Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32e journée
  3. // Toulouse/Montpellier

Ahamada, une tête, puis la chute

En 2012, Ali Ahamada était annoncé comme un futur très grand. Mais depuis, les choses ont changé. La faute à un soir de septembre 2012 où il réussit l'exploit de marquer un but. Un fait exceptionnel qui coïncide aujourd'hui avec une longue dépréciation.

Modififié
Le gardien, par définition, c'est le mec qui s'entraîne seul, avec ses propres préparateurs. Un type à part qui, pendant longtemps, ne participait à aucun jeu de ballon collectif. Alors oui, par définition, le gardien n'est pas un joueur de champ et n'a pas les qualités pour flairer la piste d'un but. Mis à part les cas isolés Rogério Ceni, Luis Chilavert ou Jorge Campos, un gardien buteur, ça n'arrive pas tous les quatre matins. Donc, ce 22 septembre 2012, alors que le TFC est mené 2-1 par Rennes à la 94e et qu'Ali Ahamada plante une tête sur le reculoir, c'est toute la presse française qui s'emballe. Car avant lui, seul Grégory Wimbée, en 1996, avait réussi pareil exploit. Alors forcément, le lendemain, en en une, L'Équipe titre un élogieux : « Ahamada goal et goleador » . Ahamada passe de l'international espoir discret à un potentiel troisième gardien chez les A.

« Un super numéro 10 »


« Marquer un but pour un gardien, c'est quelque chose de formidable. Moi, perso, même à l'entraînement, j'en marque pas. Après, chacun gère la surmédiatisation comme il le peut » , affirme Kossi Agassa, le gardien de Reims. Lui ne croit pas à la déconcentration post-but d'Ali Ahamada. Mais après avoir fait le tour de la France, son but précède une longue série de boulettes et de contre-performances. On découvre un Ali Ahamada plus David James que Gigi Buffon, moins décisif, et en nette régression. Lors de sa première saison post-but, il n'encaisse que 34 buts en Ligue 1. Contre 47, puis 53 les deux suivant son but. Jafar Moughanim a connu le gardien chez les U15 du FC Martigues. Il garde le souvenir « d'un garçon très très talentueux  » . « Avant de l'avoir en U15, c'était un joueur de champ. Un super numéro 10 » , précise-t-il. Difficile pourtant d'imaginer le Français d'origine comorienne être un virtuose de la gonfle. Il suffit de se remémorer son catastrophique jeu au pied, le 21 mars dernier, contre Bordeaux, pour affirmer qu'Ali est à des années-lumière d'un Pep Reina ou d'un Van der Sar.

Vidéo

Au placard


« C'est mental, je pense qu'il n'a toujours pas digéré, son but et toutes les caméras qui ont été braquées sur lui  » , justifie Jafar. Mais le natif de Martigues a également longtemps été boudé par Alain Casanova, après une grossière erreur de communication. Le 10 octobre 2014, Ahamada voit d'un mauvais œil l'arrivée de Zacharie Boucher. L'international espoir lui a même piqué sa place de numéro 1, et sa prolongation tarde à se concrétiser. « Comme je n'ai pas prolongé, les dirigeants ont dû lui (Alain Casanova, ndlr) en donner l'ordre, dès qu'ils ont eu leur solution de secours avec Zac. C'est arrivé dans d'autres clubs, notamment à Lyon avec Bafétimbi Gomis » , balance-t-il dans L'Équipe. Le salaire demandé par Ali est à l'époque jugé un poil surestimé au vu de ses mauvaises performances. « C'était un moyen de négociation. Dans des discussions, tu ne dis jamais directement ce que tu espères, sinon tu sais très bien que le club va négocier à la baisse. C'était une manière de pouvoir discuter. Mais eux, ils se sont braqués. Ils m'ont dit : "Tu te prends pour qui ? C'est comme ça et pas autrement". Mais tu dois pouvoir parler, même si ça monte dans les tours. Combien de joueurs se sont pris la tête avec leur club pour, au final, prolonger sans aucune rancune des deux côtés ? »

Olivier Sadran, le président du TFC, met alors son numéro 2 au placard pendant quelques mois. Mais après des semaines de travail acharné, l'ancien international espoir profite de la série de mauvais résultats toulousains de décembre pour réintroduire Ali dans les bois. « C'est quelqu'un qui a de grandes ressources mentales. Il va revenir très fort. Je pense qu'il est en phase de rémission. Et puis il a un entourage très stable et tranquille. Je suis persuadé qu'il va revenir plus fort » , martèle Jafar. Ce dernier se souvient comment Toulouse fut amené à récupérer le gamin au trajet peu rectiligne : « Il n'a pas eu un parcours facile classique. Il faut se rappeler qu'il fait son premier centre de formation à 18 ans. Le jour où les scouts de Toulouse viennent à Martigues, ils ne sont pas là pour Ali. C'est un tour de Gambardella. Il ne doit pas le jouer, ce match, parce qu'il est second gardien à la base. Mais comme c'est un mec qui bosse et ne râle jamais, ce jour-là, on lui a laissé sa chance. Au final, il fait un match tellement énorme que Toulouse repart avec lui » . Comme quoi, un Ali, c'est toujours difficile à mettre K.O.

Par Quentin Müller
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi