai l'impression que tout transfert, quel qu'il soit, doit maintenant être qualifié de "trahison".


"Les transferts de l'Amour" mec.
Message posté par Phil...
Je commence à avoir de sérieux problèmes avec le vocabulaire footballistique.
J'ai l'impression que tout transfert, quel qu'il soit, doit maintenant être qualifié de "trahison".


Ben c'est vrai que ça fout toujours les boules un valencien qui part à Barcelone.
Après Alcacer c'est pas non plus Albelda, il faut relativiser le poids de la trahison.
comment c'est loin Niveau : DHR
Bravo pour le titre Football Manager Boudet !

Maintenant je vais lire l'article.
comment c'est loin Niveau : DHR
Ah ouai, j'ignorai complètement le contexte de ce transfert..

Si je comprend bien, le gros problème, c'est la façon dont il quitte Valence, de nos jours, on pourrait dire "normal" sauf que lui a une vraie histoire avec ce club.

La sévérité de l'article peut donc se comprendre car même si Valence est en pleine crise depuis 1 an, il se devait de relever le défi et partir quand le club sera dans une meilleure situation sachant qu'il en était capitaine et que Negredo s'était barré..

Pour le joueur, je l'aurai vraiment bien vu à Arsenal entouré de sanchez et ozil mais 30M c'était surement trop pour les gunners...
Alcacer a fait le bon choix. Au Barça, il sera dans la lumière. Ce qui le mènera en sélection (s'il fait de bons matchs, bien sur).

Et puis, s'il était la vraie star de Valence, pourquoi le club lui a-t-il imposé cette concurrence avec Negredo?

Il sait ce qu'est cirer le banc. Mais c'est autre chose d'être le remplaçant de Suarez plutôt que de Negredo.
Difficile de lui reprocher étant donné le contexte dégueulasse et le néant côté projet sportif à moyen/long terme à Valence. Après on fait du gars la "légende" ou du moins l'emblême du club parce qu'il est local mais il n'a absolument rien donné à ce club comme a pu le faire un Villa avant de mettre les voiles. A peine 2 saisons à un niveau moyen/plus et cassos. Triste...
J'ai un gros doute sur le fait que Alcacer ait voulu partir au Barça. Je veux dire qu'il est bien évident qu'aller au Barça, ça se refuse pas, mais je doute que ce soit lui qui ait pris l'initiative du transfert. Comme souvent, la direction du club se cache derrière une supposée "trahison" du joueur. En réalité, Alcacer avait une clause libératoire de 80 millions signée il y a à peine un an ou deux et son contrat finissait en 2020. Donc si Valence ne voulait pas le vendre, il ne le vendait. Clair et net. Et Alcacer ne se serait pas mis en grève, surtout que Valence est son club depuis tout petit. Bref, la réalité c'est que la direction chinoise voulait le vendre pour faire du pognon, tout comme elle a vendu Andre Gomes. Si le journaliste avait fait un minimum de recherche au lieu de raconter la sempiternelle salade sur la "trahison" des clubmen, il aurait vite découvert qu'il y a eu une espèce de guerre civile au sein du club. Les vieux de la vieille de la direction du club (García Pitarch par exemple) ne voulaient pas vendre Alcacer mais les chinois, oui. Et donc, comme ce sont eux les boss, ils l'ont vendu et le joueur n'avait comme souvent pas trop le choix. Il n'y a que les gros cadors type Ronaldo, Messi ou Bale qui décident où ils veulent aller. Les autres, ils vont là où on leur dit d'aller.
Au passage, ils me font bien rigoler les supporters qui s'imaginent que l'arrivée de chinois ou d'américains signifie plein de pognon pour le club. Il est bien évident que ce sont eux qui vont se faire du pognon, et non le club. Ce sont des business-man, pas des mécènes. Les chinois et les ricains, le foot ils s'en tamponnent...
Note : 2
Message posté par gonzolo
J'ai un gros doute sur le fait que Alcacer ait voulu partir au Barça. Je veux dire qu'il est bien évident qu'aller au Barça, ça se refuse pas, mais je doute que ce soit lui qui ait pris l'initiative du transfert. Comme souvent, la direction du club se cache derrière une supposée "trahison" du joueur. En réalité, Alcacer avait une clause libératoire de 80 millions signée il y a à peine un an ou deux et son contrat finissait en 2020. Donc si Valence ne voulait pas le vendre, il ne le vendait. Clair et net. Et Alcacer ne se serait pas mis en grève, surtout que Valence est son club depuis tout petit. Bref, la réalité c'est que la direction chinoise voulait le vendre pour faire du pognon, tout comme elle a vendu Andre Gomes. Si le journaliste avait fait un minimum de recherche au lieu de raconter la sempiternelle salade sur la "trahison" des clubmen, il aurait vite découvert qu'il y a eu une espèce de guerre civile au sein du club. Les vieux de la vieille de la direction du club (García Pitarch par exemple) ne voulaient pas vendre Alcacer mais les chinois, oui. Et donc, comme ce sont eux les boss, ils l'ont vendu et le joueur n'avait comme souvent pas trop le choix. Il n'y a que les gros cadors type Ronaldo, Messi ou Bale qui décident où ils veulent aller. Les autres, ils vont là où on leur dit d'aller.
Au passage, ils me font bien rigoler les supporters qui s'imaginent que l'arrivée de chinois ou d'américains signifie plein de pognon pour le club. Il est bien évident que ce sont eux qui vont se faire du pognon, et non le club. Ce sont des business-man, pas des mécènes. Les chinois et les ricains, le foot ils s'en tamponnent...


"Si le journaliste avait fait un minimum de recherche au lieu de raconter la sempiternelle salade sur la "trahison" des clubmen, il aurait vite découvert qu'il y a eu une espèce de guerre civile au sein du club"

Il me semble que la recherche minimale, eh bah c'est toi qui ne l'a pas faite. Parce qu'Alcacer a clairement dit sur le site officiel du VCF dans une vidéo qu'il voulait partir parce que l'offre du Barça lui convenait et qu'il a fait en sorte que le transfert se boucle rapidement car ça constitue une avancée dans sa carrière. Ça a fait notamment la une de Sport, un bandeau énorme en rouge barré "Pedi venir" (j'ai demandé à venir) et tous les journaux sportifs espagnols ont relayé ses paroles. Il le reconfirmera vraisemblablement lors de sa présentation officielle jeudi me semble-t-il. Layhoon a publiquement évoqué le désir d'Alcacer de partir et de signer au Barça vendredi dernier lors d'une conférence de presse officielle, juste après la présentation de Garay et Mangala au Palco VIP. Le club n'était pas vendeur, encore moins si proche de la clôture du mercato. La seule condition, c'était de lui trouver un successeur, ce qui est le cas avec Munir. Un rapide coup d'oeil sur Twitter, tu aurais vu la citation intégrale de la présidente qui n'a pas été particulièrement tendre avec le joueur.
Quant à la guerre civile, Suso, Ayestaran et Layhoon font leur job. C'est peut-être pas toujours l'entente cordiale mais Valencia a connu des situations bien plus difficiles au niveau relationnel.

"Les vieux de la vieille de la direction du club (García Pitarch par exemple) ne voulaient pas vendre Alcacer mais les chinois, oui".
Certes, Suso a déjà été DS du club entre 2002 et 2004 mais il n'est revenu qu'en janvier dernier. Dans ses nouvelles fonctions, il est plus neuf que vieux. La direction a changé plusieurs fois en 12 ans.
Au fait, le propriétaire est singapourien et pas chinois et il ne voulait pas vendre par crainte de la réaction de l'aficion. Après, libre à toi de penser qu'Alcacer a dit qu'il voulait partir pour masquer le fait qu'on l'a poussé dehors. Après tout, pourquoi pas, mais ce n'est pas l'impression qui est donnée, vu la façon dont il est parti, en catimini, sans dire adieu à "ses" supporters. D'ailleurs, Alcacer ne s'est pas du tout mis en grève, il a joué la 1re journée contre Las Palmas (match insipide au demeurant) et il a accompagné ses coéquipiers à Eibar alors que le transfert était quasi-bouclé. Tu dois confondre avec Dani Parejo.

Tu parles de la clause libératoire de 80M€. Suso en a parlé lors de la conférence de presse de vendredi. Il a clairement expliqué que ces clauses n'avaient aucun rapport avec les prix du marché et qu'elles étaient rarement levées par les clubs acquéreurs, surtout à de telles hauteurs. Layhoon a renchéri en disant que la proposition économique était bonne mais que vu le statut d'Alcacer, ce qu'il représente pour le Valencianisme, il fallait impérativement que le joueur demande explicitement à partir. Lim n'est pas des plus populaires ces derniers temps, dégager Alcacer était le meilleur moyen de se rendre définitivement imblairable, déjà que son "projet" est largement criticable et fait fuir une icône de la maison. Ce départ lui retombe dessus. Si cela n'avait été que la volonté du prince, les éditorialistes, en particulier ceux de SuperDeporte, se seraient régalés pour alourdir la note. Certains trouvent même des circonstances atténuantes à Alcacer que j'explique au demeurant.

Dernière chose : vu que j'habite à València, je suis régulièrement le seul journaliste français présent aux conférences de presse et que je vais à tous les matches à Mestalla. Je peux faire des erreurs et/ou avoir un point de vue différent de celui du lecteur c'est évident. Mais en l'espèce, je pense que je connais assez bien le sujet ce qui, vu ton commentaire, n'est manifestement pas ton cas.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Les + de SOFOOT.com
2k 19