1. //
  2. // Villarreal/FC Bacelone

Albert Ferrer : « Le Barça va souffrir »

Albert "Chapi" Ferrer, l'ancienne mobylette de la Dream Team, de la Roja et de Chelsea analyse l'indigestion européenne barcelonaise et livre ses impressions sur la fin de championnat difficile qui attend les Culés.

0 0

Comment analysez vous le match Barça-Inter avec du recul ?
J'ai assisté à un duel très difficile. Pour moi, la confrontation ne s'est pas joué au Camp Nou mais à Milan. C'est là que le Barça a perdu ses options de qualification. l'Inter a joué un match parfait, face à une équipe qui a pressé trop haut et surtout trop vite. A mon sens Barcelone s'est beaucoup trop précipité. Les italiens d'être en finale.Est-ce que le Barça a fait tout ce qu'il fallait contre l'Inter au match retour ?
Ils ont surtout fait ce qu'ils ont pu. Physiquement, ce n'est pas ça dernièrement. On sent vraiment qu'ils sont fatigués, et c'est normal vu le nombre incalculable de matchs qu'ils ont disputés depuis deux ans. Néanmoins, je pense qu'avec un peu plus de chance, ils auraient pu créer l'exploit. Si Bojan met sa tête, la situation peut changer du tout au tout...Est-ce que vous vous attendiez à un match aussi défensif de la part de l'Inter Milan ?
Personnellement, je savais qu'ils n'allaient pas attaquer. Ils se sont contentés de capitaliser sur leur match aller. Ils ont fait ce qu'il fallait faire pour le coup : attendre l'erreur de l'adversaire.Les t-shirts, les tifos, l'appel du peuple, les tuyaux d'arrosage... Le Barça n'est pas serein en ce moment. Comment l'expliquez-vous ?
Ça n'a rien à voir avec la sérénité, ni avec la peur d'ailleurs. Tout ce qui a tourné autour du match était plutôt à mettre du côté de l'euphorie. Le Barça n'a jamais vécu une époque aussi merveilleuse de toute son histoire. La possibilité de participer à une deuxième finale de Ligue des Champions consécutive, c'était un peu la cerise sur le gâteau que les joueurs voulaient donner aux socios. Franchement, ça part d'un bon sentiment... Il ne faut pas y voir un manque de confiance ni quelque chose d'autre... Et puis sa supériorité en Europe n'est pas remise en cause, malgré son élimination. Pour moi, c'est même la meilleure équipe du monde...Et l'arrosage automatique ?
Ça donne une mauvaise image du Barça c'est clair...Je trouve ça incompréhensible. En tout cas, si c'est fait volontairement, c'est vraiment maladroit.Est-ce que vous avez compris la colère de Victor Valdes lorsque Mourinho est entré sur le terrain ?
J'ai été joueur et je connais le goût de la défaite. Je ne condamne pas l'attitude de Valdes. C'est un geste humain, plein de frustration et de nerfs, c'est tout. Un joueur qui perd encaisse mal les défaites, c'est normal... Maintenant, je comprends aussi l'attitude de Mourinho. Il a gagné, il est fou de joie... Quoi de plus normal qu'il aille saluer ses supporters ?Est-ce qu'on peut dire que Guardiola a perdu son face à face contre Mourinho ?
Pas vraiment. Les décisions de José étaient plus simples à prendre que celles de Guardiola. L'Inter devait se contenter de défendre, tandis que le Barça devait trouver le moyen de percer une défense dont on savait tous qu'elle serait hermétique.Vous pensez que les Blaugranas vont accuser le coup en championnat après cette élimination ?
Inconsciemment, les joueurs accusent toujours le coup après des défaites comme ça. Il va falloir qu'ils se remobilisent, mais ça, Guardiola sait très bien le faire. Il faut de toute façon éviter que le doute s'installe. En ce moment, il doit y avoir certains joueurs qui doivent se poser pas mal de questions : “On pratique le meilleur foot du monde, et je peux tout perdre”... C'est le mental et la gestion de la pression qui vont compter en cette fin de saison.Vous avez été longtemps partenaire de Guardiola dans la Dream Team. Est-ce qu'il arrivait à surmonter les échecs ?
Guardiola est un mec intelligent. Il n'a pas changé en devenant entraîneur : il réfléchit toujours autant. Il n'est pas du genre à ruminer les défaites, mais plutôt à les analyser avec sang-froid. Et puis, il sait relativiser. Il y a des bons et des mauvais moments dans le football. En ce moment, il doit avoir un goût amer dans la bouche, et le seul moyen de s'en défaire, c'est de travailler encore plus.Surtout que le Real pousse très fort... On a même l'impression qu'ils sont plus forts mentalement, non ?
Sans doute. Le Real Madrid est une équipe qui a toujours eu la foi. Ce n'est pas dans leur habitude de lâcher ou de se désespérer. C'est l'une de leurs plus grandes forces. Il ne faut pas oublier que le Real Madrid a disputé beaucoup moins de matchs que les Blaugranas ces deux dernières saisons. En Coupe du Roi et en Ligue des Champions, ils n'ont pas fait long feu... Forcément, ils sont beaucoup plus frais physiquement. En ce moment, ils ont 10 à 20% d'énergie en plus que les joueurs du Barça. Ce n'est pas grand-chose mais ça crée d'énormes différences en fin de saison. Surtout quand elles sont aussi angoissantes que cette année.Vous étiez de l'équipe qui a gagné la Liga quatre fois d'affilée. Aujourd'hui ça semble presque impossible...
Avec Cruyff, on ne pensait qu'aux objectifs à court terme. Ça nous évitait de nous prendre la tête sur le calendrier. Et puis, mentalement on était aussi très forts ; on savait qu'on était les meilleurs. Même quand ça paraissait impossible aux gens, on arrivait à faire la différence. Et puis on a eu la chance que Tenerife nous file de précieux coups de main lors des dernières journées aussi. (Rires)Comment voyez-vous le match du Barça contre Villarreal ?
Très périlleux ! le Madrigal, c'est tout sauf un terrain dans lequel tu reprends confiance. Le stade est petit, le public est proche des joueurs et en ce moment Villarreal marche bien. C'est une équipe qui lutte pour l'Europe et qui va jouer ses chances à fond. J'espère me tromper, mais je pense que le Barça va souffrir...Villarreal/FC Barcelone, 22h

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
« Quel étage ?»
0 0