Ajax-PSV (1-0) : Amsterdam, Kraker gagnant !

Et à la fin, c'est l'Ajax qui gagne. Un but venu d'ailleurs de l'Islandais Sigthorsson a éclairé ce faux sommet d'Eredivisie. Mais on assiste néanmoins à un resserrement palpitant en tête du classement : Ajax et Vitesse en pole (40 points), suivis du FC Twente (37) et de Feyenoord (36). Faites vos jeux !

Modififié
2 10
Gros coup dur pour l'Ajax, la veille du match. L'attaquant Siem de Jong, qui revenait de blessure, a rechuté lors de l'entraînement de samedi. La tuile ! Parce que De Jong, tout heureux de pouvoir revenir dans le groupe, caresse toujours l'espoir d'être parmi les 23 Oranje du Mondial 2014. Et puis parce que son coach, Frank de Boer, l'avait désigné n°9 pour le reste de la saison. Ce poste envié, mais difficile avait été soustrait à l'habituel Sigthorsson, l'Islandais en mal d'efficacité (6 buts seulement en Eredivisie). Du coup, la blessure inattendue de Siem (prononcé « Sim » ), dont on connaîtra la gravité et la durée d'indisponibilité aujourd'hui, a remis Sightorsson en selle pour le poste d'avant-centre. Avec la pression de le suppléer comme il faut. Et devinez qui a marqué l'unique but de la partie ?

Quel PSV à l'ArenA ?

Avant le match, tous les pronos donnaient l'Ajax nettement favori, tant la différence avec le PSV au niveau du jeu était flagrante. Idem pour l'aspect psychologique. Les Ajacides avaient viré en leader ex-æquo à la trêve, situation plus que favorable comparé aux dernières saisons, quant le PSV disait au revoir au titre, voire aux places européennes (7e). L'Ajax à domicile avait aussi une petite revanche à prendre sur le match aller où il s'était fait étriller 0-4 au Philips Stadion. Une partie qu'ils avaient dominée, mais qui leur avait échappée faute d'efficacité devant et à cause de bourdes défensives qui coutèrent sa place au gardien Vermeer, remplacé depuis par Cillessen… Autre paramètre favorable aux locaux : l'Ajax était au grand complet, renforcé de trois jeunes pousses testées lors du stage hivernal en Turquie. Les trois noms à retenir pour l'avenir sont l'attaquant Ricardo Kishna (19 ans, sacré tricoteur) et les deux défenseurs Riechedly Bazoer (17 ans) et Jaïro Riedewald (17 ans et déjà aperçu avant la trêve à Roda où il avait planté un doublé retentissant (2-1). Mais seul Riedewald était sur la feuille de match. Pour être complet, FDB a annoncé que l'Ajax ne recruterait pas au mercato d'hiver. La piste Ola John (Benfica) ayant été abandonnée, on fera monter les jeunes en grade ! Même la blessure de De Jong ne modifiera pas les plans de Coach Franky. Ce dernier a enfin déclaré qu'à la fin de la saison trois joueurs seraient sur le départ. Partants quasi certains, Siem de Jong, justement, ainsi que l'excellent défenseur axial finlandais Niklas Moisander. Le latéral gauche et sentinelle Daley Blind, très supervisé, pourrait rester une saison de plus car il avait récemment prolongé à Amsterdam.

Côté PSV, c'était l'inconnue. Qu'attendre d'une équipe très rajeunie (trop rajeunie ?), larguée en championnat, éliminée de la Coupe des Pays-Bas et de l'Europa League, privée de deux tauliers (le milieu et capitaine Wijnaldum et le n°9 slovène Matavž) et avec à sa tête son coach Phillip Cocu en grandes difficultés ? Pour mieux aborder cette deuxième partie de saison, Eindhoven est donc allé chercher le Costaricien Bryan Ruiz. L'attaquant de 28 ans prêté pour 6 mois par Fulham avait fait les beaux jours du FC Twente (2009-11, champion en 2010). Une bonne pioche a priori… Car devant il se devait de dynamiser une attaque déchargée du milieu offensif suédois Ola Toivonen, écarté du groupe par Cocu. Le PSV pouvait compter sur les retours de Park Ji-sung au milieu et de Willems en latéral gauche. Enfin, des nouvelles de l'immense Mark van Bommel, ex-taulier du club d'Eindhoven pressenti pour rejoindre un jour son staff technique. Il prépare son diplôme d'entraîneur et il vient d'être nommé coach-assistant des U17 néerlandais (la poésie, ça s'enseigne tôt, non ?).

Anthologie scandinave

Quand les 22 acteurs ont fait leur entrée pour le dernier match de cette 19e journée dans une ArenA en fusion, l'Ajax avait enregistré les victoires de ses trois concurrents au titre (FC Twente-Heracles 3-1, Vitesse-Zwolle 2-1 et FC Utrecht-Feyenoord 2-5). Une pression du résultat s'ajoutait au fait que c'était un match de reprise où le manque de physique jouerait certainement, comme pour un Vitesse en petite forme la veille. Après un round d'observation, c'est le PSV qui créa la sensation de dominer le match grâce à un milieu conquérant. Le trio Schaars-Park-Maher donnait enfin la pleine mesure collective du talent qu'on lui prêtait sur le papier. Devant, le rapide Depay plantait des banderilles et Ruiz dispensait des passes classieuses dans le plus pur style Berbatov. Derrière, une défense enfin protégée par un milieu plus expérimenté (Park et Schaars) pouvait faire bonne garde. Résultat : un bloc défensif mouvant et homogène a entravé l'Ajax sur ses secteurs de jeu favoris : couloirs bloqués et profondeur confisquée… Shaars était enfin libre de s'exprimer avec tout le jeu devant lui, quand Maher et Park abattait un boulot défensif de l'ombre. Du très bon PSV, porteur d'attaques placées et surtout de contres vertigineux. Car en première mi-temps l'Ajax recule et subit des actions hyper dangereuses, mais tour à tour gâchées notamment par Depay, Ruiz et surtout Locadia. Et c'est là, dans cette inefficacité flagrante, que ce PSV n'a toujours pas progressé face à l'Ajax. Sur le plan mental, comme avec tous les adversaires de l'Ajax en Eredivisie, Eindhoven est parti avec un complexe d'infériorité devenu chronique. Une sorte de crainte intérieure que l'Ajax est a priori invincible et que même en difficulté, même en étant nettement mené au score, il finira par l'emporter.

C'est ce charisme victorieux (commun à MU, au Bayern, au Barça et au Real ou à la Juve dans leurs championnats respectifs) qui a plombé le PSV, comme souvent lors des dernières saisons… Car après avoir tout raté, le scénario immuable réservait à Eindhoven la punition habituelle en deuxième mi-temps. Un changement de rythme plus rapide imprimé par les Lanciers fit d'abord reculer les Rood Witten. Ensuite, l'Ajax ajouta à l'Anthologie de ses buts extraordinaires une nouvelle réalisation de légende. À la 64e minute, une diagonale du gauche de Moisander partie du rond central trouva Schöne excentré à droite de la surface. Ce dernier reprit en volée centrée sans que le ballon ne touche terre vers le point de pénalty où Sigthorsson reprit d'une tête décroisée hors d'atteinte pour le gardien Zoet… Un éclair, un coup de génie, une fulgurance, une inspiration : du grand Ajax, encore. Pourquoi dès lors marquer encore trois pions pour laver l'affront du match aller ? Ce but extra 100 % scandinave en valait cinq à lui tout seul. Le PSV, KO debout, prenait acte encore une fois de son infériorité chronique, à l'image des regards désespérés de Bruma et Rekkik, les deux centraux battus par Sigthorsson… La fin de ce match trop sympatoche (zéro carton !) procura encore quelques actions dangereuses pour l'Ajax, avec Klaassen qui fut à deux doigts de doubler la mise sur un nouveau caviar de Moisander. L'Ajax enquillera mercredi soir à dom en quarts de Coupe des Pays-Bas avec un Klassieker très attendu contre Feyenoord. Quant au PSV, en très net progrès, il peut aborder la fin de saison avec l'espoir très légitime de recoller aux places européennes. C'était tout pour cette semaine et c'est déjà pas mal.

par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

bon si sigthorsson n a pas beaucoup marche c est aussi car il a ete blesse de longues semaines et en plus il a souvent joue a gauche pour laisser bojan ou siem de jong avant centre
marque et non pas marche , desole du double post (y a t il une fonction editer svp)
vata-fenculo Niveau : CFA2
Beau but! belle opération qui permet de ne pas être décroché par Vitesse.
Moi , j'ai bien aimé la percussion de Fischer et le sens du but le petit Klaasen même s'il n'a pas marqué!
Et maintenant le Feyenoord en coupe mercredi.
J'ai trouve que l'Ajax c'est procurer peu d'occasions dans le match , malgré ce fort joli but !
( le PSV a manquer cruellement de réalisme et on peut s'apercevoir que c'est un effectif qui doute , bref )

Mais au vu de la perte des meilleurs chaque saison , je ne vois pas comment ils espères franchir un palier en Ligue des Champions !
Il y a un cruel manque d’investissements en nouveaux joueurs !

Aucune idée si le club va mal en interne , je parle en terme de manque de liquidités , il y a encore peu les meilleurs du championnat ne partaient pas directe a l'étranger , et la formation marque de fabrique du club ..
Commentaire de belge inquiet:
Si y'a des suiveurs du PSV ici, pouvez-vous confirmer ma désagréable impression que Bakkali a un peu disparu de la circulation ces derniers mois? ... Bon après, le gars a 17 ans, d'accord...
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
La Finlande ne fait pas partie de la Scandinavie, Chérif. ;-)
Le Finnois est une langue totalement à part dans la grande famille indo-européenne, comme le Basque et le Magyar.

Sinon, sur le but, y'a un des 2 centraux du PSV qui est aux fraises et l'autre doit choisir entre marquer Klaassen (plus près de Schöne) et marque Sigthorsson. Il fait le choix logique et est donc battu quand Schöne joue sur l'Islandais...

C'est quand même un football complètement différent de la Serie A. Ça attaque à 8 et ça court d'une surface à l'autre, par contre, inévitablement, le placement tactique n'est pas aussi bon. C'est pas une découverte, mais c'est assez choquant quand on enchaîne un match de chaque.
vata-fenculo Niveau : CFA2
la "vraie" scandinavie est une zone à cheval sur la Suède et la Norvège.
les pays nordiques et l'Ajax, une grande histoire d'amour
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
Le psv peut s'en prendre qu'à lui même. Avec une defense aussi merdique et sans un vrai buteur (Locadia est une brêle) tu ne peux pas aller loin.

Sinon Viktor Fischer <3.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 10