En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Adriano, « pour marquer l'histoire »

Modififié
C'est l'un des premiers gros transferts de l'été.

Adriano a quitté Flamengo, le Brésil, ses favelas et ses amis dealers pour rejoindre à nouveau un Calcio qu'il connaît si bien.


A la veille de son arrivée à Rome, l'Imperatore a livré ses premières impressions à la presse locale dans les colonnes du Romanista.

Aussi bon en communication qu'il l'a été devant le but, le colosse brésilien arrive à Rome « pour marquer l'histoire et basta » : « Rome est une cité historique, j'y suis venu afin qu'elle le demeure » . Ce n‘est donc pas avec un statut de pré-retraité que le joueur débarque dans la capitale italienne.

Impatient de rejoindre ses quartiers romains, le joueur aime à se rappeler ses bons moments transalpins : « Je dois tant à l'Italie, si j'y retourne c'est parce que je le veux, je veux montrer aux Italiens qui je suis vraiment car personne ne l'a vu, jamais » .


Parmi ses souvenirs, le stade et les supporters.


En grand communiquant qu'il est, Adriano n'oublie pas d'évoquer le « stade fantastique qu'est l'Olimpico et la sensation incroyable que l'on a en entrant sur cette pelouse mythique » .

A noter qu'il fera sa première apparition sous le maillot de la Roma face à l'Inter, son ancien club, vis-à-vis duquel il « n'éprouve aucun ressentiment » .

Histoire à suivre ...

SB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
Barrios a des touches