1. //
  2. // Allemagne-Angleterre

À la poursuite de Joe

À chaque compétition, le même espoir. L'Angleterre est belle, elle joue avec les promesses, titille les rêves de titre, mais sombre, souvent sans sourire. Cette fois encore, à un peu plus de deux mois de débarquer en France, les Three Lions caressent l'Europe avec une génération prometteuse et une question : qui pourrait venir chatouiller Joe Hart ?

Modififié
0 3

L'état du numéro un : Joe Hart (28 ans)

On l'a quitté sur un regard. Une scène interminable. Sur la pelouse de l'Etihad Stadium, dimanche, on ne sait pas tellement vers qui la colère de Joe Hart s'est dirigée. Sur la pelouse, Manchester City s'est incliné face à Manchester United (0-1) et s'est mis en danger dans la course à la Ligue des champions, mais les inquiétudes étaient ailleurs. Vers une infirmerie qui ne cesse de se remplir. Face à United, Sterling a quitté les siens à la 26e minute en se caressant les adducteurs. Joe Hart, lui, a lâché ses potes sur une civière après une nouvelle mauvaise passe de Martín Demichelis et un contact avec Anthony Martial. Touché au mollet, Hart avait dans un premier temps été annoncé absent pour au minimum trois semaines par son entraîneur, mais les dernières nouvelles évoquent un retour à la compétition plus rapide, à comprendre, pour le quart de finale de Ligue des champions contre le PSG. En novembre dernier, en l'absence de Rooney et Cahill face à l'Espagne (0-2), Hart avait porté le brassard de capitaine et cette semaine, Roy Hodgson a réaffirmé que « Joe reste son numéro un » . Reste que Charles Joseph Hart a vu débarquer derrière lui ce que l'Angleterre n'avait plus connu depuis bien longtemps : des gardiens de talent.

Derrière, ça se bouscule...



  • Jack Butland (23 ans)

    C'est l'atout charme. Un homme avec une belle mèche et des doigts de fée. Si depuis le début de la saison, Stoke est félicité pour son virage progressif à 90 degrés dans le jeu, Mark Hughes le doit aussi au talent d'un gosse de 23 ans qui a explosé à la gueule du Royaume. Il y a encore quelques mois, Jack Butland n'était qu'un puceau, qui avait découché seulement deux fois pour gratter une place dans le bal de la Premier League et qui passait le reste de ses week-ends sur un banc, la couverture posée sur les cuisses. Depuis, Asmir Begović a rejoint Londres et Chelsea pour suppléer numériquement Petr Čech. Arrivé à Stoke à l'été 2013, Butland a patienté, bourlingué pour finalement s'installer et devenir même international dès le 15 août 2012 contre l'Italie (2-1). L'absence de Hart pour les matchs contre l'Allemagne et les Pays-Bas est une scène parfaite pour briller. Il y a quelques semaines, Butland a prolongé son contrat de cinq ans avec Stoke et crève désormais la dalle. Au point d'étaler sa franchise : « Je souhaite que Joe se rétablisse rapidement, car c'est devenu l'un des meilleurs gardiens du monde. Mais je veux devenir numéro un. »

  • Fraser Forster (28 ans)

    Lui aussi a les pieds dans les starting blocks. Avec un style plus brut et, parfois, presque plus impressionnant que celui de Butland. Fraser Forster est un déménageur, une gueule cassée qui a mangé sec sur les pelouses écossaises où Newcastle l'avait prêté pendant deux ans avant de le céder définitivement au Celtic jusqu'en 2014. Au moment d'ouvrir la porte d'un retour en Premier League en 2014, Forster a vu débouler des prétendants sérieux avant de choisir Southampton, soucieux de remplacer Boruc. Un chèque signé de 12 millions d'euros avant deux saisons au top niveau. Là aussi, l'excellent travail de Koeman tient aussi au gros travail réalisé à la parade par un gardien massif (2,01m). Forster a pour lui l'avantage de l'expérience après plusieurs années à patienter dans l'antichambre de Hart, dont un Mondial brésilien sur le CV et la blessure du gardien de City devrait lui profiter. Sauf si la gueule d'ange lui passe devant. Brazzers Forster ne veut plus attendre.

  • Tom Heaton (29 ans)

    Lui, c'est l'homme de l'ombre, invité de dernière minute, appelé cette semaine par Roy Hodgson pour remplacer Joe Hart. Sur son cas, tout le monde est unanime : il devrait être plus haut et est aujourd'hui le rempart le plus décisif, et le plus esthétique, de Championship où il truste la tête avec Burnley. Convoqué régulièrement depuis mai dernier, Tom Heaton est un espoir éternel. Un mec dont la mémoire retient qu'il a aussi sorti un penalty de Gerrard en finale de la League Cup 2012 lorsqu'il jouait à Cardiff. Cette semaine, son entraîneur, Sean Dyche, avait enfilé sa robe d'avocat pour évoquer celui qu'il considère comme « l'un des meilleurs gardiens du Royaume » . Comme cette fille que tu connais depuis longtemps, à qui tu ne cesses de claquer des clins d'œil, mais qui vieillit, déjà, trop vite. On vous laisse un premier échantillon pour ceux qui ne connaissent pas encore le beau Tom.

    Youtube

  • Ben Foster (32 ans)

    Le Mickaël Landreau anglais. Une histoire de doublure éternelle. Avec Eriksson ? Derrière Robert Green. Avec Capello ? De l'amour, mais un temps de jeu trop faible avec Manchester United où il est, là aussi, un double. Avec Hodgson ? Derrière Hart. C'est une constante malgré le talent et l'expérience du gardien de West Bromwich Albion qui avait décidé, par le passé, de laisser de côté la sélection pour se concentrer sur ses performances en club. Avant d'ouvrir de nouveau la porte, de filer au Brésil, et de voir ses ligaments croisés lâcher la saison passée. Depuis, le vieux Foster s'est fait dépasser par la nouvelle génération et a laissé filer une place de numéro deux qu'il avait pourtant bien chauffée. Sad Ben.

  • David Stockdale (30 ans)

    Lui s'est stabilisé et joue les premiers rôles cette saison avec Brighton (2e de Championship). Cette place, il en rêvait, gosse, et l'approchera même en 2011, en assurant avec brio l'intérim de Mark Schwarzer à Fulham. Appelé par Capello pour un match de qualifications contre la Suisse, David Stockdale avait tout foutu en l'air en préférant se marier la veille de la rencontre, ce qui provoquera son exclusion de la sélection nationale, à 25 ans. Dommage pour un gamin à qui on promettait les lauriers et qui, aujourd'hui, revient avec classe en Championship. L'âge de la maturité, le train passé. Une occasion manquée. Une Scott Carson, quoi.

    Youtube


    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

     //  17:43  //  Hooligan de la Jamaïque
    Le seul vrai candidat à la succession de hart est Butland et à un degré moindre forster ...

    C'est toujours mieux qu'il y'a quelques années mais c'est pas "oufissime" non plus ...
    J'ai l'impression qu'Hart est encore là pour un bout de temps. Il n'a que 28 ans, ce qui pour un gardien est encore jeune, et tant au niveau du palmarès (je crois que c'est le seul gardien anglais titulaire à avoir été titré en PL depuis Seaman) que des références (un paquet de gros matches où il avait été le meilleur Citizen, notamment dans les campagnes récentes de C1), il est devant tous les autres.

    Je ne regarde pas beaucoup les matches de City, mais à chaque fois que je l'ai vu jouer, il a été excellent. Ceux qui suivent les matches de son équipe pourront sûrement m'en dire plus : comment ça se fait qu'il ne soit pas plus coté ? Il se troue dans des petits matches ?
    Ben c'est mieux qu'en EDF en tout cas. Joe Hart est clairement meilleur que Lloris (je suis pas anti Lloris du tout il est très bon) et Butland largement au dessus de Mandanda. Franchement y'a pas de problème à ce niveau là pour les anglais.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    0 3