1. //
  2. // Groupe E
  3. //
  4. // Manchester City/Bayern (3-2)

Agüero maintient Manchester City en vie

En galère face au Bayern Munich malgré une supériorité numérique depuis la 22e minute de jeu, les joueurs de Manchester City s'en sont remis à Sergio Agüero pour ramasser une victoire aussi importante qu'inattendue (3-2).

Modififié
0 58

Man. City - B. Munich
(3-2)

S. Agüero (21'), S. Agüero (85'), S. Agüero (89') pour Manchester City , Xabi Alonso (38'), Lewandowski (43') pour Bayern Munich.


Un petit plat du pied et des petites jambes. Un grand but pour un immense joueur. En face à face contre le meilleur portier du monde avec 90 minutes dans les pattes, Sergio Agüero vient d'écrire une ligne supplémentaire de son épatante histoire. Seul taré au sein d'un effectif qui a manqué de folie tout au long de la rencontre, l'Argentin vient d'offrir à Manchester un luxe que les hommes de Pellegrini n'auraient jamais pensé se payer : se pointer au Stadio Olimpico de Rome, dans quinze jours, avec leur destin entre les mains. Extraordinaire.

De l'art de jouer en infériorité numérique


C'est le genre d'erreur qui plomberait n'importe quelle équipe et qui gâcherait 99% des matchs. La formule entrée+plat+dessert redoutée par tous les coachs. En retard sur le Kun Agüero suite à une transversale de Frank Lampard, Medhi Benatia, entre bêtise pure et naïveté navrante, tombe dans le piège tendu par l'Argentin. Habile, l'homme qui porte City sur ses petites épaules profite de sa position préférentielle pour attendre le Munichois lancé à ses trousses, puis attend tranquillement le tacle. Aussi ponctuelle qu'un fonctionnaire quand vient l'heure de la pause, la faute de Benatia arrive. Logiquement, le carton rouge suit tandis que l'Argentin ajuste un Neuer, pourtant parti du bon côté, pour donner l'avantage aux siens (1-0). On dispute la 21e minute d'une partie décisive pour l'avenir des Citizens en Ligue des champions et la messe, si elle n'est pas dite, semble déjà bien entamée. Sauf que le Bayern Munich n'est pas n'importe quelle équipe.

On a au moins appris une chose ce mardi soir : les joueurs de Manchester City sont bien éduqués. Des gars polis pour qui enfoncer le clou revient à frapper un homme à terre. Normal, donc, de voir le champion d'Angleterre en titre laisser la possession du ballon à ses adversaires en infériorité plutôt que d'insister pour faire le break. Conducteur de cette ambulance sur laquelle on ne tire pas, Pep Guardiola n'en demandait pas tant. En urgence, il fait entrer Dante à la place de Sebastian Rode, le Sébastien Roudet de Bavière, puis se met à gesticuler sur son banc de touche. Son objectif à ce moment de la partie ? Ne jurer que par sa philosophie. Celle de la possession et du ballon qui vit. Apparemment en quête d'une bonne note en tant qu'hôte sur AirBNB, les coéquipiers de Samir Nasri se laissent faire. En balade, les Bavarois donnent l'impression d'être en supériorité numérique face à des adversaires en tête au tableau d'affichage, mais qui n'existent que par des coups de rein de Jesús Navas. Mené mais solide, ce Bayern a la gueule d'une équipe que l'on n'a pas envie de défier. Et évidemment, pendant que les Citizens s'endorment, ce qui devait arriver arrive. Une accélération devant la surface de Ribéry, une faute bête de la charnière centrale, un coup franc à ras de terre de Xabi Alonso et les Allemands comblent leur retard au tableau d'affichage. Le chrono n'a bougé que de 18 minutes depuis l'expulsion de Benatia et sur la pelouse, c'est comme si rien ne s'était passé.

Le vide, puis le Kun


En dehors et à des milliers de kilomètres, en revanche, il y a eu de l'action. Un duel dans le froid moscovite entre le CSKA et la Roma qui a débouché, au bout du suspense, sur un match nul (1-1). Le résultat rêvé pour les hommes de Manuel Pellegrini qui, même derniers de la poule, s'assurent à distance une « finale pour la deuxième place » . Se l'assurer sans jouer est une chose. Se la compliquer en faisant semblant de jouer en est une autre. Car c'est bien cela que font les Citizens : à défaut de tirer sur l'ambulance, ils se collent une balle dans le pied. Fraîchement rejoints au score, les Anglais ne resserrent pas l'étreinte autour de l'impressionnant collectif munichois et se font sanctionner une poignée de minutes après le but de Xabi Alonso. Bien servi par un centre de Boateng, Lewandowski parvient à dominer Kompany et Sagna de la tête et profite d'un Hart aux fraises pour donner l'avantage aux siens. Un avantage mérité puisque City a décidé d'arrêter de jouer et de ne reprendre que par à-coups, en seconde période. Incapable de mettre à mal des Munichois à dix et un Neuer toujours aussi bon face à Navas ou Milner, la bande à Nasri voit les minutes défiler et s'apprête à se rendre au stadio Olimpico avec un flingue sur la tempe : une victoire par trois buts d'écart ou l'élimination. Mais à défaut d'avoir du caractère et des supporters qui chantent plus fort que les quelques centaines de munichois présents, les Citizens possèdent un joueur d'exception. Lancé seul en contre suite à une erreur de Xabi Alonso, Agüero fausse compagnie à Dante et place une frappe parfaite du gauche dans le petit filet d'un Neuer étendu de tout son long. Le reste aurait pu appartenir aux calculatrices et au goal average. Il appartiendra à l'histoire et à Sergio Agüero.

Les notes du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Heiseinberg Niveau : CFA
Vous voulez un triplé ? Contactez un attaquant, de préférence argentin ;)
Ian Curtis
Eh oui! C'est dans ces matchs là qu'il faut jauger le niveau Xabi Alonso, pas contre Paderborn.
Mangé du début à la fin par Lampard ( plus âgé que lui), et qui finit par donner le match.
Merci à Guardiola d'avoir refilé Kroos pour récupérer ce plot.
Note : 1
Aguero a fait de Nueur sa pute. Et ça sa fait plaisir!!
Note : 10
Message posté par Ian Curtis
Eh oui! C'est dans ces matchs là qu'il faut jauger le niveau Xabi Alonso, pas contre Paderborn.
Mangé du début à la fin par Lampard ( plus âgé que lui), et qui finit par donner le match.
Merci à Guardiola d'avoir refilé Kroos pour récupérer ce plot.


"ce plot" tout de suite les grands mots
Trois erreurs, trois buts ! Bravo à Aguero, très grand joueur !
Je vois pas des complots partout mais ces deux boulettes à 4 minutes de la fin, c'était très bizarre quand même pour sauver la tête de City...
Ian Curtis
Un péno et deux face à face, j'appelle pas ça faire d'un gardien sa pute.
C'était il y a 4 mois contre d'autres allemands qu'il fallait les mettre Sergio putain!
Frenchies Niveau : CFA
"Parce que le Kun. Tout simplement"
C'est qui ce Roudet et qu'est ce qu'il a à voir avec Rode??
Note : 5
Message posté par Ian Curtis
Un péno et deux face à face, j'appelle pas ça faire d'un gardien sa pute.


Tu veux quoi?? Qu'il le dribble 15 fois avant de marquer chaque but ?
Master Cookie Niveau : National
Note : 17
Vous le sentez le 1-1 au stadio olimpico entre city et la Roma et le 1-0 dégueu du CSKA contre la réserve du Bayern?? Ce serait tellement jouissif :D
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 8
Chelou chelou ces 2 grossières boulettes tout de même..
Neuer Ballon d'or ? Sans déconner
Les rossbiffs qui pavoisent après avoir été dominés en supériorité numérique et pour une victoire tirée par les cheveux face à un adversaire démobilisé, c'est pas glorieux et ça ira pas loin je pense...
marcassin Niveau : DHR
vous avez pas oublié un but dans le resumé? ça fait 2;2 si on ne regarde que celui-ci
floyd pink Niveau : CFA
Moué, moi je trouve qu'elle craint toujours pas mal cette équipe de city.
Aguero les sauve pour une énième fois. Mais c'est fou le nombre de flops dans cette équipe quoi. Les Navas, Nasri, Milner, c'est pas au niveau du prix qu'ils ont été payé putain !
Puis bon, désolé pour les hipsters de la premier league, mais avoir Sagna-Clichy dans ton équipe, quand t'as les moyens de te prendre un Aguero, c'est une faute professionnelle.
Match de haute volée. - Le bayern même a 10, ça fait pas rigoler. - City a poussé, poussé, ça faisait plaisir a voir
- Lampard, quel match
- 2 boulettes à 4 minutes de la fin, c'est soit la fatigue, soit quelquechose de plus suspect ( sur le dernier du Kun, j'aurai juré que Neuer allait sortir dans les pieds, mais non )
Message posté par leopold-saroyan
Chelou chelou ces 2 grossières boulettes tout de même..


On peut aussi se dire qu'ils manquaient de lucidité, crevés après un match entier (ou presque) disputé en infériorité numérique... Sachant que Xabi Alonso n'est plus de première jeunesse, et qu'avec Agüero, ça ne pardonne pas.
Ian Curtis
Message posté par AM327
Neuer Ballon d'or ? Sans déconner


On s'en branle de ton BO, donnes en mille à ton portugais et viens pas nous faire des jugements à la ptite semaine.
Le mec est Champion du monde, ptet le meilleur joueur de la CDM et ton gech a ptet été un des pires, et il vient de perdre un match sans aucun intérêt.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 58