1. //
  2. // 4e journée
  3. // Empoli/Milan AC

À quoi peut bien prétendre Inzaghi ?

Quatrième match pour Pippo aka l'homme aux célébrations folles, ce soir, sur le banc du Milan. Après le licenciement de Max Allegri et l'intérim de Clarence Seedorf, Inzaghi a pour mission de redresser un navire milanais en pleine dérive. Mais au fait, est-il l'homme de la situation ?

Modififié
5 29
En 21 ans de carrière, Filippo Inzaghi a tout gagné. Championnats, coupes, Supercoupes, Coupe du monde, Ligues des champions, coupes qui n'existent plus. Bref, absolument tout. En 21 ans de carrière, Filippo Inzaghi a également marqué des buts, beaucoup de buts. 288, très exactement. Mais en 21 ans, tout ne peut pas toujours être rose. Alors des galères, Inzaghi en a aussi connu. Pas mal même, à commencer par cette folle finale de C1 perdue aux tirs au but face à Liverpool le 25 mai 2005, ou ces années noires, entre 2003 et 2006, passées à enchaîner les blessures. Sans parler de cette rechute aux ligaments croisés, en novembre 2010, qui l'éloigna des terrains pour six mois. Mais à chaque fois qu'on le pensait fini, touché, battu, le renard est revenu, aux forceps, grâce à un mental d'acier et une rage de vaincre qui ont fini par devenir sa marque de fabrique. En prenant les rênes d'un Milan AC blessé et sans éclat le 9 juin dernier, l'homme dont Sir Alex disait qu'il était né hors-jeu s'est de nouveau mis au pied du mur. Après le départ des cadres (Thiago Silva, Nesta, Seedorf, Gattuso, Ibrahimović, Zambrotta) et la chute progressive qui a suivi, après l'échec d'Allegri, l'intérim de Seedorf, le défi d'Inzaghi est clair : redonner au Milan ses lettres de noblesse et faire de nouveau rêver les tifosi. Pas simple, même quand on est surnommé Superpippo.

La valse des pantins


Clarence Seedorf a tenté le coup, mais comme son prédécesseur, il s'est cassé les dents. Depuis, disons, 2011 et son dernier titre de champion de Serie A, le Milan AC est entré dans une spirale infernale de la lose où s'enlisent joueurs, dirigeants, supporters, et que personne ne semble en mesure d'éradiquer. Pointé du doigt depuis deux saisons par les tifosi du club, Max Allegri, aujourd'hui chez le rival turinois, reste pour beaucoup le premier responsable de cette descente aux enfers. Mauvaise gestion des effectifs, relations maussades avec Barbara Berlusconi, résultats constamment en baisse, le natif de Livourne a finalement été remercié en janvier dernier après avoir sauvé sa peau à moult reprises. Une fois Seedorf engagé, Milanello s'est remis à y croire. Un gars de la maison, un patron, une légende, ça ne pouvait aller que mieux. Perdu. Malgré un bilan comptable plutôt encourageant (11 victoires, 2 nuls, 6 défaites) comparé à celui d'Allegri sur la même année (5 victoires, 7 nuls, 7 défaites), Il Professore a pris la porte, comme les autres, sans aucun traitement de faveur.

C'est alors que débarque le renard, l'œil vif et le poil brillant. D'une légende à une autre, il n'y a parfois qu'un pas qu'Adriano Galliani et la famille Berlusconi ont décidé de franchir au début de l'été. Déjà dans les petits papiers des dirigeants avant même que le nom de Clarence Seedorf ne soit prononcé, Pippo Inzaghi s'est vu propulser aux commandes de l'équipe première après deux saisons passées à se faire les dents chez les jeunes. À l'image de sa carrière de joueur, le parcours d'entraîneur de Philippe n'a pas mis bien longtemps à décoller. Sitôt son dernier match avec le Milan disputé, le 13 mai 2012, Inzaghi reçoit une offre de Galliani lui proposant de prendre les rênes des U16, autrement appelés Allievi Nazionali. Pippo réfléchit, puis accepte. Un an plus tard, les bons résultats aidant, c'est cette fois les clefs de la Primavera (équipe réserve) qui lui sont confiées. La suite de l'histoire tient en quelques mots : Calcio, San Siro, Scudetto...

Et maintenant ?


Trois matchs, six points sur neuf, voilà pour l'actuel bilan d'Inzaghi à la tête du Milan. S'il est évidemment trop tôt pour tirer de quelconques enseignements de ce (bon) début de saison, l'homme aux 127 buts sous la tunique rossonera a déjà redonné quelques frissons aux supporters. Samedi soir, pour le choc face à la Juve, San Siro affichait complet comme rarement il l'a été depuis deux ans. L'effet Parme et Jérémy Ménez sans doute, l'effet Pippo Inzaghi, à n'en point douter. Si ce début de saison est satisfaisant, tant dans le jeu qu'au niveau comptable, le recrutement estival du Milan y est certainement pour quelque chose. D'abord, le club a largué quelques boulets en route qui tiraient l'équipe vers le bas et lui donnaient un parfum un peu rance. Constant, Robinho, Kaká, Emanuelson, Balotelli partis, les dirigeants se sont mis à penser avenir en faisant signer un mélange de jeunes joueurs (Bonaventura, Van Ginkel) et de talents confirmés (Diego López, Alex, Ménez, Fernando Torres). Résultat, le 1er septembre au soir, le Milan nouvelle formule affiche quasiment le meilleur recrutement du Calcio derrière l'Inter et la Roma.

Sans aucune compétition européenne à disputer, sans égos monstrueux à gérer, Milan se présente, au soir de cette quatrième journée, comme un client potentiel au podium de Serie A. Si la Juve et la Roma semblent une nouvelle fois intouchables, l'effectif rossonero devrait pouvoir rivaliser avec un Napoli sur le déclin, une Fiorentina qui devrait laisser des forces en Ligue Europa et un Inter Milan également en reconstruction. Symbole de ce renouveau : Inzaghi, 41 ans, incarne à la perfection l'esprit combatif et revanchard qui manquait au club lombard. Si tout n'est pas encore parfait, notamment sur le plan défensif où Milan a encaissé six buts en trois rencontres, de nombreux motifs de satisfaction sont à dégager de cette entame de championnat. Même s'il n'a pas encore l'étoffe d'un héros, Milan n'attend qu'une chose : que Filippo Inzaghi redevienne Superpippo. Sur le banc, ce coup-ci.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Non pas que cet article soit mauvais, mais il est passé ou Maggiori, spécialiste ès-italie?
Il reste enfermé chez lui a continué l'oeuvre du Journal de Zlatan?
Jean-Michel Largué Niveau : DHR
Il restera surtout aux yeux de tous un sacré milieu de terrain !
Bon je commente ici dans l'espoir que quelqu'un du site me lise et puisse m'aider : on ne peut plus changer son avatar, ça marque que c'est temporairement désactivé. Hors j'aimerai bien changer le mien donc ça serait cool que ça marche. Et ensuite votre onglet "contact" on ne peut pas vous contacter, c'est de la merde :) Merci pour votre attention.
Mamad ça Colle Niveau : District
ça se voit bien que c'est pas les meubles qu'on essaient de sauver a Milan ils veulent juste les faire briller avec de l'huile a l'ancienne ça brillera le temps que ça brillera.
Message posté par BabaORhum
Bon je commente ici dans l'espoir que quelqu'un du site me lise et puisse m'aider : on ne peut plus changer son avatar, ça marque que c'est temporairement désactivé. Hors j'aimerai bien changer le mien donc ça serait cool que ça marche. Et ensuite votre onglet "contact" on ne peut pas vous contacter, c'est de la merde :) Merci pour votre attention.


Pourquoi retirer ce bon vieux Joseph ?
Mectoooooon Niveau : Loisir
Message posté par BabaORhum
Bon je commente ici dans l'espoir que quelqu'un du site me lise et puisse m'aider : on ne peut plus changer son avatar, ça marque que c'est temporairement désactivé. Hors j'aimerai bien changer le mien donc ça serait cool que ça marche. Et ensuite votre onglet "contact" on ne peut pas vous contacter, c'est de la merde :) Merci pour votre attention.


Pareil pour moi, je me sens moins seul.
D'un côté, il est aisé de pronostiqué une troisième place synonyme de C1 pour l'équipe de Superpippo. L'équipe sur le papier est compétitive (D.Lopez, De Sciglio, Alex, Bonaventura, Montolivo, De Jong, Honda, El Shaarawy, Menez) et montre beaucoup d'envie.

De l'autre côté, on peut vraiment craindre qu'avec les blessures la défense ne permette pas d'espérer un podium. Milan a quand même concédé 6 buts en 3 matchs. Loin de ce qu'on peut espérer d'un cador.

Bref, je pense que tous va dépendre d'Inzaghi. Heureusement qu'il a l'habitude de la pression car cette saison va être primordiale pour le développement du club dans les prochaines années. Pas de C1 pendant deux ans serait catastrophique (surtout pour un club qui se veut en auto-gestion).
Le choix de jeter Seedorf comme un malpropre après une demi saison, ou il n'aura même pas eu le temps de batir une équipe ou de la faconner comme il le souhaitait reste quand même étrange.
je trouve qu'avec si peu de stabilités coté dirigeants, il est difficile d'avoir des résultats
romlakers Niveau : CFA2
La Roma et la Juve sont au dessus , c'est indéniable, mais rien n'est injouable pour la 3 ème tant on parait meilleur que la saison précédente et que Naples semble sur la pente descendante et la Fio , l'Inter perdront de l'énergie avec l'Europa League et sur effectif n'est pass assez large( surtout celui de la Fio). On peut et on doit accrocher la 3 ème place.
Message posté par OmarLittle
D'un côté, il est aisé de pronostiqué une troisième place synonyme de C1 pour l'équipe de Superpippo. L'équipe sur le papier est compétitive (D.Lopez, De Sciglio, Alex, Bonaventura, Montolivo, De Jong, Honda, El Shaarawy, Menez) et montre beaucoup d'envie.

De l'autre côté, on peut vraiment craindre qu'avec les blessures la défense ne permette pas d'espérer un podium. Milan a quand même concédé 6 buts en 3 matchs. Loin de ce qu'on peut espérer d'un cador.

Bref, je pense que tous va dépendre d'Inzaghi. Heureusement qu'il a l'habitude de la pression car cette saison va être primordiale pour le développement du club dans les prochaines années. Pas de C1 pendant deux ans serait catastrophique (surtout pour un club qui se veut en auto-gestion).



Même sans les blessures, la Roma et le Napoli semblent devant ce Milan la, non ?
J'ai pas trop suivit les matchs de préparations ni le début du Calcio, tu penses que le Napoli ne va pas redresser la barre ?
Article plombé de clichés et sans grande valeur ajoutée.

Mention spéciale à ce morceau charnière :

Depuis, disons, 2011 et son dernier titre de champion de Serie A, le Milan AC est entré dans une spirale infernale de la lose où s'enlisent joueurs, dirigeants, supporters, et que personne ne semble en mesure d'éradiquer. Pointé du doigt depuis deux saisons par les tifosi du club, Max Allegri, aujourd'hui chez le rival turinois, reste pour beaucoup le premier responsable de cette descente aux enfers. Mauvaise gestion des effectifs, relations maussades avec Barbara Berlusconi, résultats constamment en baisse, le natif de Livourne a finalement été remercié en janvier dernier après avoir sauvé sa peau à moult reprises.


Premièrement, Milan finit 2è de Serie A en 2012, 4 pts derrière la Juve et 16 pts devant le 3è. Deuxièmement, n'importe quel observateur à peu près potable de la Serie A et du Milan datera le début de son déclin à l'été 2012 avec les départs conjoints d'Ibrahimovic et de Thiago Silva, symboles puissants d'un marasme inédit (sur le plan économique et qualitatif) dans l'histoire récente du club. A partir de ce moment le Milan passe de prédateur encore redoutable à proie fébrile dans le monde du football...
Troisièmement, le point de vue développé sur Allegri est un lieu commun injuste. Déjà parce que le présenter comme responsable du déclin milanais est une aberration compte-tenu de la situation précédemment décrite. Et parce qu'Allegri à Milan, cela reste : un titre de champion pour sa première saison, une place de deuxième en championnat la saison suivante (un échec au regard des rapports de force, convenons-en) et une qualification en LDC décrochée miraculeusement en plein marasme, lors de sa troisième saison, en s'appuyant parfaitement sur l'arrivée de Balotelli (maigre bouée de sauvetage) en janvier. Reste cette dernière demi-saison, où il n'a plus su tiré quoi que ce soit de ce Milan moribond.
Message posté par CharlesJ



Même sans les blessures, la Roma et le Napoli semblent devant ce Milan la, non ?
J'ai pas trop suivit les matchs de préparations ni le début du Calcio, tu penses que le Napoli ne va pas redresser la barre ?


La Roma me semble effectivement clairement devant le Milan. Ils accrocheront sûrement une des deux premières places avec la Juve.

Pour la troisième place, oui la lutte se fera (je pense) entre Milan, Naples et l'Inter. On pourrait rajouter la Fio mais j'ai pas le feeling qu'ils tiennent une rythme haut toute la saison.

Mais bon, faut pas oublier que dans le football rien n'est écrit d'avance !
Message posté par TheFifthBeatle
Article plombé de clichés et sans grande valeur ajoutée.

Mention spéciale à ce morceau charnière :

Depuis, disons, 2011 et son dernier titre de champion de Serie A, le Milan AC est entré dans une spirale infernale de la lose où s'enlisent joueurs, dirigeants, supporters, et que personne ne semble en mesure d'éradiquer. Pointé du doigt depuis deux saisons par les tifosi du club, Max Allegri, aujourd'hui chez le rival turinois, reste pour beaucoup le premier responsable de cette descente aux enfers. Mauvaise gestion des effectifs, relations maussades avec Barbara Berlusconi, résultats constamment en baisse, le natif de Livourne a finalement été remercié en janvier dernier après avoir sauvé sa peau à moult reprises.


Premièrement, Milan finit 2è de Serie A en 2012, 4 pts derrière la Juve et 16 pts devant le 3è. Deuxièmement, n'importe quel observateur à peu près potable de la Serie A et du Milan datera le début de son déclin à l'été 2012 avec les départs conjoints d'Ibrahimovic et de Thiago Silva, symboles puissants d'un marasme inédit (sur le plan économique et qualitatif) dans l'histoire récente du club. A partir de ce moment le Milan passe de prédateur encore redoutable à proie fébrile dans le monde du football...
Troisièmement, le point de vue développé sur Allegri est un lieu commun injuste. Déjà parce que le présenter comme responsable du déclin milanais est une aberration compte-tenu de la situation précédemment décrite. Et parce qu'Allegri à Milan, cela reste : un titre de champion pour sa première saison, une place de deuxième en championnat la saison suivante (un échec au regard des rapports de force, convenons-en) et une qualification en LDC décrochée miraculeusement en plein marasme, lors de sa troisième saison, en s'appuyant parfaitement sur l'arrivée de Balotelli (maigre bouée de sauvetage) en janvier. Reste cette dernière demi-saison, où il n'a plus su tiré quoi que ce soit de ce Milan moribond.


Concernant Allegri, il faut malgré tout bien dissocier les résultats et le jeu. Parce que même si les résultats étaient là (les deux premières saisons), l'équipe s'est toujours énormément basée sur des individualités et faut bien avouer que c'était pas très beau à voir.

Pour le moment, c'est clairement plus beau et plaisant avec Pippo. Et le stade a guichet fermé samedi dernier (après seulement deux matchs) en est une démonstration claire à mon sens.
Et Berlusconi, on en parle?

Il semble que depuis son détrônement, le Milan est à la dérive.

Ce qu'il faudrait peut-être pour ranimer le club, à l'instar de ce qui s'est passé à l'Inter, c'est qu'il laisse définitivement la place à un autre proprio. Y'aura bien un repreneur, non?

Je ne connais pas tous les dessous du club. Peut-être que je suis à coté de la plaque!
1- récupérer physiquement et mentalement el shaarawy, le joueur qui, de par sa vitesse et sa technique peut bonifier ce milan.
2- retrouver une bonne assise défensive et éviter les innombrables buts encaissés sur coups de pieds arrêtés au cours de ces dernières saisons.
3- relancer torrès à un bon niveau afin de pouvoir disposer d'un vrai attaquant de pointe, principale lacune du milan anti-juventus de samedi dernier. Pazzini semblant en déclin.
4- réintégrer au plus vite montolivo qui, bien que lent, est le milieu le plus technique et créatif de l'effectif.
5- espérer que menez devienne régulier et ne se contente pas (plus) d'épisodiques coups d'éclat, synonymes de promesses rarement tenues sur le long terme dans sa carrière.
Message posté par mario
Et Berlusconi, on en parle?

Il semble que depuis son détrônement, le Milan est à la dérive.

Ce qu'il faudrait peut-être pour ranimer le club, à l'instar de ce qui s'est passé à l'Inter, c'est qu'il laisse définitivement la place à un autre proprio. Y'aura bien un repreneur, non?

Je ne connais pas tous les dessous du club. Peut-être que je suis à coté de la plaque!


Berlusconi veut le beurre et l'argent du beurre.

En clair, il n'investit plus. Officiellement, car il veut que le club soit auto-géré (comme le Bayern) en se basant sur la formation (comme le Barca) pour respecter le fair-play financier. Officieusement, on peut imaginer que la raison est qu'il n'a plus de vrai intérêt pressant à avoir un club/vitrine fort (notamment du fait de son retrait politique) et qu'en plus de cela il a subit de plein fouet la crise et doit payer des amendes très fortes. Quelque soit les raisons, il est clair qu'il n'investit plus.

Mais, en parallèle, il ne veut absolument pas céder "son" bébé bien qu'il soit ouvert à céder environ 40% des parts pour faire rentrer de l'argent. On peut d'ailleurs voir la prise de pouvoir de plus en plus importante de sa fille Barbara au sein du club comme une preuve de cet état de fait.

Mais oui, tu as entièrement raison. Le club est à la dérive. Galliani a enchaîner les mauvais coups aux derniers mercatos en recrutant des boulets (sur le terrain et financièrement). Quant à la politique jeune, le club a vendu son meilleur jeune (Cristante) à Benfica cet été. Raison officielle: il voulait partir et le club l'a gracieusement laissé partir. Officieusement, on peut voir cela comme une preuve supplémentaire que le club navigue à vue en ne pensant qu'à l'immédiat. Suffit de voir le recrutement de ces dernières années pour voir que Milan achète n'importe quel joueur à sa portée (sans ligne directrice claire) et qu'il paie comme il peut.

P.S: Excusez pour les fautes dans tous mes commentaires, j'ai pas vraiment le temps de me relire.
GoalDorak99 Niveau : DHR
En tous cas il peut prétendre au coach le plus classe du Calcio.

Sinon, du déjà-dit et du déjà-entendu depuis plus de 2 ans, on a déjà vu mieux en termes d'analyse ... vous vous êtes pas trop fouler les doigts sur ce coup-là.
GoalDorak99 Niveau : DHR
Message posté par europa
1- récupérer physiquement et mentalement el shaarawy, le joueur qui, de par sa vitesse et sa technique peut bonifier ce milan.
2- retrouver une bonne assise défensive et éviter les innombrables buts encaissés sur coups de pieds arrêtés au cours de ces dernières saisons.
3- relancer torrès à un bon niveau afin de pouvoir disposer d'un vrai attaquant de pointe, principale lacune du milan anti-juventus de samedi dernier. Pazzini semblant en déclin.
4- réintégrer au plus vite montolivo qui, bien que lent, est le milieu le plus technique et créatif de l'effectif.
5- espérer que menez devienne régulier et ne se contente pas (plus) d'épisodiques coups d'éclat, synonymes de promesses rarement tenues sur le long terme dans sa carrière.


Ca joue mieux sans Montolivo, trop lent, trop d'erreurs techniques, pas assez décisif, loin de ce qu'il pouvait promettre à son arrivée.
Très déçu de ce joueur.

Pazzini, Pippo va se charger de le relancer, tout comme Torres qui va planter son doublé ce soir.
Message posté par Ale10


Pourquoi retirer ce bon vieux Joseph ?


Je sais bien mais pour une fois on me l'a demandé gentiment sans m'insulter donc je coopère :) Enfin je voudrais, hein so foot !
J'ai signalé le principal défaut de montolivo, à savoir, sa lenteur; mais c'est un élément plus technique que tu sembles le croire et qui a une certaine expérience du haut niveau. C'est surtout qu'évoluer avec trois demi-défensifs comme muntari, de jong et poli abaisse sensiblement la qualité de la construction, sans parler de la touche de génialité totalement absente chez ces trois éléments. En attendant, inzaghi va lancer prochainement (peut-être dès ce soir) dans ce milieu de terrain, la jeune recrue en provenance de chelsea dont certains disent le plus grand bien.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Conca les poches pleines
5 29