Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

À quoi sert la Licence Club ?

On en entend parler depuis deux saisons, mais personne ne s’interroge vraiment là-dessus. So Foot est revenu pour vous sur le principe et le mode de fonctionnement de la « Licence Club » de la LFP.

Modififié
Le 4 juillet dernier, la Ligue professionnelle de football annonçait que trente-huit des quarante clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 avaient obtenu la Licence Club pour la saison 2013/2014. Seuls recalés, l’AC Ajaccio (L1) et l’US Créteil-Lusitanos (L2) repasseront l’examen en septembre. La saison dernière, deux clubs (Niort et le Gazélec d’Ajaccio cette fois) évoluant en seconde division avaient aussi raté leurs passages. Mais putain, c’est quoi cette Licence Club ? Et surtout, à quoi ça sert ?


Bulletin de notes


Idée qui germait dans la tête de certains cadres de la Ligue depuis 2004, la Licence Club a vu le jour en février 2012. Attribuée, ou non, grâce à un système de points, elle est entrée en activité lors de l’exercice 2012/2013. Son but ? « Valoriser un club  » , selon Alexandre Lacombe, l'un de ses instigateurs, sur le site de la Ligue de football professionnel. Hugues Moutouh, président de la Commission de gestion de la licence club et professeur agrégé de droit public, explique : « La Licence Club vise à rendre le football professionnel encore plus professionnel. Elle est un moyen d’aider les clubs et de les accompagner sur le chemin du professionnalisme. C’est évident pour ceux qui accèdent à la Ligue 2, mais c’est aussi le cas pour ceux qui montent en Ligue 1 et ceux qui ont y sont de manière plus pérenne. La finalité consiste à rendre un spectacle et un sport encore plus attractif pour les joueurs, le public et les personnes qui font vivre et vivent du football.  » « Un club, c’est bien sûr une équipe de football, mais pas seulement, poursuit Alexandre Lacombe. C’est aussi un stade, des infrastructures, des projets à moyen et long termes. La Licence Club doit permettre d’accompagner le développement des clubs en rémunérant leurs investissements. C’est pourquoi les infrastructures comptent pour 50% du total des points. On cherche à avoir des stades à la hauteur de tous nos publics : spectateurs, diffuseurs et partenaires. » Et en plus de noter les infrastructures des stades (pelouse, banc de touche ou zone médias, tout y passe), la Ligue émet également un jugement sur certains points de sécurité, les centres de formation et la structuration salariale du club. Le tout sur un barème de 10 000 points. Si une équipe possède au moins 5000 points, elle obtient sont ticket pour la Licence Club de la saison.

La fameuse carotte

Pas indispensable pour la participation d’une équipe en Ligue 1 ou Ligue 2 (Alexandre Lacombe : « Il est important de préciser que le droit d’accéder à la division supérieure n’est pas remis en cause par la Licence Club » ), elle permet en revanche aux clubs qui sont titulaires de la Licence d’être éligibles à la répartition d’une fraction des droits tv (10% en Ligue 1 et 20% en Ligue 2). En gros, comprenez : « Soit vous faites les travaux, soit on vous sucre une partie des revenus. » Pas obligatoire donc, mais plutôt contraignant. Surtout pour des « petits clubs » sans fonds quasi-illimités en provenance du Qatar ou de la Russie. En cas de non-obtention de la Licence Club cette saison, Ajaccio pourrait par exemple passer à côté de 2,3 millions d’euros. Pour Créteil, le manque à gagner serait d’environ 1 million d’euros. Des sommes non négligeables, mais que les équipes en question sont pratiquement sûres de toucher lors de la session de rattrapage en septembre prochain. Dans un communiqué publié sur son site Internet, le club corse justifie cet échec à cet examen par un retard dans l’envoi de certains documents administratifs et affirme avec « certitude » qu’il aura bien sa Licence à la rentrée. Même son de cloche du côté de Créteil. Sur lequipe.fr, José Fereira, le directeur général, explique que le club du Val-de-Marne s'attendait à ne pas obtenir la Licence en première instance. «  Mais on n'est pas du tout inquiets pour septembre. Des travaux sont en cours et la LFP a en main les engagements financiers de la mairie et de l'agglomération. » Pour la Ligue, pas question d’y voir une sanction. Hugues Moutouh s’en défend : « La Licence n’a pas été créée dans le but de pénaliser les clubs, mais bien d’accompagner une transformation nécessaire pour répondre aux besoins de l’opinion publique, rendre le football beaucoup plus séduisant en France et plus compétitif à l’international. »

Bye bye, foot populaire

Du côté des supporters, les nouvelles normes de sécurité proposées par la Ligue de football professionnelle font un peu grincer des dents. À Metz notamment, où les secteurs des fans seront délimités la saison prochaine par des sortes de bâches de sécurité. Une directive en partie venue de ce nouveau « cahier des charges » selon Phillipe Gaillot, directeur général adjoint de l’équipe lorraine : « Ça (la Licence Club) nous contraint à améliorer notre sécurité et mettre en place des accès mieux contrôlés avec une meilleure surveillance. » Loin d’être débile sur le principe si l’on regarde la qualité des infrastructures françaises comparées à celles de nos voisins européens, la Licence Club est destinée à évoluer chaque saison pour placer les clubs français au « top niveau » . Mais elle signifie aussi la fin d’un certain football populaire. Celui des tribunes à l’ancienne, des vestiaires vétustes et de l’odeur des chasubles. On le regretterait presque.

par Antoine Aubry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25