En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Affaire Casti : Une vidéo contredit la thèse de la police

Modififié
Rebondissement dans l'affaire de Casti, ce jeune supporter montpelliérain qui avait perdu un œil suite à un tir de Flash-Ball en marge du match Montpellier-Saint-Étienne, le 21 septembre dernier.

Selon l'AFP, qui cite l'avocat de la victime, les images d'une vidéo-surveillance aux abords du stade de la Mosson contredisent la version de la police dans les incidents survenus avant le match. Alors que les forces de l'ordre avait évoqué des violences lors de l'interpellation d'un supporter qui détenait un fumigène, justifiant ainsi l'usage du Flash-Ball, d'après Me Michaël Corbier, avocat de Casti, la vidéo démontre que les échauffourées entre les supporters et la police ont eu lieu au moins 20 minutes après le tir de gomme-cogne.

« On ne sait pas pourquoi ils ont tiré. Il n'y avait pas de volonté d'écarter la foule puisque mon client était assis à une table au milieu tranquillement en train de boire un verre » , a précisé Me Corbier. Et d'ajouter : « On n'est absolument pas dans une situation de légitime défense. C'est le comportement des policiers qui est à l'origine des scènes de violence qu'on voit en fin de séquence (de la vidéo, ndlr) » . Une version des faits évoquée par So Foot au lendemain des incidents.

Saisie par le juge d'instruction en charge du dossier, l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) a ouvert une enquête. La Direction départementale de la sécurité publique de l'Hérault, interrogée par l'AFP, a indiqué ne pouvoir s'exprimer, soulignant qu'une enquête judiciaire était en cours, même si Bruno Barcetti, du syndicat SGP police, continue de soutenir qu'il n'est pas question d'une bavure.


L'histoire de Casti avait donné lieu à une manifestation nationale des ultras à Montpellier le 13 octobre dernier contre la « répression abusive » dont s'estiment victimes les supporters. par Anthony Cerveaux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) il y a 3 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 38
il y a 5 heures Dupraz quitte le TFC 118 il y a 6 heures Robinho en route vers Sivasspor 45 il y a 9 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7