1. //
  2. // Décès de Stefano Borgonovo

Adieu Borgonovo, symbole de la lutte contre la SLA

Atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA) depuis des années, maladie dont il était devenu l'ambassadeur, Stefano Borgonovo, ancien joueur de la Fiorentina, s'est éteint ce jeudi à l'âge de 49 ans. Retour sur sa vie et son combat.

Modififié
109 30
L'Italie est en deuil. Non pas parce que la Squadra Azzurra a été éliminée de la Coupe des confédérations aux tirs au but par l'Espagne, aux portes de la finale. Car le football passe au second plan. Non, l'Italie est en deuil parce qu'elle a dû dire au revoir à Stefano Borgonovo. Borgonovo, c'est cet attaquant italien qui a formé, à la fin des années 80, une sublime paire d'attaque avec Roberto Baggio sous le maillot de la Fiorentina. Baggio était d'ailleurs toujours resté son ami, son confident, celui qui l'a accompagné tout au long de sa vie et de sa bataille. Car Borgonovo s'est battu. D'abord sur les terrains de foot, où il a toujours été considéré comme un joueur vaillant, courageux, volontaire. Puis, ensuite, la bataille la plus dure. En 2008, à l'âge de 44 ans, il annonce qu'il est atteint de sclérose latérale amyotrophique, plus communément appelée SLA, ou maladie de Charcot. Il perd l'usage de la parole, et ne peut communiquer que par le biais d'un synthétiseur vocal. Tous les champions du football italien, à commencer par Baggio, donc, s'unissent autour de lui et de la fondation que Borgonovo va créer, la Fondazione Stefano Borgonovo Onlus, qui soutient la recherche pour vaincre la SLA. Après cinq années de bataille, Stefano Borgonovo a rendu les armes. Il s'en est allé, à quelques heures du coup d'envoi d'Espagne-Italie. Son Italie.

Le duo B2 avec Baggio

De Stefano Borgonovo, on ne se souviendra évidemment pas que de la maladie. Avant de perdre petit à petit l'usage de ses membres et de se retrouver en fauteuil roulant, le natif de Giussano, à côté de Monza, a été un point fixe de la Serie A de la fin des années 80 au début des années 90. Formé à Côme, il fait ses grands débuts professionnels avec le club comasco, qui était à l'époque en Serie A. Avec Côme, il marque ses premiers buts, mais fait le grand saut lors de l'été 1988. Il est acheté par le Milan AC, qui le prête immédiatement à la Fiorentina, où il rejoint sur le front de l'attaque un certain Roberto Baggio. Le duo est surnommé B2, et inscrit 29 des 44 buts de la Fiorentina cette saison-là : 14 pour Borgonovo, 15 pour Baggio. Ses deux buts les plus marquants restent celui inscrit contre la Juventus, pour le 2-1 décisif, et celui face à l'Inter, claqué à la 85e minute pour un succès 4-3. En cette même année 1988, il est convoqué en équipe d'Italie, avec laquelle il disputera trois rencontres. À la fin de la saison, Milan le rappelle, malgré la volonté du joueur de rester à Florence.

Son expérience ne sera pas heureuse : une grave blessure le tient hors des terrains pendant une grande partie de la saison. Il participe toutefois au parcours triomphal du Milan AC en Ligue des champions (c'est son but inscrit à Munich, sous la pluie, qui qualifie le Milan AC pour la finale). Mais à la fin de la saison, l'appel de Florence est trop fort. Mario Cecchi Gori, le nouveau président de la formation viola, débourse 8 milliards de lires pour le faire revenir, cette fois-ci définitivement. Mais sans Baggio, parti à la Juve, ce n'est plus la même chose. Borgonovo dispute deux saisons correctes, sans coup d'éclat particulier. Il poursuit sa carrière à Pescara, puis à l'Udinese, où il ponctuera son aventure footballistique, à la fin de la saison 1995-96. Après quelques années passées auprès de sa famille, loin des terrains, il fait son retour en 2000, pour entraîner les jeunes de Côme. Il coache les poussins, les Allievi, puis la Primavera, mais interrompt son ascension en 2005, pour des raisons de santé. Le monde du football ne sait pas encore que c'est grave. Borgonovo, lui, sait déjà. Son combat commence.

La Fondation et les matchs amicaux

C'est le 5 septembre 2008 que Borgonovo annonce officiellement qu'il est atteint de SLA. La nouvelle émeut ceux qui l'ont connu, côtoyé ou tout simplement admiré. Alors que plus personne ne l'avait vu depuis son expérience d'entraîneur à Côme, il réapparaît en fauteuil roulant, pratiquement paralysé à 100%. Des images difficiles, mais qui ont le mérite de faire connaître à tous cette maladie, trop peu connue à l'époque. Quelques jours plus tard, la Fiorentina et le Milan AC, ses deux anciennes équipes, s'affrontent au stade Artemio Franchi pour un match amical, dont la recette est entièrement reversée à la fondation de Borgonovo. Le joueur, qui entre sur la pelouse en fauteuil, main dans la main avec Roberto Baggio, est ovationné par tout le stade. Des moments forts, très forts.

Le combat contre la maladie est dur. Borgonovo tient bon. Il fait tout pour rester le plus actif possible dans sa vie. Car si son corps ne répond plus, sa tête, elle, va bien. Il écrit des articles pour la Gazzetta dello Sport et s'offre quelques sorties, en allant notamment assister au match de Coupe d'Italie entre la Fiorentina et l'Inter, en avril 2010. À cette occasion, la ville de Florence lui remet le « Fiorino d'Oro » , décoration suprême pour un citoyen non-florentin de naissance. De nombreux autres matchs amicaux seront organisés en faveur de sa fondation. Mais le mal est incurable. Ce jeudi 26 juin, à quelques heures du coup d'envoi d'Espagne-Italie, Stefano Borgonovo s'en est allé, laissant derrière lui sa femme, ses quatre enfants et tous les amis qui l'ont soutenu au cours des années. La Nazionale a joué hier soir avec un brassard noir. Mais Borgo, de là-haut, leur a donné la force pour tenir tête à l'Espagne et pour se hisser à un tir au but de l'exploit. Cette force qui l'a toujours accompagné, tout au long de sa vie. Ciao, Stefano.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Merci Eric, superbe article pour ne pas changer !
Pas le seul joueur italien a avoir subi cette maladie, il y en a même une palanquée...
salvat1985 Niveau : DHR
Toutes mes pensées vont à sa famille et à ses amis
Un duo d'exception avec RB.

La vita continua
Petite boule au coeur en voyant la photo de la page d'accueil...
Salut,

Misérable billet de l'auteur, qui feint d'ignorer le nombre incalculable de joueurs italiens atteints par ce syndrome. Les enquêtes sont encore en cours en Italie du reste, et le dopage est presque sans aucun doute à l'origine de ces tragédies.

Écrire avec des œillères OK, mais si vous vous prétendez journaliste alors il faut tout écrire, et faire en sorte que cela aide la vérité à voir le jour. Vérité qui indique que le foot est un sport vicié jusqu'à la moelle désormais.
Encore merci Eric pour ce bon travail ! Stefano, enfin, je veux dire, MONSIEUR Borgonovo, je n'ai qu'un mot à vous dire : RESPECT.
Message posté par Yvance77
Salut,

Misérable billet de l'auteur, qui feint d'ignorer le nombre incalculable de joueurs italiens atteints par ce syndrome. Les enquêtes sont encore en cours en Italie du reste, et le dopage est presque sans aucun doute à l'origine de ces tragédies.

Écrire avec des œillères OK, mais si vous vous prétendez journaliste alors il faut tout écrire, et faire en sorte que cela aide la vérité à voir le jour. Vérité qui indique que le foot est un sport vicié jusqu'à la moelle désormais.


On ne sait pas si c'est le dopage, ce n'est qu'une hypothèse. Des cas de SLA "épidémiques" ont existé dans d'autres lieux que le foot, sans que l'on puisse identifier les causes. Il se peut très bien que ce soient les mêmes dans le calcio (pesticides sur les terrains? usage d'un produit autorisé?).
Master of footix Niveau : Loisir
Message posté par sissa
Pas le seul joueur italien a avoir subi cette maladie, il y en a même une palanquée...


En effet, il y a de quoi s'interroger.
Vous avez en partie raison, mais le nombre de sportifs touchés en Italie dépasse de très loin le seuil de la simple erreur génétique. Ce nombre ne peut en aucun être traité sous ce simple aspect. L'utilisation de pesticides de cette nature aurait eu pour conséquence de toucher aussi des membres d'autres sports... mais ce n'est pas le cas.
Peu importent les raisons ! Même si tout laisse à penser que comme de très nombreux sportifs de haut niveau, les produits pris volontairement ou non, sont à l'origine de cette maladie. Et la liste est très longue d'athlètes mort jeunes, en "pleine forme" après avoir développé des cancers ou autres maladies bizarres qui ne touchent quasiment que des sportifs pro ou amateurs. N'empêche que ça fait à chaque fois mal au q.
Pour mémoire, il y a eu également un match Genoa-Sampdoria au Marassi joué au profit de la fondation qui a pas mal marqué les esprits.

Sinon curieusement, le dopage si c'est lui la cause aura fait avancer la recherche sur cette maladie puisque les résultats d'un essai clinique sur un traitement ont été publiés dans la pression italienne il y a quelques jours. La recherche sur ce médicament étant en partie financée par la fondation Borgonovo.
Message posté par Yvance77
Vous avez en partie raison, mais le nombre de sportifs touchés en Italie dépasse de très loin le seuil de la simple erreur génétique. Ce nombre ne peut en aucun être traité sous ce simple aspect. L'utilisation de pesticides de cette nature aurait eu pour conséquence de toucher aussi des membres d'autres sports... mais ce n'est pas le cas.


Ca ne peut pas être une coincidence génétique c'est sûr.

Pour les pesticides, je ne vois pas d'autre sport pro qui se joue sur l'herbe en Italie. C'est une piste assez crédible je trouve. Bon le dopage ou l'utilisation détournée et mal encadrée de diverses substances reste un favori.
Bel article, rien à dire, émouvant. Mais b*rdel, ça met pas l'ambiance un vendredi matin =/
Massimobor Niveau : CFA2
Larmes aux yeux.
Merci Eric.
Message posté par sissa


Ca ne peut pas être une coincidence génétique c'est sûr.

Pour les pesticides, je ne vois pas d'autre sport pro qui se joue sur l'herbe en Italie. C'est une piste assez crédible je trouve. Bon le dopage ou l'utilisation détournée et mal encadrée de diverses substances reste un favori.


Les rugbymen italiens par exemple ... puis ceux qui manipulent ces agents toxiques il y a longtemps qu'ils auraient squattés les prétoires, des alertes auraient été lancées etc... mais bien entendu cela reste une possibilité ou un facteur qui accroît les chances d'être une victime de cette terrible maladie.
Belle article, mais je trouve la fin "Mais Borgo, de là-haut, leur a donné la force pour tenir tête à l'Espagne et pour se hisser à un tir au but de l'exploit" un peu soap opera a l'americaine. Un peu de drama pour mettre la larme a l'oeil aux lecteurs, je trouve ca too much.
Message posté par Yvance77

Misérable billet de l'auteur [...


Tu permettes que l'auteur rende hommage à une personne décédée la veille ?
Et la FIFA qui refuse la minute de silence demandée par l'Italie hier soir???
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
Pour ceux qui aient le temps de se renseigner, je conseille de lire les travaux de la journaliste italienne Gaia Picardi sur la matière.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
SOS clubs en danger
109 30