1. // Ligue des Champions – Ajax/AJA

Ajax, le facteur X

Ce soir, ça s'annonce compliqué pour la bande à Jeannot d'obtenir un résultat à Amsterdam, face à une équipe revenue aux fondamentaux d'insouciance et d'esprit offensif qui ont fait sa réussite par le passé.

Modififié
0 0
Ajax – AJA ce soir à l'Amsterdam Arena, c'est la rencontre entre deux clubs quasi homonymes qui se connaissent bien et se sont souvent rencontrés par le passé, avec un avantage statistique intéressant pour les Bourguignons. Ces derniers n'ont de toute façon pas le choix : il leur faut réussir un résultat s'ils ne veulent pas perdre tout espoir de terminer à l'une des trois premières places de la poule. Mais même avec la meilleure volonté du monde et en invoquant le souvenir des exploits passés, ça semble très compliqué pour Jean Fernandez et ses hommes, décimés par les blessures, minés par les contre-performances qui s'accumulent et qui, globalement, se révèlent insuffisamment préparés pour affronter un calendrier aussi chargé cette saison. Surtout, ils vont devoir affronter un adversaire en net regain de forme ces dernières années, notamment sous l'impulsion de l'entraîneur Martin Jol, en poste depuis 2009.

Plus de 3 buts/match l'an dernier

Dès son arrivée, l'éphémère adjoint de Jacques Santini à Tottenham (il lui avait succédé à la tête de l'équipe première au bout de seulement 13 semaines en 2004) va changer la politique du club pour revenir aux fondamentaux qui ont fait ses succès passés : mise en place d'un jeu très offensif avec prises de risques et mouvements permanents, ainsi que le rajeunissement de l'effectif par la promotion rapide et massive des meilleurs éléments du centre de formation. Objectifs : faire oublier l'épisode mitigé du retour de Van Basten, redonner du spectacle à l'exigent public local et tenter de remplir à nouveau une armoire à trophées qui n'a pas abrité celui de champion des Pays-Bas depuis six longues années (du jamais vu depuis les années 50 !).

Tout a quasiment été parfait la saison passée, avec le retour du football-champagne (106 buts marqués en 34 journées de championnat, soit une moyenne de plus de 3 buts par matchs, record tous championnats européens confondus). Mais les 14 victoires consécutives en fin de saison n'ont pas été suffisantes pour rattraper une étonnante équipe de Twente, qui a finalement conservé la tête du classement pour un petit point. La déception semble pourtant avoir été vite ravalée puisque le début de l'actuelle saison est encore très bon, hormis une malheureuse défaite contre Utrecht il y a quinze jours. En Ligue des champions, l'Ajax a sorti successivement le PAOK Salonique puis le Dynamo Kiev pour atteindre la phase de groupes. Après une défaite logique à Bernabeu face au Real, les Bataves sont parvenus à inscrire leur premier point à domicile contre le Milan AC. Une victoire ce soir contre Auxerre leur permettrait d'assurer quasiment la 3e place, voire de viser la seconde.

Un défaut : le replacement défensif

La force première de cette équipe, c'est sa jeunesse, avec moins de 24 ans de moyenne d'âge chez les titulaires. Elle est aussi composée de joueurs habitués à jouer ensemble dans un système qu'ils connaissent parfaitement, puisque 7 des 11 joueurs les plus utilisés cette saison sont formés au club (on peut même y ajouter un huitième, le camerounais Eyong Enoh, passé par l'Ajax Cape Town, la pépinière sud-africaine). La colonne vertébrale est composée du gardien titulaire de la sélection nationale, Maarten Stekelenburg (un Van der Sar 2.0), du polyvalent défenseur belge Jan Vertonghen (qui devrait suivre les traces de son prédécesseur et compatriote Thomas Vermaelen en 1st League dans un avenir proche), du soldat de l'ombre Demy de Zeeuw à la récupération, du grand espoir Siem de Jong au poste de meneur (numériquement remplacé par Sulejmani ce soir car blessé) et bien sûr du buteur fou Luis Suarez devant. Ce dernier n'est d'ailleurs pas le seul à animer le front de l'attaque, puisque le marocain Mounir El Hamdaoui a été recruté à l'intersaison en provenance de l'AZ Alkmaar. Les deux totalisent déjà 7 buts chacun en championnat.

Cela étant, si l'Ajax millésime 2010 était aussi brillante et talentueuse que la dernière génération dorée de 1995, ça se saurait. Non, Martin Jol doit composer avec un certain déficit physique et une tendance générale de l'équipe à ne pas trop aimer défendre ni subir le jeu. Ce constat est particulièrement criant aux postes d'arrières latéraux : si Van Der Wiel à droite assure correctement son boulot, c'est déjà moins le cas de son pendant gauche, le jeune Vurnon Anita, au replacement défensif parfois insuffisant. Et que dire d'Urby Emmanuelson, qui devra le remplacer à ce poste ce soir (Anita est forfait), lui qui évolue désormais habituellement en milieu de terrain, voire même parfois à l'aile gauche quand Jol décide de passer d'un système en 442 à un 433. Il y aura donc certainement d'intéressantes possibilités de contres pour les Auxerrois. Sur les côtés mais pas seulement, puisque la charnière centrale Vertonghen – Alderweireld (ou Ooijer) est aussi réputée lente. Pedretti et son jeu long et précis pourraient dès lors contrarier les ambitieux desseins hollandais.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0