En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe E
  3. // 4e journée
  4. // Chelsea/Donetsk

Abramovitch-Akhmetov, le match des oligarques

Roman Abramovitch, le Russe expat' à Londres, ou Rinat Akhmetov, l'Ukrainien d'origine tatare né à Donetsk ? Un match qui sent bon les milices d'agents de sécurité, le caviar et les jets ou yachts privés. C'est surtout un duel entre les deux milliardaires qui réussissent le mieux leurs activités philanthropiques dans le football mondial.

Modififié
Leurs richesses :

Comparer les empires d'Akhmetov et Abramovitch, c'est un peu comme jouer au jeu du « entre Coca et Pepsi, lequel est le meilleur ? » On a à faire a deux poids lourds qui ne manquent pas d'arguments. Les deux ont amassé leurs montagnes de billets grosso-modo de la même façon, à savoir en jouant les opportunistes à la chute du Rideau de Fer. Au début des nineties, Abra et Akhma deviennent les tauliers de grands groupes, spécialisés dans les matières premières comme le gaz, le pétrole ou le charbon. Aujourd'hui, le premier nommé se promène sur ses yachts ou dans son Boeing 767 privé et pèse 12 milliards de dollars selon le dernier classement Forbes. Le second a opté pour une Merco blindé et un Airbus A319 moins dernier cri que son homologue, mais peut se targuer de valoir 16 milliards de dollars et de le devancer de 29 places au classement Forbes (39e contre 68e).

Avantage: Rinat Akhmetov

Leurs gonzesses :

De ce côté-là, aucun risque possible. Pour Akhmetov, sa raie sur le côté, sa gueule d'agent du KGB et son allure sobre ne sont pas franchement des arguments pour voir Paris Hilton se dandiner à ses côtés. D'autant que le bougre d'Ukrainien est casé depuis des lustres à une nana qui lui va comme un gant, Liliya Nikolayevna Smirnova. Une dame qui met les mains dans le cambouis et s'occupe aussi de l'empire financier, mais qui ne ferait pas lever le dard au premier Igor venu. De son côté, Roman Abramovitch la joue un peu comme l'oligarque dans Rock'n'Rolla, de Guy Ritchie : galant, courtois et séducteur, il ne veut pas s'afficher seul. Marié deux fois, l'ancien trader divorce en 2006 de sa beauté froide Irina, une ancienne hôtesse de l'air qu'il avait épousée en 1991, pour pouvoir se caser peinard avec une belle brune de 25 piges, Dadha Zhukova. Une bombasse passée auparavant par les mains expertes du tout chaud Marat Safin, il lui fallait bien ça pour confirmer sa réputation.

Avantage: Roman Abramovitch

Vidéo

Leurs parts d'ombre :

Derrière chaque success-story, et encore plus dans l'ex URSS où les empires économiques se sont façonnés d'une manière on ne peut plus opaque, il y a des zones d'ombre. Sauf que même si ces deux-là se sont mouillés en politique, ont multiplié les business douteux et demeurent plus puissants que leurs chefs d'État respectifs, seul l'un a la carrure du vrai gros dur. La période 1985-1995 de la vie de Rinat Akhmetov est floue. Durant la Perestroïka, lui et son frère Igor se seraient mêlés à pas mal d'activités de crimes organisés selon des journalistes locaux. Le but : éliminer les anciens directeurs rouges des grandes entreprises locales pour en prendre le commandement. Les mauvaises langues lui imputent même l'assassinat d'Akhat Bragin, ancien taulier obscur de Donetsk à la tête d'un clan surpuissant, dont il était alors le bras droit. Alors quand on sait que Rinat roule toujours sa bosse en présence d'une armée de gardes du corps et qu'il a déjà dû faire face à deux attentats, dont une attaque au lance-roquette, on comprend qui est le Godfather.

Avantage: Rinat Akhmetov

Leurs investissements dans le football :

Qu'on soit clair : si les Qataris inondent aujourd'hui de pétrodollars le football mondial, c'est en partie inspiré par les décisions et actes des deux intéressés. Pour son Shakhtar, dont il est le président depuis 1996, Rinat a mis les moyens pour damer le pion au tout-puissant Dynamo Kiev. De la colonie de Brésiliens payés à prix d'or pour jouer dans le congélateur de l'Europe au salaire de Darjo Srna en passant par les constructions du centre d'entraînement ou de la Donbass Arena, facturé 300 millions d'euros, tout ce qui fait aujourd'hui du Shakhtar le meilleur club d'Ukraine provient du portefeuille de son patron. Mais les fans de Chelsea, du CSKA Moscou ou de l'équipe de Russie ne sont pas en reste. Avec Roman Abramovitch, le crédo est le même que le Pr. John Hammond dans Jurassic Park : « J'ai dépensé sans compter ! » Il aura ainsi posé plus de 2 milliards d'euros sur la table pour glaner la C1 qu'il convoitait tant avec les Blues. Insatiable, il a même fêté ce titre en achetant Hazard, Marin, Moses et Oscar cet été pour près de 120 millions d'euros. Sans oublier sa grosse participation dans le CSKA Moscou au milieu des années 2000, ses prises de position dans le choix du sélectionneur russe ou son don pour financer l'Académie du football russe, sorte d'INF Clairefontaine local.

Avantage: Roman Abramovitch

Leur palmarès respectif :

Les armoires de trophées des oligarques sont aussi fournies que les casseroles qu'ils traînent. À gauche, Rinat Akhmetov et ses sept championnats, sept coupes d'Ukraine, quatre Supercoupes, sa C3 et sa Supercoupe d'Europe. À droite, Roman Abramovitch et ses deux collections privées. La Londonienne regorge de trois titres en Premier League, quatre Cup, deux League Cup, deux Community Shield et d'une C1. La Moscovite fait, elle, état d'une C3, de deux championnats russes et de deux coupes nationales. Aux points, cela donne 20 à 17 pour Akhmetov, même si la concurrence en Angleterre est autrement plus ardue. Car quand Chelsea grandissait avec Drogba, Lampard and co, le Shakhtar devait se taper les prouesses de Brandão ou de Julius Aghahowa. Ça vaut bien toutes les C1 du monde.

Avantage: Rinat Akhmetov

Vidéo

Coefficient de « Russité » :

Facile, qui d'autre qu'un Russe pourrait bien être un digne descendant de la Russie d'aujourd'hui ? Ok, Abramovitch est un Moscovite qui a vu son pays grandir. Ok, il a été gouverneur d'un État dans l'État, le district de Tchoukotka. Ok, l'homme est une réussite comme seul l'ancienne patrie d'Eltsine en a créées. Mais aujourd'hui, Roman a fait de la City sa capitale, vit dans le Sussex, fréquente les paddocks de F1 au quatre coins du monde et amarre ses yachts sur la Côte d'Azur. De quoi voir le pourcentage monter à 56%. De son côté, Rinat Akhmetov fait tout pour cultiver sa proximité avec le plus grand pays du monde. Homme le plus puissant de la partie russophone d'Ukraine, il est aussi le plus fervent appui du parti au pouvoir, lui-même proche du Kremlin. Sa holding multicarte, System Capital Management (SCM), emploie 260 000 personnes, un peu plus qu'une grande coopérative tournant plein pot à l'heure du collectivisme. Enfin, comme tout bon Poutine qui se respecte, l'homme a des appuis partout dans son pays. Des députés employés par ses sociétés à sa relation privilégiée avec le président Ianoukovitch et ses ministres, tout laisse à croire qu'il est un membre officieux du gouvernement. Enfin, détail de choix bien plus vrai que les comptes de Jean-François Copé, Rinat parle mieux le russe que l'ukrainien. 91% de russité au bas mot.

Avantage et victoire de... Rinat Akhmetov

Par Arnaud Clement
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 10 heures 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 il y a 10 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
il y a 6 heures Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 16
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8 Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12
À lire ensuite
N°1 : Maradona