A la nantaise et à l'ancienne

Le premier actionnariat populaire de France. Voilà, entre autres, le projet soutenu par "A la Nantaise", association fondée par des amoureux du FC Nantes pour redonner des couleurs à l'ancienne gloire du foot français, engluée en L2.

Modififié
8 3
Le plus dur, dans une descente aux enfers, c'est sans doute lorsque l'on commence à l'accepter. Ce sentiment glacial a dû saisir les 14 829 spectateurs venus assister au match nul du FC Nantes contre Reims (un autre grand déchu) à la Beaujoire, vendredi soir. A treize journées de la fin du championnat de Ligue 2, les Canaris sentent bien qu'ils vont passer une troisième saison éloignés de l'élite. Ils n'ont même plus le cœur à rappeler qu'ils étaient champions de France il y a tout juste dix ans, ou que, en 2004 encore, ils avaient atteint la finale de la Coupe de la Ligue et la demi-finale de la Coupe de France. Huit championnats, trois coupes et des plâtrées de bons parcours européens, l'un des plus beaux palmarès et l'une des plus belles histoires du foot français serait donc en train de tomber dans l'oubli.

« Devenir un acteur crédible »

Voilà ce que Florian Le Teuff, prof de français à la ville et supporter indépendant au stade, voulait éviter en créant l'association “A la nantaise”, le 5 mai 2010. Un mouvement qui, neuf mois plus tard, regroupe un panel assez varié des acteurs de la ville : des personnalités historiques du club parmi lesquelles Japhet N'Doram, Nicolas Ouedec, Patrice Loko, Claude Arribas (fils de José, inventeur du jeu à la nantaise) ou encore Jean-René Toumelin (président du FCN de 1996 à 98), mais aussi des journalistes, des artistes et des supporters lambdas. Jeudi soir, veille d'une énième déception sportive, “A la nantaise” recevait à la Faculté de Droit de Nantes pour annoncer la création d'un projet d'actionnariat populaire encore inédit en France. « On veut vraiment devenir un acteur crédible et audible, explique Florian Le Teuff. Nous voulons épauler un partenaire économique. Aujourd'hui, nous sommes capables de contribuer à hauteur de 3 millions d'euros sur dix ans, soit 300 000 euros par an. C'est ce que verse à l'heure actuelle la ville de Nantes » .

Le chiffre ne sort pas de nulle part. Il est le résultat d'une enquête, dont les résultats étaient présentés jeudi soir, demandant aux membres de l'association, entre autres, s'ils étaient prêts à contribuer financièrement au renouveau du club de leur cœur. « Selon notre enquête, 78% des sondés sur les 1044 assurent que le FC Nantes fait complètement partie de leur patrimoine, ajoute Le Teuff. Nous voulons que le FC Nantes retrouve ses vraies valeurs, pour cela il faut retrouver les vertus de notre centre de formation » . Une priorité partagée par Patrice Loko, l'un des vingt membres d'honneur d'“A la nantaise” : « L'une des raisons de la chute du Football Club de Nantes depuis une dizaine d'années est la négligence du centre de formation. Nos jeunes sont partis et dans le même temps, Nantes n'a pas réussi à attirer les meilleurs jeunes de la région. Lille et Rennes ont de super centres maintenant. Face à Reims, il y avait quelques jeunes de centre, ça revient un peu mais bon... » .

La honte du passé

Au-delà, de la formation, c'est tout un ensemble de valeurs que l'association a voulu défendre en présentant son “Pacte Arribas”. Valeurs sportives, bien sûr (le jeu à la nantaise reste un concept bien ancré en Loire Atlantique, malgré la pauvreté du jeu de l'équipe actuelle), mais également valeurs morales. « Aujourd'hui, le football est dominé par l'argent et un certain cynisme. Nous pensons que ce modèle va dans le mur, affirme Florian Le Teuff. Nous voulons un football dominé par l'intelligence et les valeurs. L'individu doit désormais se mettre au service du collectif, pas l'inverse. Nantes subit depuis de nombreuses années un cambriolage organisé » . Pêcheur originel : Jean-Luc Gripond, premier président du FCNA après le rachat par la Socpresse, en 2001. « Il a voulu faire table rase du passé, juge Jean-René Toumelin, l'un de ses prédécesseurs. La fresque représentant les joueurs et les anciens présidents à été effacée, il a enlevé les trophées. L'histoire le gênait, il pensait déjà tout connaître » . Le problème, c'est que son successeur, Rudy Roussillon, ne s'est pas non plus fait remarquer par ses qualités, pas plus que Waldemar Kita, propriétaire du club depuis 2007.

Refusant d'entendre parler du FCN à l'ancienne, le président actuel oppose une farouche résistance à l'association et met en garde son auditoire avant chaque interview : aucune question sur le sujet. N'est-il donc pas un peu utopique de penser changer radicalement un club lorsque l'on est boycotté par ses dirigeants, dans un football qui a tout de même largement évolué depuis la grande époque des Canaris ? « Nous ne sommes pas des idéalistes, nous voulons que de nouveaux investisseurs extérieurs arrivent et nous les épaulerons, juge Florian Le Teuff. On veut que notre histoire soit respectée. On nous dit souvent : vous n'êtes que 1700. Mais après neuf mois d'existence, rassembler autant de gens de toute le France, prêts a nous suivre pour défendre un esprit et une volonté, dont certains sont même prêts à investir sur leurs deniers, est une grande satisfaction » . Pas de rêve éveillé, donc, pour le fondateur d'“A la nantaise”, qui a conscience que le chemin sera long et difficile : « On ne va pas se mentir, pour remettre le club à flot, il faut, dans le meilleur des mondes, sept à huit ans » . Première étape, le 7 mars pour une rencontre des dirigeants de l'association avec les membres de la communauté d'agglomération de Nantes et un point sur les comptes financiers du FCN, avant une tournée des élus à l'approche des élections. Heureusement que Kita ne se présente pas.

Vincent Viau, avec Thomas Pitrel

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bien triste l'histoire du FC Nantes.
Un destin que va bientôt prendre l'AJ Auxerre malheureusement...
Analyses et articles football => rendez-vous sur http://lecturedujeu.wordpress.com
Dernier sujet : ---- Ronaldo, un portrait du XXIème siècle. ----
"Les légendes ne meurt jamais" F. Da Rocha.

Assurément le FC Nantes est une légende. Nous sommes Nantais, faits pour gagner!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Milan et Naples entre chefs
8 3