Espagne - Liga - 17e journée - Valladolid/FC Barcelone

Par Robin Delorme, à Madrid

Abidal, la fin du chemin de foie

Avant l’annonce de la rechute de Tito Vilanova, une nouvelle a fait sourire tout Barcelone : Éric Abidal a enfin reçu l’aval des médecins pour réintégrer l’effectif pro. Le plus beau titre de la saison blaugrana, assurément.

Note
5 votes
5 votes pour une note moyenne de 4.6/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note


Eric Abidal lors de l'inauguration du Grand Stade de Lille
Eric Abidal lors de l'inauguration du Grand Stade de Lille
Nous sommes le 25 mai 2013 et le stade de Wembley offre une image de déjà-vu. Le Barça de Jordi Roura vient de martyriser le Manchester de Ferguson. Et de remporter ainsi sa troisième Ligue des champions en cinq années. Un exploit qui permet aux Catalans d’égaler le record du Real Madrid des millésimes 1998, 2000 et 2002. Comme un symbole, Puyol et Xavi, respectivement capitaine et vice-capitaine blaugrana, glissent leurs brassards « fair-play » et catalan au biceps d’Éric Abidal. « Abi », comme ils l’appellent, est gêné mais accepte. À 23 heures pétantes, il soulève pour la deuxième fois la coupe aux grandes oreilles. Même enceinte, même maillot, même adversaire, même maladie. Seul l’âge a changé. Bien entendu, ceci ne relève que de la fiction, mais après une nouvelle année de calvaire passée à se battre contre une foutue tumeur, cette chimère serait un beau pied de nez aux malheurs passés du Français de 33 ans. Actuellement, les breloques ne sont pas encore là, mais Éric Abidal a au moins la certitude de refouler les prés. Et c’est peut-être bien ça, le plus beau des trophées de ce Barça.

Adieu voitures et Rolex

Car, en ce mardi 18 décembre, la visite médicale hebdomadaire d’Abidal a offert une nouvelle que l’on n'attendait plus. Ou depuis trop longtemps. Les médecins en charge du suivi du joueur ont annoncé qu’il pouvait enfin réintégrer l’effectif barcelonais, celui de ses potes. Et par là même, prendre part aux rencontres prochaines du Barça. Bref, Abidal est finalement venu à bout d’une tumeur du foie qui l’a éloignée des terrains depuis le 15 mars de cette même année. Pour rappel, après une première intervention subie en mars 2011, il avait du subir une nouvelle transplantation. Cette maladie, comme il l’avoue de son propre chef, l’a métamorphosée : « Tout s’est écroulé quand j’ai appris pour ma tumeur. Je n’en avais plus rien à cirer du foot. Le plus important, c’est la famille. Une voiture ne t’apporte rien. Alors à présent, je veux être un exemple et faire quelque chose de bien avec cet argent ». Avare en déclarations, les actes suivent donc. Tout son parc automobile (Bentley, Audi, Porsche…) ? Vendu, les fonds récoltés iront pour les sans-abris. Sa montre Rolex ? Offerte à un gamin atteint d’une tumeur au cerveau.

Néo-philanthrope, il promet de revenir sur les terrains. Alors qu’il donne le coup d’envoi fictif de l’amical face au PSG cet été, il fixe une date à son retour : « J’aimerais revenir en décembre. C’est en tout cas l’objectif. » Ça tombe bien, Tito, également en lutte contre un cancer, l’inscrit dans le mois qui suit sur sa liste des 25 pour la Ligue des champions. La semaine précédente, la rumeur estampillée RMC affirmant que le contrat d’Abidal puisse être rompu est balayée d’un revers de la main. Comme tout joueur – Xavi en tête, pour qui la prolongation dépendait en partie du nombre de match joué – le natif de Saint-Genis-Laval a une clause de « compétitivité » qui lui permet d'être prolongé année après année, et ce jusqu'en 2015. Qui ne devrait donc pas être actionné puisqu’il s’apprête à retrouver les terrains. Qui plus est, avec la rechute du cancer de Tito Vilanova, on voit mal la direction culé se séparer d’un joueur qui revient d’une maladie un iota plus grave qu’une fracture ou une élongation. Pour le coup, l’image « bisounours » et familiale du Mes que en prendrait un sacré coup. Histoire de remettre les points où il faut, Josep Maria Bartomeu, vice-président du club, est monté au créneau : « Abidal sera prolongé : lorsqu’il jouera son premier match, nous le resignerons. »

Revenir, mais à quel niveau ?

Persiste donc la question du niveau purement sportif d’Abidal. Alors qu’il était revenu extrêmement rapidement de sa première greffe – opéré en mars, il était titulaire lors de la finale victorieuse de la Ligue des champions face à Manchester United en mai –, cette deuxième coupure est bien plus longue. Surtout, le couloir gauche du Barça s’est fait un nouvel ami durant cette absence. Avec la mobylette Jordi Alba, le jeu barcelonais a évolué. Fini les montées incessantes de la seule aile droite, désormais c’est bien la gauche qui est a pris le pouvoir au Camp Nou. Avec le retour du Français, le visage offensif du FCB serait à nouveau métamorphosé. Reste donc la possibilité du centre : avec l’hécatombe coutumière de l’axe défensif du Barça, l’option Abidal, déjà testée par le passé, s’avère plus crédible. Quoi qu’il en soit, celui qui était devenu l’une des raisons de jouer des Barcelonais à son insu – si ce n’est la motivation principale – est en passe de redevenir le joueur lambda qu’il souhaite. La 22e minute où le Camp Nou résonnait des applaudissement en son honneur est presque révolue. Ouf.


Futbol Club Barcelona les billets pour le prochain match à partir 18 €

Par Robin Delorme, à Madrid

Parier sur les matchs de FC Barcelone

 








Votre compte sur SOFOOT.com

11 réactions;
Poster un commentaire

  • Message posté par Jay-Jay le 22/12/2012 à 11:34
      Note : 1 

    Je trouve tous ces article ultra compassionnels et bien pensant autour d'Abidal de mauvais goût. Il est malade, c'est triste ; il se soigne, c'est bien ; il recommence à jouer au foot c'est super ; il retombe malade c'est très triste ; il re-recommence à jouer au foot c'est super-super. On est pas obligés d'étaler notre compassion comme un grand drapeau au bout d'un bâton. Et on a le droit de se rappeler que la souffrance est partout dans le monde : qu'Abidal rejoue ou non, c'est un micro-détail à l'échelle de douleur planétaire.
    Qu'il rejoue au foot ne sauvera pas le monde, quand-même.

  • Message posté par Lamouchi59 le 22/12/2012 à 11:42
      

    " Quoi qu’il en soit, celui qui était devenu l’une des raisons de jouer des Barcelonais à son insu – si ce n’est la motivation principale –(...)"

    Elle est pas très digeste cette phrase, ni heureuse...

  • Message posté par Ulys le 22/12/2012 à 11:44
      Note : 3  /

    Je me souviens du moment où Abidal a soulevé la coupe, et je me souviens aussi d'avoir lâché une larmichette. Je ne suis pas supporter de Barcelone, pas spécialement fan d'Abidal, mais on s'entend tellement dire que le milieu sportif de haut niveau est pourri, déshumanisé, que des gestes pareils deviennent touchants.
    Alors oui, le retour d'Abidal sur le terrain ça va pas changer la face du monde, mais ce sport manque quand même cruellement de "belles histoires" pour ne pas savoir en profiter.

  • Message posté par Pauleta75 le 22/12/2012 à 11:46
      Note : 1 

    Euh un peu plus de respect pour ce grand monsieur ! Un très grand défenseur qui mène un grand combat contre la vie. Respect monsieur Abidal, revenir sur un terrain serai miraculeux. Chapeau bas

  • Message posté par Rhabcp le 22/12/2012 à 11:59
      

    C'est vrai qu'en son temps c'etait le duo Messi - Dani Alvès qui fesait un malheur à droite , mais vu la baisse de régime de ce dernier et l'arrivée de Jordi Alba j'espere qu'il pourra trouver un role durable désormais .

  • Message posté par Béber le 22/12/2012 à 12:03
      

    Il mene un combat contre la vie?
    Apparement elle gagne!
    Et c'est tant mieux pour lui.
    J'espere le voir faire 10 minutes à 4-0 au prochain 4-0.

  • Message posté par beretta le 22/12/2012 à 12:57
      

    Avec ce cher Robin Delorme, c'est toujours la même chose. On sent une volonté de bien écrire, on se dit la prochaine fois, ce sera mieux, mais la fois suivante, c'est toujours approximatif, écrit avec les pieds et incompréhensible... Robin, j'ai une adresse de cours de français à Madrid, ça t'intéresse ?

  • Message posté par Ninis-10 le 22/12/2012 à 14:19
      

    Beretta, membre de l'académie française et agrégé de lettres supérieures, sans doute... Tu qualifies l'article d'incompréhensible, c'est pas que c'est mal écrit, mais sûrement que t'as des problèmes cognitifs.

  • Message posté par kinho le 22/12/2012 à 16:19
      Note : 1 

    Très honnêtement ça me fait doucement marrer les gens qui se plaignent des articles soutenant Abidal ou même évoquant la gravité de sa maladie, son absence etc, arguant que ce n'est rien comparé à la souffrance mondiale...

    Bien, vous vous attendez à quoi de la part d'un site ne traitant que de football et de ses travers ?? Vous espérez peut-être qu'on ait un "journal de la faim dans le monde" ou autres sur SoFoot ? putain les mecs si vous voulez vous plaindre de ça écrivez aux principaux journaux ou à nos merveilleuses chaînes de télé, qui eux ont une fâcheuse tendance à nous vendre ce qu'ils veulent en oubliant très souvent des faits plus marquants.

    Personnellement ça me rend heureux qu'un mec comme Abidal revienne, qu'il y ait un consensus derrière lui qu'il soit médiatique ou qu'il vienne de son club.

    Sur ce, bonnes fêtes à tous.

  • Message posté par Coach Kévinovitch le 22/12/2012 à 21:03
      

    Un jour, il faudra se demander à quoi sont dus ces cancers multiples au Barça, les cas de morts naturelles de jeunes hommes en pleine force de l'âge dans d'autres clubs espagnoles (Jarqué et Puerta) ainsi que la faible espérance de vie des maris de tenants de l'association des Veuves du Calcio en Italie alors que les joueurs de football pratiquent une activité physique régulière depuis très longtemps ce qui est sensé être le socle d'un corps en bonne santé sur un temps très long.

    Pour le moment, on se borne à dire qu'Abidal est un survivant du cancer comme ce fut le cas pour Lance Armstrong.

  • Par Robin Delorme le 16/01/2013 à 12:40

    Message posté par Jay-Jay
    Je trouve tous ces article ultra compassionnels et bien pensant autour d'Abidal de mauvais goût. Il est malade, c'est triste ; il se soigne, c'est bien ; il recommence à jouer au foot c'est super ; il retombe malade c'est très triste ; il re-recommence à jouer au foot c'est super-super. On est pas obligés d'étaler notre compassion comme un grand drapeau au bout d'un bâton. Et on a le droit de se rappeler que la souffrance est partout dans le monde : qu'Abidal rejoue ou non, c'est un micro-détail à l'échelle de douleur planétaire.
    Qu'il rejoue au foot ne sauvera pas le monde, quand-même.


    Oui mais ici, on parle de foot


11 réactions :
Poster un commentaire