Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Ajax, semaine horribilis !

Trashé 4-0 mercredi au Nou Camp, puis tabassé 4-0 hier au PSV, l'Ajax a explosé dans les grandes largeurs pour le compte de la 7e journée. Les indices d'un malaise plus profond qu'il n'y paraît et révélateurs à nouveau d'un foot de clubs hollandais bien malade.

Modififié
8-0 en une semaine ! Pour les connaisseurs de l'Ajax, c'est sur ce score que les Ajacides avaient perdu à dom au vieux Stade de Meer, lors du jubilé de Johan Cruyff en 1977. La mauvaise idée d'avoir convié un Bayern ultra revanchard et pas vraiment enclin à la jouer « match amical » … En septembre 2013, lors de cette semaine écoulée, un autre souvenir rattaché aux glorieux seventies a plombé l'ambiance du club d'Amsterdam : la disparition de Gerrie Muhren (aîné de son frère Arnold). L'ancien milieu de l'Âge d'or était du triplé victorieux de la Ligue des champions (1971-72-73), mais il ne figurait pas dans l'épopée Oranje du fabuleux Mondial 74. Deux souvenirs extra racontent éternellement son talent. D'abord son but magistral d'une reprise de volée en quarts de C1 contre le Bayern en mars 1973 (4-0) : ce but n'avait pas été filmé par le réalisateur-TV. Un must, donc… L'autre épisode marquant fut sa séquence inoubliable de jonglage spontané au stade Bernabéu face au Real en demies de C1 73 applaudie par le public madrilène ! Quelques secondes de poésie dans un match au sommet hyper disputé, et symbole d'une équipe qui, littéralement, jonglait avec la planète foot. Nostalgie, nostalgie…

Ajacides au point mort

Hier après-midi, les tribunes du Philips Stadion réservées aux supporters adverses étaient restées vides : pas de suiveurs de l'Ajax, bannis ce jour-là par la municipalité d'Eindhoven pour une sombre histoire de transports… et de sécurité. Tous comptes faits, valait mieux en effet ne pas venir pour voir ses protégés frappés à nouveau d'un 4-0 désespérant. Désespérant parce que l'Ajax a bien contrôlé pendant presqu'une heure avant de sombrer sur un but de Matavž sur une nouvelle toile de Vermeer (53e). Cette énième bourde lui vaudra très sûrement de laisser prochainement sa place à Cillessen, son excellente doublure, dont l'heure est sans doute enfin arrivée. Sous les yeux de Louis van Gaal (et madame), Vermeer risque-t-il de dire aussi adieu aux Oranje ? Un PSV jusque-là faiblard et tout aussi inorganisé que les semaines récentes acheva ensuite un Ajax qui avait laissé pas mal de gomme au Nou Camp, mercredi soir : en sept minutes, Willems (61e), Hiljemark (64e), puis Park (68e) salèrent l'addition (4-0). On a encore vu hier toutes les limites de l'Ajax, champion de la possession-circulation stérile, puisque n'occasionnant pas d'actions chaudes et encore moins de buts. Une incongruité tactique de Frank de Boer a aussi placé l'avant-centre Sigthorsson en ailier droit pour laisser le numéro 9 à Bojan ! Problème : l'Islandais au meilleur registre offensif axial de son équipe n'est pas à l'aise dans le couloir et l'Espagnol décroche beaucoup pour participer à l'animation au milieu (plutôt pas mal, d'ailleurs). Résultat : peu de présence devant le but et un Siem de Jong un peu paumé aussi, qui parfois se marche sur les pieds avec ce même Bojan… Et pour finir, des latéraux (Blind et Van Rhijn) qui ne montaient pas assez afin d'offrir des possibilités sur les côtés au moment où l'Ajax se noyait dans ses petites combinaisons axiales dans l'entonnoir… Bref, la totale !

Allons à l'essentiel : avec les départs de Alderweireld (taulier de la défense) et d'Eriksen (meneur habituel qui flambe à Tottenham), l'Ajax s'est démuni dangereusement pour de bon. Pour sa part, Johan Cruyff avait justifié ces départs par l'extrême loyauté de deux joueurs qui avaient beaucoup donné au club avant d'aller légitimement tenter l'aventure ailleurs. Qui plus est, les départs de l'Ajax favorisent toujours la montée en grade des jeunes du centre du formation. Sauf que le niveau général actuel devenu critique ne permet pas l'épanouissement de la jeune garde : comment s'exprimer devant pour Hoesen et Fischer (voir Andersen, entré hier) si le ballon ne leur parvient plus comme il faut ? Et derrière, les jeunes Denswill et Van der Hoorn vont devoir se faire les dents dans l'axe aux côtés d'un Moisander pas encore devenu « ministre de la défense » à la place du grand Alderweireld…

Désastre européen


Le tableau de la semaine écoulée fait froid dans le dos. Le club néerlandais numéro 1 (Ajax) s'est d'abord fait exploser en C1 par un Barça qui n'a pas trop forcé. Hors niveau continental, l'objectif de FDB d'atteindre les 8es est plus que compromis (même si tout n'est pas encore joué). Plus grave, en Eredivise, l'Ajax s'est fait trashé par un PSV quelconque, battu lui aussi en Coupe d'Europe de C3, jeudi. Un 0-2 indigne à dom face à l'honnête mais sans plus champion de Bulgarie, Ludogorets Razgrad. Un revers qui a mis Phillip Cocu dans une rage folle. Leader de cette Eredivisie, le PSV à 15 points ne devance Zwolle que de deux petites unités. On rappellera que le PEC, là aussi équipe correcte mais sans plus, est un club arrivé de D2 la saison passée… L'Ajax n'est pas si loin (7e avec 11 points), mais on sent qu'il est largué. Largué dans le sens où il pourrait difficilement être champion cette saison. Il pourrait l'être quand même, mais cette équipe moyenne l'emporterait alors face à une concurrence forcément encore plus faiblarde qu'avant. Car les premiers craquements de l'Ajax se sont fait jour la saison passée : un Ajax pas extra avait fini champion grâce aussi aux décrochements de Twente, puis du PSV dans la dernière ligne droite. Surtout, l'artisan principal de la troisième couronne fut Frank de Boer, le coach : son charisme et son exigence de l'excellence ont permis ce succès au début mal engagé. La gnaque de Frank peut encore marcher cette saison, mais on en doute…

Une fois de plus, le foot de clubs néerlandais périclite, comme l'indique sa désastreuse campagne européenne, toujours un bon observatoire pour les foots nationaux. En août, en tour préliminaire de C1, le PSV n'a pas fait le poids face au Milan AC (1-1, 0-3), puis en septembre en C3, le champion de Bulgarie Razgrad l'a donc battu à dom (0-2). Pas terrible pour un club donné co-favori en Eredivisie 2013-14… En C3, toujours, on a peu parlé ici du coup de tonnerre du mois d'août au 3e tour : l'élimination du FC Utrecht par le tout petit club luxembourgeois Differdange 3 (1-2 puis 3-3). Utrecht, club historique aux Pays-Bas et 5e du championnat, éliminé par un club luxembourgeois ! Même déshonneur pour Vitesse Arnhem (4e d'Eredivise) au tour suivant, barré par l'obscur club roumain de Petrolul Ploiesti (1-1 et 1-2). Enfin Feyenoord, autre co-favori en championnat national, a perdu deux fois contre le club russe du Kouban Krasnodar (0-1 et 1-2). Jeudi dernier, l'AZ (seul rescapé en C3) a sauvé l'honneur en gagnant 1-0 au Maccabi Haïfa… Paradoxe énorme : les Oranje ont été les premiers qualifiés de la zone Europe pour le Mondial 2014. Mais ils le doivent d'abord à leurs mercenaires de l'étranger (Robben, Van Persie, Kuyt, Huntelaar, Van der Vart, Vorm ou Krul). Une légion étrangère qui s'est agrandie cet été avec les départs de Strootman, Van Ginkel, Lens, Leroy Fer, Boerrigter, Babel, Braafheid, Pieters, Platje, Waterman… Bref, une nouvelle saignée qui laisse l'Eredivise encore plus exsangue. Et on ne parle pas des cadors étrangers partis eux aussi cet été. Ce dont les supporters de Tottenham ne se plaindront pas, hein…

Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17