Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 13e journée
  3. // PSG/OM (2-0)

À Paris le classique

Après Gerland, l'OM a de nouveau enregistré une « défaite rassurante » au Parc des Princes. Bons dans le jeu, mais insuffisants dans les deux surfaces, les hommes de Bielsa voient leurs adversaires du soir revenir à une petite longueur au classement.

Modififié

PSG - OM
(2-0)

Lucas (37'), E. Cavani (85') pour PSG


Bielsa n'est pas le seul à avoir su métamorphoser des joueurs sortant d'une saison décevante. Si le contraste est moins spectaculaire, il se pourrait bien que Laurent Blanc ait enfin réussi à faire quelque chose de Lucas. Oui, la danseuse est devenue un vrai joueur de foot depuis quelques mois. L'otarie intermittente d'autrefois a laissé place à un joueur utile dans un collectif. Et, tenez-vous bien, le Brésilien a même appris à tacler. Un geste à la noblesse discutable pour les apôtres des latineries en son genre. Et pourtant, c'est bien en salissant son short pour contrer un dégagement du latéral Benjamin Mendy dans les six mètres que le Brésilien a guidé les siens vers la voie du succès. Bon, aussi méritant soit-il, ce but n'aurait jamais dû avoir lieu tant l'Olympien a tardé à balancer le cuir le plus loin possible, compte tenu du danger que représentait ce centre devant la cage d'Ezequiel Lavezzi. Un but bien sale, indigne d'une affiche de ce niveau.

Marseille maladroit


Car il faut bien le dire, ce classique a tenu toutes les promesses entrevues dans les bandes annonces d'avant-match et les émissions-teaser qu'on nous rabâche depuis une semaine. Intensité, combinaisons dans les petits espaces et justesse technique ont rythmé un match de haut niveau entre les deux meilleures équipes du pays, déterminées à le prouver. Même Serge Aurier s'est paré de ses habits de lumière pour passer en mode gala, c'est dire. À ces trois qualités, l'OM a démarré le match en ajoutant sa touche made in Bielsa : son fameux pressing étouffant. Conséquence ? Une récupération du ballon archi-haute et un premier quart d'heure à sens unique. Manque de pot, comme à Lyon il y a deux journées, les joueurs de Bielsa ont laissé leur réalisme à la Commanderie. Florilège : une tête de Gignac - qui n'a jamais marqué au Parc - qui touche l'arête de Sirigu dès la cinquième minute, une frappe hors cadre de Dja Djédjé sans opposition au 18 mètres, ou encore un manque de spontanéité de Payet, pourtant dans une situation idéale pour frapper du gauche, mais préférant faire le crochet de trop pour se mettre sur son bon pied juste avant la mi-temps. Le Réunionnais n'a pas réalisé une sortie indigne, loin de là. Sa technique est un régal, mais il faudrait lui dire que claquer un but du pointard a la même valeur qu'un enroulé dans la lucarne. Cavani, par exemple, ne s'embarrasse guère de l'esthétique. Encore une fois en difficulté dans le jeu, l'Uruguayen a de nouveau sauvé sa partition en ajoutant un but de la tête à sa collection à cinq minutes de la fin.

Imbula expulsé sévèrement


Le début de saison rêvé des Marseillais était atténué par le fait que le - toujours - leader avait eu un calendrier favorable. « On verra une fois qu'ils auront joué les gros » , entendait-on ici et là. Après 80 minutes passées à faire pratiquement jeu égal avec le PSG (jusqu'à l'expulsion – sévère - d'Imbula en gros, le reste ne fut qu'une déferlante de contre-attaques parisiennes), le constat est évident : malgré la défaite, cet OM-là a théoriquement le niveau pour jouer le titre jusqu'au printemps. Mais, plus que les blessures ou les éventuelles suspensions, même si elles commencent à s'accumuler, c'est ce manque d'instinct tueur qui risque de pénaliser l'OM à long terme.



À lire : Les notes du match

⇒ Résultats et classement de L1

Par Marc Hervez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom