1. //
  2. // 9e journée
  3. // Ajaccio/Bastia
  4. // Supporters

Ajaccio-Bastia, duel fratricide en tribune ?

Pauvre sur le terrain, le derby de Corse s’est surtout déroulé en tribunes. Retour sur une opposition à armes pas forcément égales.

Modififié
12 15
Les deux équipes ont beau être « sous la même bannière » , comme l’avait rappelé quelques jours avant la rencontre Alain Orsoni, le président de l’ACA, en référence à la tête de Maure, la lutte pour la suprématie régionale était de mise le week-end dernier dans la cité impériale. Moins sur le terrain que dans les travées du stade Timizzolu et dans les rues de la ville. Car Bastia qui se déplace à Ajaccio, c’est un peu le grand frère populaire qui vient rendre visite à son cadet qu’il n’a pas vu depuis longtemps. Le petit frère qui a grandi dans son ombre et veut le faire savoir. « Il y a comme l’impression chez les supporters bastiais que l’ACA pourrait devenir ce qu’était Bastia dans les années 70 » , considère Didier Rey, historien, maître de conférences à l’Université de Corse et auteur du livre La Corse et son football (éditions Albiana).

« Il y a de l’excitation, le grillage de notre tribune est gentiment pris d’assaut »

Aussi, lorsque les têtes de Johan Cavalli et de Gaël Angoula s’accrochent à quelques minutes de la fin du match, les deux joueurs allument une mèche qui les dépasse. Comme lors de pareilles situations à Furiani, les Turchini, surnom des supporters bastiais, s’enflamment : « De suite, il y a de l’excitation, le grillage de notre tribune est gentiment pris d’assaut pour haranguer les joueurs. Du grand classique chez nous » , indique Olivier du groupe de supporters Bastia 1905. Un fumigène finit pourtant sa course sur le terrain, non loin du banc acéiste. Ne voulant pas s’en laisser conter chez eux, les supporters ajacciens de l’Orsi Ribelli s’excitent eux aussi, et rejoignent le grillage les séparant de la tribune d’honneur (où sont placés de nombreux Bastiais), qu’ils tentent alors de faire céder. « On voit des gars de la tribune de l’Orsi Ribelli qui commencent à descendre et à venir près de notre coin du stade. Ils se sentent pousser des ailes en ce moment » , ironise Olivier.

Échanges de lattes et d’objets en tout genre rythment alors quelques minutes de flottement, durant lesquelles des supporters indifféremment acéistes et bastiais, mélangés dans la tribune d’honneur, assistent, médusés, à l’explication des ultras des deux bords. Les Bastiais viennent alors sévèrement et dangereusement calmer leur « petit frère » : une torche est d’abord lancée dans la tribune de l’Orsi Ribelli, puis immédiatement après une bombe agricole explose et disperse les Rouge et Blanc. « Je ne vais pas dire qu’il y a ce genre d’incidents tous les week-ends » , reconnaît Olivier, qui ajoute néanmoins : « Les mecs de l’Orsi Ribelli sont jeunes et ont été élevés à l’Internet… Mais quand tu veux jouer la carte de la provoc’, il faut assumer derrière. » Contactés par So Foot, les responsables de l’Orsi Ribelli n’ont pas souhaité donner suite. Pour Didier Rey, « à Ajaccio, il y a certains jeunes qui rêvent de jouer au supporter corse en suivant l’image que leur renvoient les médias, et d’être d’une certaine manière plus corses que les Bastiais. C’est le signe d’une recherche de repères. »

« Bastia, bienvenue en enfer. L’Orsi Ribelli »

Il faut dire que le terrain avait été préparé en amont. Sur le bord de la route nationale 193 séparant Bastia d’Ajaccio, on pouvait lire, « A Corsica, ghjé sola bianch'é turchina » (comprendre « La Corse n’est que blanche et bleue » ), ponctué d’un « ACA gaulois » , car avec la couleur rouge des acéistes, on obtient un drapeau français. Il fallait y penser... De leur côté, les supporters ajacciens se fendaient d’un communiqué une semaine avant le derby, dénonçant « la polémique lancée par certaines structures de supporters bastiais » concernant la billetterie du match et l’occupation des tribunes*, et accueillaient les visiteurs avec un tag sur un mur, « Bastia, bienvenue en enfer. L’Orsi Ribelli » , en français dans le texte cette fois. Enfin, la veille du match, des échauffourées mettaient aux prises une quarantaine de supporters bastiais et plusieurs jeunes d’Ajaccio à proximité d’un bar, puis les supporters bastiais aux forces de l’ordre, avant que ces dernières ne repoussent les Turchini vers le front de mer, à grands renforts de bombes lacrymogènes, si l’on en croit Corse Matin.

« Si on se réfère à l’ambiance délétère dans les jours qui ont précédé le match, on aurait pu craindre des débordements plus inquiétants » , estime Didier Rey en fin connaisseur des rivalités corses. « Bien sûr, le lancer d’une bombe agricole n’est pas anodin, mais les incidents n’ont duré que trois minutes et ,surtout, ça s’est calmé aussitôt, il n’y a pas eu d’affrontements en dehors du stade à la fin du match » , ajoute-t-il. En tout cas, les images de l’échauffourée en tribune – assez spectaculaires – ont été reprises par le Zapping de Canal+. Mais après la rencontre, Alain Orsoni en relativisait fortement la portée : « Il faut minimiser ce qui s’est passé, même si on peut le déplorer. Les supporters ajacciens et bastiais ont donné une belle image pendant cette rencontre. (…) Je ne vois pas en quoi mon club serait responsable de quoi que ce soit lors de cette rencontre. Nous avions fait en sorte, au niveau de la sécurité, que tout se passe bien. Il serait dommageable de réduire ce derby à ces cinq minutes quand, en amont, depuis le matin, et bien après la fin du match, tout s’est bien passé… » Olivier, de Bastia 1905, renchérit : « J’ai fait tous les derbys à Ajaccio et, hormis les cinq dernières minutes, d’une certaine intensité, c’était le derby le plus calme que j’ai pu voir. Ce serait bien que les journaux s’en rappellent et écrivent proportionnellement à ce qui s’est passé. » De son côté, la préfecture de Corse, contactée par So Foot, n’a pas souhaité réagir.

Alain Orsoni, supporter du SC Bastia

En réalité, il n’y a pas vraiment, selon Didier Rey, de rivalité sportive au niveau professionnel entre Ajaccio et Bastia, car les deux clubs ont rarement évolué au même niveau ensemble. « La rivalité était plus avec le Gazelec, le vrai club d’Ajaccio » , soutient Olivier, lorsque les deux formations se côtoyaient en deuxième division entre 1986 et 1994, mais pas avec l’ACA qui a disparu des écrans du football professionnel entre 1975 et 1998. Soit au moment où Bastia s’installait au sommet du football corse. La preuve, Alain Orsoni ne se cache pas d’avoir été un fervent supporter de Bastia dans les années 70, allant jusqu’à faire les déplacements en Coupe d’Europe.

En fait, « il s’est créé une opposition de type ultra en dehors des relations entre clubs » , analyse Didier Rey. La défunte Testa Mora, groupe de supporters créé en 1992 et auto-dissous en 2004, présentait Bastia comme le club du « peuple corse » , une antienne reprise par l’ensemble des groupes de supporters bastiais aujourd’hui et même par le club. Il n’y a qu’à voir cette vidéo moqueuse à l’égard des supporters ajacciens, réalisée par le site Internet du SC Bastia. Mais le déclin des Turchini au milieu des années 2000 a coïncidé avec une certaine stabilité au haut niveau de son voisin du sud. Sauf qu’un gouffre sépare encore supporters bastiais et ajacciens, comme le résume Didier Rey : « Il y a des supporters de Bastia à Ajaccio, le contraire n’existe pas. »

Par Anthony Cerveaux, avec Antoine Aubry

*900 places étaient au départ réservées aux Bastiais avant qu’Alain Orsoni ne déclare que, « en plus de ces 900 places, nous n'interdisons pas aux supporters Bastiais qui le désirent de venir directement sur Ajaccio pour acheter des billets » .

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Rien que pour la pub Kaporal 5 à l'arrière du short, Angoula méritait le rouge.
Le plus navrant ça quand même été le jeu proposé sur le terrain.
Qui va se qualifier en ldc? la réponse ici
http://ick.li/ktgVPQ
Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
A noter que ajaccio et bastia sont 14 et 15 ème bref des équipes très moyennes qui ne font parler d'elles qu'en dehors du terrain...
Qui a donc pu écrire un tel ramassis de connerie? Non mais je rêve? et se permettre de pubier ca sur un site public!

Aucune info n'est vraie, vous mélangez les termes et les noms des supporters et appelez "turchini les supporters des deux camps".?

Vous n'étiez pas au stade ni en ville, vous avez appelé un maitre de conf a corte et trouvé une vidéo sur le site du sporting et ca y est on fait les cow boys a so foot en se disant "on va vous expliquer ce qu'il s'est passé nous on a compris, on peut tout gérer".

C'est absolument scandaleux de lire un tel article. Tout ce que vous y racontez et faux et non vérifié, mais c'est lamentable serieux.
Vous étiez sur votre canap dans votre sous sol branché à bein vous avez vu un fumi sur la pelouse et 3 minutes d'échauffourées en tribune et ca y est on se prend pour des autres à croire qu'on peut écrire tranquillement toutes les conneries de la terre.

Honte à vous
A.Cerveaux, putain mec, serieux, avant de faire le hipster et écrire de tels écrire mais le minimum c'etait d'écrire au moins les noms des stades et supporters correctement, et de pas les mélanger entre eux.

Non mais y'a eu une relecture ou il a balancé le papier en secret sur le site a 3h du mat? C'est extraordinairement lamentable
Tout ça a cause de ce petit con de Cavalli...
@Pascal Pierre, ta référence est nauséabonde pauvre con*.
Mark Renton Niveau : CFA2
Un bel article de zèle. On a rien à faire, on parle d'un quasi non évènement. Oui il y a eu deux trois conneries deux trois excités. Mais alors faisons des articles tout le temps sur tout.
Si Bastia 1905 dit qu'il n'y a rien eu, c'est pas pour faire les gentils. Les Ultras se glorifient des faits d'armes, de haine, de violence.

Une belle *connerie.
Mark Renton Niveau : CFA2
Puis citez Corse Matin en source sûre. Sérieusement ? Le Sun en dit quoi ?
@Markrenton, je suis bien d'accord avec tout ce que tu dis, excepté le fait que Bastia1905 ne se revendique en aucun cas de la mouvance ultra.
Mark Renton Niveau : CFA2
Je vulgarise en disant "ultra". Mais tu as raison.
@vinasse

moi je suis fan parisien et par ailleurs ami avec des ultras anciennement investis, je peux te dire que j'en ai lu des stupidités sur mon club dans des journeaux, sur wikipedia etc...
maintenant, une BA a été balancée par des corses sur d'autres corses la semaine où les grands freres se faisaient la peau d'un avocat investi dans le milieu nationaliste, sérieusement y'a pas un probleme là, vous allez continuez longtemps à vous voiler la face????
nous, on a l'a fait, on a eu 1 mort et la fin de nos tribunes.
après qu'orsoni trouve ça "pas méchant", tu m'étonnes, il en a vu d'autres mais pour le monde des tribunes, balancer une BA sur quelqu'un, c'est déclarer une guerre de nature à ne pas permettre à des leaders de dire à des jeunes, la prochaine fois, de ranger leurs couteaux ou de ne pas utiliser leur stylo fusée en tir tendu à 1 m de distance. enfin ceci dit, comme c'est pas méchant...
Rosé Bonvin Niveau : DHR
@vinasse pour te mettre dans un état pareil, j'imagine que t'étais au stade et que tu as tout vu de près. Si plutôt que de t'exciter tu allais déguster un petit verre de Niellucciu pour te détendre et qu'après tu venais nous donner ta version? Après, comme le dit @one of the amoks, si il y eu une BA, c'est quand même pas rien et on voit pas ça tous les WE dans tous les stades de France. Sans parler de ce cas particulier (je sais pas ce qu'il s'est passé) ou du Parc qu'il m'arrive de fréquenter (de moins en moins), c'est quand même dingue la proposion de certain supporters à diminuer la gravité et l'impact des faits de violence physique ou simplement verbale!
Rosé Bonvin Niveau : DHR
"proposion" lire "propension". Désolé.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
12 15