Ajaccio, droit dans sa botte

Pour sa troisième saison dans l'élite, Ajaccio visera, comme d'hab, le maintien. L'espoir le plus fou : se sauver dans la sérénité, avant la dernière journée. Les arguments pour y parvenir sont quant à eux bien connus : du courage, de la sueur, et Adrian Mutu. Et un petit nouveau sur le banc aussi. Un certain Fabrizio Ravanelli.

Modififié
7 18
Le bilan de l'été

Ajaccio, ses plages, ses criques, ce soleil permanent que l'Hexagone lui envie… Lieu idéal pour le farniente. Mais pas cet été. Pas pour la vingtaine de mecs qui a craché ses poumons et chassé le moindre pic de graisse sous les ordres du nouveau chef. Ravanelli est arrivé et a ramené dans sa valise une préparation physique à la mode italienne. Au menu : travail, rigueur, travail, rigueur et beaucoup de travail, aussi. De la réussite de l'Italien pour sa première expérience d'entraîneur au haut niveau dépendra beaucoup le destin d'Ajaccio. Côté mercato, on s'était habitué à voir de jolis noms débarquer pour renforcer l'ACA. Mais cette fois, à part Penna Bianca, pas de CV ronflant à l'horizon. Loin de là. C'est bien beau de tenter Yepes et Del Piero, mais si c'est pour finir avec Bonnart et Hengbart, ça fait un peu tache. À côté des deux baroudeurs de Ligue 1, pas mal de paris : Claude Dielna (prêté par l'Olympiakos), Grenddy Perozo (Deportivo Tachira), Anthony Scribe (Corte) et Denis Tonucci (Cesena). Pas vraiment de quoi rameuter du monde à François-Coty… Mais le plus beau coup de l'été, c'est d'avoir conservé Memo Ochoa et sa chevelure folle. Et de pouvoir compter sur un Mutu qui, cette fois, n'aura pas besoin de trois mois pour retrouver une condition physique digne de ce nom. Quoiqu'avec le Roumain, on n'est à l'abri de rien.

Le coefficient de résistance au PSG

30%. Aussi incroyable que ça puisse paraître, Ajaccio est la seule équipe de Ligue 1 à ne pas avoir encaissé de buts du PSG la saison passée. Bon, les Corses n'en ont pas marqué non plus, mais ça fait quand même deux points dans la musette. L'ACA avait aussi profité du calendrier, en jouant les Parisiens en tout début de championnat et juste après la trêve hivernale. Surprise, c'est exactement à ces dates que les deux s'affronteront à nouveau. Un PSG en rodage + un Ravanelli remonté à bloc en bon futur candidat au banc de l'OM qu'il est, ça donne quelques chances au club d'Orsoni de créer à nouveau la surprise. Et puis qui sait, Ronald Zubar va peut-être mettre la misère à Cavani.

Le portrait robot

35% Napoléon 1er. Ils repartent en guerre.
30% Nouveau look pour une nouvelle vie. Ravanelli après Dupont et Emon.
10% Marianne. Cette fois, pas de pénalité. L'égalité.
25% Patrick Bruel. Le recrutement n'a bluffé personne.

La banane

Dennis Oliech. Pas fou, le Kényan a su comment se mettre dans la poche ses supporters la saison passée. Un petit coup de crampon à Landreau dans le derby corse et un carton rouge, le tout suivi d'une bagarre générale et de trois autres expulsions (ce qui faisait donc 5 avec le rouge de Chalmé peu avant). Bien vu. Malheureusement, ça risque de ne pas suffire bien longtemps. Malgré ces 30 buts en Ligue 1 (en huit saisons, hein, ne nous affolons pas), ça fait bien longtemps que le Kényan ne trompe plus personne. Puissant, certes, volontaire, clairement, mais terriblement maladroit devant les cages. À côté du technicien Mutu, Oliech risque de faire peine à voir et de vite fatiguer son coach. Qui va forcément finir par se demander s'il ne vaudrait pas mieux qu'il prenne aussi sa licence de joueur.



L'homme à suivre

Fabrizio Ravanelli, forcément. Il est LA star du mercato ajaccien, et l'attente est grande autour de l'Italien dans le costume de coach. On sait déjà que l'ancien Marseillais a ramené dans ses bagages des méthodes d'entraînement bien italiennes. Terminée la gestion de père de famille, l'ACA veut franchir un palier grâce à l'expérience de l'ancien directeur du centre de formation de la Juve. Pas de catenaccio en revanche, le meilleur ami de Rabésandratana a déjà clamé son désir de voir un jeu offensif déployé à François-Coty. S'il y arrive avec son effectif, on criera au génie. Mais pour signer au plus vite à l'OM, Fabrizio sait qu'il va devoir convaincre : «  Mon rêve, c'est un jour d'entraîner l'OM. Je ne vais pas mentir. Mais pour l'instant, je suis concentré sur Ajaccio. Je n'ai encore rien gagné. Je veux montrer ma valeur. » On ne demande pas mieux.

Ce qu'il va se passer cette saison

Sainté, Paris et Nice pour commencer, le début de saison des Corses s'annonce relevé. Pas grave, ça laissera le temps de digérer la préparation physique de mammouth avant de s'attaquer aux concurrents directs. Ça, Ajaccio sait faire. Le couteau entre les dents et mis sous pression par Orsoni, les coéquipiers de Cavalli se sortent les doigts et arrachent les points qu'il faut. Quelques coups de tête de Zubar, un coup de patte de Mutu par-ci par-là et une poignée de matchs héroïques d'Ochoa plus tard, Ajaccio est toujours dans la course au maintien. Tout se joue contre Reims, dernier adversaire direct à écarter, à la 37e journée. Les Corses sont en difficulté. Alors que Courtet s'apprête à marquer, Ravanelli réussit l'action de l'année. Il s'écroule sur le bord de la touche. Tout le mondre croit au malaise et s'arrête. Pendant ce temps, Zubar met un brin au Rémois, file la gonfle à Mutu, qui a bien compris la technique de l'Italien, s'empare du ballon et s'en va marquer le but du maintien. La fin justifie les moyens.

Le derby débile de la saison

Le huis closico contre Bastia, vrai derby, mais fausse ambiance. Il fallait pas déconner la saison dernière, les gars.

La banderole de supporter

« Si à Bastia ils enculent, nous on simule ! »

La chanson de la saison

Frédéric François - Je t'aime à l'italienne

Youtube


Par Fabien Gauvin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

FlyingDutch Niveau : DHR
Oh putain, la banderolle !
collector !
Hate de voir ce que ca va donner Ravanelli sur le banc.
Peut-etre un grand entraineur en devenir. Je le lui souhaite.
Si c'est le cas, il faudra se pencher un peu sur les methodes de formation des entraineurs italiens car beaucoup d'entre eux de la "nouvelle generation" font du bon boulot. (Conte, Montella,...)

Je ne sais pas qui se trouve a la droite de Ravanelli sur la photo mais le gars a des airs de Pauleta de loin.
j'espère que ajaccio va faire une belle saison pour le grand fabrizzio et pour mr orsoni,un vrai personnage,un homme vrai avec une gueule qui semble tout droit sorti de braco
Ravanelli l'inventeur de l'auto-croche-patte. Un grand monsieur.
Soulcialist Niveau : Loisir
Énorme photo d'avant saison!
On dirait une bande de pote de foot-loisirs / corpo en tournoi en corse!

Je rêve secrètement qu'Ajaccio et Ravanelli fasse une grande et belle saison (8-9e).
Histoire que quand Baup arrive en fin de contrat, Bye Bye Elie. Et que Ravanelli vienne s'asseoir sur le banc de l'OM.
Ça aurait trop de la gueule.

(Oui j'ai encore le titre de 99 en travers de la gorge. Merci Baup d'avoir lancé Feindouno)
Putain cette photo ! Yvan Colona like this
On parle pas beaucoup de dennis oliech, mais ce type est une legende. L'anti guti.
Patrick Bruel m'a plutôt bluffé en concert. Ça vaut presque un Frédéric François. Vous êtes mauvaises langues chez So Foot.
@lacouste

tu dates un peu là avec cette histoire.
en plus,mais tu était trop jeune peut être ,canal+ avait trouvé quelques jours aprés des images qui montrait que rabésandratana(ouf!) avait bien accroché le pied d'appui de l'italien ce qui avait provoqué son auto croche patte,involontaire donc.
Message posté par stef 13
j'espère que ajaccio va faire une belle saison pour le grand fabrizzio et pour mr orsoni,un vrai personnage,un homme vrai avec une gueule qui semble tout droit sorti de braco


Orsoni, un homme vrai ? Mec, réveille-toi ! La hype Scarface c'est terminé.. Je rajouterai que Ze Pequeno aussi meurt à la fin
Putain* j'y crois cette saison! Au risque de me prendre pour Madame Soleil, je pense que l'ACA sera va finir dans le top 10: Memo et Mutu qui restent, le retour d'Eduardo, la défense toute neuve (plus de Bouhours youpi!!), Fabrizio Ravanelli qui va nous apprendre à gagner. L'équipe s'est vraiment renforcée, tout en gardant les cadres. C'est tout benef. On peut juste regretter le départ de Fouss Diawara, mais bon on peut pas tout avoir.

Sinon en voyant cette photo, j'ai hâte de voir la saison 5 de Mafiosa

Forza Aiacciu!

PS: On me dit dans l'oreillette que Pedretti va signer sous peu, belle prise pour l'ACA

PS2: Désolé si ce post est un peu décousu mais je suis assez euphorique là!
@hnic

je ne connais pas mr orsoni personellement mais il donne l'impression d'un homme de parole et d'honneur.son parcours est celui de quelqu'un de courageux.et puis j'ai passé l'age du trip scarface et de la crise de banditisme,mec.
tu lui reproches quoi exactement ?
Sur la photo au milieu de l'article qui peut m'affirmer, les yeux dans les yeux, qu'Oliech a réellement 28 ans ?
Et Pedretti qui vient de signer! Ca y est vous l'avez votre nom ronflant.

Il a pas le parcours d'un Mutu ou un Del Piero mais à 32 ans, il peut faire beaucoup beaucoup de bien dans la construction du jeu. Il devrait avoir un peu le même rôle qu'à Auxerre, le taulier du milieu. Très bonne recrue!
Oliech, on l'a tous un jour recruté dans un des FIFA pour sa vitesse de malade, mais en vrai...Ben il n'a que cette vitesse de malade.

Ajaccio je pense qu'il se maintiendront, une équipe qui n'a pas trop bougée bien que les arrivées ne sont pas franchement bandantes, et le Ravanelli comme beaucoup je le sens plutôt bien sur le banc de touche, j'attend de voir ses schémas de jeu !!
C'est honteux! Je viens de découvrir que vous aviez (aussi) jeté Socrier... Ben ouai, j'sais pas pourquoi mais la description d'Oliech m'a tout de suite fait penser à lui. Un brave parmis les chèvres... Ou plutôt l'inverse.
letitbe53 Niveau : DHR
La photo de présentation est assez sympathique et marrante : on dirait vraiment une bande de copains, avec Alain Orsoni dans le rôle de parrain protecteur (et qui n'a pas à se forcer pour jouer le rôle du parrain...).

Il faut constater que l'ACA a recruté de belles individualités depuis deux ans. Cette année, il y a Ravanelli, Pedretti, Hengbart, Bonnart, Eduardo qui revient. Ochoa et Mutu qui ont été conservés... Pour le maintien, cela devrait passer sans trop de problèmes.

Pourtant, le club n'a semble-t-il pas beaucoup d'argent. Il est permis de se demander comment un club qui a si peu d'argent arrive à recruter de telles individualités. La question vaut aussi pour le SC Bastia, qui arrive lui aussi à recruter de belles individualités malgré peu de moyens.

De façon générale, la présence de quatre clubs professionnels en Corse (SC Bastia, CA Bastia, Gazelec Ajaccio et AC Ajaccio), sur une île si peu peuplée (200000 habitants), reste pour moi un mystère.
magnifique la photo, ca sent bon le football d'antan les gars ne se prennent pas au serieux Jean,Chemises et lunettes de soleil : j'adore !!

on parle beaucoup(justement) de Ravanelli, mais l'une des plus grandes recrus du club corse cette saison c'est le préparateur physique Giampiero Ventrone,l'un des artificiers de la grande Juve de Lippi, on l'appel d'ailleurs le Marine connu pour ces méthodes de préparation trés trés poussés et difficiles, les joueurs s'en plaignait mais les résultats étaient là
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 18