Ajax, le come-back des goinfres

La beuh, le quartier rouge et l'Ajax : sur le podium des attractions de la capitale néerlandaise, le club de foot ne vaut pas mieux que le bronze. Sauf qu'en 2010, un manager rond comme un ballon avec ses joues briochées ressuscite le football total : Martin Jol. Ou comment la meilleure attaque d'Europe peut redevenir un tube de printemps.

Modififié
0 0
Un signe ne trompe pas : les joueurs de l'Ajax ont fini de regarder leurs groles quand on leur parle du titre. Le milieu Eyong Enoh n'a même pas l'air ridicule quand il proclame : « Nous sommes la meilleure équipe des Pays-Bas. On peut gagner le championnat mais il ne faut plus commettre aucune erreur. Chaque rencontre sera une finale pour passer devant Twente » . Ça commence cet après-midi à La Haye où les supporters savent recevoir. Leur slogan favori quand Rafael van der Vaart jouait à l'Ajax : « Sylvie est la putain d'Amsterdam » . Sylvie Meis donc, la femme du gitan.

Ça fait lurette que VdV a garé sa caravane loin de l'ArenA et ça recommence à sourire cette saison. Les années 00 ont seulement rapporté le doublé Coupe-Supercoupe (2006, 2007) mais aucun titre de champion depuis six ans. Alors quatre points de retard sur Twente, le leader du rouquin McClaren, ça redonne espoir aux Godenzonen, les “fils des dieux”.

En 2010, l'Ajax nettoie (les lucarnes) dans les coins. On s'est esquinté la rétine sur la colonne “buts marqués” des trente-quatre championnats répertoriés sur www.soccerassociation.com pour affirmer sans le conditionnel que le club possède la meilleure attaque d'Europe : 88 bugnes ! De vrais goinfres capables de banaliser le quadruplé.

L'outremangeur de la colo, c'est l'Uruguayen Luis Suarez, déjà 29 biftecks. Un composé instable capable d'écourter le Mondial de l'Equipe de France en juin puis de signer à Sunderland dans la foulée. Mais il faut bien accorder une bonne place aux 101 buts du cap' tain dans le retour de l'Ajax aux premières places. « Ras-le-bol d'entendre que l'Ajax se résume à lui, aboie le défenseur belge Toby Alderweireld, un molosse avec un prénom de chihuahua. L'Ajax est bien plus que ça. Nous avons désormais un groupe de joueurs importants, de la classe au milieu et devant » . Le retour de ce grand bordel organisé qu'est le football total, où le back droit Grégory van der Wiel marque plus souvent que les milieux offensifs.

Uri Coronel avait un blaze à mener le club droit à la morgue. Mais non. Avec sa trogne d'huissier, le nouveau chairman a mis de l'ordre dans les comptes. Normal pour un type qui a fait carrière dans les assurances-vie avant de diriger une commission d'enquête sur le club, un peu comme Laporta l'avait fait au Barça. Les vices de l'Ajax, il les connaît par cœur et dépoussière la philosophie ancestrale : former.

Après la collaboration ratée entre van Basten et Cruyff, le président appelle un entraîneur qui a redonné des couleurs à Hambourg : Martin Jol. Un rien utopiste, il sème les graines pour faire pousser une autre génération Kluivert-Davids. Leitmotiv basique : trouver les pépites capables de remplir la vitrine à trophées avant les caisses du club. Exemple : la poutre défensive Jan Vertonghen pourra mettre les voiles l'an prochain contre un virement coquet d'une vingtaine de millions d'euros.
Jol a mis fin à des pratiques insensées –comme lâcher seize millions pour un Sulejmani tout juste passable– et trouvé ses meilleures recrues à Jong Ajax, la réserve blindée de boys next door. Dernier exemple : le milieu danois Eriksen. Jol tout dur : « Il est bon, très bon ou simplement énorme ! » Rodney Sneijder, cadet de, va suivre, malgré une approche sérieuse du... Real.

Le 25 avril, l'Ajax disputera à Feyenoord une finale vintage de la Coupe. Il reste pourtant un bout de chemin avant de reconquérir une place parmi les clubs qui comptent en Europe. Sorti de l'Europa League par une Juve pourtant bancale, l'Ajax ne devrait pas placer plus de trois joueurs dans le roster néerlandais pour le Mondial : le gardien Stekelenburg, le défenseur van der Wiel et peut-être le milieu Siem de Jong. C'est toujours moins que le PSV, Feyenoord et AZ Alkmaar...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Xabi Alonso, taille patron
0 0