1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Alavès (1-2)

Alavés offre au Barça son premier couac

Loin de ses fulgurances des deux premières journées, le Barça crée la première surprise de la saison en s’inclinant logiquement face au solide promu du Alavés (1-2). En cause, les rotations ratées de Luis Enrique.

Modififié
342 12

FC Barcelone 1-2 Deportivo Alavès

Buts : Mathieu (46e) pour Barcelone // Deyverson (38e), Ibai (64e) pour Alavès

Englué dans une torpeur rare mais intense, le Camp Nou se réveille en sursaut quelques minutes avant l’accomplissement du premier acte. Surpris, tout d’abord d’assister à une offensive du si défensif 5-4-1 du Deportivo Alavés, il tressaille lorsque le Brésilien Deyverson tacle de l’extérieur un centre exquis de l’ailier Kiko Femenia. Menés et déprimés, les Blaugrana peinent à se réveiller au cours d’un second acte marqué par les entrées successives de Lionel Messi, de Luis Suárez et d’Iniesta. Malgré un retour au point de vingt minutes, les Basques de Vitória remercient leur buteur Ibai Gómez et repartent du Camp Nou avec l’exploit de la journée dans la poche. Pour sa part, Luis Enrique peut déjà diagnostiquer quelques maux à son Barça. Trop dépendants de leur gâchette uruguayenne et de leur génie argentin, trop perturbés par les errements de Mascherano et la fébrilité de Vidal, les poulains de l’Asturien ne disposent pas encore de seconds couteaux capables de soutenir le rythme de croisière des titulaires indéboulonnables. Les bobos ne sont donc pas simplement superficiels, mais laissent apparaître des failles réelles. Et un premier revers pour cette saison.

Anesthésie locale, chaleur de visiteur


Les lendemains de trêve internationale prennent des allures de gueule de bois pour les aficionados venus garnir les strapontins du Camp Nou. Tout heureux à l’idée de contempler les délices de Messi, les fourberies de Suárez et les traits de génie d’Iniesta, ils déchantent à l’annonce du onze blaugrana. Remodelée de fond en comble en prévision des échéances européennes, l’équipe concoctée par Luis Enrique renvoie plus à une entrée en lice de Copa del Rey contre un modeste sparring-partner de Liga Adelante qu’à la réception d’un promu aux dents longues – déjà auteur d’un nul homérique au Vicente-Calderón en ouverture du championnat. Qu’importe, pour le Deportivo Alavés de Mauricio Pellegrino, un brin enjoué par les tâtonnements blaugrana et bien ancré dans son camp grâce à une défense à cinq couplé à un milieu à quatre. Du béton et un sérieux auxquels les Azulgranas répondent par de sporadiques montées d’Aleix Vidal et quelques éclairs du génie endormi Neymar. Si bien qu’avant la pause, sur l’une de leurs rares offensives, les représentants du Glorioso défrichent le tableau d’affichage sur un tacle énergique d’un autre Brésilien, Deyverson.

Le show et le froid Mathieu


De retour sur le pré au sein des « Messi, Messi » tombant de gradins en manque flagrant d’émotions fortes, Luis Enrique ne moufte pas et délaisse ses onze mêmes unités. Il ne cède à la pression populaire qu’à l’heure de jeu, renvoyant Denis Suárez sur le banc en lieu et place de la Pulga, alors que l’égalisation est déjà actée. Car moins sexy mais bien décisif, Jérémy Mathieu ramène les compteurs à zéro dès les prémices du second acte d’un rustre coup de casque. Tout d’abord saluée, sa prestation devient plus terne quand, dans la foulée, il se rate seul, face au but et à bout portant. S’ensuivent alors les entrées de Luis Suárez et d’Andrés Iniesta en complément de la Pulga. Des rotations tardives qui ne changent en rien le fil conducteur de la rencontre : désorganisés et amorphes en défense, les Blaugrana se font prendre par une percée d’Ibai Gómez et rament comme jamais pour recoller aux Basques. Sans fluidité, sans créativité, ils font le jeu d’un adversaire qui coulisse à souhait et défend regroupé. La sentence est irrévocable : le Barça se tire une première balle dans le pied et laisse aux Merengues les commandes en solitaire de la Liga.

  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga Par Robin Delorme
  • Modifié

    Note : 1
    le début me fait déjà tiqué , si luis enrique ne fait pas de rotation contre le déportivo alaves au camp nou , contre qui fera t il de rotation ?
    En cause: Mascherano.
    J'adore le joueur, mais c'est pas tant le turn-over qui amène la défaite. Autant désigner le vrai coupable, ça n'enlèvera rien à tout ce qu'il a apporté, et ce qu'il continuera sûrement à apporter.

    Ok offensivement c'était pas brillant, mais courir après le score contre ces équipes ultra motivées, ça aide encore moins.

    Et ils ont très bien défendu mine de rien.

    Par contre le "poste pour poste" et le "pas de changement de système" quand t'es mené, c'est nul. Merde, jouer avec Suarez et Alcacer, ça n'aurait pas été si difficile.
    C'est cool Dragon Ball Catalonia pour le marketing mais c'est avec Super la confirmation que depuis GT, Toriyama ne gère plus grand chose!
    Résultat logique défaite logique .. Dani Alvès a bien joué le coup !
    gronaldothe best Niveau : DHR
    Et les gars....sérieusement ...avant que le barça croit qu'il manque 20M dans les caisses ont leur dit qu'en fait c'est dédé de la commission du club qui a achetés digne pour déconné ?! ou y vont s'en rendre compte?!
    dédéprank.com
    Dirkdiggler Niveau : CFA2
    Note : 1
    Tidus ? T'es pas là pour commenter du coup ?
    tacle_tibia Niveau : Ligue 1
    Note : 2
    Mathieu qui manque l immanquable en face du gardien
    Il aurait pu être l homme du match.
    Sympa sinon la carrière de lucas digne.
    Si tu sais pas quoi faire dans la vie fais arriere gauche , il y aura toujours une place.
    A chaque retour de trêve internationale c'est la même !
    spacieux_rituel Niveau : DHR
    Note : 2
    Une pensée aux pigeons qui mettent 1000E sur des côtes inférieures à 1.1
    La côte alaves mi-temps/alaves fin du match @45
    Purée
    helvétie Niveau : DHR
    Voir Digne tiré sur les pigeons alors qu'il reste 5 minutes et avec la triplette sur le terrain c'est génant.
    rinus-michels Niveau : District
    Facile de désigner les coupables : Digne et Mascherano.

    Ok, offensivement, c'était pas trop ça, mais ce qu'on fait Digne et Masche, c'est bien pire. Le second but, il est pour eux deux, Digne qui fait nawak avec le ballon offensivement les 3/4 du temps, qui a du perdre plus de la moitié de ses ballons par manque d'agressivité, et souvent trop tendre quand il doit reprendre un adversaire.
    Mais le Barça a souvent des matchs de ce type là en début de saison, voir juste après la trêve. Avec une équipe physiquement au point, le Barça en aurait mit 4 ou 5, et l'on ne parlerait pas des piètres perfs de Digne et Mascherano.

    Sinon, je sens que les éliminatoires pour la WC 2018 vont peser dans les résultats, notamment les aller-retour Espagne-AmSud.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    342 12