1. //
  2. //
  3. // Scottish Premier League
  4. //

Aberdeen, trente ans plus tard

Le Celtic, malgré un match de retard, a certes repris les devants, mais revoir Aberdeen tutoyer les sommets écossais, ça goûte autant la nostalgie que le soulagement. Parce que même si l'avenir s'annonce radieux pour les Dons, les trente dernières années du club ont été traversées comme un rollercoaster.

6 15
Flashback. 20 décembre 1983, Pittodrie Stadium. En cette nuit froide et venteuse, le père Noël est passé en avance pour les ouailles d'Alex Ferguson, pas encore fait Sir, mais déjà adoubé par l'Écosse du football. Le Aberdeen FC est sur le toit de l'Europe après avoir battu Hambourg en deux manches en finale de la Supercoupe d'Europe. Deux ans plus tard, Jim Leighton, Gordon Strachan ou Alex McLeish iront jusqu'à ravir la victoire finale en championnat, généralement réservée aux duettistes Celtic et Rangers. Ce sera d'ailleurs la dernière fois qu'un autre club que les rivaux glaswégiens montera sur la plus haute marche.

Flash forward. 21 mai 2000. Malgré une dernière victoire face à Dundee, Aberdeen ne peut éviter ce qu'on lui prédisait depuis une série de sept défaites en début de championnat : la dixième et dernière place de Scottish Premier League. Pour la première fois de leur histoire, les Dons font face à une relégation... qui finalement n'arrivera pas, le championnat s'élargissant à douze clubs, et le promu Falkirk se voyant refuser l'accès en première division écossaise faute de structures adaptées. Un sauvetage in extremis que les deux places en finale de League Cup et de Scottish Cup ne peuvent effacer des mémoires dans un club endetté jusqu'au cou à cause des travaux de son stade dans les années 90. D'autant que le club se voit éliminé dès les préliminaires de Coupe UEFA l'année suivante par le Bohemian FC. Comme un ultime affront, c'est la première fois qu'un club irlandais élimine un club écossais en compétition européenne...

Des Dandies dans un grand huit


Quinze ans plus tard, les Dandies n'ont pas retrouvé le lustre des années 80 – mais les heures noires semblent bien loin. Plus forcément habitués aux places européennes ces dernières années, Aberdeen se retrouve leader, une fois le soufflé Hamilton Academic retombé, dans un championnat d'Écosse où le Celtic n'a jamais semblé aussi accessible. Avant la dernière journée, Aberdeen était même premier, grâce à une série de huit victoires consécutives. Certes, on est loin des vingt-cinq du Celtic de la doublette Henrik Larsson-John Hartson en 2003-04, mais Aberdeen ne s'était pas imposé un tel rythme depuis... vingt-six ans.

On ne mentionnera pas le fait que la trêve hivernale est passée entre la septième et huitième victoire. Scott Brown, le gardien des Dons tient, lui, un record : huit clean sheets pour lui. Ceci étant, le coach Derek McInnes sait que la route est encore longue et refuse de parler de course au titre. Un homme que l'on écoute parler, puisque c'est lui qui a rapporté son premier titre depuis dix-neuf ans à Aberdeen, une League Cup glanée en mai dernier face à Inverness, tandis que le club finissait troisième de Scottish Premiership. En 2009, le technicien écossais avait déjà fait des merveilles en faisant monter le club de St Johnstone lors de sa première saison en tant qu'entraîneur principal, avant de partir s'enfoncer dans les méandres de Championship avec Bristol City.

Craig Brown, le Ricardo de McInnes


Pour autant, la mue du Aberdeen FC n'est pas à mettre uniquement sur le compte de McInnes, qui a en partie récolté les fruits qu'avait semés son prédécesseur Craig Brown, façon Ricardo pour Laurent Blanc aux Girondins. Un nom qui sonne doucereusement aux oreilles des fanboys de football écossais, puisque Brown n'est autre que celui qui a offert à l'Écosse ses dernières qualifications en compétition internationale (Euro 96 et Coupe du monde 98). Si son bilan comptable ne plaide pas en sa faveur (32% de victoires sur deux ans, confortablement installé dans le ventre mou du championnat), l'influence de l'ancien sélectionneur de la Tartan Army a été structurelle. Nommé à la tête du club quelques semaines après la plus grosse branlée infligée au club (9-0 face au Celtic le 6 novembre 2010), Brown élague direct : à l'été 2011, il dégage vingt-trois joueurs de son effectif. En 2012, « seulement » dix-neuf prennent la porte. Seuls Andy Considine, Peter Pawlett et Ryan Jack font office de vétérans du groupe parce qu'arrivés avant l'ère Brown. Côté arrivées, le coach fait revenir Russell Anderson, formé puis resté au club pendant onze ans, ainsi que Mark Reynolds pour recomposer une charnière centrale en friche.

Les deux bougres sont actuellement capitaine et vice-capitaine des Dandies. Surtout, Craig Brown signe Niall McGinn, laissé libre par le Celtic à l'été 2012. Depuis, l'ailier nord-irlandais a pris le jeu d'Aberdeen à son compte et fait même dans l'excès de confiance, se plaignant récemment dans la presse de ne pas marquer assez de buts pour l'équipe... Une tâche qu'il laisse pour le moment à l'Irlandais Adam Rooney, attaquant déniché par McInnes en League One et qui en est déjà à 28 buts pour 34 matchs au sein du club écossais. Les deux bougres ont d'ailleurs resigné jusqu'en 2017, le mois dernier. Rien ne semble donc perturber le calme qui flotte au-dessus du Pittodrie Stadium. Pas même le buzz entourant Niall McGinn, vu il y a quelques semaines du côté du Celtic Park pour assister à un match de son ancien club en compagnie d'Anthony Stokes. D'ailleurs, Derek McInnes avait décidé de ne pas sanctionner son joueur. Peut-être parce que le technicien écossais a obtenu ce qu'il avait promis lors de sa première conférence de presse : « Faire en sorte que la ville d'Aberdeen tombe à nouveau amoureuse de son club. »


Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
pierrot92 Niveau : CFA2
Aberdeen - Real Madrid en finale de la coupe des coupes en 83 (enfin je crois...) un des tous premiers matchs que j'ai vu à la télé. 2-1 en prolongations après un but de la tête d'un mec qui après est parti au fc Metz (si ma mémoire est bonne). UN club écossais qui gagne une coupe d'Europe contre le Real et le joueur décisif de la finale qui part rejoindre un club moyen de division 1 ( aujourd'hui la la L1). Une autre époque!!!! Je me rappelle y avait Ulrich Stielike au real et Santillanna, le reste j'ai oublié. Y'avait surement Camacho aussi. A aberdeen, y'avait je crois Gordon Strachan et puis le gardien...je sais plus.
Mon instant nostalgie...
l'hiverpoule Niveau : Loisir
Les articles sont poussifs depuis 2-3 jours ...
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par pierrot92
Aberdeen - Real Madrid en finale de la coupe des coupes en 83 (enfin je crois...) un des tous premiers matchs que j'ai vu à la télé. 2-1 en prolongations après un but de la tête d'un mec qui après est parti au fc Metz (si ma mémoire est bonne). UN club écossais qui gagne une coupe d'Europe contre le Real et le joueur décisif de la finale qui part rejoindre un club moyen de division 1 ( aujourd'hui la la L1). Une autre époque!!!! Je me rappelle y avait Ulrich Stielike au real et Santillanna, le reste j'ai oublié. Y'avait surement Camacho aussi. A aberdeen, y'avait je crois Gordon Strachan et puis le gardien...je sais plus.
Mon instant nostalgie...


Si tu parles d'Eric Black, il a marqué le premier but d'Aberdeen ! Mais bravo de ressortir ce mec de l'oubli !
Un des joueurs grenats qui m'a le plus marqué bambin.
Il était presque aussi fragile que Diaby malheureusement.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
@ l'hiverpoule

Poussif? Pourquoi? Parce que ça parle pas de Messi, Ronaldo ou du PSG?

Je suis pas un fan absolu du championnat Ecossais.
(Même si j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer avec Dundee United sur UEFA Manager 2000 (qui au passage reste pour moi le meilleur jeu de management de tout les temps)).
Bref tout ça pour dire que je suis content d'en apprendre tout les jours. Et que je trouve pas ça "poussif" du tout.

C'est le principe de SoFoot de faire dans l'originalité. Donc si c'est pas assez bling-bling pour toi, on te retient pas...
pierrot92 Niveau : CFA2
Je parlais bien d'Eric Black, j'avais oublié son nom. Ils ont eu du beau monde à Metz dans es années 80. T'es sur que c'est le 1er but qu'il avait marqué? je vais chercher sur le net...
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par pierrot92
Je parlais bien d'Eric Black, j'avais oublié son nom. Ils ont eu du beau monde à Metz dans es années 80. T'es sur que c'est le 1er but qu'il avait marqué? je vais chercher sur le net...


j'étais pas certain de ce que tu avançais.. j'avais gardé en mémoire qu'il était le premier buteur de ce match, et apparemment il l'est.

Mais déjà se souvenir de lui en tant que buteur de cette finale et comme ex-grenat, je trouve ça classe !
l'hiverpoule Niveau : Loisir
@ pauletasusicgaucho.

Non, j'adore so foot depuis quelques années déjà, pas besoin de juger si vite sans savoir de quoi je parle.

J'ai juste dit " poussif depuis 2-3 jours ", par ce que selon moi, les articles sont moins recherchés et moins bien écrits ces temps-ci
Une autre équipe tenait la concurrence avec le Celtic et les Rangers à cette époque, Dundee United champion d'Ecosse 1983 (+ demi-inale en C1 1984 et finale en C3 1987). Les Hearts of Midlothian auraient pu être champion en 1986 s'ils n'avaient pas perdu leur dernier match. Comme vous dites, une autre époque !
pierrot92 Niveau : CFA2
Message posté par Pascal Pierre


j'étais pas certain de ce que tu avançais.. j'avais gardé en mémoire qu'il était le premier buteur de ce match, et apparemment il l'est.

Mais déjà se souvenir de lui en tant que buteur de cette finale et comme ex-grenat, je trouve ça classe !

J'ai regardé sur wiki. Effectivement il a marqué le 1er but.

Sur la feuille de match, 100% des joueurs d'Aberdeen sont écossais et le Real avait seulement 2 étrangers, un allemand et un hollandais, sur les 16 joueurs (titu+remplaçant). C'était vraiment, vraiment une autre époque!
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
En ce jour post-cuite qui, par extension, fait de moi un bon à rien au boulot, je dois t'avouer, Matthieu, que je suis aujourd'hui heureux et comblé. Et tu en es l'un des acteurs principaux.

J'ai toujours rêvé, secrètement, d'un article sur mon club préféré (devant l'OL, en tant que pur gone, c'est pas rien), qui parle du passé et d'aujourd'hui.

Niall McGinn, bon dieu de merde ! Vous, SoFootballeurs qui êtes fan d'esthètes romantiques sur le pré, vous vous devez d'aimer et aduler Niall McGinn. Son touché de balle est comme le velours et sa vision du jeu périphérique. Non, il n'a pas le niveau pour balancer des caramels à Barcelona, London ou München. Mais à Aberdeen et dans toute l'Alba, il est tel Jésus distribuant des pains. La lumière perdue dans la noirceur la plus profonde des terrains cabossés écossais.

Et que dire de ce stade mythique. Pittodrie. Un des tout premiers stades complètement en places assises. Ça parait con et futile comme ça.
Il est vrai beau ce stade. Je trouve. L'ambiance est géniale, les gens sont incroyables. Pour dire, j'y ai rencontré ma meuf ces travées !
Malheureusement, il va se construire un nouveau stade et il va falloir dire à dieu à ce monument d'Histoire et d'histoires.

Enfin... Je m'arrête là et vais reprendre mes songeries émanant d'homme qui fut bien trop alcoolisé il y a peu.

Un dernier mot : Ecosse, alcool et foot. Tu peux pas test.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Des fois, j'oublie des mots, c'est à cause de mon cerveau qui baigne dans le whisky.
Ça conserve.
Message posté par TsouinTsouin
En ce jour post-cuite qui, par extension, fait de moi un bon à rien au boulot, je dois t'avouer, Matthieu, que je suis aujourd'hui heureux et comblé. Et tu en es l'un des acteurs principaux.

J'ai toujours rêvé, secrètement, d'un article sur mon club préféré (devant l'OL, en tant que pur gone, c'est pas rien), qui parle du passé et d'aujourd'hui.

Niall McGinn, bon dieu de merde ! Vous, SoFootballeurs qui êtes fan d'esthètes romantiques sur le pré, vous vous devez d'aimer et aduler Niall McGinn. Son touché de balle est comme le velours et sa vision du jeu périphérique. Non, il n'a pas le niveau pour balancer des caramels à Barcelona, London ou München. Mais à Aberdeen et dans toute l'Alba, il est tel Jésus distribuant des pains. La lumière perdue dans la noirceur la plus profonde des terrains cabossés écossais.

Et que dire de ce stade mythique. Pittodrie. Un des tout premiers stades complètement en places assises. Ça parait con et futile comme ça.
Il est vrai beau ce stade. Je trouve. L'ambiance est géniale, les gens sont incroyables. Pour dire, j'y ai rencontré ma meuf ces travées !
Malheureusement, il va se construire un nouveau stade et il va falloir dire à dieu à ce monument d'Histoire et d'histoires.

Enfin... Je m'arrête là et vais reprendre mes songeries émanant d'homme qui fut bien trop alcoolisé il y a peu.

Un dernier mot : Ecosse, alcool et foot. Tu peux pas test.


Si tu aimes le foot écossais comme moi et les clubs moins médiatisés, tu devrais lire ce site. Ils avaient fait un long article sur Aberdeen récemment : http://www.hat-trick.fr/aberdeen-30-ans-apres/
Message posté par FrançoisR


Si tu aimes le foot écossais comme moi et les clubs moins médiatisés, tu devrais lire ce site. Ils avaient fait un long article sur Aberdeen récemment : http://www.hat-trick.fr/aberdeen-30-ans-apres/


J'allais te conseiller Hat Trick aussi si tu es fan du foot ecossais ou des lower league anglaises qui fleurent bon le foot à papa romantique et moins businesseux. Les articles que mettent so foot sur l'Ecosse, sont souvent de pâles plagiat de Hat trick et en plus ils ont 3 mois de retard!
Com'on bhoys in green et vive la SPFL!
Message posté par TsouinTsouin
En ce jour post-cuite qui, par extension, fait de moi un bon à rien au boulot, je dois t'avouer, Matthieu, que je suis aujourd'hui heureux et comblé. Et tu en es l'un des acteurs principaux.

J'ai toujours rêvé, secrètement, d'un article sur mon club préféré (devant l'OL, en tant que pur gone, c'est pas rien), qui parle du passé et d'aujourd'hui.

Niall McGinn, bon dieu de merde ! Vous, SoFootballeurs qui êtes fan d'esthètes romantiques sur le pré, vous vous devez d'aimer et aduler Niall McGinn. Son touché de balle est comme le velours et sa vision du jeu périphérique. Non, il n'a pas le niveau pour balancer des caramels à Barcelona, London ou München. Mais à Aberdeen et dans toute l'Alba, il est tel Jésus distribuant des pains. La lumière perdue dans la noirceur la plus profonde des terrains cabossés écossais.

Et que dire de ce stade mythique. Pittodrie. Un des tout premiers stades complètement en places assises. Ça parait con et futile comme ça.
Il est vrai beau ce stade. Je trouve. L'ambiance est géniale, les gens sont incroyables. Pour dire, j'y ai rencontré ma meuf ces travées !
Malheureusement, il va se construire un nouveau stade et il va falloir dire à dieu à ce monument d'Histoire et d'histoires.

Enfin... Je m'arrête là et vais reprendre mes songeries émanant d'homme qui fut bien trop alcoolisé il y a peu.

Un dernier mot : Ecosse, alcool et foot. Tu peux pas test.


Et Pittodrie est aussi le stade où les bancs de touche ont été inventés..
CelticLisbonLion67 Niveau : DHR
Sinon ya le retour du derby dans 7 jours
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Top 10 : Supercopter
6 15