Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Adil Rami raconte les coulisses de son transfert à Marseille

Modififié
Vivre l'amour et d'eau fraîche.

Dans une interview accordée à La Provence, Adil Rami est revenu sur le moment où il a décidé cet été de rejoindre l'OM, malgré les sirènes du Beşiktaş. « Ma sœur, qui s’occupe de mes affaires, était à Istanbul et moi à Saint-Tropez. Je lui dis : "On va aller à Beşiktaş, parce que j’ai parlé avec Rudi Garcia, mais je n’ai pas de nouvelles du président", raconte le défenseur. J’ai donc dit à ma sœur d’accepter Beşiktaş, dont j’étais le choix n°1 devant Pepe. »


Mais au dernier moment, Adil reçoit l'appel tant attendu de Jacques-Henri Eyraud. « J’ai vite raccroché et appelé ma sœur qui était avec des mecs du Beşiktaş. Je lui ai dit : "Oublie l’argent qu’il y a en plus en Turquie, je vais à Marseille !" La pauvre... » , sourit-il. Plus tard, le club de Trabzonspor revient à la charge avec une offre financière encore plus intéressante, proposant « le double » du salaire promis par l’OM. Pourtant, Rami y reste insensible. « Je voulais kiffer dans un club comme l’OM. Je savais que j’en avais encore sous la semelle. »


C'est vrai qu'un huitième de finale de Ligue des champions, c'est surfait. MR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 22 minutes Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande il y a 1 heure La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 4 il y a 1 heure Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 7
il y a 2 heures Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 5 il y a 3 heures À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 2
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 97
Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 36