1. //
  2. // Licences

« Absurde jusqu'au bout ! »

La question de la délivrance de licences aux jeunes footballeurs étrangers, en place depuis cette rentrée, commence à soulever de nombreux problèmes. Hervé Grammatico, président bénévole du petit club du Stade Olympique Clarétain, dans l'Hérault, a été confronté sur le terrain à cette directive de technocrates zélés. Témoignage.

Modififié
0 0
Que pensez-vous des nouvelles « mesures » imposées par la Ligue aux enfants qui ne sont pas de nationalité française pour l'obtention d'une licence ?


Je trouve que ces mesures sont tout à fait discriminatoires et surtout pas du tout en lien avec le discours et les valeurs que la Ligue devrait défendre. On nous bassine toute l'année avec « Halte à la discrimination, halte au racisme » , on nous demande à nous présidents de clubs, correspondants de clubs, de faire du travail policier avec des demandes de justificatif de domicile, de résidence en France depuis plus de cinq ans. Tout ça pour en arriver à refuser la licence à des enfants de 6 ans.

Avez-vous eu des cas, dans votre club, d'enfants ne remplissant pas les critères de la FFF ? Si oui, qu'avez-vous fait ?


J'ai deux cas, deux enfants pour lesquels je n'ai pas pu obtenir la licence, pour la simple et bonne raison que je refuse de demander ces documents aux parents. Les parents sont en mesure de me les fournir, mais je ne sais pas ce qu'ils (la FFF, ndlr) vont en faire de ces papiers et surtout je ne comprends pas. Si un enfant ne vit pas en France depuis plus de cinq ans, je ne vois pas ce qui l'empêche de pratiquer le foot en France. Les petits sont scolarisés, je ne me vois pas dire à un petit de revenir dans cinq ans. On en fait une histoire de principe, c'est surtout ça. On ne voit pourquoi on va demander des papiers différents à un petit qui n'est pas français par rapport à un petit qui est français.


Mais cette disposition ne s'applique que pour les nouveaux licenciés, à partir de cette année. C'est-à-dire que le petit Marocain de 6 ans que j'ai dans le club, à qui je ne peux pas donner sa licence, j'ai également son frère, que j'avais déjà dans le club l'an dernier, dont la licence a été renouvelée par la Ligue. C'est absurde jusqu'au bout.

Que faites-vous de ce petit garçon sans licence par exemple ?


Aujourd'hui, le petit fait du foot sous ma responsabilité. C'est le club qui est responsable en cas d'accident. J'ai averti la Ligue que je ferai jouer ce petit et je l'ai fait jouer samedi dernier, malgré leur injonction de ne pas le faire. Je continuerai à le faire jouer. Si la Ligue veut prendre des sanctions contre mon club ou engager une procédure, quelle qu'elle soit... On verra ce qui arrivera. Mais je refuse de dire à un petit de 6 ans : « Toi, tu ne joueras pas parce que tu n'es pas français » . Ça va à l'encontre de nos principes. On est un tout petit club, on est un village de 1300 habitants, on a 110 licenciés et 15 bénévoles. On fait ça vraiment parce qu'on est passionnés du foot et de ses valeurs et qu'on refuse absolument d'entrer dans ce système. Si demain on devait arrêter de prendre des petits sous prétexte qu'ils ne sont pas français, on devra nous dissoudre puisqu'on n'aura plus de raison d'exister.

La FFF dit travailler sous l'égide de la FIFA et combattre le trafic de mineurs. Selon vous, par quoi (ou par qui) sont réellement motivées ces nouvelles directives ?


Je me suis renseigné là-dessus puisque ça nous est tombé sur le coin de la tête mercredi dernier. La directive de la FIFA, je l'approuve entièrement. Il existe des trafics d'enfants, entre 15 et 18 ans, qu'on va chercher en Afrique. Certains clubs pros s'amusent à le faire, à les mettre dans des centres de formation, à les faire jouer. Et si ça ne marche pas, on les jette et ils se retrouvent à la rue. Qu'on protège ces enfants, je suis entièrement pour, évidemment. Mais la directive de la FIFA a pour but de protéger ces enfants. La Ligue de Paris, par exemple, a mis ça en place un peu plus tôt que nous. Et ils n'appliquent ça que pour les plus de 15 ans, ce qui n'est pas idiot, puisqu'un petit qui n'a jamais joué au foot en France à 15 ans, qui arrive et qui prend une licence, et à qui on demande des papiers supplémentaires, ça me choque un peu moins. On va dire que pour les protéger, on vérifie. Il faut aussi, pour la Ligue de Paris, associer ça à une histoire de niveau, puisqu'il est évident que pour mon petit village de 1300 habitants, on a moins de chances d'avoir un professionnel potentiel. En revanche, pour un gamin de 6 ans qui joue dans les dernières divisions de district, il est évident que nous ne faisons pas de trafic d'enfants.

Quels sont les papiers que vous réclame la Ligue ?


Passeport du père et de la mère, extrait de naissance, quittance de loyer et une attestation certifiant que la personne vit en France depuis plus de cinq ans. Ce papier n'existe pas en France. Il n'existe pas de papier prévu à cet effet. Lorsqu'on dit à la Ligue que ce papier n'existe pas, on nous répond qu'il faut demander au maire du village de faire une attestation sur l'honneur certifiant que la personne vit dans le village depuis plus de cinq ans. J'ai contacté mon maire, M. André Cot, qui refuse de délivrer ce document et il a entièrement raison. De toute façon, c'était une question informelle, comme je vous l'ai dit, je me refuse à demander ces papiers, par principe.

Connaissez-vous des cas similaires à celui de votre club ?


On a écrit à tous les clubs de France pour voir ce qui se passait ailleurs, puisqu'on ne doit pas être les seuls. On a reçu aujourd'hui le soutien d'une vingtaine de clubs qui sont dans le même cas que nous dans la France entière, à part l'Île-de-France où c'est un peu moindre.


On a écrit à la FFF, à Rama Yade, à la Ligue des droits de l'homme, dont le secrétaire général m'a téléphoné pour me dire qu'il va visiter les clubs et interpeller la FFF.

Avez-vous eu des échos du Conseil fédéral du vendredi 1er avril 2010, au cours duquel la FFF était censée « trouver des solutions permettant d'assouplir la directive de la FIFA » ?


Rien n'a filtré depuis la réunion du Conseil fédéral. On veut simplement qu'on foute la paix aux moins de 15 ans et qu'on ne vise que les clubs ayant un centre de formation. Le club du village du fin fond de l'Hérault, franchement... On ne peut pas nous accuser d'aller chercher des petits Africains pour les faire jouer en 18 ans première année. C'est une application bête et méchante de la directive de la FIFA qui préconise juste de surveiller et de protéger les enfants de ce trafic-là.

Quelqu'un comme Lilian Thuram, présent au Conseil fédéral et qui prend très à cœur les questions d'intégration par le sport, peut-il faire quelque chose pour changer ces nouvelles règles ?


Thuram a monté une fondation pour lutter contre le racisme. J'ai essayé d'entrer en contact avec sa fondation, mais en vain. Si on va sur le site internet, il préconise l'éducation par les valeurs sportives pour lutter contre les discriminations et le racisme. J'ai du mal à entendre ce discours quand on sait qu'il fait partie du même Conseil fédéral qui applique ce genre de directives. On est un peu dégoûtés franchement, le monde amateur commence à en avoir ras le bol. À cause des mafieux et des escrocs qui tournent autour des centres de formation et qui font du trafic d'enfants, et dont on est conscients, on fait chier le monde amateur et les petits clubs. On en a marre que le monde professionnel se comporte ainsi et que derrière, on soit obligé de ramasser tout ça. Les problèmes, on sait où ils sont. Ils n'ont qu'à aller fouiller où il faut. Mais non, là ce sont les gamins qui paient. Nous sommes tous entièrement bénévoles, et ils veulent qu'on se retrouve à faire la police alors qu'on arrive de moins en moins à joindre les deux bouts. Tous les entraîneurs, même les diplômés, font des kilomètres en payant leur essence. Nous on veut bien se battre pour faire vivre le football, mais que la Fédé arrête, ça devient insupportable.

Propos recueillis par Souheïb Mejdoub

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Maradona, l'éternel retour
0 0