En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

A Naples, on prépare le grand chambardement

Qualifié pour la prochaine Ligue des Champions, le Napoli se prépare à un été plus que mouvementé. Mazzarri, le coach, devrait partir, tout comme Cavani. Le président De Laurentiis a déjà préparé le terrain, avec Benitez en tête de sa petite liste.

Il va falloir s’y faire. Walter Mazzarri et Edinson Cavani ne seront très vraisemblablement plus napolitains la saison prochaine. C’est, indubitablement, une page qui se tourne pour le peuple napolitain. Mazzarri était arrivé à Naples en octobre 2009. Quatre saisons à la tête du club partenopeo, avec un sacré bilan : deux qualifications pour la Ligue des Champions, un huitième de finale de C1, une Coupe d’Italie et beaucoup, beaucoup de grands moments passés avec les tifosi. Quant à Cavani, ses trois saisons à Naples resteront gravées dans les annales. 103 buts en 137 matches, un titre de meilleur buteur de Serie A (sauf si Di Natale marque 7 buts lors de la dernière journée, peu probable) et des triplés inscrits contre toutes les grandes équipes de Serie A : la Juve, le Milan AC, l’Inter, la Lazio et la Roma. Bref, enlever ces deux-là, c’est presque enlever une partie de l’âme du Napoli. Les supporters sont évidemment inquiets, mais le président, Aurelio De Laurentiis, se veut rassurant. Il aime d’ailleurs à rappeler que l’an dernier, les tifosi avaient déploré le départ de Lavezzi et que finalement, le Napoli a fait une bien meilleure saison sans lui. D’ailleurs, le patron azzurro a déjà planifié la suite des évènements. Avec des noms qui pourraient plaire à ses supporters.

Le retour de Rafa

Bon, évidemment, Cavani et Mazzarri ne sont pas encore officiellement partis. Mais les mots dans la bouche de De Laurentiis ne laissent pas beaucoup de doutes quant à leur avenir respectif. « Cavani ? Il a une clause libératoire : si quelqu’un vient, paye la clause et que la destination convient au joueur, nous ne pourrons pas dire non, parce que les contrats sont les contrats, que nous sommes des gens honnêtes, et que nous les respectons » a-t-il affirmé à propos de son attaquant, avant d’ajouter : « Mazzarri doit décider lui-même. Le discours que je fais à propos des joueurs vaut aussi pour l’entraîneur » a-t-il précisé. Comprendre : Cavani va se barrer à Chelsea, qui va lâcher un chèque de 60 millions d’euros, et Mazzarri va tranquillement choisir parmi les nombreuses offres qui s’offrent à lui (la Roma est au taquet, l’Inter et Malaga en embuscade). Oui, mais après eux, qui ? Quand on a goûté au caviar, difficile de revenir sur des œufs de lump.

Pas de soucis, mister De Laurentiis a déjà ses plans. Pour le banc, deux entraîneurs l’intéressent tout particulièrement. D’une part, Guidolin, le coach des miracles de l’Udinese. De l’autre, Rafa Benitez, depuis hier soir vainqueur de l’Europa League avec Chelsea. L’Espagnol n’a d’ailleurs jamais caché son affection pour l’Italie, même si son expérience à l’Inter n’avait pas été un franc succès. Il l’a d'ailleurs réaffirmé hier soir à un média italien, suite au triomphe des Blues. « L’Italie est un pays qui connaît très bien le football. Oui, j’aimerais retourner là-bas parce que j’aime la passion que vous avez pour le ballon. Le Napoli ? C’est une équipe très forte, forte comme tant d’autres clubs de votre championnat » a-t-il affirmé. Et les idées de ADL ne s’arrêtent pas là. En plus de Benitez, il souhaiterait faire revenir au club Edy Reja, le coach qui avait permis au Napoli de remonter de la troisième à la première division, cette fois-ci en tant que conseiller technique du président. Bref, le boss a bien compris : avant de (re)construire une équipe, il faut en bâtir les fondations. Et plus elles sont solides, mieux c’est.

Cavani = Muriel + Dzeko ?


Après les fondations, donc, l’équipe. Qui va partir, qui va rester ? Ce sont évidemment les deux grandes questions que tout le monde se pose. On a déjà évoqué le cas Cavani. Il n’est peut-être pas le seul à être sur le départ. Deux ans après son arrivée, Inler pourrait en effet déjà mettre les voiles. Le Suisse est convoité par l’Inter et le Milan AC, qui proposeraient chacun un échange : soit avec le Colombien Guarin, soit avec Antonio Nocerino. A méditer. Après avoir été au cœur de nombreuses rumeurs de mercato lors des dernières saisons, Marek Hamsik pourrait en revanche passer un été plutôt tranquille. Le crêté souhaite lier son avenir à celui du Napoli, et ne devrait donc pas bouger de là. Ce qui est déjà une très bonne nouvelle pour les tifosi puisque Hamsik s’est imposé cette saison comme le meilleur passeur du championnat d’Italie (14 passes, en plus de ses 11 buts). L’ancien Parmesan Donadel devrait quant à lui partir. Mais en vrai, tout le monde s’en fout.

Quid des arrivées ? Si Cavani part, il faudra impérativement le remplacer. Sauf que trouver quelqu’un de la trempe de l’Uruguayen ne sera pas chose aisée, puisqu’il fait aujourd’hui partie des 5 meilleurs avant-centres du monde. Lors des dernières semaines, quelques noms ont circulé du côté de Fuorigrotta, mais pas encore des noms qui peuvent mettre des étoiles dans les yeux : Belfodil, Nkoulou, Krasic, Osvaldo ou encore Nainggolan. De bons joueurs, mais pas des top-players. Dans un premier temps, Naples devrait s’assurer dans les prochains jours (prochaines heures ?) les services de Josip Ilicic, tout juste relégué en Serie B avec Palerme. Un premier joli coup qui pourrait bien lancer le mercato napolitain. Or, il est évident qu’avec les potentiels 60 millions récupérés par la vente de Cavani, Naples va pouvoir réinvestir. Les tifosi rêvent de Muriel, la nouvelle pépite de l’Udinese, ou même plus grand : Cardozo, de Benfica, Jovetic de la Fiorentina, et Dzeko de Manchester City, tous des objectifs du président. L’été va être long, et mouvementé. Naples a assuré sa qualification en C1, et va désormais devoir assurer la suite, pour faire perdurer l’exceptionnel travail accompli lors des trois dernières saisons. Avec ou sans Cavani. Avec ou sans Mazzarri.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88