1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // Monaco/Arsenal (0-2)

Aimer, c'est souffrir

Monaco s'est qualifié pour son premier quart de finale de Ligue des champions depuis 2004 dans la souffrance d'un match retour qui, au fond, ressemble tellement à cette équipe qui, depuis huit mois, défie toute logique sportive et humaine.

7 61
Danijel Subašić est l'AS Monaco. Qui d'autre que la grande carcasse du gardien croate d'un mètre quatre-vingt-onze représente aussi bien cette équipe cette saison ? On parle d'un gardien qui a claqué 15 clean sheets en 28 matchs de championnat et 5 en 8 matchs de Ligue des champions. Face à Arsenal, le portier a cédé deux fois. Pas grave. Il ne fallait pas en prendre trois. Alors quand Olivier Giroud pensait envoyer la gonfle dans les ficelles de l'ancien de Split, le portier a sorti la parade du match. Sur sa ligne. Dans un réflexe. À ce moment, Monaco était mené 2-0 et Arsenal y croyait. Encore. C'est justement la force de cette AS Monaco. Faire croire à l'adversaire que tout est possible. Que l'édifice va craquer à force de reculer, d'encaisser les vagues et les coups. Mais Monaco ne craque jamais. Enfin, pas dans les grands matchs. « Être en huitièmes de finale était déjà un exploit, alors se retrouver en quarts de finale…  » , argumente Vadim Vasilyev, vice-président du club, à la fin du match. Surtout que l'ASM a terminé première de sa poule, s'offrant le scalp du Bayer Leverkusen par deux fois en étant acculé sur son but pendant 180 minutes.

Voilà, Monaco, c'est ça. Une équipe de guerriers. Des mecs qui aiment souffrir. Qui savent souffrir. Qui veulent souffrir. À l'image du duo Abdennour-Wallace, il ne peut rien arriver à une équipe qui sait repousser les offensives adverses comme on défend un bout de pain en période de famine. Bien entendu, Arsenal aurait pu passer, mais pour ce faire, il aurait fallu respecter Monaco au match aller. Là où le sort de ce huitième de finale s'est joué, quand Arsenal a oublié de jouer… Car Arsenal est tombé contre une équipe de mômes inexpérimentés au milieu de laquelle surnagent quelques anciens (Berbatov, Moutinho, Toulalan). Mais voilà, la Coupe d'Europe est une histoire d'hommes. Patrice Évra avait raison, lui l'ancien Monégasque, quand il parlait des Gunners comme des enfants. Au Louis-II, Fabinho, Wallace, Kondogbia, Martial, Silva et Ferreira Carrasco, des bambins nés dans les années 90, n'ont jamais eu vraiment peur des Gunners. Même à 2-0, les Monégasques ont tenté de ressortir la balle. De jouer des contres. De faire mal. Sur son banc, Leonardo Jardim a souffert comme jamais. Mais c'est son truc. Construire à partir de rien. Enfin « rien » , façon de parler.

Jardim et le respect


On lui avait vendu une machine de guerre. Il a hérité d'un groupe décimé et peu renforcé à l'intersaison. Pas grave, il a su révolter cette équipe. À l'aller, Arsène Wenger n'avait pas voulu serrer la main du Portugais à la fin du match. L'Alsacien était vexé de s'être fait danser dessus. Hier, dans la folie d'une fin de match étouffante, le Portugais n'a pas salué son adversaire du soir une fois la qualification en poche. Il est fier, Jardim. Surtout, il n'oublie jamais rien. Il n'oublie pas que les Anglais s'étaient félicités d'avoir tiré Monaco en décembre. Le genre de truc qu'il déteste. Et pour déjà mettre son groupe dans une position de révolte pour la suite, il a sagement balisé la route des quarts de finale. « Le tirage au sort va être comme pour les huitièmes de finale. Toutes les équipes encore présentes attendent de tomber contre nous. »

Malin comme un singe, l'ancien coach du Sporting. Surtout, il connaît ses classiques. Il sait que sur le papier, il est inférieur à toutes les équipes encore en lice. Être dans la peau d'un outsider, c'est ce qu'il préfère. De là à refaire le coup de 2004 ? Et pourquoi pas. « Avec une part de chance, qui sait » , sourit Vadim. Même si sur le match d'hier, Jardim a su faire avec une part de chance et de solidarité plus que de talent tactique, au fond la qualification monégasque est méritée sur la double confrontation. Après tout, l'important c'est de passer. Même en souffrant. Surtout en souffrant. Et cette équipe monégasque peu médiatique, voire peu sympathique quand tous ses cadres préfèrent fuir les micros et les zones mixtes, aime souffrir. Car au final, la victoire a toujours une autre saveur quand elle a le goût de la sueur.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
TOTAL_RECTAL Niveau : District
BREAKING NEWS : Radamel "El Tigre" FALCAO est dégoûté
Toulalan <3 quelle perte pour l'équipe de France...
Note : 1
...et naitre c'est commencer à mourir
P'tit Filet Niveau : CFA
"la qualification monégasque est méritée sur la double confrontation"

Mouais...

Si tant est que le rush de Carrasco à l'aller suffise à leur mérite.

Si tant est que la règle du but à l'extérieur relève du mérite.

Si tant est qu'une équipe de foot puisse être composée d'un gardien et de 10 défenseurs.

Mais bon, cocorico, l'indice UEFA tout ça. A ce sujet, les vraies bonnes nouvelles, ce serait pas la quasi absence des gueshs en Europe et l'éjection probable des 3/4 des clubs russes de l'EL ?
Chatte Ayrton Niveau : CFA2
Sinon, saluons l'initiative d'inviter U2 à Louis II pour s'assurer qu'il y ait des chants en tribunes
L'expression Faire une arsenale dans le dictionnaire c'est à dire : frôler l'exploit , rater de peu , être proche et si loin à la fois
ZidaneLeMagnifique Niveau : DHR
Petit HS mais votre pop-up de merde sur l'appli qui concerne un sondage devient casse-couille.
50 nuances de Jardim.
" Monaco s'est qualifié pour son premier quart de finale de Ligue des champions depuis 2004 dans la souffrance d'un match retour qui, au fond, ressemble tellement à cette équipe qui, depuis huit mois, défie toute logique sportive et humaine."

Faut du souffle pour lire cette phrase quand même !
Jeu direct Niveau : CFA
On pourrait avancer une autre analyse : Monaco a une chatte monumentale.
A part le match à l'Emirates, leur parcours relève un peu du hold-up...
Enfin bon, tant mieux pour le foot français.
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
C'est vrai, cette histoire de poignées de main ? Si c'est le cas, Wenger est (vraiment) un trouduc, et Jardim un boss.
mouais, le "coup de 2004" c'est pas seulement de la chance et de la rigueur défensive hein ! y avait des vrais talents aussi dans cette équipe, notamment offensifs (nonda, rothen, giuly, morientes... dont certains ont réalisé la meilleure saison de leur carrière cette année-là).

monaco est passé un peu par l'effet de surprise, tant pis pour arsenal, ils n'avaient qu'à respecter leur adversaire. maintenant, monaco a encore les armes pour passer contre porto, voire l'atleti ou la juve et dortmund. mais contre le bayern ou le barça, y aura pas de miracles, faut pas déconner.

bravo à monaco quand même, pour l'indice UEFA
@slvr : une astuce : virgule = respiration
Note : 4
Sofoot qui fait l'éloge du football cheap, des fonctionnaires de la passe en retrait, des invalides de la création footballistique, des crevards en tenue de footeux...Bon dieu que cet ASM est laid ! L'antithèse du football.

Hier, j'aurais donné ma voiture toute neuve pour voir un 3e but anglais.
Message posté par lindo
Sofoot qui fait l'éloge du football cheap, des fonctionnaires de la passe en retrait, des invalides de la création footballistique, des crevards en tenue de footeux...Bon dieu que cet ASM est laid ! L'antithèse du football.

Hier, j'aurais donné ma voiture toute neuve pour voir un 3e but anglais.



SF a simplement ses têtes.
Quand c'est Mourinho ou Girard, c'est de l'"anti-football", quand c'est Jardim (ou contre Wenger) c'est une "victoire tactique".

Je pencherais personnellement pour la seconde option mais il va falloir que SF accorde ses violons, le parti pris sous prétexte d'être "décalé, ça devient lourd et de plus en plus de "billets d'humeurs", sont simplement étiqueté ainsi pour se donner le droit de dire de la merde.
Ce qui fait marrer c'est les supporteurs des gunners qui sont contents d'avoir sauvé l'honneur hier de par le jeu produit.

C'est quoi Arsenal serieusement ?

Un Goal moyen

deux latéraux bidons et une défense centrale composée d'une grande tige sans vitesse et de Mr Jeperdmonsangfroid

Au milieu c'est ultra prévisible, y a aucune variété. Ca tricote dans les petis espace, ca garde le ballon, et ca passe a Alexis qui acccélère le jeu. Wellbeck c'est un grand Poulet sans tête, c'est puissant, ca cavale mais rien d'efficace.

Devant Giroud c'est limité, le mec se fait museler facilement par Wallace et Abdennour, et il lui faut 6/7 occaz pour en mettre une au fond.

Même hier le deuxième but est donné par Kurzawa, le premier c'est miraculeux que la balle reviennent pile dans les pieds de Giroud à 3m du but. A part ca, y a rien eu à part le CF de Mesut.

Ca enlève rien à la perf de Monaco qui n'était pas favoris. Mais se gaver sur le jeu d'Arsenal, franchement...
Judas Maccabeus son of Mattathias Niveau : Loisir
@JM Assaule

Wenger et son incompetence crasse a toujours ete un minable pourvue d'une arrogance et d'une suffisance injustifie.
Note : 2
On aime voir du beau football comme cet Arsenal qui n'a pas arrêté d'attaquer et qui, finalement, a été trop peu récompensé pour sa générosité.

2 équipes françaises en 1/4...
L'indice UEFA...

sont des considérations dont on "samba" les couilles comme dirait mon ami brésilien.

Je préfère voir Ludogorets titiller le Real Madrid ou Basel faire la nique à Liverpool que Monaco se qualifier avec un football aussi moche et aussi austère.
Oh non ! Je veux dire son refus de jouer.
Message posté par Jean Michel Assaule
C'est vrai, cette histoire de poignées de main ? Si c'est le cas, Wenger est (vraiment) un trouduc, et Jardim un boss.


La beauté du journalisme! Jardim est resté une demi heure sur le terrain à fêter le dernier but et la victoire (normal) mais dans ce cas tu te dis pas que le gars qui est déjà dégoûté va t'attendre tranquillement à l'entrée du tunnel...

Et dire que la qualif est méritée faut pas abuser non plus... Une équipe qui marque 3 buts avec 13 tirs pour 7 cadrés sur 2 matchs ça s'appelle la réussite. A l'inverse Arsenal tire 31 fois pour 11 cadrés ça s'appelle un attaquant en manque de réussite. Si Giroud a la même réussite au match allé que hier il sort avec 2 buts au compteur à la 70e... Et encore, un top attaquant en mettais 4 à l'allé et 3 hier.

Puis parler de victoire tactique... Jouer à 10 derrière contre une équipe joueuse avec juste des ailiers rapides je vois pas de génie là dedans.

Bref, bravo à Monaco mais vous êtes des journalistes donc faites un vrai job ou alors classez ça en "billet d'humeur". Le foot français a gagné, mais le foot a perdu, et c'est ça la réalité, peu importe ce qu'en dise les fans ou journalistes.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 61