Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Gazélec

À partir de quand un buteur fait-il une bonne saison ?

Ce samedi soir, Alexandre Lacazette va pouvoir améliorer sa saison en marquant à nouveau. Une saison qualifiée de mauvaise il y a encore quelques semaines. Mais en fait, à partir de quand la saison d'un attaquant est-elle bonne ?

Modififié
C'est un fait, les attaquants sont les joueurs qui valent le plus, ceux qui trustent toutes les récompenses, ceux qui attirent le plus l'attention, et inévitablement, ceux qui sont le plus sujet aux critiques. Ce samedi soir, l'Olympique lyonnais reçoit le Gazélec dans la course à la deuxième place, une course dont il a repris les rênes depuis peu. Et comme depuis le début de ce sprint final, la principale arme de l'OL sera Alexandre Lacazette. Jusqu'il y a trois semaines, beaucoup considérait que le buteur des Gones réalisait une saison moyenne, voire mauvaise.


Il y a deux mois, on parlait même de saison catastrophique. Et puis, entre-temps, le meilleur buteur de l'édition 2014-2015 a enchaîné les buts contre Guingamp, Rennes, Nantes, Lorient, Nice et Toulouse. Au total, huit buts en sept matchs. Une sacrée série. À tel point que plusieurs observateurs réclament son retour en équipe de France à la place d'un Olivier Giroud en panne sèche. Lacaz' serait même sur les tablettes du grand Barça, qui cherche une solution de remplacement aux membres de la MSN. Mais alors, quelles sont les conditions à remplir pour parler de bonne saison pour un attaquant ?

Le plan comptable


Ce qu'il y a de pratique avec les buteurs, c'est qu'il est facilement possible d'utiliser les statistiques.
« Mon objectif est de marquer 20 buts en Bundesliga. J'ai fait un pari avec le manager comme quoi j'allais atteindre cet objectif. » Pierre-Emerick Aubameyang
Bien plus que pour un milieu relayeur ou pour un arrière latéral. Le rôle premier d'un attaquant, c'est de marquer. Le compteur buts est donc primordial, pour se faire remarquer comme un attaquant efficace. En moins de deux mois, Alexandre Lacazette est passé d'un total de dix buts en 28 journées de championnat à 18 buts en 35 matchs. De quoi changer fondamentalement de dimension. Cette barre des vingt buts semble être un bon indicateur pour qualifier une saison de grande ou non. « Mon objectif est de marquer 20 buts en Bundesliga. J'ai fait un pari avec le manager comme quoi j'allais atteindre cet objectif  » , déclarait Pierre-Emerick Aubameyang au mois de septembre. Depuis, il en est à 23 buts. Contrat rempli.


Mais tout le monde n'a pas le même rôle au sein d'une équipe. Olivier Giroud, qui peut compter sur Sánchez et Walcott pour se transformer en buteurs, a davantage de responsabilité dans le jeu de déviation dos au but. Son objectif à lui, depuis qu'il est à Arsenal, c'est de « passer la barre des quinze buts en championnat » . S'il ne l'a pas fait cette saison (douze buts), il l'a réalisé les autres années, lui permettant d'être indiscutable sur le front de l'attaque londonienne avant cette année. Ce serait donc sa première mauvaise saison. Et puis, il y a une troisième catégorie d'attaquants. Ceux qui ne peuvent pas compter sur Reus, Özil, Mkhitaryan ou Cazorla pour hériter de cinq bons ballons minimum par match. À son arrivée à Saint-Étienne, Nolan Roux souhaitait franchir un palier en passant « cette putain de barre des dix buts » . Un objectif plus en adéquation avec ses possibilités et son potentiel. Alors qu'il n'est plus qu'à un petit but de ce qu'il s'était fixé, et ce, malgré la concurrence (Berić, puis Søderlund) et les critiques, on serait en droit de dire que Roux réalise une bonne saison à son échelle. Ou au moins une saison correcte.

Les buts décisifs


Et puis, il y a d'autres données, moins mesurables, qui permettent d'obtenir le label « bonne saison » en une fraction de seconde. Zlatan Ibrahimović, avec ses 32 buts et 13 passes décisives en 27 matchs, réalise sûrement la meilleure saison de sa carrière sur le plan statistique. Mais la faiblesse de ses adversaires en Ligue 1 combinée à sa position de finisseur du rouleau compresseur parisien tendrait à minimiser son exploit. Surtout qu'il n'a pas su être décisif dans les seuls vrais moments importants de la saison, les quarts de finale de la Ligue des champions. Un penalty et un face-à-face manqué à l'aller, un match fantomatique au retour... Et si Zlatan avait finalement manqué sa saison ?


Un but dans les moments charnières d'une saison vaut tout l'or du monde, et nul doute qu'Edinson Cavani aurait changé de statut avec une frappe bien sentie pour qualifier le PSG. Toute proportion gardée, on se souvient encore à Lyon de la saison 2013-2014 de Jimmy Briand, qui n'a inscrit que six pions, dont un à la 93e minute du derby contre Saint-Étienne. Pour les plus romantiques, un autre facteur entre en compte : le coefficient spectacle. Si l'on reste en Ligue 1, les deux sensations de l'année sont Hatem Ben Arfa (17 buts) et Ousmane Dembele (12 buts). Mais vu les actions marquantes qu'ils ont sorties, leur saison aura beaucoup plus de valeur que celles de Michy Batshuayi (15 buts), Edinson Cavani (15 buts) ou Benjamin Moukandjo (11 buts).

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 11:00 Le but exceptionnel d'un joueur de Portland en MLS 3 Hier à 10:30 Fulham de retour en Premier League 26
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
samedi 26 mai Platini non poursuivi, « un signe positif » pour Blatter 7 samedi 26 mai Michel Platini non poursuivi par la justice suisse 20