1. //
  2. // Ajaccio/Evian (1-1)

Ajaccio, en direct du Mexique

L'arrivée surprise de Memo Ochoa en Corse a condamné les média aztèques à suivre au plus près les pas des hommes d'Olivier Pantaloni. Samedi, Ajaccio-Evian était télévisé en direct au Mexique. On a regardé.

0 0
Au Mexique, la hiérarchie du football français a été brutalement bousculée depuis la signature de Memo Ochoa en faveur de l'AC Ajaccio. Même armé de ses gazodollars qataris, et de Javier Pastore, le PSG passe désormais loin derrière le club corse, nouvelle priorité des médias aztèques. Depuis deux ans, TDN diffuse trois matches de Ligue 1 chaque week-end. Cette saison, la chaîne 100% sport a décidé de faire du nouveau club d'Ochoa son produit d'appel : l'intégralité des matches des Ours diffusés en direct. Ainsi, la semaine dernière, OL-Ajaccio avait grillé la priorité à Rennes-PSG, la réelle affiche de la journée d'un point de vue franco-centré. Bombardé par les attaquants rhodaniens, et auteurs de quelques parades bien senties, Ochoa avait été élu homme du match par les téléspectateurs mexicains.

Ce samedi, à 14h, heure du Mexique, Ajaccio-Evian occupe l'écran de TDN, pendant que le direct du match fait la une du site mediotiempo, le plus visité du pays. Quel que soit les circonstances de la partie, jamais cinq minutes ne se passent sans une allusion à l'ex-portier de l'America. Les commentateurs vont jusqu'à spéculer sur une place des Ours en milieu de tableau en cas de « bonnes performances » de Memo. Sur les écrans des journalistes défilent les Tweets, notamment des « Memomaniacas » , l'abondant fan-club féminin du beau gosse aztèque qui envoie « toutes sortes de propositions ... » . Derrière Javier « El Chicharito » Hernandez, Ochoa est indéniablement le plus populaire des Mexicains présents en Europe. Pour avoir gardé dès ses 18 ans les buts de l'America, club sous haute vigilance médiatique, Memo Ochoa s'est converti en symbole d'une institution autant adorée que détestée du nord au sud de la République mexicaine. Ce qui explique, en partie, l'engouement autour de son aventure corse. Sa présence au sein de la sélection depuis ses 20 ans a aussi contribué à transcender les habituelles haines tribales, au point que des fans des Chivas ont pu militer pour sa titularisation en sélection.

Sammaritano à l'America Mexico ?

Le pont ouvert entre le Mexique et l'île de Beauté, va t-il fonctionner dans les deux sens ? C'est, en tout cas, ce que souhaiteraient des téléspectateurs, fans de l'America, qui réclament par Twitter la venue de Frédéric Sammaritano, le plus en vue des joueurs corses. Sammaritano comparé par les commentateurs à Rodrigo « El Pony » Ruiz, attaquant chilien trapu, qui a réalisé le gros de sa carrière au Mexique. Relations corso-mexicaines toujours, les journalistes se mettent à fantasmer un renfort de Gerardo Torrado, le capitaine de la sélection aztèque, devant la transparence du secteur de la récupération d'Ajaccio en première période.

Lors du second acte, les commentateurs s'indignent devant la sortie de Kinkela, et s'en prennent au sens tactique d'Olivier Pantaloni, jugé déficient sur ce match. Sur l'égalisation d'Evian, les mêmes s'empressent de préciser, à juste titre, que « Memo ne pouvait absolument rien faire » , avant de saluer sa parade sur le coup-franc vicieux de Leroy (90e). La semaine prochaine, les Mexicains pourront profiter d'une nouvelle grand affiche de Ligue 1, en exclusivité et en direct : Auxerre-Ajaccio.

Thomas Goubin, au Mexique

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Schalke renversant
0 0