1. //
  2. //
  3. // USL
  4. // Charleston Battery

À la découverte du Charleston Battery

Après une semaine passée en une de tous les journaux américains, Charleston, la petite ville de Caroline du Sud, mérite qu'on parle d'elle pour autre chose que pour une tuerie aussi macabre que significative des problèmes inhérents à la société américaine. Une semaine après cet événement tragique, la vie a repris son cours à Charleston. Le football aussi.

214 3
Il y a quelques jours, la plupart des gens ne connaissaient pas Charleston. Aujourd'hui, une grande majorité de la population ne la connaît que comme la ville abritant l'église dans laquelle un dégénéré suprémaciste a abattu froidement plusieurs personnes et dans laquelle le président des États-Unis lui-même est venu chanter a cappella un titre à la portée hautement symbolique pour la communauté afro-américaine. Pourtant, en Caroline du Sud, certains aimeraient sans doute que la mémoire collective ne retienne pas de cette ville qu'un lieu d'expression de la folie de l'homme. Les amateurs de soccer aimeraient sans doute, par exemple, que soit évoqué le cas de leur équipe favorite, l'une des plus vieilles des États-Unis, des joueurs qui la composent, voire des rivalités avec un autre club américain, D.C. United. D'autant que concernant le Charleston Battery, ce club n'évoluant pas en Major League Soccer, les succès sont nombreux et les anecdotes les accompagnant souvent intéressantes.

I believe that we will win


Fondé en 1993, le Charleston Battery est aujourd'hui, et avec les Richmond Kickers, le plus vieux club de soccer des États-Unis à avoir fonctionné sans interruption jusqu'à aujourd'hui. Certes, le chiffre est ici dérisoire comparé à l'âge de certains clubs européens, mais le soccer n'est encore que très modestement implanté dans la culture sportive américaine – bien que l'engouement de la population autour du ballon rond ne cesse d'augmenter d'année en année. Le nom, les couleurs (jaune, noir et rouge, ndlr) et le blason du club font tous trois référence à l'artillerie navale importante dont disposait la ville de Charleston pendant la guerre de Sécession. Malgré sa relative jeunesse, le Charleston Battery possède l'un des palmarès les plus longs de toutes les franchises hors Major League Soccer : deux titres de champion de l'USL A-League, un titre de champion de l'USL Second Division, un titre de champion de l'USL Pro et une finale de l'US Open Cup. Depuis sa création, et ce, toutes divisions confondues, le club n'a manqué les play-offs que trois fois, en 2004, 2005 et 2007.

Le passé a surtout prouvé que le Charleston Battery était un formidable vivier de joueurs talentueux dans lequel les franchises de Major League Soccer n'ont pas hésité à aller se servir pour fournir leurs propres effectifs. Ainsi, certains grands noms de la MLS d'aujourd'hui sont passés par la Caroline du Sud, comme le Cubain Osvaldo Alonso, l'Américain Lamar Neagle, le Nigérian Patrick Olalere ou encore le Canadien Mark Watson. Cette année, il s'en est fallu de peu que l'équipe entraînée par Michael Anhaeuser n'élimine la toute nouvelle franchise d'Orlando en US Open Cup. Après un match fou (4-4), the Battery dut toutefois s'incliner aux tirs au but (7 tab à 8). Engagé en United Soccer League Second Division cette saison, l'équipe est deuxième de la Conférence Est avec 27 points, à cinq longueurs des Rochester Rhinos. Autant dire que cette année encore, le Charleston Battery est bien engagé pour participer aux play-offs.

L'amertume du café, le bon goût de la bière


Chaque année depuis 2004, Charleston accueille chez elle la Carolina Challenge Cup, un tournoi de pré-saison qui n'a pour l'heure jamais changé de format. Quatre équipes issues de la Major League Soccer et de la United Soccer League se retrouvent pendant une semaine et s'affrontent chacune une fois. Parmi elles, on retrouve chaque année ou presque le Charleston Battery et D.C. United, son grand rival (à cause de sa participation en Ligue des champions CONCACAF, le D.C. United a manqué la Carolina Challenge Cup en 2007, 2008 et 2015, ndlr). Pour retrouver les origines de cette rivalité, il faut remonter au troisième tour de l'US Open Cup de 1999. Ce jour-là, le Charleston Battery avait réussi, au terme d'un match incroyable, à arracher face au D.C. United une victoire 4 buts à 3 dans la prolongation. Dégoûtés par cette défaite, les joueurs de D.C. auraient alors saccagé les vestiaires du Blackbaud Stadium en y balançant des cafetières et en y détériorant les douches. Depuis ce jour, chaque confrontation entre les deux équipes revêt une importance toute particulière et porte un nom très précis : le Coffee Pot Cup.

La colère passée, les supporters des deux équipes décidèrent même d'instaurer une composante de plus à cette rivalité. Lors de chaque match, les supporters de l'équipe perdante doivent aller remplir de bière le trophée de l'équipe gagnante. Une coutume qui émane tout droit de l'imagination des principaux groupes de supporters du Charleston Battery, le Regiment, le Queen Anne's Revenge ou le Charleston Barra Brava. Le plus important et le plus mythique des Coffee Pot Cups eut certainement lieu le 3 septembre 2008 au RFK Stadium où les deux rivaux s'affrontèrent en finale de l'US Open Cup. À l'époque, le Charleston Battery avait réussi un véritable exploit en se hissant jusqu'au dernier stade de la compétition. Après avoir concédé l'ouverture du score très tôt dans le match, the Battery parvint à égaliser juste avant la pause. Mais un deuxième but concédé et une nouvelle égalisation refusée pour un hors-jeu très controversé plus tard, Charleston s'inclina. Les supporters durent aller remplir la Cup de bière et nul doute que cette année-là, elle était bien trop petite pour la fête qui attendait les joueurs du D.C. United.


Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
AlvaroRestobar Niveau : District
le mot "terroriste" serait plus approprié.

Mais à part ça, bel article.
Message posté par AlvaroRestobar
le mot "terroriste" serait plus approprié.

Mais à part ça, bel article.


Tout à fait d'accord, pour Breivick le tueur norvégien on dit qu'il est dérangé psychologiquement mais quand c'est un Arabe il est terroriste
Sounders United Niveau : CFA2
Très bel article en effet! (c'est un fan des Battery qui parle)

Juste un détail: ils évoluent actuellement en USL Pro. L'USL Second Division n'existe plus depuis quelques années.

Sinon ça aurait été sympa d'évoquer le Three Lions Club à l'intérieur du stade: un pub/musée avec une très belle collection de maillots et ballons dédicacés.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
214 3