En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Alavès (1-2)

Alavés offre au Barça son premier couac

Loin de ses fulgurances des deux premières journées, le Barça crée la première surprise de la saison en s’inclinant logiquement face au solide promu du Alavés (1-2). En cause, les rotations ratées de Luis Enrique.

Modififié

FC Barcelone 1-2 Deportivo Alavès

Buts : Mathieu (46e) pour Barcelone // Deyverson (38e), Ibai (64e) pour Alavès

Englué dans une torpeur rare mais intense, le Camp Nou se réveille en sursaut quelques minutes avant l’accomplissement du premier acte. Surpris, tout d’abord d’assister à une offensive du si défensif 5-4-1 du Deportivo Alavés, il tressaille lorsque le Brésilien Deyverson tacle de l’extérieur un centre exquis de l’ailier Kiko Femenia. Menés et déprimés, les Blaugrana peinent à se réveiller au cours d’un second acte marqué par les entrées successives de Lionel Messi, de Luis Suárez et d’Iniesta. Malgré un retour au point de vingt minutes, les Basques de Vitória remercient leur buteur Ibai Gómez et repartent du Camp Nou avec l’exploit de la journée dans la poche. Pour sa part, Luis Enrique peut déjà diagnostiquer quelques maux à son Barça. Trop dépendants de leur gâchette uruguayenne et de leur génie argentin, trop perturbés par les errements de Mascherano et la fébrilité de Vidal, les poulains de l’Asturien ne disposent pas encore de seconds couteaux capables de soutenir le rythme de croisière des titulaires indéboulonnables. Les bobos ne sont donc pas simplement superficiels, mais laissent apparaître des failles réelles. Et un premier revers pour cette saison.

Anesthésie locale, chaleur de visiteur


Les lendemains de trêve internationale prennent des allures de gueule de bois pour les aficionados venus garnir les strapontins du Camp Nou. Tout heureux à l’idée de contempler les délices de Messi, les fourberies de Suárez et les traits de génie d’Iniesta, ils déchantent à l’annonce du onze blaugrana. Remodelée de fond en comble en prévision des échéances européennes, l’équipe concoctée par Luis Enrique renvoie plus à une entrée en lice de Copa del Rey contre un modeste sparring-partner de Liga Adelante qu’à la réception d’un promu aux dents longues – déjà auteur d’un nul homérique au Vicente-Calderón en ouverture du championnat. Qu’importe, pour le Deportivo Alavés de Mauricio Pellegrino, un brin enjoué par les tâtonnements blaugrana et bien ancré dans son camp grâce à une défense à cinq couplé à un milieu à quatre. Du béton et un sérieux auxquels les Azulgranas répondent par de sporadiques montées d’Aleix Vidal et quelques éclairs du génie endormi Neymar. Si bien qu’avant la pause, sur l’une de leurs rares offensives, les représentants du Glorioso défrichent le tableau d’affichage sur un tacle énergique d’un autre Brésilien, Deyverson.

Le show et le froid Mathieu


De retour sur le pré au sein des « Messi, Messi » tombant de gradins en manque flagrant d’émotions fortes, Luis Enrique ne moufte pas et délaisse ses onze mêmes unités. Il ne cède à la pression populaire qu’à l’heure de jeu, renvoyant Denis Suárez sur le banc en lieu et place de la Pulga, alors que l’égalisation est déjà actée. Car moins sexy mais bien décisif, Jérémy Mathieu ramène les compteurs à zéro dès les prémices du second acte d’un rustre coup de casque. Tout d’abord saluée, sa prestation devient plus terne quand, dans la foulée, il se rate seul, face au but et à bout portant. S’ensuivent alors les entrées de Luis Suárez et d’Andrés Iniesta en complément de la Pulga. Des rotations tardives qui ne changent en rien le fil conducteur de la rencontre : désorganisés et amorphes en défense, les Blaugrana se font prendre par une percée d’Ibai Gómez et rament comme jamais pour recoller aux Basques. Sans fluidité, sans créativité, ils font le jeu d’un adversaire qui coulisse à souhait et défend regroupé. La sentence est irrévocable : le Barça se tire une première balle dans le pied et laisse aux Merengues les commandes en solitaire de la Liga.

  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88