1. // Retraite de Martin Palermo

Adieux titanesques pour Palermo

Entouré de grands joueurs croisés au cours de sa carrière, Martin Palermo s’est régalé samedi soir dans son enceinte favorite. Le peuple xeneize lui a rendu un vibrant hommage qu’il n’est pas près d’oublier.

Modififié
21 2
La Bombonera a offert un véritable show à l’américaine à son goleador historique. Entré sur la pelouse sous une averse de papelitos et les crissements des feux d’artifice, Martin Palermo a eu droit à un hommage titanesque ; à la hauteur de son surnom, en somme. Le Titan avait convoqué d’anciens partenaires et adversaires prestigieux. Outre une ribambelle d’ex-Xeneizes de la période Bianchi (de retour sur le banc pour l’occasion dans un costume noir), qui le baptisa un jour « l’optimiste du but » , les spectateurs ont eu la joie de revoir Roberto « El Raton » Ayala, vice-recordman des sélections ou encore… le tennisman Juan Martin Del Potro sur le terrain. Avant la rencontre, on a pu revoir sur écran géant quelques-uns des moments forts qui ont jalonné la carrière du mythique numéro 9 de Boca Juniors.

Tévez présent, Maradona absent

Parmi les exploits du « Loco » , le doublé face au Real Madrid en finale de la Coupe Intercontinentale 2000, face à Roberto Carlos, Casillas, Figo et consorts, restera comme l'un des moments phares de sa carrière, à l’instar de son but contre le Pérou lors de l’avant-dernière journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2010, qui sauva l’Argentine et la peau de Diego Maradona (absent hier), sous une pluie battante. Une atmosphère apocalyptique qui fit ensuite dire au pieu sélectionneur : « San Martin nous a sauvés » . Carlos Tévez, débarqué en jean, baskets, t-shirt, à la mi-temps, n’a pas joué, à la grande tristesse des 60.000 spectateurs venus garnir les tribunes de la Bombonera. En revanche, Martin Del Potro n’a pas hésité à chausser les crampons et s’est même offert le luxe de délivrer une belle passe décisive à l’ancien Lensois Esteban Fuertes, auteur d’un doublé hier soir. Palermo, quant à lui, inscrit son but sur une passe de son complice Guillermo Barros Schelotto, avant de prendre place dans les cages pour un face à face tragicomique contre… son fils Ryduan, qui transforma pour le 3-2 final.

Passe de Del Potro pour Fuertes

Celui qui a marqué 237 buts sous les couleurs xeneizes (record absolu) de 97 à 2000, puis de 2004 à 2011, et conquis quatorze titres, dont deux Libertadores, qu’il brandit au public avant la rencontre, conservera à jamais une place à part dans les livres de records (dans lequel il figure à trois reprises pour avoir manqué trois pénaltys dans le même match à la Copa América 99, en avoir marqué un des deux pieds en championnat et avoir inscrit un but de la tête de 39m…) et dans le cœur des supporters de Boca Juniors. Comme disait une banderole apposée hier dans le stade : « Nous manquer : toujours, t’oublier : jamais !  »

Les buts du match

Youtube

Best of de sa carrière

Youtube


Florent Torchut, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Xeneize31 Niveau : DHR
Martin "El Loco" Palermo, idole absolu du peuple Xeneize!!!
Florent Torchut , merci pour cet article sur le club de mon coeur !
par contre abstient toi stp de blasphémer avec tes mots show a l'américaine , ca te fera moins passer inculte sur l'ambiance et la ferveur en Argentine qui n'a nul par autre de comparable sur la planète futbol !
( le monde se limite pas a l'impérialisme yankee et rosbeef )
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La Roma enterre l'Inter
21 2