Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Adebayor au Real !

C'est une des infos majeures de ce mercato d'hiver : Emmanuel Adebayor quitte City pour le Real Madrid sous forme de prêt avec option d'achat. Sale nouvelle pour Benzema...

On va finir par penser que José Mourinho pratique à mort le TSB : Tout Sauf Benzema. Car comment interpréter autrement l'arrivée d'Emmanuel Adebayor ? Prêté par Manchester City avec une option d'achat en fin de saison fixée à 17,5 millions d'euros, le “Tongolais”, cher à Franck Ribéry, débarque en Castille, escorté par le sentiment que ce n'est pas lui qui fera banquette derrière l'ex-Gone mais bel et bien l'inverse. Pourquoi un pronostic aussi funeste pour la Benz ? Ben déjà parce qu'on ne le répètera jamais assez, le Mou n'aime pas le gamin de Bron : trop indolent, trop léger, trop joueur, pas assez tueur, pas assez physique, pas assez déterminé. Pas assez mourinhesque, quoi : « Si tu vas à la chasse et que tu n'as qu'un chat, tu dois y aller avec le chat, parce que tu ne peux pas y aller seul. Avec un bon chien, tu chasseras plus. Avec un chat, tu chasseras moins, mais tu chasseras quand même » . Seulement voilà, le Portugais n'est pas du genre à se contenter d'un bon gros matou. Alors il l'a laissé au panier, histoire de bien faire passer son message : filez moi un clébard, et pas vacciné contre la rage tant qu'à faire. Et puis costaud, hein. Non parce que quitte à prendre un canin, autant que ce ne soit pas un chihuahua. Un moment il fut question de ce bon vieux bull-terrier de Ruud Van Nistelrooy avant que les dirigeants d'Hambourg ne le gardent en laisse. Et puis le Real songea à un renard patenté genre Miroslav Klose. Avant de jeter son dévolu sur l'ami Adebayor.

Le cocktail préféré de Mourinho

Alors pourquoi ce choix du natif de Lomé ? La première raison est imparable : il était l'un des rares buteurs de ce niveau disponibles sur le marché. La seconde raison saute aux yeux : Van Nistelrooy, Klose, c'est clair, Mourinho aime les grands gaillards. Évidemment, le nec plus ultra dans l'idéologie du “Special One” étant Didier Drogba qu'il fit venir à Chelsea en 2004 alors que l'Ivoirien était encore un strict inconnu à l'échelle européenne et que Roman Abramovitch lui avait signé un chèque en blanc pour prendre n'importe quelle star. Le cocktail si prisé par Mourinho ? Du muscle et de l'adresse. Un portrait-robot qui ressemble assez à Adebayor. Enfin, surtout depuis son arrivée en Angleterre en 2005. Car jusque-là, que ce soit à Metz ou à Monaco, on avait surtout vu un grand talent bien paresseux et égocentrique, trop sûr de sa supériorité. « Quand j'ai évolué avec lui à Metz (2002-2003), j'avais l'impression qu'on n'était pas dans la même catégorie lui et moi, il était tellement facile » , nous confie Mamadou Niang. Une aisance incroyable dont Manu a trop longtemps eu conscience, l'empêchant ainsi de se sortir les doigts. Jusqu'à ce que cette grande gigue franchisse la Manche. A Londres, Adebayor prend vite une masse de muscle selon les recettes anglaises qui tiennent décidément du miracle... Il n'empêche, le leader des Éperviers muscle aussi son jeu, rapidement au fait que la jouer relax en Premier League revient à signer son arrêt de mort. Invité à prendre ses responsabilités après le départ de Thierry Henry en 2007, “Baby Kanu” relève le challenge en inscrivant vingt-quatre pions en trente-six matches en Championnat, trente au total en cinquante matches toutes compétitions confondues. Son hit ? Un huitième de finale de Ligue des Champions himalayesque où il désosse presqu'à lui seul le Milan AC à San Siro (2-0).

Le défaut de sa qualité


Le hic, c'est qu'Adé est un ancien crève-la-dalle. Et après sa perf face aux Rossoneri, le bougre a la tête qui tourne face aux rumeurs de sollicitation. Le Gunner n'est déjà plus à Londres (seulement dix pions la saison suivante) et commence même à sérieusement pourrir le vestiaire. Direction Manchester City avec l'autre “ambianceur” des Canonniers, Kolo Touré, pour des débuts franchement prometteurs : quatorze réalisations en seulement vingt-six journées. Même Alex Ferguson, pourtant peu suspect de vouloir du bien aux Citizens, lâche au début de la saison 2009-2010 : « Adebayor est sans doute le meilleur joueur de Premier League » . Mais là encore, la suite tourne au vinaigre. Mancini débarque, italianise City, se dit qu'une pointe (Tevez), c'est largement suffisant et réduit Adebayor à compter ses dreads sur le banc. Las de cette situation, le jeune homme (seulement 26 ans au compteur) s'impatiente et en vient à avoiner Kolo à l'entraînement, à moins que ce ne soit l'inverse, allez savoir. Un incident qui dit à la fois la rage du bonhomme, nécessaire pour se faire respecter des autres gros bras, mais aussi de son manque de sang-froid, ce qui pourrait lui valoir des bricoles dans un contexte aussi “politique” que celui du Real. N'empêche, le joueur africain de l'année en 2008 a une chance en or massif de prouver qu'il peut s'imposer dans un très grand club, qu'il n'est pas juste un attaquant agaçant de facilité mais incapable de la moindre humilité et de tout sacrifice. Benzema était lui aussi face à ce défi. La venue d'Adebayor résonne comme un verdict : l'ancien Lyonnais a clairement échoué.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 62 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 dimanche 17 juin Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 dimanche 17 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes
À lire ensuite
ManU se sauve de la noyade