Abécédaire d'un triomphe

Ils sont venus, ils ont joué, ils ont gagné, ils ont célébré. Favorite de la compétition, la Roja s'est finalement imposée en Afrique du Sud. Petit abécédaire pour comprendre comment et pourquoi.

A comme Arbitre :

L'Espagne peut remercier les hommes en noir. Sans eux, elle n'aurait certainement pas remporté on premier mondial. Petit rappel des faits. Lors du dernier match de poule, face au Chili, l'arbitre expulse Estrada pour une faute imaginée sur Torres. En huitième, Villa marque sur hors-jeu face aux portugais et le défenseur lusitanien Ricardo est exclu, accusé d'avoir presque touché un espagnol du coude. En quart, Valdez voit son but refusé injustement. En finale, Mr Webb, aurait pu expulser Puyol sur l'un des nombreux démarrages de Robben... Ca n'a l'air de rien mais au final, il y a quand même une petite étoile au bout.

A comme Autriche :

Superstitieux les espagnols sont allés se préparer en Autriche, dans le même hôtel de concentration que durant l'Euro.

B comme Busquets :

C'est le joueur typique victime d'un délit de sale gueule. Busquets n'est certainement pas le plus technique, ni le plus charismatique, ni le plus beau, ni le plus fort, mais sa science du placement est tout simplement remarquable. Il y a encore trois ans, il était en troisième division. Désormais, et à seulement 21 ans, le chouchou de Del Bosque a déjà un palmarès de darron. Vincent Dubois avait surpris en laissant Senna à la maison. Maintenant on comprend mieux pourquoi, Sergio a été l'un des meilleurs espagnols du Mondial. N'en déplaise à certains, le vrai poulpe du mondial c'est lui. Pas Paul.

C comme Capdevila :

Son surnom dans le groupe c'est « Zizou » . LOL, MDR, PTDR. Joan Capdevila l'avoue lui-même : il n'a pas le niveau. « J'ai les pieds carrés, mais je suis champion d'Europe avec l'Espagne et ça personne ne peut me le retirer » disait-il avant d'embarquer pour l'Afrique du Sud. Un cran en-dessous de tous ces partenaires, le catalan de Villarreal n'a pas été étincelant, mais il a fait le taff correctement et sans fioriture. Stat intéressante, c'est, avec Casillas et Piqué, le seul à avoir disputé la totalité des rencontres du Mondial. C'est aussi le seul survivant du groupe issu de Villarreal après l'éviction de Diego Lopez, Senna et Cazorla. Pas mal du tout pour une équipe aux pieds de plombs.

C comme Casillas :

Après un début de compétition mitigé, et la polémique Carbonero, Casillas est petit à petit redevenu San Iker. Son auréole est définitivement apparue contre le Paraguay sur le pénalty de Cardozo. Sans lui, l'Espagne n'aurait surement pas remporté la finale : son face à face remporté contre Robben vaut de l'or. Ses larmes au moment du but d'Iniesta aussi. Surtout, il a fait oublié à tous les espagnols les bourdes de deux grands gardiens : Arconada (le maillot vert qu'il portait est la réplique exacte de celui du gardien de l'ancien gardien de la Real Sociedad) et Zubizareta. Ne cherchez plus, Iker est bien redevenu le meilleur gardien du monde en Afrique du Sud.


D comme défaite :

La Roja est la seule équipe championne du monde à avoir perdu son premier match de la compétition. Le mauvais démarrage contre la Suisse a d'ailleurs pesé très lourd dans l'aventure espagnole. Arrivés en Afrique du Sud avec des intentions esthétiques et l'envie de gagner en jouant bien, les espagnols sont très vite redescendus sur terre en comprenant qu'un mondial n'avait rien à voir avec un concours de beauté. Le faux pas contre la Suisse a été salutaire, et pour la première fois dans leur histoire en coupe du monde, la Roja a compris qu'il fallait la jouer cynique. Sans jamais pour autant trahir totalement un style qui avait fait son succès.

D comme Défense :

Ramos pour attaquer, Piqué pour relancer, Puyol pour boucher les trous et Capdevila pour faire des fautes. Défensivement, il n'y avait sans doute pas mieux en Afrique du Sud. Avec deux buts encaissés en tout et pour tout dans la compétition, la Roja s'est appuyée sur une base en béton. Et béton en coupe du monde ça veut dire champion. Seules l'Italie en 2006 et la France en 1998 ont fini vainqueurs avec deux buts encaissés. A la différence près que l'Espagne est la seule équipe championne du monde de l'histoire à ne pas avoir encaissé un but après les phases de poules (que des victoires 1-0). Respect.


D comme Del Bosque :

Il s'est fait démonter par Aragones durant toute la compétition. Comme au Real Madrid, Del Bosque a tenu bon. Dénué de charisme, Del Bosque est pourtant le seul jusqu'à présent à avoir fait gagné des titres européens avec les Galacticos de Perez, et une coupe du monde à l'Espagne. Aragones avait réussi à changer la mentalité de losers des espagnols en gesticulant. Del Bosque a donné encore plus de confiance à ses joueurs malgré la première défaite contre la Suisse. Il s'est également rarement trompé avec les changements en plus d'avoir eu les couilles de laisser Torres sur le banc. Del Bosque, considéré comme le Lobanovsky espagnol, ne paie pas de mine, mais il s'est définitivement affirmé comme un grand coach durant cette coupe du monde. N'est-ce pas Florentino ?

D comme double Pivot :

L'Espagne n'a jamais joué de son histoire avec deux milieux défensifs. L'association entre Busquets/ Alonso n'était pas évidente, mais elle s'est avérée transcendantale. C'est la seule folie tactique que Del Bosque s'est accordée durant la coupe du monde. C'est aussi sa marque de fabrique...Chez les Galacticos Merengue la formule avait fait ses preuves avec Makelele et Helguera. Résultat, les madrilènes avaient remporté deux ligues des champions.


E comme Equipe :

L'Espagne avait démontré à l'Euro qu'elle n'était pas une sélection mais belle et bien une équipe. Mieux un club. Pareil en Afrique. En s'appuyant sur une majorité de joueur du Barça (7 en finale par exemple), Del Bosque a conservé les automatismes développé à Can Barça et parfaitement assimilé par les madrilènes (Alonso, Ramos, Casillas) et Capdevila.

F comme Fernando Torres :

0 buts marqués, une blessure et des prestations fantomatiques. C'est la seule grosse déception du mondial de l'Espagne.

G comme Guaje:

El « Guaje » Villa a tenu à bout de bras son équipe. C'est le seul joueur espagnol à avoir marqué 5 buts dans un même mondial. C'est aussi le seul à avoir marqué sur quatre matchs d'affilée. Le nouvel attaquant du Barça a fait oublier le n°7 porté par Raul et éclipsé totalement la star Fernando Torres avec ses pions. Sans aucun doute l'un des meilleurs joueurs du mondial.

H comme Honduras :

Le mondial espagnol a véritablement commencé face aux honduriens, une équipe idéale pour se mettre en confiance. En 82, l'Espagne avait réalisé un pauvre match nul contre eux. Cette fois-ci, la Roja a vaincu ses vieux démons avant d'écrire la plus belle page de son histoire.

H comme Hommages :

Casillas n'a pas arrêté de répéter qu'il était fan d'Arconada, et qu'il avait insisté pour que l'équipementier lui donne une réplique du maillot vert que le gardien basque portait en 84. Au respect des anciens, s'est ajouté celui des morts. Comme d'habitude, Sergio Ramos a rendu hommage à Puerta en célébrant le titre avec un t-shirt à l'effigie de l'ancien défenseur sévillan. Iniesta, quant à lui, a dédié le but de sa vie en rendant un vibrant hommage à Jarque, ancien capitaine de l'Espanyol décédé en début d'année.

I comme Iniesta :

Ok il ressemble à un petit fantôme. Ok, il n'a pas été aussi bon que d'habitude. N'empêche qu'à partir de maintenant, le 11 Juillet 2010 est jour férié grâce à lui. Le héros de Stamford Bridge a remis le couvert à la 118ème minute dans une finale qui aurait été son pire match de la compétition s'il n'avait pas envoyé sa volée dans les filets de Stekelenburg. L'éléctron presque libre de la Roja est aussi l'un des rares joueurs à avoir régalé l'Afrique du Sud avec ses fulgurances toutes en doubles contacts et petits râteaux classieux. Reste à savoir si ce sera suffisant pour un ballon d'or. Pas sûr.

J comme Jesus Navas :

L'enfant Jesus a vécu un mois sans sa mère et il n'en est pas mort, c'est déjà ça. Pour sa première compétition internationale avec la Roja, le sévillan s'est illustré par ses bonnes rentrées. Problème, sa verticalité dans le couloir a souvent déséquilibré l'équipe. Même si son rôle n'est pas encore tout à fait clair en Seleccion, Jesus a montré qu'il avait la maturité nécessaire pour jouer avec la Roja. Et au départ, c'était loin d'être gagné.

[page]
K comme kilomètres parcourus :

L'Espagne est l'équipe qui a avalé le plus de kilomètres dans la compétition avec un total de 767,32 km. C'est aussi celle qui a parcouru le plus de kilomètres avec le ballon dans les pieds, 342,80, très loin devant les Pays Bas avec 313,15 km. Des quatre demi-finalistes c'est aussi celle qui a parcouru le moins de kilomètres sans ballon, avec seulement 258,42 km de course dans le vent. En comparaison l'Uruguay, a parcouru 336 km, l'Allemagne 304 km, et la Hollande 282 km. Bilan, l'Espagne a été l'équipe la plus mobile et celle qui a couru le plus intelligemment.

L comme Llorente Fernando :

Le grand blond de l'Athletic Bilbao a fait une seule apparition dans la compétition, contre le Portugal. Assez de temps en tout cas pour mettre en danger la défense portugaise et montrer à Del Bosque que Fernando Torres était au plus mal. Il a également surpris son monde en avouant qu'il avait une grande passion au-delà du foot : l'élevage de chats.

M comme Marchena:

C'est le joueur le plus sale de la Liga, mais depuis la fin du mondial il détient un record insolite. Celui du joueur avec la série d'invincibilité la plus longue de l'histoire des sélections. Le défenseur valencian ne perd plus avec la Roja depuis 55 matchs. Il a ainsi pulvérisé le record de Garrincha, avec « seulement » 49 matchs. Monumental.


N comme nourriture:

Le cuisinier de la sélection s'est amusé à préparer de l'Autruche et de l'Impala pour les joueurs de la Roja. Bon.

N comme Nadal :

Présent dans les tribunes du Soccer City pour assister à la finale, le tennisman a tenu à envoyer un message clair et net à la Roja, la veille de la finale : « Une finale, il ne faut pas la jouer, mais la gagner » . Visiblement, le conseil n'est pas tombé dans des oreilles de sourds.


P comme passes :

L'Espagne a réalisé 4752 passes avec un pourcentage de réussite jamais atteint dans une coupe du monde : 81%. L'Allemagne, deuxième de ce classement, n'a réalisé que 3948 passes avec 69 % de réussite. Les espagnols sont également ceux qui ont tenté et réussi le plus de passes courtes, longues et à moyennes distances du tournoi.

P comme Puyol et Piqué :

La meilleure paire de centraux du monde actuellement. La paire de barcelonais aura été intraitable durant toute la compétition. Petite mention à Puyol, qui a endossé le costume de Cannavaro en Afrique. Piqué peut se consoler en se disant qu'il a été le défenseur qui a réussi le plus de passes du tournoi.

Q comme Question :

L'Espagne peut-elle faire encore mieux dans les années à venir ? Les joueurs de la Roja sont tous encore très jeunes et la relève ne manque pas

R comme Raul :

«  Je n'ai peut-être pas traité Raul comme il le méritait » dixit Vicente Del Bosque. Le mythique capitaine madrilène est le grand perdant de 2008 et 2010.

S comme Safari :

Juste avant d'affronter le Paraguay, les espagnols sont allés se ressourcer en visitant le Krugger Park durant une journée. Une journée pendant laquelle Fernando Torres a pris une leçon de vie : «  Notre guide nous a expliqué que les hippopotames tuaient plus de personne que les lions. Il faut se méfier des hippopotames, ils ont caractères violents » .

S comme Sergio Ramos :

Le latéral est l'une des très grosses satisfactions du tournoi. Intraitable en défense et incisif en attaque, le merengue est le latéral qui a réalisé le plus de centres du tournoi et celui s'est incorporé le plus dans les phases offensives de son équipe.

[page]
T comme Toque :

La victoire de l'Espagne c'est avant tout celle d'un style tout en touché de balle. Si le spectacle n'a pas toujours été au rendez-vous, la Roja a tenté de sauvé son style au maximum.

T comme Tirs aux buts :

L'Espagne est l'équipe qui a le plus tiré aux buts. 128 fois. C'est pourtant la championne du monde sacrée avec le moins de buts.

U comme Union :

La veille de la finale, la Catalogne toute entière défile à Barcelone pour protester contre le tribunal constitutionnel espagnol qui vient de lui refuser le statut de Nation. Longtemps déchiré par les clans, les régionalismes et les luttes intestines entre barcelonais et madrilènes, la Roja est apparue toujours soudée. L'union a fait la force. Del Bosque a d'ailleurs déclaré en conférence de presse d'après match qu'il aimerait bien que son groupe servent d'exemple à la société. Un peu de démagogie, ça fait pas de mal.

V comme Victor Valdes :

C'est la seule surprise dans les 23. C'est aussi la seule concession politique réalisée par Del Bosque. Le coach madrilène préférait Diego Lopez, mais a finalement choisi d'emmener le barcelonais en Afrique Du Sud pour étouffer les polémiques de la presse espagnole, qui considérait que le portier catalan avait été le meilleur gardien espagnol de l'année.

V comme victime :

Les espagnols sont ceux qui ont été victimes du plus de fautes de la compétition : 134 fautes sifflés en leur faveur.

W comme Webb :

La prestation de l'arbitre anglais en finale a été plus que merdique. Il avoue d'ailleurs avoir passé les «  deux heures les plus horribles de (sa) vie » au Soccer City.

X comme Xavi :

Le cornac de la sélection n'a pas influencé le jeu de son équipe comme à son habitude. A sa décharge, il n'a pas non plus joué à son poste habituel. Placé derrière les attaquants alors qu'il est beaucoup plus à l'aise devant sa défense, Xavi a eu du mal à trouver ses marques avec la garde prétorienne Alonso/ Busquets. Il finit néanmoins la compétition avec un total de 578 passes. Depuis 1966, personne n'avait atteint la barre des 500 passes.

Y comme "Yo soy espanol" :

Dommages collatéraux pour les quatre années à venir. Les ibères vont nous casser les couilles avec leur fameux cri de guerre stressant : «  Yo soy espanol, espanol, espanol, Yo soy espanol, espanol, espanol... » . On regrette déjà les vuvuzelas.

Z comme Zapatero :

Critiqué, le premier ministre espagnol fan du Barça compte sur la victoire de la Roja pour remonter un peu dans les sondages. Ca devrait le faire.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Autrement dit, le pire champion du monde de l'histoire!
Si ce n'était que le rouge de Puyol... Y a le but, le corner avant le but et la faute sur Elia!
Si on regarde la fin de match, l'arbitre prive les néerlandais de phases offensives , ça démontre une réelle volonté d'avantager l'Espagne.
Je pense que si l'arbitre avait sorti DeJong et arbiotré le reste du match normalement, les néerlandais auraient gagné car Puyol aurait été expulsé et auraient joué une vingtaine de phases offensives en plus car toutes les récupérations espagnoles à partir de la seconde mi-temps sont illicites comme le but sur un corner et un coup franc non sifflés et le fac e à face de Fabregas suite à un tacle par derrière sur Sneijder.
Cher Feodalorer, avec des Si ... on met l'Equipe de France en finale.

Please Mr So Foot que j'aime bien, ne tombez pas dans les excés racoleurs de L'Equipe et de AS/Marca qui passe leur temps à chercher les éventuelles erreurs de l'arbitre (heureusement qu'il en fait, il est humain) et qui après se demande pourquoi l'arbitre n'est pas respecté.
Un minimum d'impartialité: il y aussi eu des décisions litigieuses en défaveur de l'Espagne. Plusieurs penalties non sifflés (1 contre la Suisse, 1 contre le Honduras, 1 contre le Chili, ...), mais surtout beaucoup trop de fautes non sifflées!

Difficile de juger si les décisions "à faveur" ont été plus nombreuses/décisives que les décisions "en défaveur"... je crois que c'est le lot de toutes les équipes, et, à plus forte raison, de celles qui préfèrent 'tenir' le ballon et construire plutôt que de récupérer à la faveur de duels et d'avoir un jeu plus direct.

Par rapport au but de Valdez: je ne suis pas d'accord ==> revoyez les images... Cardozo est en position de hors-jeu et participe à l'action (il saute d'ailleurs pour essayer de reprendre de la tête), emmenant un défenseur avec lui... Je comprends que cela doit être frustrant pour Valdez, mais c'est Cardozo qui fait l'erreur. Pas l'arbitre

Dire que c'est le vainqueur 'le plus laid' en CM: pas d'accord. Vrai: ils ont vraiment peu marqué... mais c'est eux qui ont eu le plus de tirs cadré, de passes et de possession. Le problème, c'est la finition. Mais peut-on réellement dire, pour tous les matchs disputés, qu'un des adversaires de l'Espagne a été meilleur qu'elle? Regardez les stats de tirs au but (cadrés ou non)
On a connu d'autres vainqueurs, qui ont marqué plus de buts, mais qui sont sortis des qualifs ou d'un match grâce à un penalty litigieux et/ou qui ont gagné des matchs pdt lesquels ils étaient outrageusement dominés...

Quant à dire que les bataves se seraient imposé si l'arbitre avait exclus De Jong, car Puyol aurait alors aussi été exclus... Ca ne tient pas la route: cela suppose que les 2 équipes auraient continué à jouer identiquement et que Robben se serait trouvé ds la même position face à Puyol? Avec des si... Et pourquoi n'aurait-on pas sorti Van Bommel (pour ses 2 fautes avant celle de De Jong), et Heitinga aurait aussi été sorti selon ce raisonnement?

Si l'arbitre n'avait pas été aussi dépassé, il aurait dû sortir au moins 1 rouge sur la 1ère très grosse faute... et là, j'aurais voulu voir comment les oranges auraient pu contenir aussi bien les espagnols, à 10 contre 11 (alors qu'il avaient du mal à gagner et conserver le ballon), en sachant que les grosses fautes seraient sanctionnées, pendant plus d'une mi-temps? Une chose est certaine: les oranges ont réellement joué agressivement et s'en sortent bien avec un seul exclus...

Comme Feodalorer, j'ai aussi vu que l'Espagne a plusieurs fois récupéré le ballon suite à une petite faute... et pas les Pays-Bas p-être?
Si vous jouez au foot, vous savez très bien que lorsque l'arbitre ne "punit pas" les fautes de l'adversaire... on 'durcit' son jeu! Mais je soutient que la Roja a été moins dure que son opposant
Un minimum d'impartialité : il y aussi eu des décisions litigieuses en défaveur de l'Espagne. Plusieurs penalties non sifflés (1 contre la Suisse, 1 contre le Honduras, 1 contre le Chili, ...), mais surtout beaucoup trop de fautes non sifflées !

Difficile de juger si les décisions "à faveur" ont été plus nombreuses/décisives que les décisions "en défaveur"... je crois que c'est le lot de toutes les équipes, et, à plus forte raison, de celles qui préfèrent 'tenir' le ballon et construire plutôt que de récupérer à la faveur de duels et d'avoir un jeu plus direct.

Par rapport au but de Valdez : je ne suis pas d'accord ==> revoyez les images... Cardozo est en position de hors-jeu et participe à l'action (il saute d'ailleurs pour essayer de reprendre de la tête), emmenant un défenseur avec lui... Je comprends que cela doit être frustrant pour Valdez, mais c'est Cardozo qui fait l'erreur. Pas l'arbitre

Dire que c'est le vainqueur 'le plus laid' en CM : pas d'accord. Vrai : ils ont vraiment peu marqué... mais c'est eux qui ont eu le plus de tirs cadré, de passes et de possession. Le problème, c'est la finition. Mais peut-on réellement dire, pour tous les matchs disputés, qu'un des adversaires de l'Espagne a été meilleur qu'elle ? Regardez les stats de tirs au but (cadrés ou non) On a connu d'autres vainqueurs, qui ont marqué plus de buts, mais qui sont sortis des qualifs ou d'un match grâce à un penalty litigieux et/ou qui ont gagné des matchs pdt lesquels ils étaient outrageusement dominés...

Quant à dire que les bataves se seraient imposé si l'arbitre avait exclus De Jong, car Puyol aurait alors aussi été exclus... Ca ne tient pas la route : cela suppose que les 2 équipes auraient continué à jouer identiquement et que Robben se serait trouvé ds la même position face à Puyol ? Avec des si... Et pourquoi n'aurait-on pas sorti Van Bommel (pour ses 2 fautes avant celle de De Jong), et Heitinga aurait aussi été sorti selon ce raisonnement ?

Si l'arbitre n'avait pas été aussi dépassé, il aurait dû sortir au moins 1 rouge sur la 1ère très grosse faute... et là, j'aurais voulu voir comment les oranges auraient pu contenir aussi bien les espagnols, à 10 contre 11 (alors qu'il avaient du mal à gagner et conserver le ballon), en sachant que les grosses fautes seraient sanctionnées, pendant plus d'une mi-temps ? Une chose est certaine : les oranges ont réellement joué agressivement et s'en sortent bien avec un seul exclus...

Comme Feodalorer, j'ai aussi vu que l'Espagne a plusieurs fois récupéré le ballon suite à une petite faute... et pas les Pays-Bas p-être ? Si vous jouez au foot, vous savez très bien que lorsque l'arbitre ne "punit pas" les fautes de l'adversaire... on 'durcit' son jeu ! Mais je soutient que la Roja a été moins dure que son opposant
"En finale, Mr Webb, aurait pu expulser Puyol sur l'un des nombreux démarrages de Robben..."

waouh... tout est dit, et ça décrédibilise quelque peu l'article.
Hier à 22:17 La douceur de Bruma 10
Hier à 12:35 Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 Hier à 12:17 Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 Hier à 11:50 Le FC Sochi prend une année sabbatique 16
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4
jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 54 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11 dimanche 4 juin Suivre SO FOOT sur les réseaux sociaux 1 samedi 3 juin Combien le Real Madrid a dépensé pour gagner la Ligue des champions samedi 3 juin Asensio clôt le débat 3 samedi 3 juin Casemiro et Cristiano mettent le Real en orbite 1 samedi 3 juin Le sublime retourné de Mandžukić pour l'égalisation 5 samedi 3 juin CR7 ouvre le bal 1 samedi 3 juin Le tifo des supporters turinois lors de l'entrée des joueurs 2
Article suivant
Les Notes du Mondial