Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Troyes-Rennes

À quoi ressemblera le Rennes de demain ?

Avec l’arrivée de Rolland Courbis, le Stade rennais pourrait sortir d’une longue léthargie. Et si en 2016-2017, l’Ouest connaissait un Eldorado capable de vous dérider un Le Drian ?

Modififié
« J’ai produit Ugly Betty, je pense être capable de diriger le Stade rennais. » Salma Hayek sait où elle met les pieds au moment d’annoncer sa prise de pouvoir. Une nouvelle fois, les Rouge et Noir ont terminé dans le ventre mou du classement. En fin de cycle, Philippe Montanier doit plier bagages. Salma balaye la rumeur Bielsa, « un formidable acteur, avec une véritable présence même sur une glacière » , et le marronnier Domenech. « Il a dans ces sourcils broussailleux quelque chose de familier, quelque chose de Frida Kahlo, mais ça ne fait pas tout » , déclare-t-elle à Studio Magazine. Finalement, le poste échoit à un autre personnage du football français : Rolland Courbis.

Quitte à avoir une armée mexicaine...


L’intersaison rennaise passionne. Sur RMC, le nouveau coach donne le ton : « Nous comptons pas moins de dix nationalités dans l’effectif. Je me suis dit : "Quitte à avoir une armée mexicaine, autant prendre des Mexicains." » Déboulent donc en Ille-et-Vilaine : Carlos Salcido, Rafael Márquez et Guillermo Ochoa. Le transfert de la pépite mexicaine Jürgen Damm est annulé suite à une enquête du centre Simon-Wiesenthal. Côté départs : Ntep file à l’Atlético Madrid, tandis que Benoît Costil est reclassé mannequin cabine dans le groupe Kering.

Le groupe entame sa préparation au pays du guacamole. Quand on lui demande le point commun entre les présidents Nicollin et Hayek, Courbis ose - à force de côtoyer Moscato - « la poitrine ! » Et il ne croit pas si bien dire. Consciente de l’influence de Gourcuff, la présidente l’emmène dans un lieu sacré de sa connaissance, comme elle l’avait raconté : « J'étais la plus jeune dans la classe et toutes ces filles ont commencé à avoir des seins. J'étais la seule à ne rien avoir. (…) Je suis allée dans une église où il y avait un saint qui était censé faire beaucoup de miracles. J'ai mis mes mains dans l'eau bénite et j'ai demandé : "S'il te plaît Jésus, donne-moi des seins !" » Les jambes du 10 sont entièrement plongées dans le précieux liquide. Il réalise une formidable préparation et remise sa carte vitale. Dernier gros coup : le Stade rennais retrouve l’Hexagone avec le prêt d’André-Pierre Gignac.

Enculeries, Feindouno et magie noire


Au Roazhon Park, Will Smith en personne assure le warm-up à base de Wild wild west. Effet du Prince de Bel-Air ? Toujours est-il que Rennes devient intraitable à domicile et costaud à l’extérieur. Dans les buts, Ochoa retrouve son niveau, les vieux briscards Armand-Márquez tiennent la défense, à défaut de dépasser la ligne médiane, et Gourcuff, lorsqu’il n’est pas buteur, soigne Gignac. Le Stade rennais partage même le fauteuil de leader avec le PSG. Déjà champion de Bretagne, le titre de champion d’automne se joue contre les Parisiens. Mais la rencontre tourne à l’avantage des Franciliens. En zone mixte, Gignac dénonce « les enculeries » de Thiago Motta, coupable de nombreuses fautes non sifflées sur Gourcuff, quand Verratti ne tentait pas de baisser le short du bellâtre.


De retour en équipe de France, Gourcuff continue de marcher sur l’eau. Son niveau impressionne autant que sa condition physique désarçonne. D’ailleurs, les observateurs s’étonnent de cette transformation. « J’entends dire que Yoann a des pectoraux démesurés. Mais je pose la question : pourquoi n’en aurait-il pas ? » , plaide Courbis. Seulement, après des douleurs et une visite chez l’endocrinologue, le diagnostic tombe : gynécomastie. Fin de saison pour inflammation des glandes mammaires. Aulas saisit la LFP au motif d’ « usage de la magie noire » et cherche à déclasser les Bretons. En vain. Privé de son meneur de jeu, Rennes perd définitivement le titre au Parc des Princes d’où tombent des tribunes des « Feindouno ! Feidouno ! » à l’adresse de Courbis et des « Gourcuff à Boulogne ! Gourcuff à Boulogne ! »


Par Adrien Rodríguez-Ares
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom