A qui le titre ?

La Ligue 1 reprend ses droits ce soir. Et avec un mercato peu agité, pour le moment, les favoris sont les mêmes qu'en fin de saison dernière. Au niveau des challengers, on se bouscule.

0 0
LES FAVORIS

Marseille

C'est d'une logique implacable. Dans le mesure où il y a eu peu de transferts, l'avantage est donné au champion sortant. Surtout lorsque, comme le disait Didier Deschamps hier, « le vécu d'un an ensemble est quelque chose de bien » . Le groupe est passé par des moments difficiles et il a su se relever. Et puis niveau talent, c'est pas mal aussi. Pour preuve, l'équipe bis s'est offerte un PSG motivé au trophée des Champions. Attention quand même, l'humilité ne se plait pas trop dans ce coin de la France, et il est probable que toute la ville s'imagine championne à l'automne. Attention, en cas de bon parcours en C1, les Olympiens pourraient s'économiser en championnat... Une tradition française.


Lyon

Détesté pendant une bonne décennie, l'OL pourrait bien devenir cette saison l'équipe fraîcheur du championnat. Une équipe fougueuse, joueuse, qui ferait la part belle aux jeunes pousses. Après avoir montré de belles dispositions pour collectionner les tibias adverses, Gonalons devrait par exemple partir comme titulaire. Pour Pjanic ou Tafer, ça pourrait, enfin, être la bonne saison. Et puis il y a toujours les valeurs sûres, les meilleurs à leur poste en Ligue 1 : Lloris, Lisandro. Puel comptera surtout sur sa charnière Cris-Toulalan. Parce Lovren, ça ne semble pas bien sérieux.


Lille

Non, lorsque Jean-Guy Wallemme désigne le voisin lillois comme favori de L1, il n'a pas un coup en trop dans le nez. Depuis deux ans, Lille impressionne, au moins tout autant que son diamant Hazard. Pourtant, la saison dernière, au bout d'un mois de compétition, le club était au fond du trou. Et personne n'a craqué. Sans doute l'exercice de la maturité pour Rami, Debuchy, Mavuba, Gervinho. Attention, il suffirait d'un départ pour que cette génération dorée s'écroule.

[page]
LES OUTSIDERS


Paris

Décidément, Paris est incorrigible. En quête de renouveau, le club de la capitale a dépensé pas moins de 9 millions d'euros sur ... deux joueurs, à un an de la fin de leur contrat et plus ou moins indésirables dans leur club. Malgré tout, il y a toujours de la place pour l'espoir. Le vestiaire a compris qu'il faudra faire avec Kombouaré, Sakho peut faire le boulot pour deux derrière et puis merde, Sessegnon, Erding, Hoarau et Nêne, si ça tourne, ça peut aller chatouiller les 105 buts de l'Ajax l'an dernier.


Rennes

Seul club a véritablement avoir recruté à l'intersaison, la déception du précédent championnat a de la gueule : Apam, Mangane, Fanni derrière, Dalmat, M'Vila, Marveaux au milieu, Gyan, Montano devant. Le club n'a même plus besoin de compter sur ses espoirs, et ils sont pourtant nombreux (Kana-Biyik, Souprayen, Tettey, Ekoko). De la sueur derrière et des flèches devant: un mélange qui a fait ses preuves en Ligue 1. Et avec un vieux routier à la baguette (Jérôme Leroy ou Dalmat), le Stade Rennais ne devrait cette fois pas lâcher l'affaire avant la dernière ligne droite.


Monaco

La saison dernière, Monaco a fini huitième. Son meilleur classement depuis l'époque Deschamps. Dynamique, l'équipe a perdu bon nombre de points l'an par inexpérience. On domine, on domine, mais personne n'est là pour marquer. Pour remédier à cette inefficacité, les solutions s'appellent Aubameyang, une belle promesse, mais surtout M'Bokani qui arrive pour 8 millions d'euros. Reste à espérer que Guy Lacombe ne pète pas les plombs.


MEME PAS EN REVE


Auxerre

Troisième l'an dernier, Auxerre s'est contenté de remplacer Niculae par Le Tallec. Si au niveau du talent pur, l'ancien Havrais est peut-être meilleur, la relation entre Jelen et le roumain n'avait pas de prix. Et alors ? Tout le monde s'en fout à Auxerre ! Le club sait déjà qu'il va pouvoir assurer un maintien tranquille, peut-être même sur deux-trois ans. De quoi voir venir. Et être heureux.


Bordeaux

Jean Tigana n'est pas un magicien. Il sait sans doute tirer le meilleur de sa troupe mais il a besoin de sentir qu'elle est sienne. Et cela peut prendre du temps. Le groupe reste sur une demi-saison catastrophique, ça ne s'oublie pas en deux mois.


St Etienne

En éternelle reconstruction, le club des seventies a joué sécurité. Fort d'un mercato intéressant qui va enfin permettre aux supporters de Goeffroy Guichard de voir une défense (Marchal, Bocanegra et Ebondo sont arrivés), les Verts pourraient y croire. Sauf que sur le banc, c'est toujours Christophe Galtier. Ca ne respire pas vraiment la tactique et ça va se voir. Sans compter les coulisses qui vont sûrement encore s'agiter. Bref, vaut mieux oublier le titre assez vite pour se concentrer sur un maintien rapide.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0