En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Finale
  3. // France-Portugal

Abel Xavier : « L'arbitre n'aurait jamais sifflé penalty contre la France »

Il aurait pu devenir l'un des meilleurs arrières droits de sa génération. Au lieu de ça, Abel Xavier a eu la mauvaise idée, ou plutôt le mauvais réflexe, de toucher le ballon dans la surface un 28 juin à Bruxelles. Presque quinze ans après les faits, il revient sur cette action de légende non sans amertume.

Modififié
Alors, il y avait main ou pas ?
C'est drôle parce que même si le temps passe, c'est toujours la première question que l'on me pose. Mais je suppose que c'est normal comme je suis la personne la mieux placée pour en parler. Pour revenir à l'action, il y a eu beaucoup de divergences à ce sujet, mais je peux vous garantir une chose : ce n'était pas intentionnel et il n'y aurait jamais eu penalty si les circonstances avaient été différentes. Plus d'une décennie après, je pense toujours que la décision était sévère sur le plan collectif et dure à digérer sur le plan individuel.

Vidéo

Vous pouvez raconter l'action de votre point de vue ?
Vous savez, le football est marqué par une succession de petites erreurs, de petites fautes techniques ou d'inattentions qui ponctuent un match de manière plus ou moins prononcée. Tout va très vite. Il n'y a qu'à voir que sur ce match, deux ou trois minutes avant l'action litigieuse, Fabien Barthez fait l'arrêt de sa vie pour sortir une tête que tout le monde voyait dedans. Si on avait mis ce but, il n'y aurait jamais eu de penalty et on ne parlerait que d'une qualification propre. Maintenant, pour parler de l'action en elle-même, au moment où « ça » arrive, l'équipe est en déséquilibre total. Moi-même, je me retrouve à couvrir le poteau gauche alors que j'aurais dû couvrir le poteau droit, comme je jouais latéral droit. J'ai très vite compris que la mauvaise sortie de Vítor Baía allait remettre le ballon en jeu, donc j'ai essayé de me placer de manière à fermer l'angle du but à la manière d'un gardien de but de handball. Après, tout va trop vite. C'est une frappe à 100 km/h. Et je peux dire que même si aujourd'hui tout va plus vite, l'action a été furieusement rapide et que l'arbitre et son assistant n'ont rien vu du tout.

« Cette main a eu des conséquences désastreuses sur ma carrière. »

Pourquoi il siffle penalty, dans ce cas ?
Parce qu'il y a eu un moment de flottement d'une dizaine de secondes lors duquel les joueurs français parlent à l'arbitre et le convainquent de siffler faute. Moi, de mon côté, durant ce laps de temps, je me disais « mon Dieu, non, ne siffle pas ! » Parce que je sens que le ballon tape ma main, mais je suis sûr que c'était plus du domaine du réflexe que de l'intentionnel. Et je pense que c'est ce petit doute qui a fait que l'arbitre a décidé de désigner le point de penalty.

Qu'avez-vous dit à l'arbitre à ce moment-là ?
Je lui ai dit que dans des circonstances similaires, si cela s'était passé dans la surface française, il n'aurait jamais sifflé penalty contre la France. Et je le pense toujours. De toute façon, que ce soit d'un côté ou de l'autre, quand tu sais que la règle en vigueur est celle du but en or, que tu as une action litigieuse et que tu ne sais pas s'il y a faute ou non, tu ne siffles pas. Un arbitre ne doit siffler penalty que lorsqu'il est absolument sûr que sa décision est la bonne. Ma question est : si l'arbitre et son assistant n'ont rien vu, comment peut-il y avoir penalty ?


Quelle influence a eu cette action sur votre carrière ?
Ça me paraît évident. Elle a eu des conséquences désastreuses sur ma carrière. J'avais fait un Euro énorme, au point d'avoir eu des propositions de clubs européens importants voire majeurs juste après la compétition. Seulement, et au-delà de la secousse émotionnelle, j'ai immédiatement été confronté à des sanctions disciplinaires pour des actes que j'avais soi-disant commis dans le tunnel menant aux vestiaires à la fin du match (incidents à cause desquels d'autres joueurs portugais ont aussi été punis, ndlr), alors qu'il a été prouvé quelques années plus tard que je n'avais rien à voir là-dedans. Le tribunal du TAS en est carrément arrivé à la conclusion que ma suspension avait été basée sur des récits mensongers. Mais entretemps, je n'ai plus eu l'opportunité de jouer au niveau international et je n'ai plus été le même joueur. Donc le bilan de ce match est catastrophique pour moi.

« D'ailleurs, s'il y a bien un regret dans ma carrière autre que ce penalty, c'est de ne pas avoir eu la chance d'évoluer dans le championnat français. »

Et au niveau collectif ?
Ça a été dur à avaler pour tout le monde parce qu'on savait qu'on avait une grosse équipe et que notre génération avait les moyens de remporter un championnat d'Europe. Mais d'un autre côté, tout le monde a été rassuré de voir en rentrant au pays que tous les supporters étaient derrière nous, qu'ils avaient compris que nous avions été victimes d'une injustice, qu'ils nous soutenaient et partageaient notre frustration d'avoir perdu face à notre grand rival qu'est la France.

En parlant de rivalité, vous pensez que cet épisode a contribué à forger la rivalité entre France et Portugal ?
Non, non, je ne dirais pas ça. La rivalité entre les deux équipes date de plus loin, parce qu'aussi bien le Portugal que la France forment d'excellents jeunes et qu'il arrive très souvent qu'ils s'affrontent dans ce cadre-là. Pour le reste, le simple fait que les deux pays soient de gros viviers au niveau des jeunes a contribué au fait que les France-Portugal sont toujours des matchs très compétitifs, très intenses.

Comment analysez-vous la situation actuelle du Portugal avec le changement de sélectionneur ?
Je pense que Fernando Santos est un très grand entraîneur. Il sait ce qu'il fait et il a prouvé que ses méthodes fonctionnaient au plus haut niveau. En club, il a remporté de nombreux titres et au niveau national, il a amené la Grèce en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Maintenant, il faut que les joueurs respectent le maillot et qu'ils soient à la hauteur de leur talent et de leur réputation. En ce sens, je pense que ce match contre la France tombe à point nommé, car même si c'est un match amical, ça sera une affiche de prestige lors de laquelle les deux équipes devront tout donner pour sortir victorieuses.

« J'ai grandi dans des cités et je sais ce qu'est l'instrumentalisation politique. »

Sachant que le Portugal a déjà manqué la Coupe du monde 1998, que représenterait une deuxième participation à un Euro français ?
De mon point de vue, ça serait un honneur. D'ailleurs, s'il y a bien un regret dans ma carrière autre que ce penalty, c'est de ne pas avoir eu la chance d'évoluer dans le championnat français.

Pourquoi ?
Parce que c'est un grand pays, avec de très grands joueurs et une immense culture-foot. Ça aurait été un honneur pour moi d'évoluer dans ce championnat. Et puis il y a un nombre non négligeable d'immigrés portugais qui y vivent. Et je pense que c'est aussi et surtout pour eux que les joueurs de la Seleção doivent se dépasser et se qualifier. Il ne faut pas qu'ils oublient que le peuple portugais est transnational et que beaucoup de ceux qui vivent en France aimeraient voir le Portugal participer à cet Euro.

Vous êtes connu pour votre main, vos cheveux, mais aussi pour vous être converti à l'islam en fin de carrière. Comment vivez-vous la politisation de votre religion, surtout par les temps qui courent ?
J'ai grandi dans des cités et je sais ce qu'est l'instrumentalisation politique. Je ne l'accepte pas car elle monte les personnes contre le concept de droit commun vers lequel il faudrait pourtant tendre, et ce n'importe où sur Terre. Au Portugal, je suis ambassadeur contre le racisme, la xénophobie et la discrimination sociale. Je lutte pour le droit à l'égalité de chaque citoyen, sans regarder sa couleur ou l'ethnie à laquelle il appartient. Je pense que nous devons respecter notre prochain et je crois qu'il y a la place pour tout le monde ici-bas. On fait l'erreur de souligner ce qui nous sépare au lieu de regarder ce qui nous unit. J'estime aussi que nous avons le devoir de faire bouger les consciences, faire en sorte que chacun respecte l'histoire d'autrui, sa culture, son essence. Nous devons accepter nos différences, qu'elles soient religieuses, politiques ou sexuelles. C'est une question d'humanisme.

Propos recueillis par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 40 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 23 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 25 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20
À lire ensuite
La bête noire est morte